• Ce livre est consacré aux assistantes maternelles qui ont vécu une véritable métamorphose de leur métier. Bien loin des "nounous", elles sont devenues des professionnelles de l'enfance, ayant pour mission l'éducation autant que la garde. Comment s'y prennent-elles, quels savoirs développent-elles, comment s'articulent-elles au quotidien avec les parentsoe Comment négocient-elles les valeurs, les apprentissages à inculquer à l'enfantoe En un mot: comment éduquent-elles?

  • Le parrainage de proximité est peu connu, pourtant les besoins existent. Il est un révélateur des failles de notre système d'éducation, il met à jour de nouveaux besoins, des attentes des parents. Qui sont les parrains, quelles sont leurs motivations, à quels enfants peuvent-ils venir en aide, avec quelles méthodesoe Ce livre interroge une nouvelle forme d'entraide, innovante peut-être.

  • Chaque discipline a sa définition de la parentalité, sa lecture plus ou moins partielle qui légitime la présence d'un professionnel autour du berceau. En fait, que cache la notion de "compétence parentale", devons-nous éduquer les parents à la parentalité ? Existe-t-il de "bonnes pratiques", quels sont les outils de transmission d'un savoir sur ce métier que Freud disait impossible oe

  • "En cherchant à diversifier les modalités d aide aux familles, la Protection de l enfance innove en proposant parfois le placement séquentiel voire l accueil de jour reconnu désormais par la loi du 5 mars 2007. L accueil de jour attire les pionniers de l intervention en tentant de maintenir l enfant dans son environnement tout en aidant les parents à poursuivre l éducation de leurs enfants. Mais peu formalisé, peu théorisé, l accueil de jour reste invisible et les professionnels peinent à décrire leurs pratiques."

  • Pourtant le phénomène est habituel. Les chouchous sont partout : dans la Bible, les mythes et légendes de toutes les civilisations, les contes traditionnels, les films comme L'incompris ou Le choix de Sophie, la littérature autobiographique, les romans contemporains.
    Quels mots, quels signes ont été utilisés de l'Antiquité à nos jours pour nommer ou suggérer la préférence ? Comment sait-on qu'on est l'élu ? Par quels avantages affectifs ou matériels se montre-t-elle ? Quelles sont les « bonnes raisons » qui expliquent ce favoritisme ? Quelles émotions génère-t-il du côté des non-préférés, des chouchous, des parents ? Comment évolue-t-il au fil du temps ?
    Et si, en définitive, la préférence était une prison dorée, et le chouchou un mal-aimé qui serait plus à plaindre qu'à envier ? Surtout lorsqu'on sort du « normal » pour tomber dans le pathologique avec des conséquences parfois graves sur la famille et la vie de chaque enfant.
    Ce voyage, somme toute amoureux, permet à chacun de répondre en conscience à la question première : être le préféré, chance ou malchance ?

  • Ce livre a une histoire et elle est peu banale.
    Il est le résultat d'un travail mené par l'auteur avec des professionnels de l'enfance et des parents concernés par la violence intrafamiliale mais aussi institutionnelle. Son originalité et sa force résident dans le dialogue que ce livre instaure autour d'un sujet difficile qui nous concerne tous. Avoir mal et faire mal, personne n'y échappe. La violence n'est pas seulement dans l'autre, elle est aussi en chacun de nous, elle se love dans les structures censées être les plus protectrices : la famille, les institutions de l'enfance.
    Quelles formes prend cette violence ? Comment s'enclenche l'acte violent ? Que ressentent les parents, que peuvent-ils en dire ? Comment les institutions prennent-elles en charge ces enfants victimes ou témoins de violences familiales ? Quand jugent-elles qu'elles doivent intervenir, protéger l'enfant ? Sont-elles confrontées à des actes de violence dans l'institution et comment y réagissent-elles ?
    Ce livre vient donc combler une lacune : il fait entendre le point de vue des parents, confronte les positions éducatives parentales à celles des professionnels et interroge au travers de vignettes cliniques les modes d'intervention de ces derniers.
    Enfin, ce livre ouvre un espace de réflexion pour la prévention de la violence, propose des modifications pour humaniser toujours plus les interventions en direction des familles et la vie en institution.

