De l'Histoire à l'histoire De l'Histoire à l'histoire
De l'Histoire à l'histoire De l'Histoire à l'histoire

À propos

«L'écriture d'Alias Caracalla a correspondu à l'automne de ma vie. La chance a permis que je publie ces Mémoires de mon vivant. Raconter son existence, c'est la juger. Du point de vue des hommes, il est bien des manières de réussir ou de rater sa vie. Du point de vue de Dieu, comment le savoir avant la fin?
Je demeure persuadé d'une chose : mon engagement dans la France Libre et, quarante ans plus tard, les trente années que j'ai consacrées à l'écriture de cette histoire sont les deux périodes de mon passé que je recommencerais à l'identique si j'en avais la possibilité.
Entre ces deux périodes, j'ai dédié l'essentiel de mon temps à la passion de l'art contemporain. Aujourd'hui, je crois qu'en dehors des joies qu'il procure l'art n'est pas autre chose qu'un plaisir égoïste, incapable de répondre aux cris de millions d'esclaves et des peuples opprimés.
Une vie n'est que ce qu'elle fut. Lorsqu'on découvre la vérité, il est trop tard pour recommencer.» Daniel Cordier.

Sommaire

Réalisé à partir d'entretiens échelonnés sur trois années, ce livre retrace le parcours intellectuel de Daniel Cordier, depuis la publication de ses premiers travaux d'historien sur Jean Moulin, au début des années 1980, jusqu'à celle de son « Journal de guerre », en 2009.
Après s'être interrogé sur le statut de la mémoire de la Résistance dans la France de la fin du XXe siècle et du début du XXIe, l'auteur revient sur les circonstances qui l'ont conduit à se faire « historien accidentel » pour défendre la mémoire de son patron, Jean Moulin.
Fondé sur les archives, son travail a opéré une révolution dans l'histoire de la Résistance. Le livre explore ce paradoxe qu'un ancien acteur de celle-ci ait libéré son historiographie de l'autorité écrasante qu'y exerçaient les récits des témoins.
Daniel Cordier revient longuement sur les polémiques qui n'ont cessé d'émailler la réception de son travail, plébiscité par les historiens, mais régulièrement attaqué par une partie des résistants, depuis ses premières publications, en 1983, jusqu'à la fin des années 1990.
La dernière partie de l'ouvrage est plus spécifiquement consacrée à Alias Caracalla, oeuvre unique au sein de la tradition mémorialiste résistante, et détaille notamment les principes qui ont présidé à sa rédaction.Plus profondément, Daniel Cordier réfléchit aux rapports complexes entre l'historien et le mémorialiste et propose, en guise de conclusion, une réflexion originale sur la mémoire de la Résistance dans la France du début du XXIe siècle.

Rayons : Sciences humaines & sociales > Histoire > Histoire généralités > Faits de société / Actualité

  • EAN

    9782070141845

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    160 Pages

  • Longueur

    22 cm

  • Largeur

    15 cm

  • Épaisseur

    1.4 cm

  • Poids

    238 g

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

empty