La terre est un être vivant ; l'hypothèse Gaïa

Traduit de l'ANGLAIS

À propos

De concert avec la célèbre biologiste Lynn Margulis, James Lovelock a conçu dans les années 1970 une hypothèse scientifique surprenante : les systèmes vivants de la Terre appartiendraient tous à une même entité, qui régulerait l'environnement de manière à préserver les conditions favorables à la vie. Telle est l'hypothèse Gaïa, nom grec de la déesse de la Terre.Il ne s'agit rien de moins que de repenser l'histoire de la vie et de la Terre. Notre «monde vivant», étonnante anomalie au regard de la planétologie comparée, ne forme-t-il pas un système, un «tout» comparable à un organisme autorégulé ?Aujourd'hui, il est devenu évident que la vie est affectée par l'environnement, mais qu'elle l'affecte aussi en retour. Dès lors, l'hypothèse Gaïa, qui porte un regard différent sur notre planète, peut nous permettre de faire face au défi écologique.


Rayons : Sciences & Techniques > Sciences de la Terre et de l'Univers > Géologie


  • Auteur(s)

    James Lovelock

  • Éditeur

    Flammarion

  • Distributeur

    Union Distribution

  • Date de parution

    04/10/2017

  • Collection

    Champs Sciences

  • EAN

    9782081416543

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    284 Pages

  • Longueur

    17.8 cm

  • Largeur

    10.8 cm

  • Épaisseur

    1.3 cm

  • Poids

    208 g

  • Support principal

    Poche

Infos supplémentaires : Broché  

James Lovelock

  • Naissance : 26-7-1919
  • Age : 105 ans
  • Pays : Royaume Uni
  • Langue : Anglais

Scientifique et écologiste indépendant, James Lovelock est l'initiateur de l'hypothèse Gaïa qui envisage la Terre comme un être vivant en évolution aspirant à se réguler elle-même pour favoriser la vie. Lovelock figure, selon le magazine Prospect, parmi les 100 plus grands intellectuels, et est considéré comme un « scientifique visionnaire » (The Times) et « l'un des plus grands penseurs de notre temps » (New Scientist).

empty