  • Toute vérité n'est pas bonne à dire, dit-on, et pourtant faut-il se taire sur les difficultés plus ou moins graves rencontrées par les adoptés et les adoptants ? Nous ne le pensons pas et nous prenons le risque d'entendre et d'exposer des souffrances cachées, masquées, indicibles jusqu'à ce jour. Ce livre n'est pas une dénonciation de l'adoption qui reste un moyen privilégié pour créer une famille ou l'agrandir, mais il ouvre un débat sur les souffrances de certaines trajectoires brisées, sur des symptômes d'enfants difficiles à contenir, sur la solitude de certains parents, et les difficultés rencontrées par les professionnels pour répondre à ces nouveaux besoins d'aide et d'accompagnement. L'adoption n'est pas seulement la rencontre magique des désirs, elle reste une aventure complexe parfois semée d'aléas qu'il nous appartient de comprendre. Loin d'être fataliste, ce livre ouvre une porte, celle de l'espoir de travailler ensemble au devenir des enfants adoptés. Le lecteur y trouvera des témoignages de parents, d'enfants, des analyses de situations, des pistes pour intervenir et se former. C'est aujourd'hui que se prépare l'avenir de nombreux enfants adoptés, dont nous sommes tous solidairement responsables.

  • Les enfants pris en charge par des familles d'accueil s'inscrivent tour à tour dans deux familles, celle de naissance et celle qui les accueille, voire trois familles pour peu que leurs parents aient aussi recomposé un nouveau couple. Ils doivent naviguer d'un lieu à l'autre, d'un port d'attaches à l'autre. Comment s'y prennent-ils pour ne pas perdre le cap, pour ne pas rester dans un " entre- deux " préjudiciable à leur développement ? Comment peuvent-ils s'attacher aux uns et aux autres, répondre aux attentes multiples, parfois pressantes que chaque adulte dirige sur eux ? Entre le " nous familial " qu'il faut quitter, et cette autre famille dans laquelle il va falloir s'intégrer, qui choisir, et faut-il choisir ? Combien de temps faut-il pour se sentir chez soi, voire " à sa place ", et n'est-ce qu'une question de temps ?

  • Que sont les pères devenus ? La persistance de cette question, de colloques en livres, de consultations en émissions de télévision, de sondages en bilans, affirme d'emblée une évidence pour tous : les pères ne seraient plus, ils auraient disparu. Suffit-il d'affirmer cette disparition des pères pour faire émerger une vérité ? Sommes-nous certains de la force et de la véracité de cette assertion ? En convoquant autour de cette question les enfants, les mères, les pères, les professionnels de l'enfance, les chercheurs, cet ouvrage collectif se propose de dresser un bilan de santé des pères. Rien ne leur sera épargné, les approches seront multiples : psychologique, sociologique, anthropologique, littéraire, mais aussi cinématographique, musicale, publicitaire..Le temps d'une réflexion pluridisciplinaire, donnons libre cours au père sous toutes ces facettes.

  • En enregistrant les séances de quatre groupes de parole, ce livre nous fait passer dans l'envers du décor. Il nous permet de comprendre ce qui inquiète les parents, nous ouvre l'accès à leurs pratiques, leurs doutes, leurs impasses. En ce sens, il intéressera tous les parents attentifs à s'interroger sur leurs rôles. Mais ce livre offre aussi des éléments de réflexion sur l'animation de ces groupes.

  • Comment protéger l'enfant et lui garantir un accès à ses deux parents, comment évaluer la qualité des liens noués pour que ceux-ci ne soient pas des liens destructeurs, comment intervenir dans ce qui ressort de l'intime ? L'application du droit est problématique dans des contextes de crises comme le divorce conflictuel, la protection judiciaire de l'enfant, l'emprisonnement, l'extradition d'un parent... Des universitaires et des praticiens formalisent ici leurs réflexions et leurs expériences du maintien des liens.

  • Pourquoi et comment maintenir les liens parents-enfants lorsqu ils ont pour toile de fond le divorce conflictuel, la protection judiciaire de l enfant, l emprisonnement ou la maladie mentale d un parent ? Dans certaines de ces situations, il est apparu nécessaire de médiatiser la relation de l enfant avec son parent en introduisant un tiers dans la relation. Pour répondre à ces problèmes de nouvelles réponses ont été proposées (visites en lieu neutre, encadrées, accompagnées, protégées, thérapeutiques), mais avec des modalités d exercice du droit de visite fluctuantes d un juge à l autre. S agit-il d exercer un droit inaliénable, d encadrer ou d éduquer ?

  • Avec près de 3 millions de chômeurs, un développement sans précédant des formes précaires de l'emploi, nous assistons à une formidable remise en question de la relation salariale. L'entreprise n'intègre plus, elle vulnérabilise comme une «machine à exclure ". L'auteur est allée regarder au plus près, dans deux usines, comment se mettait en place ce processus d'exclusion. Sur vingt ans, l'auteur a suivi ces salariés. Que sont-ils devenus ? Quelles ont été leurs stratégies professionnelles, familiales, collectives ou individuelles ? Comment ont évolué leurs choix politiques, syndicaux ? Au delà de l'événement brutal du licenciement ou de la démission, ce livre invite le lecteur à s'interroger sur l'avenir du monde ouvrier et sur les ressources mobilisables pour faire face à la crise.

