• Des nouvelles aux couleurs multiples, à l'image de la vie, tantôt rose tantôt grise. Serge Roussel a cessé de grandir le jour de ses treize ans, il ne s'en plaint pas. Jour après jour, dans une loge vitrée, il surveille les entrées et sorties de collégiens, il ne s'en plaint pas. Ce qu'il aime Serge, ce sont les boîtes, petites, grandes, cylindriques... une passion dévorante, à tel point qu'un jour Serge disparaît. Des personnages confinés dans un quotidien, dans un secret ou dans une passion. Des petits riens, des petites habitudes inscrites dans le temps, mais qui, au moindre changement, peuvent provoquer de grandes révolutions. Mireille par exemple a pris l'habitude de dire oui à Georges, depuis quarante-huit ans. Mais, voilà, il y a six mois, elle lui asséna un non. Quant à Pierre-Henry, il ne peut vivre qu'entouré de vitrines, alors le jour où son médecin lui impose de se «mettre au vert», le monde semble s'écrouler pour lui. Le rituel de Mauricette consiste à rectifier la ligne de son rouge à lèvres. Depuis plus de vingt ans elle n'a jamais dérogé à cette tradition. Elle se dit que si elle changeait la couleur elle ne serait plus la même, et Dieu sait ce qui peut arriver quand on est plus soi-même ! La répétition des mêmes scènes de notre théâtre intérieur conduirait-il à notre anéantissement ?

empty