À propos

A croire les déclinologues de tout bord, ce sanctuaire de matière grise désormais bat de l'aile. Tout est faussé. Car on peut réussir ses études universitaires et devenir chômeur... ou bien alors ne trouver que des emplois sans rapport avec les diplômes obtenus. En quarante ans, le nombre d'étudiants est passé de 200 000 à 1 600 000. Aucun service public n'a subi une telle augmentation de charges : ni la poste, ni la SNCF, ni les impôts... ni les hôpitaux. Aussi, arrêtons de céder aux trompettes de la sinistrose, de dire haut et fort qu'il y a une crise de l'Université et donc une crise de l'intelligence. Claude Allègre, en bon pédagogue, dresse pour nous un bien sévère mais réaliste réquisitoire (non sans humour d'ailleurs) et surtout nous propose. dans la dernière partie de ce libellé, des pistes qui sont autant de propositions pour un avenir proche. Pour avoir passé presque un demi-siècle au service de l'Université, Claude Allègre s'insurge, rétablit quelques bonnes vérités historiques, démontre les progrès fabuleux qui ont été réalisés depuis quarante ans et qui font qu'aujourd'hui elle devrait être dans le peloton de tête des universités mondiales, pour peu qu'on fasse les efforts nécessaires. Dans un XXIe siècle qui sera sans nul doute le théâtre de la bataille de la matière grise aussi bien sur le plan économique que culturel, une des clefs de notre avenir dépend des universités, comme le montre l'exemple américain.


Rayons : Littérature > Biographie / Témoignage littéraire > Témoignages


  • Auteur(s)

    Claude Allègre

  • Éditeur

    Plon

  • Distributeur

    Interforum

  • Date de parution

    02/11/2006

  • Collection

    Tribune Libre

  • EAN

    9782259205900

  • Disponibilité

    Manque sans date

  • Nombre de pages

    171 Pages

  • Longueur

    20.2 cm

  • Largeur

    13.4 cm

  • Épaisseur

    1.8 cm

  • Poids

    230 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Claude Allègre

Camarade d'adolescence de Lionel Jospin, puis brillant universitaire, Claude Allègre se spécialise ensuite dans la tectonique des plaques. Conseiller spécial de Lionel Jospin au ministère de l'Éducation de 1988 à 1992, il exerce les fonctions exécutives de son patron. Il succède en 1992 à Maurice Allègre à la présidence du BRGM, un institut qui exploite le sous-sol africain et joue un rôle clé dans le dispositif militaro-industriel français en Afrique. Partisan d'une renégociation de la laïcité, il conseille Lionel Jospin dans le but d'autoriser le port du voile islamique à l'école. Professeur à l'Institut universitaire de France, à l'université Paris VII Denis-Diderot et à l'Institut de Physique du Globe de Paris (IPGP), les travaux en géologie isotopique réalisés par Claude Allègre ont été distingués par le prestigieux prix Crafoord et la médaille d'or du CNRS.

empty