  • Si l'histoire de la puériculture a en partie été écrite, parfois même avec un regard critique, celle des puéricultrices restait à faire.
    Longtemps à l'ombre des médecins, les puéricultrices qui accèdent au statut de professionnelles spécialisées de l'enfance par la création d'un diplôme d'Etat en date du 13 août 1947, restent en effet imparfaitement connues du grand public. Les puéricultrices restent discrètes sur l'exercice de leur fonction, ses plaisirs et ses aléas. Qu'est-ce donc qu'une puéricultrice ? Cet ouvrage reconstruit l'histoire des puéricultrices, mais aussi au-delà montre comment a évolué le rapport de ces professionnelles au bébé et à sa famille.
    Il témoigne d'une révolution silencieuse qui s'est mise en place, d'un changement de regard et de pratiques. D'une puériculture normative, pétrie de conseils et de règles, on passe progressivement à une puériculture plus " empathique ", plus respectueuse des différentes configurations familiales, des styles de vie. Ce qui demeure, d'un siècle à l'autre, c'est la " passion de l'enfant " de ces femmes qui ont choisi ce métier.
    Luttant pour la survie physique des enfants au siècle passé, elles ont au fil du temps déplacé leurs préoccupations vers le bien-être psychique, l'éducation, la qualité des interactions parents-enfant, la prise en compte de l'enfant dans sa globalité, dans son environnement. Dans cette évolution, les puéricultrices ont été aidées, voire parfois déstabilisées, par de nouveaux savoirs : le bébé n'est plus seulement un corps à soigner, un être vulnérable mais aussi un bébé performant, doté de droits, " une personne " dont il faut potentialiser, révéler toutes les capacités.
    A leur façon les puéricultrices y contribuent dans les différents lieux d'accueil de l'enfance.


  • Les pères vont bien !
    Comment les hommes affirment et assument aujourd'hui leur paternité
    Que sont devenus les pères oe Depuis près de cinquante ans, on proclame leur disparition, voire leur démission. Aujourd'hui, les pères s'impliquent et revendiquent un lien fort avec leurs enfants.
    En convoquant, autour de cette question, les enfants, les mères, les pères, les professionnels de l'enfance et les chercheurs, grâce à des nombreux témoignages, ce livre se propose de dresser un bilan de santé des pères et une histoire de la paternité, entre rejet, résistance et libération. Les approches y sont multiples : psychologique, sociologique mais aussi anthropologique, littéraire...
    Cette vision positive de la nouvelle place qu'occupent les pères est un encouragement pour tous ceux qui doutent d'eux-mêmes et de leurs capacités à élever leurs enfants. Car les pères vont bien : ils existent, nous les avons rencontrés et ce livre en témoigne.


  • D'un continent à l'autre, des chercheurs et praticiens se répondent pour travailler ensemble à l'amélioration des conditions de vie des enfants. Ici l'accent a été mis sur les études les plus récentes : celles qui concernent la place du père et son influence dans le bien-être des enfants, celles qui pénètrent au coeur de l'école en interrogeant la satisfaction des enfants, leur préparation scolaire à la maternelle, les troubles du comportement, sans oublier le champ de la protection de l'enfance.

  • Débutant par un débat sur la notion d'évaluation au sein des institutions, chacun tente de dessiner dans cet ouvrage des objectifs, une méthodologie, des étapes, pour s'approprier cette nouvelle exigence d'évaluation. La seconde partie montre comment les chercheurs se saisissent de cette notion d'évaluation pour une approche renouvelée de thématiques complexes comme celles de la violence adolescente, la maltraitance, le devenir des enfants placés. C 'est d'évaluation participative dont il est question ici.

  • La famille recomposée est devenue un concept « tendance». Elle renvoie une image totalement décomplexée et semble se construire avec une facilité déconcertante, évoluer avec ses propres règles ! Les marâtres et parâtres ont été relookés en séduisantes belles-mères et rassurants beaux-pères. Ce texte nous propose, après un feedback chronologique passionnant sur la perception qu'ont eu nos ancêtres de la recomposition familiale, un état des lieux de ce phénomène social à travers des descriptions claires, incisives, parfois drôles et souvent glaçantes de tous les types de recomposition. Loin des idéaux utopistes, cet ouvrage nous fait prendre conscience de la réalité !

