Géopolitique du sport Géopolitique du sport
Géopolitique du sport
Géopolitique du sport

Géopolitique du sport

À propos

Malraux avait tort. Le XXIe siècle ne sera pas religieux avant tout : il sera sportif. Nous sommes entrés dans l'ère du sport mondialisé. Le sport est devenu le nouveau terrain d'affrontement - pacifique et régulé - des États. C'est la façon la plus visible de montrer le drapeau, d'être un point sur la carte du monde et d'exister aux yeux de tous.
Lorsque la globalisation efface les identités nationales, le sport devient le moyen le plus efficace pour ressouder la nation, autour d'un projet commun et fédérateur. Dans ce « village global » qu'est devenue la planète, les champions sont les habitants les plus connus et les plus populaires. Tout le monde a entendu parler d'Usain Bolt ou de Cristiano Ronaldo. Qui connaît le nom du Premier ministre jamaïcain ou portugais ? Qui se souvient du nom du président du Brésil en 1970 ? Celui de Pelé est gravé à tout jamais dans les mémoires.
Le sport aujourd'hui c'est donc plus que du sport. C'est de l'émotion, des sensations, des moments de désespoir, de joie, de fraternité, etc., mais aussi de la géopolitique, de la puissance en version « soft ». Bref, un élément essentiel de rayonnement pour un État.



Sommaire

Introduction : le XXIe siècle sera sportif ou ne sera pas.

Le sport, critère de puissance.
Un nouvel instrument de puissance.
Plus haut, plus vite pour être plus fort.
Un véritable enjeu géopolitique.

Sport et mondialisation.
L'empire du football.
Sport et mondialisation font la paire.
Une diffusion médiatique exponentielle.
Le tennis, un sport de l'élite qui s'est démocratisé.

Vers un monde multipolaire.
La force des traditions sportives.
La multipolorisation du monde sportif.

Sport et identité nationale.
Un territoire, une population, un gouvernement... et une équipe de foot.
Les maillots : supports stratégiques de notoriété.
Sport et fierté nationale.

Le sport au service du politique ?
Des exemples historiques d'instrumentalisation.
Un terrain d'expression incomparable.
Coups de projecteur.

Guerre et Paix.
Le sport, substitut à la guerre.
Un outil pour la paix.
La diplomatie du ping- pong.
États- Unis, Iran, Russie, unis par la lutte.
Chiffres clés.
Force du sport et de ses organismes.

La diplomatie sportive américaine.
Le sport pris dans la guerre froide.
Un nouvel adversaire : la Chine.
La diplomatie publique.

La diplomatie sportive chinoise.
Un instrument des relations bilatérales.
L'image de la réussite chinoise.

La diplomatie sportive du Qatar.
La visibilité du sport comme instrument de protection.
Les paris gagnés du Qatar.

L'Inde, une sous- puissance sportive.
Un secteur sportif sous- développé.

La diplomatie sportive française.
Paris 2012 : une défaite utile ?
L'action de l'État.

Rayons : Sciences humaines & sociales > Sciences politiques & Politique > Sciences politiques généralités > Essais / Réflexions / Ecrits sur les sciences politiques

  • EAN

    9782100822362

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    240 Pages

  • Longueur

    17.8 cm

  • Largeur

    11 cm

  • Épaisseur

    1.1 cm

  • Poids

    130 g

  • Distributeur

    Hachette

  • Support principal

    Poche

Pascal Boniface

Pascal Boniface est directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS). Il enseigne à l'Institut d'études européennes de l'Université Paris-VIII et a écrit et dirigé une cinquantaine d'ouvrages sur les questions stratégiques. L'IRIS est un centre indépendant d'études en relations internationales. Ses activités comprennent la recherche et l'expertise, les publications, l'organisation de colloques et séminaires et l'enseignement sur les questions internationales.

empty