• Je t'aime", "je suis Untel"; je suis ton fils" ou bien encore "je est un autre" : le "je" est toujours là, en marque incontournable. Le "je" c'est la personne de celui qui le parle, inscrite dans son discours ; c'est le point de départ et le référent stable d'une image de soi. On remarque alors comment celui qui parle dépasse bien son "je", se faufile sous d'autres personnes, et comment la première travaille l'ancrage identitaire pour faire sens de soi.

  • Ce qu'on se dit au lit.

    L'expérience ordinaire montre que le discours se défait au fur et à mesure que l'acte sexuel s'accomplit. En caricaturant : moins de mots, plus de râles et de cris à mesure qu'augmente la jouissance. Pourtant, chacun sait qu'apparaissent de multiples formes vocales et verbales que l'on pourrait croire accessoires, voire cosmétiques, mais dont l'analyse prouve l'importance dans la coordination des actes et la gestion des sensations et des émotions.
    Cet ouvrage est consacré à la nature et aux fonctions des manifestations vocales et verbales pendant l'acte sexuel. Plus qu'un objet folklorique ou amusant, il s'agit d'une invitation à questionner la nature et les comportements humains intimes. Plus que de pornographie, d'actes sexuels, de sensations résultant du frottement d'organes érogènes, ce travail traite de certains aspects des comportements et de la nature humaine tels qu'ils sont révélés dans ces contextes particuliers.

    Maître de conférence en sciences du langage à l'université Paul-Valéry Montpellier III, François Perea consacre sa recherche aux expressions subjectives dans le cadre d'une analyse du discours et des interactions ouverte à une anthropologie du langage, en particulier en contexte numérique. Il est l'auteur de plusieurs articles et ouvrages sur la pornographie, l'alcoolisme, les émotions au prisme du langage.
    Le livre est illustré par François Matton, auteur de nombreux ouvrages chez POL, dont le dernier, Oreilles rouges et son maître, est paru en 2015.
     

  • Cet ouvrage a l'originalité d'analyser des paroles d'alcooliques qui ne sont pas des témoignages de repentis, , mais qui ont été recueillies aux comptoirs de bistrots, lors de conversations ordinaires. Après avoir situé dans nos cultures les pratiques de consommation d'alcool, l'auteur étudie les discours et les interactions des alcooliques. Il s'interroge ensuite sur une conception du sujet alcoolique qui se dessine à travers ses productions et son comportement langagier.

  • Cet ouvrage part d'une expérience commune : sous le coup d'un bouleversement, qu'il soit sensoriel ou émotif, qu'il se prolonge ou ne dure qu'un instant, les mots viennent à manquer et le discours construit fait défaut. Les auteurs font le constat d'une incompatibilité entre l'acte linguistique et l'acte corporel qui révèle à leurs yeux deux modes distincts d'être au monde. Les auteurs observent et analysent cette inhibition dans les circonstances les plus courantes, notamment la parade amoureuse, la scénographie sexuelle...

  • Marc Levivier est docteur en sciences de l'éducation, il travaille à l'Institut de recherche et d'enseignement sur les addictions (Irema) et à l'université Paris-8 où il coordonne le Desu " Prises en charge des addictions ".
    Il est membre des comités de rédaction de deux revues : Psychotropes, revue internationale des toxicomanies et des addictions et La lettre de l'enfance et de l'adolescence, Grape.

empty