Les arbres en parlent encore

À propos

Calixthe Beyala Les arbres en parlent encore Edène, la narratrice, est née en l'an VI avant la guerre de 1914. Elle est la fille d'Assanga Djuli, un chef de village camerounais, fier et haut comme un baobab. Devenue presque centenaire, elle fait au cours de seize veillées la chronique de ce qu'elle a vu.
Et Dieu sait qu'elle en a vu ! La rencontre heurtée, violente de deux mondes, au cours des colonisations allemande puis française. Les paradoxes d'un pays pris entre son mode de vie ancestral, ses croyances, ses guerres tribales, et l'irruption du xxe siècle européen. Tout cela vécu par de multiples personnages qui hantent sa mémoire : Fondamento de Plaisir, la « sorcière » luxurieuse et hypocrite ; Awono, le guérisseur ; « Chrétien n¡ 1», le premier baptisé du village, qu'elle s'est efforcée de séduire. Et encore Michel-Ange de Montparnasse, un soldat français qui tente la gageure de se fondre dans la communauté en y prenant femme.
Truculente, lyrique, drôle ou révoltée, Calixthe Belaya fait entendre une des voix les plus fortes de la jeune littérature francophone, consacrée avec Les Honneurs perdus par le Grand Prix du roman de l'Académie française.


Rayons : Littérature > Romans & Nouvelles


  • Auteur(s)

    Calixthe Beyala

  • Éditeur

    Le Livre De Poche

  • Distributeur

    Hachette

  • Date de parution

    10/03/2004

  • Collection

    Litterature

  • EAN

    9782253067764

  • Disponibilité

    Épuisé

  • Nombre de pages

    475 Pages

  • Longueur

    17.8 cm

  • Largeur

    11 cm

  • Épaisseur

    2.2 cm

  • Poids

    224 g

  • Support principal

    Poche

Calixthe Beyala

Calixthe Beyala est née en 1961 au Cameroun.
À dix-sept ans, elle arrive en France et suit des études de lettres et de gestion. En 1987, elle publie son premier roman, C'est le soleil qui m'a brûlée. Elle a depuis obtenu le Grand Prix littéraire de l'Afrique noire pour Maman a un amant, le Grand Prix du roman de l'Académie française pour Les Honneurs perdus et le Grand Prix de l'Unicef pour La Petite Fille du réverbère. Outre sa carrière d'écrivain, elle milite auprès de nombreuses associations pour la reconnaissance des minorités, le développement de la francophonie et la lutte contre le sida. Elle est chevalier des Arts et des Lettres.

empty