À propos

Après l'âge d'or de l'Antiquité, où il constitua un enjeu éminemment politique et philosophique, le motif de l'amitié a perdu de son éclat.
Au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, des philosophes s'en emparent à nouveau et le replacent au coeur de l'activité de pensée. Maurice Blanchot le premier, Gilles Deleuze, Jacques Derrida, Michel Foucault, Roland Barthes ensuite; ensemble, ils ont contribué à rendre à l'amitié sa dignité philosophique en faisant de celle-ci non plus une catégorie affective mais conceptuelle, sinon impersonnelle.
L'amitié telle que ceux-ci la conçoivent, la représentent et la vivent s'affirme sous le signe d'un refus absolu. Refus d'une identification aux dogmes, aux lois, aux normes, aux présupposés, à la nécessité, et jusqu'à la volonté.
Comme si l'amitié n'avait plus aucun contenu positif qu'elle ne coïncidait jamais avec elle-même, qu'elle ne se définissait que contre, dans le rejet de la transcendance, du visage même.

Figure de l'Intraitable, le nom d'amitié incarne pour cette génération le pur espace d'affirmation d'une pensée révoltée.


Rayons : Sciences humaines & sociales > Philosophie > Philosophie généralités > Essais / Réflexions / Ecrits sur la philosophie


  • Auteur(s)

    Olivier Jacquemond

  • Éditeur

    Nouvelles Lignes

  • Distributeur

    Belles Lettres

  • Date de parution

    15/11/2011

  • EAN

    9782355260865

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    213 Pages

  • Longueur

    19 cm

  • Largeur

    13 cm

  • Épaisseur

    1.7 cm

  • Poids

    246 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Olivier Jacquemond

Essayiste et écrivain à déjà publié aux éditions Sens&Tonka : Acrylique (2002), Les Trois secrets (2008)
Aux éditions Lignes : Le Juste nom de l'amitié (2011)
Aux éditions du Mercure de France : New York Fantasy (2009), Le Cœur des tristes (2011), Paris-Happening (2013)

empty