L'amourier

  • Le 26 août 1887, depuis Le Caire où il était allé se rafraîchir des chaleurs d'Aden, Arthur Rimbaud écrit à son ancien directeur Alfred Bardey une longue lettre dans laquelle il lui raconte ses aventures depuis qu'il l'avait quitté deux ans plus tôt. Il lui communique en particulier le journal qu'il avait tenu de son itinéraire d'Entotto à Harar, trajet parcouru pour la seule fois de sa vie. (...) Nous avons pu parcourir à peu près cet itinéraire plus d'un siècle plus tard en 4x4; nos souvenirs et photographies servent d'accompagnement discret au texte du poète.

  • Lorsque l'on publiait des gravures autrefois, portraits de classiques de l'antiquité ou contemporains, on les accompagnait de courts poèmes. Ainsi j'ai souvent commenté des photographies ou eaux-fortes.
    Certains textes ont été publiés ailleurs ; mais qui peut se flatter d'avoir une fois rassemblé tous ses amis ? La plupart d'entre eux sont naturellement amis entre eux; cela forme comme un réseau; chacun pourrait proposer son rassemblement, auquel il ajouterait d'autres noms. Il y a des vivants et des morts, des anciens et des modernes, certains que j'ai beaucoup fréquentés, d'autres que nécessairement je n'ai connus que par leurs livres, leurs peintures ou leur musique. Il y en a à qui j'ai eu l'occasion de rendre hommage plusieurs fois, d'autres à qui je rendrai vraisemblablement hommage encore. Voici donc une réunion de quarante-six amis que j'ai tenté de décrire en quelques lignes. Il s'agit souvent d'une seule phrase qui n'a nullement la prétention de faire le tour de son sujet. Il s'agit de le faire apparaître. Il faut dire qu'en général l'image aide beaucoup, mais il y en a en général aujourd'hui des centaines en suspension dans l'effervescence médiatique. La petite fête d'aujourd'hui comporte une centaine de pages. De quoi lever son verre bien des fois pour intensifier la présence de ceux qui ne sont jamais ni complètement apparus ni complètement disparus.

  • Geographie parallele

    Michel Butor

    Ballotté par grandes vagues malmené sur les courants de l'océan mal nommé je cherche le grand passage d'un paradis entrevu à des enfers constatés écoutant toutes rumeurs chantant veille et lendemain A d'abord été écrit pour cinquante monotypes de Marc Jurt imprimés sur d'anciennes cartes de géographie.
    Cette présente édition est complétée de textes manuscrits rédigés pendant la même période.

  • Édition originale limitée à 45 exemplaires sur papier Velin Fabriano, impression typographique de cinq poèmes accompagnés de 11 bois originaux,
    numérotés et signés de Gérard Serée.
    Format 28 x 35 cm.
    Présentée dans un étui toilé bordeaux.

empty