Petit Vehicule

  • roger wallet est resté fidèle aux cieux, un peu gris et pluvieux, de la picardie, où il a passé le plus " clair " de sa vie.
    il y a mené une double carrière dans l'enseignement et dans l'action culturelle. l'écriture romanesque est chez lui une vocation assez tardive, abordée entre quadra et quinqua. au début des années quatre-vingt-dix, il découvre l'écriture, dans le parage amical de jean-pierre cannet (" gueules d'orage ", " bris de guerre ", " la grande faim dans les arbres ", " little boy "...). quelques nouvelles plus tard, il publie son premier roman, portraits d'automne (le dilettante, 1999; folio, 2002).
    son second texte long (ce silence entre nous, denoël, 2000) confirme son goût des univers quotidiens, des vies simples, des gens " de peu ", de ces existences oit " le chagrin trouve à s'employer ". ce premier roman, portraits d'automne, paru au dilettante en 1999 et aujourd'hui en poche (folio), lui vaut une critique unanimement élogieuse et un passage à " apostrophes ", l'émission mythique de bernard pivot.

  • « Tout avait pourtant commencé comme il était convenu : on sortait des ruines de la guerre, on faisait du neuf, du propre, on voyait apparaître peu à peu le confort du formica et du plastique, de la télé et de la voiture. On la devinait bien cette vie, c'était à ces détails près la même que celle de nos parents.
    Et puis. il y eut mai 68. J'avais vingt et un ans. Autant dire que ce fut une révélation qu'un premier amour. L'éblouissement durable de l'engagement social et culturel, et enfin, en 1977, la possibilité de « changer le monde ». Rien de moins. »

empty