La dernière nuit du Raïs

À propos

Nuit du 19 au 20 octobre 2011.
Mouammar Kadhafi, acculé par les rebelles déterminés à libérer la Lybie, a trouvé refuge à Syrte. Avec le jour, viendra la mort.
Entouré d'une poignée de fidèles, le dictateur s'accroche à ses lubies et fantasmes. Lui, l'Élu de Dieu, Guide légitime de la nation, ne peut être renversé. Incapable de voir l'inconcevable réalité de sa fin, il court à sa perte.
Et le tyran se souvient de son ascension et raconte ses dernières heures de tension. Qu'il semble loin l'écho de la gloire passée. La ferveur du peuple est un chant de sirènes...

« Une prouesse littéraire. » LiRE.

« Il fallait un culot monstre pour oser se glisser dans la peau de l'un des tyrans les plus sanguinaires de notre époque. Yasmina Khadra relève le défi et signe un roman aussi passionnant que dérangeant. » François Busnel - L'Express.


Rayons : Littérature > Romans & Nouvelles


  • Auteur(s)

    Yasmina Khadra

  • Éditeur

    Pocket

  • Distributeur

    Interforum

  • Date de parution

    01/09/2016

  • Collection

    Roman Contemporain

  • EAN

    9782266267281

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    181 Pages

  • Longueur

    17.8 cm

  • Largeur

    10.9 cm

  • Épaisseur

    1.5 cm

  • Poids

    110 g

  • Support principal

    Poche

Yasmina Khadra

Yasmina Khadra est né en 1955 aux portes du Sahara algérien. L'armée dans laquelle il officie se situant aux antipodes de la vocation littéraire, la carrière militaire de Yasmina Khadra sera jalonnée de déboires et de déconvenues. Descendant d'une longue lignée de poètes, son amour pour la langue française l'aidera à s'accrocher à son rêve d'enfant : devenir écrivain. Pour échapper à la censure militaire, il écrira pendant onze années dans la clandestinité. Yasmina Khadra sont les deux prénoms de son épouse. Ils le feront connaître dans le monde entier. Consacré à deux reprises par l'Académie française, salué par des prix Nobel, Yasmina Khadra est traduit dans une cinquantaine de pays et a touché des millions de lecteurs. Soutenu par son large lectorat sans lequel il ne « serait que lettre morte », il nous démontre, de livre en livre, que « le plus grand des sacrifices, et sans doute le plus raisonnable, est de continuer d'aimer la vie malgré tout ».

empty