Parole Et Silence

  • Comme un astre s'estompe aux abords lumineux de la lune, ainsi dans le firmament de la piété chrétienne, est-il naturel que l'éclat de cet immense saint - Joseph - pâlisse de la gloire de celle qu'il reçut pour prochain le plus proche : son épouse, Marie. Établi gardien d'un mystère qui devait s'accomplir avec lui mais, semble-t-il, en dehors de lui, la nécessité a paru s'imposer de tenir ses attributions de père et d'époux à une juste distance de la sainte et mystérieuse union de Dieu avec cette Vierge immaculée.
    Pourtant, ce qui étonne devant cet homme assujetti aux humbles obligations de la de la prudence, de l'intendance et de la vigilance, c'est cette dévotion multi-séculaire qui s'élève vers lui.
    Il y a nécessité à scruter le mystère de ce personnage, à commencer par ce silence qui l'entoure que pas un mot de lui n'altère (aucune de ses paroles n'est rapportée dans l'Évangile). Jean-Paul II lui-même nous invitait à cette nécessité : "Le silence de Joseph a une portée particulière : grâce à lui, on peut saisir pleinement la vérité contenue dans le jugement que l'Évangile émet sur Joseph : 'le juste'. Il faut savoir lire cette vérité car en elles est contenu l'un des témoignages les plus importants sur l'homme et sur sa vocation» (Exhortation apostolique Redemptoris custos, §17).

empty