Les maux bleus Les maux bleus
Les maux bleus Les maux bleus

À propos

Armelle le sait depuis trois ans, elle aime les filles. Seul son carnet bleu est mis dans la confidence. L'adolescente solitaire et fe´rue de lecture y confie ses peurs, ses espoirs. Elle lui parle d'Ine`s, une nouvelle e´le`ve qui l'attire. Lorsque son amie la rejette violemment, Armelle devient rapidement l'objet du me´pris et des insultes de ses camarades. Pourtant, cet e´ve´nement n'est qu'un tournant dans sa vie qui bascule de´finitivement un dimanche soir. Alors que ses parents de´couvrent son secret, Armelle est jete´e dehors. Elle n'a que 16 ans quand, cette nuit-la`, elle voit la porte de sa maison se fermer brutalement devant ses yeux. Seule dans la rue avec son carnet, elle doit apprendre a` survivre... Mais est-elle vraiment seule ?

Rayons : Jeunesse > Littérature Adolescents > Romans

  • EAN

    9782354885632

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    190 Pages

  • Longueur

    22.1 cm

  • Largeur

    14.1 cm

  • Épaisseur

    1.6 cm

  • Poids

    300 g

  • Lectorat

    à partir de 12 ANS

  • Distributeur

    Interforum

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Christine Féret-Fleury

Christine Féret-Fleury est l'auteur d'une cinquantaine d'ouvrages pour la jeunesse, mais aussi de romans pour les adultes et d'anthologies. Dans la collection Mon Histoire, elle a publié SOS Titanic. " L'époque de la Commune, si proche et si lointaine à la fois de la nôtre, a été l'occasion pour moi de découvertes passionnantes. Les photographies prises de Paris en 1870-1871 sont particulièrement émouvantes car elles nous restituent un passé souvent réduit à quelques lignes dans les manuels d'histoire... Je tiens à remercier Marc Séassau, qui m'a indiqué des sites où consulter d'anciens plans de la capitale et m'a prêté un ouvrage essentiel, Paris, ses organes, ses fonctions et sa vie, de Maxime Du Camp. Dans un ancien " livre de prix " trouvé dans la bibliothèque de ma grand-mère, Paris sous les obus, j'ai déniché des anecdotes intéressantes, notamment celle du " traître " dont le couteau sentait l'oignon ! Enfin, plusieurs phrases attribuées à Louise Michel dans ce roman sont directement tirées de ses Mémoires (La Commune, histoire et souvenirs). "

empty