• Prince marocain de sang royal, cousin germain du roi Mohammed VI, Moulay Hicham a su se donner l'image d'un démocrate, d'un « prince rouge » au discours sans complaisance.
    Derrière ce paravent médiatique se cache pourtant une personnalité obscure totalement méconnue. S'appuyant sur ses enquêtes, ses analyses, mais surtout fort de sa proximité durant des années avec Moulay Hicham, Ali Amar tente, à travers ce document, de mettre en lumière le vrai visage de celui qui se rêvait en « Philippe Égalité » du royaume chérifi en, mais a été peu à peu désavoué par le grand public tout d'abord, puis par les journalistes, la société civile et les quelques contempteurs de la monarchie qui l'ont longtemps soutenu. S'il se pose en victime persécutée par le pouvoir, Moulay Hicham s'applique à dissimuler les conspirations dont il est l'infatigable instigateur ; s'il se proclame principal héraut de la vérité sur son pays, il prend soin de garder secrets les moyens inavouables par lesquels il s'est garanti une audience.
    L'auteur montre, à travers des faits et des anecdotes vécues, que si rien n'a jamais destiné Moulay Hicham à un avenir dans la gestion de la chose publique, celui-ci est en revanche passé maître dans l'art de la manipulation ' la première de toutes consistant à se faire passer pour un prince moderne et réformateur quand il ne sert en réalité que sa propre ambition, démesurée.
    Une enquête minutieuse et passionnante.

  • En occident, l'héritier de hassan ii a l'image d'un jeune monarque moderne, modéré et ouvert, à la tête d'un régime qui serait un parfait modèle de transition dans un monde arabe en déliquescence. en fait, derrière les apparences, se cache pourtant une monarchie affairiste, engoncée dans les pesanteurs de son apparat et de son faste. pire encore, depuis les attentats du 16 mai 2003 à casablanca qui furent dans l'opinion marocaine considérés comme un « mini » 11-septembre, mohammed vi a choisi la carte du tout sécuritaire : au nom de la lutte contre les fondamentalistes, la torture persiste et on bâillonne une opposition progressiste.
    Certains pourtant refusent de courber l'échine. parmi ces esprits libres, ali amar, qui fut de nombreuses années l'un des dirigeants d'un grand hebdomadaire marocain indépendant. formidablement documenté et vivant, son livre, qui repose sur dix ans d'enquête sur le terrain, analyse avec lucidité et mordant toutes les contradictions d'un royaume en crise.
    Par l'un des plus fins connaisseurs du pays, un ouvrage salutaire et courageux pour tous ceux qui veulent connaître la réalité du maroc d'aujourd'hui.

  • Marrakech, le XXIe arrondissement de Paris ? « Le Paris du Sahara », comme le disait Churchill qui venait poser son chevalet de peintre amateur dans les jardins de la Mamounia, le plus célèbre des hôtels de luxe du Maroc. C´est toujours vrai. De Nicolas Sarkozy à Dominique Strauss-Kahn, de Bernard Henri-Lévy à Jean-René Fourtou, le président du conseil de surveillance de Vivendi, les hommes politiques, de droite comme de gauche, les intellectuels de tous bords, les patrons du CAC 40, sans parler des vedettes du show-biz, se retrouvent à Marrakech. Ils y sont chez eux. Et c´est là, dans un riad de la médina, au bord de la piscine d´un palace, ou dans une villa au coeur de la palmeraie, que se nouent des pactes politiques et des alliances industrielles. En arrière-plan se dessine une Marrakech qui, sur fond de misère, offre des plaisirs sexuels interdits en Europe.L´attentat du café l´Argana qui, au printemps 2011, a coûté la vie de 17 personnes, dont 8 Français, a déjà fait vaciller l´engouement des Français pour Marrakech. L´entrée en force des islamistes au gouvernement va-t-elle définitivement détourner les touristes du royaume ? Et l´arrivée en France de la gauche au pouvoir sonne-t-elle le glas des relations franco-marocaines ?Dans une enquête fouillée, menée sur place et côté français, les auteurs de ce Paris-Marrakech dévoilent les relations quasi incestueuses et extravagantes qui unissent la France et le Maroc.

empty