    Les marâtres et parâtres ont eu, tout au long de l'histoire, bien mauvaise réputation et cette idée a d'ailleurs été soutenue par nombres de classiques de la littérature internationale, contes et fables. Aujourd'hui, la société du XXIe siècle semble vouloir leur donner meilleur crédit, mais à quel prix ?
    Le collectif d'auteurs nous explique comment belles-mamans et beaux-papas tentent laborieusement de reconstruire quelque chose de solide et un environnement stable pour les enfants à partir de l'échec d'une séparation.
    Enrichi de témoignages saisissants et sans tabous, d'adultes et d'enfants plongés dans ce phénomène au quotidien, les auteurs dépoussièrent sévèrement l'idée véhiculée dans nos médias d'une famille recomposée idyllique.
    Il est clair qu'en réalité, là où la société des adultes préfère imaginer cadeaux, chambres, maisons et familles en double, l'enfant lui, rêve souvent à plus de simplicité et surtout, contre toute attente, à plus de normalité.

  • L'ouvrage apporte des réponses concrètes et actualisées sur le contenu de l'autorité parentale et sur son exercice selon le type de famille.
    Il décline l'ensemble des dispositifs mis en place par les pouvoirs publics qui favorisent, par l'action des professionnels de terrain, un soutien et un accompagnement des capacités et des compétences parentales.
    Cette nouvelle édition prend en compte les récentes métamorphoses de la famille issues de la loi « mariage pour tous », et ses conséquences sur l'exercice de l'autorité parentale.
    Elle sera à jour des décrets annoncés fin 2015 visant à repenser la protection de l'enfance dans les visites médiatisées mais encore des nouveaux textes relatifs à l'adoption, au délaissement parental ou encore aux familles d'accueil.

  • Confier son enfant. Son trésor, son bien le plus précieux. Accepter qu'une autre femme passe la majeure partie de sa journée avec lui, le nourrisse, le soigne, l'éduque, le cajole. Voilà l'un des plus grands défis que les jeunes parents (et en particulier les mamans) ont à relever.
    1. Une première partie historique rappelle comment on est passé de la nourrice « nourricière » à la nounou, puis à l'assistante maternelle : une professionnalisation grandissante.
    2. Ce chapitre aborde la définition du métier, les différences entre les différents modes de garde, la perception que les parents comme les assistantes maternelles se font de l'accueil des jeunes enfants.
    3. Dans un chapitre intitulé « l'alliance obligée », les auteures s'attachent à décortiquer ce lien si particulier entre enfant, assistante maternelle et parents. La question du choix est centrale, tout comme celle de la confiance.
    4. Une analyse des évolutions du métier : de l'agrément à la formation, en passant par la collaboration avec d'autres professionnelles.
    5. De l'accueil individuel à l'accueil collectif : les micro-crèches et autres jardins d'éveil réinventent le métier.

  • Moïse, oedipe, Superman : trois enfants abandonnés, trois enfants adoptés. Que signifie s'inscrire dans l'histoire d'une nouvelle famille avec son propre passé, construire un nouveau lien de filiation appelé à résister à l'épreuve du temps oe Illustré de cas cliniques, de témoignages, nourri d'enquêtes originales, cet ouvrage aborde de nombreux points concrets : pourquoi certains enfants ne sont-ils pas adoptables ? Comment sont sélectionnées les futures familles adoptives ? Quels sont les problèmes spécifiques rencontrés par les enfants adoptés ? Comment réagir face à leurs questions ? Faut-il les aider dans leur « quête des origines » oe Les auteurs, confrontées chaque jour à ces questions en tant que professionnelles chargées du suivi de l'adoption, formulent aussi des propositions afin que l'adoption se construise, comme pour toute histoire familiale, en récits de vie.

    Dans une approche plus sociologique et psychanalytique, ce livre ouvre enfin la réflexion sur les thèmes de la parentalité et des origines - avec notamment la question de l'accouchement sous X -, interrogeant la place de la filiation biologique dans notre société.

    Sophie Marinopoulos, psychologue clinicienne et psychanalyste, est chargée de l'accueil et du suivi des maternités vulnérables au CPEF de la maternité de Nantes, travaille au COFI (Consultation filiation) de Paris et au CMPP-CAMSP Henri-Wallon de Nantes.

    Catherine Sellenet est professeur d'université en sciences de l'éducation et dirige le CREC (Centre de recherches éducation-cultures) à l'IUT de La Roche-sur-Yon (université de Nantes).

    Françoise Vallée, psychologue clinicienne, exerce à Nantes dans le service d'adoption de l'aide sociale à l'enfance, où elle est chargée de l'agrément et de l'accès des personnes adoptées à leur dossier.

empty