À propos

Aujourd'hui, il règne partout une algophobie, une peur généralisée de la douleur. Tout état douloureux est évité. Même les douleurs amoureuses sont suspectes. La tolérance à la douleur est faible. L'algophobie a pour conséquence une anesthésie permanente. Cette situation découle d'un changement de paradigme. Nous vivons dans une société de la positivité qui cherche à se débarrasser de toute forme de négativité. La douleur est la pure et simple négativité. La psychologie suit également cette évolution et passe de la psychologie négative, qui est la psychologie de la souffrance, à la psychologie positive, qui s'occupe du bien-être, du bonheur et de l'optimisme. Cet essai montre comment cette pathologie de l'individu se prolonge dans la société. On accorde de moins en moins de place aux conflits et aux controverses qui peuvent mener à des disputes douloureuses. L'algophobie touche également la politique. L'obligation de conformité et la pression du consensus prennent de plus en plus d'importance. Une postdémocratie s'installe : une démocratie palliative.


Rayons : Sciences humaines & sociales > Sciences sociales / Société > Thèmes et questions de société


  • Auteur(s)

    Byung-Chul Han

  • Éditeur

    Puf

  • Distributeur

    Union Distribution

  • Date de parution

    12/10/2022

  • EAN

    9782130830146

  • Disponibilité

    Disponible

  • Longueur

    17.6 cm

  • Largeur

    11.6 cm

  • Épaisseur

    0.9 cm

  • Poids

    100 g

  • Support principal

    Grand format

Byung-Chul Han

Byung-Chul Han est né à Séoul. Après des études de philosophie à
Fribourg-en-Brisgau, il a enseigné à l'Université de Bâle, à Karlsruhe et depuis trois ans à l'Ecole des Beaux Arts de Berlin. Parmi les très nombreux ouvrages qu'il a publié : L'Hyperculture, Culture et globalisation, La Société de transparence, L'Eros.

empty