À propos

«Dieu est mort !» : plus d'un siècle après la célèbre affirmation de Nietzsche, alors même qu'on annonce le grand retour du religieux - et de sa face obscure, le fanatisme-, force est d'admettre que la religion... ne nous a jamais quittés. L'homo religiosus trouve en elle la signification de l'existence ; elle répond à notre soif d'absolu comme aux exigences de la vie en société. Quelle est au juste la nature du lien religieux ? Est-ce Dieu qui a créé l'homme, ou l'homme qui a créé Dieu ? La raison peut-elle établir la vérité de la foi, ou la religion est-elle d'abord une provocation pour cette autre quête de sens qu'est la philosophie ? Qu'on l'envisage à l'aune des pratiques cultuelles, des rapports qu'elle entretient avec le pouvoir séculier ou de son lien à la vérité, la religion apparaît d'abord comme une transgression du cours ordinaire des choses : elle suppose que le sens d'un acte, d'une pensée ou d'une vie se situe ailleurs. Que l'on soit ou non croyant, on peut lui reconnaître un singulier mérite : celui de rendre équivoque l'expérience, et d'empêcher toute clôture du sens.


Rayons : Sciences humaines & sociales > Philosophie > Philosophie généralités > Essais / Réflexions / Ecrits sur la philosophie


  • Auteur(s)

    Michaël Foessel

  • Éditeur

    FLAMMARION

  • Distributeur

    UNION DISTRIBUTION

  • Date de parution

    02/01/2013

  • Collection

    Gf

  • EAN

    9782081293960

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    256 Pages

  • Longueur

    17.7 cm

  • Largeur

    10.8 cm

  • Épaisseur

    1.3 cm

  • Poids

    180 g

  • Support principal

    Poche

Infos supplémentaires : Broché  

Michaël Foessel

Michaël Fœssel est philosophe, professeur à l'École polytechnique. Il est notamment l'auteur d'Après la fin du monde. Critique de la raison apocalyptique (Seuil, 2012, 2 300 GFK), Le Temps de la consolation (Seuil, 2015, 6 700 GFK), La Nuit. Vivre sans témoin (Autrement, 2017, 4 400 GFK) et Récidive. 1938 (Puf, 2019, 16 500 GFK).

empty