• Parlant de Jésus, Martin Buber disait qu'il fut « le plus juif de tous les juifs ». Il est vrai que sur les plans spirituel et religieux, Jésus est d'abord juif, et l'étude du Jésus de l'histoire ne peut ignorer ni la totale judéité du Nazaréen, ni sa revendication à être le verus Israël. Aujourd'hui, nous connaissons le Jésus de l'histoire à travers le regard que portaient sur lui ses disciples et les évangélistes. Or ceux-ci ont été influencés par les problèmes que rencontraient leurs églises particulières, et ont laissé entendre que Jésus avait répondu à ces questions au cours de son ministère. Aussi, le lecteur moderne doit toujours se demander si chaque passage des évangiles appartient aux ipsissima verba de Jésus ou s'il représente une opinion plus tardive ayant cours dans les premières communautés chrétiennes. Encore que, en tant que telle, cette opinion n'est pas nécessairement « inauthentique » en ce qui concerne la pensée de Jésus. Immense connaisseur de la littérature préchrétienne des premiers siècles et exégète de renommée internationale, André Lacocque nous fait découvrir un « autre » Jésus, plus intime et plus incarné.

  • Le livre de Ruth met en scène deux héroïnes, Ruth et Naomi, et l'amour réciproque qui les lie.
    Il est le seul texte de l'Ancien Testament à porter le nom d'un Gentil. Ce point d'une importance capitale est déjà en lui-même un signe de subversion. D'un bout à l'autre, cette délicieuse histoire est basée sur une interprétation de la Torah dans des circonstances aussi inattendues que le sont toujours les péripéties familiales. L'exil volontaire en terre étrangère, la présence d'une Moabite en Juda malgré l'ostracisme sévère contre ce peuple répété dans plusieurs textes de dates différentes, la condition précaire des veuves sans enfants dans le monde ancien, le droit de glanage, le droit de rachat, et bien d'autres détails importants du livre, ne s'expliquent que par des textes bibliques antérieurs sous-jacents.
    Le commentaire scientifique de ce livre de l'Ancien Testament souligne cet enracinement et entraîne le lecteur dans l'histoire fascinante de l'émergence de ce livre si particulier, écrit au VIe siècle avant Jésus-Christ.

  • Travail et creativite Nouv.

  • Penser la Bible est un livre à deux voix, unique en son genre. Un exégète patenté, spécialiste de l'approche historique et littéraire, et l'un des plus grands philosophes du XXe siècle y abordent ensemble six textes clés de l'Ancien Testament, chacun avec sa grille de lecture, son savoir, son style, ses préoccupations propres.Tandis qu'André LaCocque fait une véritable démonstration des ressources et de la subtilité de la recherche historico-critique, Paul Ricoeur, sans jamais quitter ce soubassement exégétique, montre à quel point la Bible donne à penser et comment la tradition biblique est insérée dans l'histoire de la pensée occidentale.

empty