Le massacre des italiens ; Aigues-Mortes, 17 août 1893

À propos

Le 17 août 1893, dans les marais salants d'Aigues-Mortes où la récolte du sel rassemblait des centaines de travailleurs français et italiens, s'est déroulé le plus sanglant «  pogrom  » (au sens d'une population majoritaire s'acharnant sur une minorité) de l'histoire française contemporaine  : des émeutes entre ouvriers ont provoqué la mort d'au moins 8 Italiens et fait plus de 50 blessés. En dépit des preuves accablantes réunies contre eux, les assassins français furent tous acquittés. L'Italie et la France, au bord de la guerre, ont finalement préféré enterrer l'affaire afin de préserver la paix.
Spécialiste reconnu de l'immigration et de la question nationale, Gérard Noiriel rouvre ce douloureux dossier et explique pourquoi les mutations politiques et économiques de la fin du xixe siècle ont rendu un tel massacre possible. En accomplissant avec brio son «  devoir d'histoire  », il donne enfin à cet événement sa juste place dans notre mémoire collective.
  Prix Augustin Thierry des Rendez-vous de l'Histoire de Blois.
  Historien, Gérard Noiriel est directeur d'études à l'EHESS.



Rayons : Sciences humaines & sociales > Histoire > Epoque contemporaine (depuis 1799) > XIXe siècle

  • EAN

    9782818505700

  • Disponibilité

    En réimpression

  • Nombre de pages

    296 Pages

  • Longueur

    17.8 cm

  • Largeur

    11 cm

  • Épaisseur

    1.6 cm

  • Poids

    240 g

  • Distributeur

    Hachette

  • Support principal

    Poche

Gérard Noiriel

Historien, directeur d'études à l'EHESS, Gérard Noiriel est membre du conseil scientifique de la Cité nationale de l'histoire de l'immigration. Il est aussi président du Comité de vigilance face aux usages publics de l'histoire (CVUH). Il a publié de nombreux livres parmi lesquels Les Ouvriers dans la société française (Seuil, 1986), Le Creuset français. Histoire de l'immigration XIXe-XXe siècle (Seuil, 1988), Les Origines républicaines de Vichy (Hachette, 1999), Les Fils maudits de la République (Fayard, 2005).

empty