Arts et spectacles

  • Entre 1929 et 1939 plus de 1300 longs-métrages sont tournés dans les studios français qui comptabilisent 56 plateaux répartis sur 21 sites, dans lesquels travaillent chaque année des milliers de professionnels du cinéma. Bien qu'ils occupent une place centrale dans le système de production des années 30 et constituent le principal espace de travail et de sociabilité des techniciens du film, les studios français sont restés en marge de l'histoire du cinéma. Si les noms évocateurs des Buttes Chaumont, de la Victorine ou de Joinville font immédiatement surgir une multitude d'images féériques et pittoresques de techniciens afférés, de vedettes apprêtées ou de décors monumentaux signés Meerson ou Trauner, le fonctionnement de ces studios, leur rôle dans le système de production et dans l'histoire économique, sociale et culturelle du cinéma français restent largement méconnu. S'appuyant sur grande variété de sources pour la plupart inédites, cet ouvrage propose de dresser un tableau synoptique du système des studios français depuis les premiers tâtonnements du passage au parlant en 1929 jusqu'à la mobilisation générale de septembre 1939, en considérant le studio, non comme un simple outil technique au service des oeuvres mais comme un espace de travail, d'innovation et de création, un lieu d'apprentissage et de sociabilité au sein duquel les dimensions économiques, techniques, artistiques et humaines sont irrémédiablement liées. À travers cette histoire sociale et culturelle des studios français l'auteur éclaire les conditions matérielles de réalisation des films et propose une analyse des dynamiques économiques et sociales d'un milieu professionnel en pleine mutation.

empty