• François Rouan, Photographies n'est pas un livre de photographe. C'est le livre d'un peintre qui, à intervalles plus ou moins réguliers, se saisit du médium photographique pour le faire résonner avec son travail de peinture.
    Depuis plus de vingt-cinq ans, cette pratique témoigne avant tout pour Rouan du dialogue qu'il tisse avec les modèles qui posent pour lui dans l'atelier. Elle lui permet de laisser trace du vivant de ces échanges tout en maintenant à distance l'idéalisation de la belle forme par un dispositif qui, d'entrée de jeu, défait la littéralité du sujet. Il y parvient en choisissant de travailler avec une machinerie délibérément anachronique dont il débraye l'avancée mécanique.
    Dès la première prise de vue, par l'effet de cette progression à l'aveugle et d'un cadrage aléatoire brouillé par les glissés et les superpositions, l'image se trouve dans le même temps impressionnée et déjà troublée par la suivante. La bande ainsi traitée est ensuite déposée au réfrigérateur pour y être conservée aussi longtemps que l'artiste le désire.
    Plus tard, éventuellement des années après ces prises de vue dans l'atelier, l'artiste, au gré de ses promenades sur la côte picarde, les plages normandes, en Engadine, en Italie, ou encore en Dordogne au château de Hautefort, se saisit du rouleau réembobiné et le charge des paysages traversés qui s'impriment sur le corps des modèles pour les tatouer, les voiler ou les masquer. Les tirages qui résultent de ce processus condensent ainsi les strates de temps différés et d'espaces disjoints.
    Plus que des photographies, ce sont alors des blocs de mémoire qui invitent le regard à circuler entre les veines d'un feuilletage marbré de corps, de ciel, de terre ou d'eau, griffé parfois d'empreintes peintes.
    Les pages d'un journal d'atelier rassemblant notes et fragments écrits par François Rouan entre 2012 er 2018, évoquent, au centre du livre, et en contrepoint aux travaux photographiques, l'espace mental où s'élabore la peinture.

  • « Depuis l'été 2013, une résidence de trois saisons au château de Hautefort, à l'invitation de M. et Mme David-Weill, m'a permis de revisiter mon travail de toujours sur la mémoire. C'est l'expérience sensible des trébuchements sur le souvenir. Depuis Sienne, et un certain printemps 1974 passé à dessiner devant les fresques de Lorenzetti, jusqu'à aujourd'hui à Hautefort.
    Le travail de l'art dans la durée dresse chez moi une cartographie des déplacements, tout autant du désir que de la pensée. Peintures, films, photographies, dessins nouent avec des relations de multiples points de vue que j'appelle tressage. Le mouvement du travail aux prises avec la beauté s'opère sous l'angoisse des dévorations de l'histoire. Hier l'expérience du travail en Italie - copie et réflexion sur la beauté siennoise - comme aujourd'hui à Hautefort, confronte ma mémoire à l'idée de l'histoire comme destruction. Tel est l'objet.
    Le travail sur ces trois ans à Hautefort, par la grâce et la générosité de cette invitation de M. et Mme David-Weill, m'a dispensé du formatage rhétorique des programmes feutrées du type art contemporain. Je tiens à dire que ce travail d'équipe (peintures, dessins, écriture, films, installations et vitrail) ne relève en rien du tempo de l'industrie, mais du bonheur de l'échange. (.) » François Rouan

  • Ce jardin d'encre est un texte que Bernard Noël travaille quasiment quotidiennement depuis plusieurs années.
    Il indique lui-même que l'écriture de ce texte cessera avec sa mort ; il ne veut le voir fini.
    Comme souvent avec Bernard Noël, une collaboration avec un peintre : François Rouan, constitue une spécificité de la structure du livre. Le livre est alors composé de cinq séquences, dont les quatre dernières sont inédites, liées à des séries photographiques argentiques de François Rouan.

  • La conception et la réalisation de vitraux de facture contemporaine pour l'église Saint-Michel de Bonaguil (47500) ont été confiées à l'artiste François Rouan et à l'atelier Simon-Marq de Reims. Ces vitraux sont une oeuvre de lumière qui trouve magnifiquement sa place dans ce lieu singulier chargé d'histoire.
    Richement illustré, l'ouvrage présente les différentes étapes de conception de l'artiste, une analyse descriptive de son oeuvre et une présentation du site fortement typé de Bonaguil classé monument historique.

empty