À propos

Tout commence l'été 1995, lorsque Gilbert Garcin, alors jeune retraité qui a tout bonnement envie d'une seconde vie, se décide à se lancer dans la photographie et participe pour ce faire à des stages aux Rencontres d'Arles. Il y pratique le photomontage, qui sera sa source d'inspiration première. Depuis lors, il a imaginé à partir de sa propre silhouette un personnage universel dont il emprunte au départ la défroque à Tati. La figure de Gilbert Garcin se bâtit comme une incarnation ambiguë de lui-même à travers laquelle il interprète en acteur des situations mises en scène, faussement burlesques, qu'il qualifie de « petites philosophies » à la manière du grand Hitchcock.
Le charme opère car l'artiste nous parle d'évidences qui nous concernent tous : celle de la vie qui s'écoule, du temps qui fuit, de la ténacité qu'il faut pour continuer... Ainsi, Gilbert Garcin rappelle en images et à l'aide de titres évocateurs qu'il est préférable de « faire de son mieux » et de « connaître ses limites » car au fond on ne fait que « rejouer de vieux airs connus », ceux de « Sisyphe » ou d'« Atlas ».


Rayons : Arts et spectacles > Généralités sur l'art > Essais / Réflexions / Ecrits sur l'art


  • Auteur(s)

    Gilbert Garcin, Marie Darrieussecq, Yves Gerbal, Vincent Josse

  • Éditeur

    FILIGRANES

  • Distributeur

    POLLEN

  • Date de parution

    29/01/2014

  • EAN

    9782350463032

  • Disponibilité

    Épuisé

  • Nombre de pages

    144 Pages

  • Longueur

    33.5 cm

  • Largeur

    24.5 cm

  • Épaisseur

    3.2 cm

  • Poids

    1 866 g

  • Support principal

    Beaux-livres

Infos supplémentaires : Broché  

Gilbert Garcin

Gilbert Garcin Originaire de Provence, a commencé à faire des photographies à la retraite. Après un
stage à Arles il découvre le photomontage, où il se met en scène dans différentes situations, dans des
paysages irréels. Son style singulier : ses petites installations théâtrales mettent en scène des
situations qui ont en commun la dérision, l'absurde de la condition humanoïde et un humour qui
rappelle parfois le théâtre de l'absurde, d'Eugène Ionesco.

Marie Darrieussecq

Née en 1969 à Bayonne, Marie Darrieussecq est écrivaine et psychanalyste. Ancienne élève de l'École normale supérieure et agrégée de lettres modernes, elle enseigne brièvement à l'université de Lille III puis publie son premier livre, Truismes (POL, 1996) qui fait l'événement. Elle a obtenu, en 2013, le prix Médicis pour son roman Il faut beaucoup aimer les hommes. Depuis 2001, Marie Darrieussecq est la marraine du réseau DES France, association d'aide et d'information aux victimes du Distilbène.

Yves Gerbal

Yves Gerbal est professeur de lettres et de philosophie, chroniqueur culturel, écrivain polygraphe, et grand marcheur... Il est l'auteur de "Haïkus de Provence" (poésie), "Rencontre d'un certain type" (théâtre), "La plage du prophète" (roman), "Philosophies minuscules" (philo), "GR2013 : un carnet de marche" (rando-récit), "L'homme qui est une image" (photo-récit).

Vincent Josse

Vincent Josse est journaliste à
France Inter. Depuis 2017, il anime chaque dimanche
après-midi Le Grand Atelier, où il offre une carte blanche
de 2 heures à une personnalité culturelle.

empty