Elan Vert

  • Enfermée dans une minuscule cage, Galinette était une petite poule rose au milieu des poulettes blanches. Chaque jour, elle pondait un oeuf que l'Homme lui prenait. Un beau matin, elle en eut assez et décida de chambouler tout ça. Elle allait pondre un oeuf extraordinaire, un oeuf tellement stupéfiant que l'Homme en tomberait sur son derrière... un oeuf cube !

  • J'ai 2 parents, 4 grands-parents, 8 arrière-grands-parents et des milliers d'ancêtres... Chacun m'a donné un petit morceau de lui : les yeux de mon Papé, le sourire de Mamie... Et me voilà, mélange de tous ces gens-là !

  • Un chaton, cest attendrissant ; mais un gros chat qui guette et qui gronde, grif ! grif ! grif... ! Cest tout de suite moins sympathique. Cet album joue sur les petits noms donnés aux enfants par leurs parents, grands-parents, frères et surs... qui détournés, deviennent sujets à rigolade. Le lecteur est finalement très content dêtre un « petit enfant » car, cest sûr, un jour il va grandir et devenir « comme papa comme maman ». Parents et enfants prendront plaisir à faire chanter les onomatopées et les allitérations en « gr » dun petit texte qui porte lui-même sa musique sous une apparente simplicité. Les illustrations jouent sur deux registres : tendresse sur la page de gauche (petit nom agréable) et humour sur la page de droite (animal replacé dans une situation décalée).

  • Une adaptation truculente du célèbre conte des frères Grimm : Blanche-Neige. Une réécriture foisonnante de jeux de mots, contrepèteries, clins d'oeil, rythmée par des dialogues hauts en couleur qui enchanteront petits et grands.

  • I1 y a fort longtemps ou peut-être bien l'hiver dernier vivait un être exilé du monde, dans une immense forêt barbelée de ronces et d'épines noires.
    Son apparence aurait fait fuir les plus téméraires : il était couvert de poils du plus petit orteil à la boîte crânienne. Nul ne connaissait son existence, nul ne s'aventurait sur ses terres. Jusqu'au jour où... un chausseur sachant chausser ruiné, le père de Lisebelle, passa sa porte.

  • En l'an de grâce je ne sais plus trop combien, une terrible malédiction toucha le couple royal. Leur première-née, la princesse Papillonne, serait bête, bête, bête comme ses pieds. Personne ne voudrait l'épouser sauf un garçon loupé !
    Une fée essaya bien d'atténuer le sort en la rendant belle, belle, belle comme le jour, mais en vain. La jeune fille se sentait rejetée, abandonnée jusqu'au jour où. Papillonne rencontra un drôle de personnage tout tordu, tout bossu, moustachu.
    Et si les malédictions ne fonctionnaient qu'avec ceux qui y croient ?

empty