Rendre la raison populaire

À propos

« Il ne s'agit pas de devenir un sage, mais d'installer le plus possible de sagesse dans son existence. » En créant en 2002 l'Université populaire de Caen, Michel Onfray s'inscrit dans la droite ligne de l'idéal des Lumières cher à Condorcet : « Obtenir de la puissance publique une instruction qui rende la raison populaire. » L'Université populaire n'est pas l'université de Victor Cousin, ni de quiconque. Elle n'est pas la réponse libérale à la demande contemporaine croissante de philosophie, ni une machine à générer des bénéfices, un club théorétique, une université ouvrière, une école de marxisme, pas même une institution jacobine centralisée, mais un dispositif épicurien, une communauté d'amis partageant le même désir : faire la révolution sans prendre le pouvoir. Rendre la raison populaire est suivi d'un texte d'Élisée Reclus sur l'éducation.



Rayons : Sciences humaines & sociales > Philosophie > Philosophie généralités > Essais / Réflexions / Ecrits sur la philosophie

  • EAN

    9782290054017

  • Disponibilité

    Disponible

  • Longueur

    21 cm

  • Largeur

    13 cm

  • Épaisseur

    0.6 cm

Infos supplémentaires : Broché  

Michel Onfray

Michel ONFRAY est docteur en philosophie ; il a créé l'Université populaire de Caen.
Il a publié une trentaine d'ouvrages dans lesquels il propose une théorie de l'hédonisme : que peut le corps ? En quoi est-il un objet philosophique de prédilection ? Comment penser en artiste ? De quelle manière installer une éthique sur le terrain de l'esthétique ? Quelle place laisser à Dionysos dans une civilisation tout entière soumise à Apollon ? Quelles relations entretiennent l'hédonisme éthique et l'anarchisme politique ?
Edité onze fois dans les éditions du Livre de Poche, il est traduit en quelque treize langues, dont le japonais, le chinois, le serbe et le coréen. L'un de ses derniers titres, Le traité d'athéologie (Grasset - 2005) s'est vendu à plus de cent mille exemplaires. Il a également publié en 2002 « Splendeur de la catastrophe » consacré à Vladimir Velickovic, aux éditions Galilée

empty