À propos

Explorant les pratiques syndicales du droit en France aux XXe et XXIe siècles, ce livre s'intéresse à la manière dont les syndicalismes ont pensé et organisé leurs interventions sur le terrain de la justice et du droit, alors même que, producteurs de normes, ils contribuaient à les diffuser et à en contrôler le respect.

De l'expérience fragile et contrastée acquise au début du XXe siècle aux ruptures introduites par le développement simultané des syndicats et de l'État social au cours des années 1930 à 1970, et avant la vague de fond néo-libérale des décennies suivantes, les usages syndicaux du droit n'ont cessé d'évoluer. Au fil des chapitres, sont mis en perspective historique l'articulation des multiples sources des normes, l'inégale maîtrise de leurs ressources, l'émergence de services juridiques syndicaux, les liens noués avec les professionnels du droit, la juridicisation de l'action syndicale et la judiciarisation des relations professionnelles, la transcription législative d'accords collectifs...

Fruit de rencontres originales, cet ouvrage confronte les approches et les analyses d'acteurs syndicaux et de chercheurs issus de plusieurs disciplines et participe ainsi au renouvellement de la réflexion sur les rapports entre le salariat, ses représentants et la République.


Sommaire

- Penser et organiser l'intervention syndicale ;
- Produire des normes ;
- La justice comme recours ;
- L'arme du droit : usages et contournements.

Rayons : Entreprise, économie & droit > Droit > Droit généralités > Essais / Réflexions / Ecrits sur le droit


  • Auteur(s)

    Michel Pigenet, André Narritsens

  • Éditeur

    PU de Rennes

  • Distributeur

    Sodis

  • Date de parution

    06/02/2014

  • EAN

    9782753532489

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    456 Pages

  • Longueur

    24 cm

  • Largeur

    16.3 cm

  • Épaisseur

    2.5 cm

  • Poids

    750 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Michel Pigenet

Michel Pigenet est professeur d'histoire contemporaine à l'Université Paris 1 et directeur du Centre d'histoire sociale du XXe siècle (UMR 8058). Ses recherches portent sur le travail et sur les usages populaires du politique. Il a notamment publié, dirigé ou codirigé L'Apogée des syndicalismes en Europe occidentale, 1960-1985 (Publ. de la Sorbonne, 2005) ; Mémoires du travail à Paris (Créaphis, 2008) ; Les Meuniers du social. Force ouvrière, acteur de la vie contractuelle et du paritarisme (Publ. de la Sorbonne, 2011)

empty