Ce qui reste de pulpe (Préface de Grégory Huck)

À propos

« Je n'ai jamais été digne des grands endroits. Je traîne ce bout de corps, ou plutôt ce qu'il en reste, un peu partout dans cette eau presque cristalline. Je pensais à ce que ça ferait d'être incinérée vivante. Un corps qui brûle. Pas à la fin. Ni au début. Juste à point. Quand l'essence ou la douleur imprègnent suffisamment la chair pour amorcer une des plus jolies flammes que pourrait connaître l'histoire du monde. Ça va être dur de faire comprendre à Dieu que j'aime le Feu. » Dans « Ce qui reste de pulpe », Sarah Hatimi nous propose un saut dans son « refuge urbain », sans détour ni raccourci, grâce à la forme mouvante de son écriture qui offre un horizon aux multiples lignes de fuite. Par sa justesse, sa poésie se révèle très souvent acérée, ce qui ne lui retire aucun de ses attraits, toujours sur une lame entre beauté et déraison. Cette lame qui ne veut pas blesser, mais qui cherche à trancher l'épais rideau du théâtre social qui nous sépare tous.


Rayons : Littérature > Poésie > Contemporaine


  • Auteur(s)

    Sarah Hatimi

  • Éditeur

    Abstractions

  • Distributeur

    Dod & Cie

  • Date de parution

    17/05/2024

  • EAN

    9782492867293

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    74 Pages

  • Longueur

    20.3 cm

  • Largeur

    13.3 cm

  • Poids

    100 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Sarah Hatimi

Sarah Hatimi est une femme de lettres toulousaine, à la culture francomarocaine.
Passionnée par la beauté de la rhétorique, diplômée de droit, heureuse
contemplative de ses contemporains, elle aime traduire en poésie leurs
atermoiements et les siens. Ce qui reste de pulpe est sa première publication en qualité de poète et le troisième recueil poétique d'Abstractions à l'occasion de l'ouverture de la Collection de l'Olifant, dirigée par Grégory Huck.

empty