L'arret de mort L'arret de mort
L'arret de mort L'arret de mort

L'arret de mort

À propos

Jamais un livre n'aura été, à ce point, l'espace éprouvé de sa loi. Souveraine gravité de l'arrêt de mort ! l'implacable sentence, l'infaillible décret s'abat, comme un couperet, sur chacune de ses pages et, une fois au moins, de la manière la plus visible, non pour séparer en deux parties presque égales, le récit mais, au contraire, pour marquer de sa coupure le passage de l'une à l'autre, de la vie à la mort afin de les confondre ensuite. Il y aura, désormais, ce qui s'est écrit avant l'arrêt, le redoutant et, cependant, fasciné, tournant autour et ce qui s'est écrit après - en même temps ? -, l'acceptant, le subissant ou mieux, l'appliquant. A l'image, peut-être de ce qui, à la suite de "ce profond coup de hache ", s'est creusé au milieu de la paume de j. "...et si cette ligne s'appelle bien ligne de chance, je dois dire que son aspect rendait cette chance tragique ". La loi est regard de la mort. trois personnages - une même irréfrénable passion - vont vivre et mourir de l'humanité infinie et de la glaciale cruauté de ce regard ; entourés de quelques témoins occasionnels, garants de la plausibilité de l'histoire, vont vivre la mort de l'autre et mourir de leur propre mort. Loi de l'univers et du livre. "ce qui arriva était arrivé depuis longtemps. " et quelle est cette parole de mort qui ne serait point silence ? "l'extraordinaire commence au moment où je m'arrête. "

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782070296996

  • Disponibilité

    Disponible

  • Longueur

    20 cm

  • Largeur

    13 cm

  • Épaisseur

    1 cm

  • Poids

    146 g

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Maurice Blanchot

Maurice Blanchot (1907-2003) est notamment l'auteur de romans (Thomas l'obscur), de récits (L'Arrêt de mort, Le Dernier homme) et de nombreux volumes de critique littéraire. L'essentiel de son oeuvre est disponible aux Éditions Gallimard.

empty