Langue française

  • L'été 1914 vit la majeure partie de l'Europe plonger dans une guerre si dévastatrice qu'elle ébranla le système politique et les croyances d'un continent entier. La catastrophe terrifia les survivants, choqués de voir qu'une civilisation qu'ils considéraient comme un modèle pour le reste du monde ait pu sombrer dans une sauvagerie sans précédent. En 1939, les Européens engageaient un second conflit qui allait se révéler pire encore : une guerre où le massacre de civils occupait une place centrale et dont le point culminant fut le génocide des Juifs.Ian Kershaw livre une synthèse magistrale sur le premier XXe siècle européen ensanglanté à vingt ans de distance par deux guerres mondiales. Et poursuit le récit de cette séquence fondatrice de notre présent jusqu'au moment où le continent émerge de ses ruines, recomposé en deux blocs, divisé par la guerre froide.Voici sa lecture de l'histoire européenne, dont il restitue toute la cohérence avec une maîtrise, une profondeur de vue, une vivacité inégalables. Car c'est d'abord sur les causes et leur enchaînement fatal qu'il s'interroge, mettant notamment l'accent, pour rendre compte de cette séquence catastrophique, sur quatre facteurs : l'explosion du nationalisme ethnique, la virulence des révisionnismes territoriaux, l'acuité des conflits de classe et la crise prolongée du capitalisme.

  • Hitler

    Ian Kershaw

    Tout le monde connaît la monumentale biographie en 2 volumes que Kershaw a consacrée à Hitler, publiée en France en 1999 et en 2000 (plus de 20 000 exemplaires vendus pour chaque volume).
    Kershaw en a élaboré une version « allégée » : celle-ci ne comporte plus de notes, et les développements touchant des points d'érudition ou d'ordre mineur ont été supprimés et le texte retravaillé pour conserver sa fluidité.
    Publiée en 2008 chez Flammarion, cette version en 1 volume a connu un grand succès auprès du public (plus de 6000 ventes).

  • Dès sa publication en France en 1992, l'ouvrage de Ian Kershaw s'est imposé comme une indispensable référence. En effet, le retard pris par l'école historique française dans l'étude du national-socialisme est inquiétant, alors qu'à l'étranger les travaux sur le nazisme ne se comptent plus. Au point que même le spécialiste a du mal à en faire le tour. Quant au phénomène lui-même, il soulève de façon aiguë un certain nombre de problèmes théoriques d'interprétation d'une redoutable complexité. Aussi n'est-il pas surprenant que les étudiants aient quelque difficulté à s'orienter dans le dédale des analyses et contre-analyses dont l'histoire de l'Allemagne moderne continue de faire l'objet.
    On comprend dès lors l'impact qu'a eu et continue d'avoir Qu'est-ce que le nazisme ? Ian Kershaw dégage les problèmes clefs d'interprétation de la dictature nazie, explique de manière concise les zones d'ombre ou les débats qui demeurent, montre comment les historiens d'horizons différents les ont traités et, enfin, tente d'évaluer les positions en présence.

  • Le mythe hitler

    Ian Kershaw

    " Mon Führer que j'adore avec ferveur ! C'est votre anniversaire et nous n'avons que deux voeux ardents : que tout, dans notre patrie, soit aujourd'hui et demain exactement comme vous voulez que cela soit, et que Dieu vous préserve pour nous à jamais ! Votre fidèle E.E. " Telle cette Berlinoise en 1935, ils furent des milliers à témoigner leur adoration au Führer-jusqu'à Stalingrad. N'était-il pas un génie politique, doublé d'un homme simple et bon, photographié ici embrassant un enfant, là au bras d'un vieillard hospitalisé ? Un célibataire qui sacrifiait les bonheurs de la vie maritale à la grandeur du destin de l'Allemagne ? Un chef capable d'annexer l'Autriche sans verser une goutte de sang ? Un grand bâtisseur, enfin, qui avait su relever son pays de la misère... Ce culte de la personnalité fut l'élément clé de l'intégration politique au système nazi. Seule la puissance du mythe était à même de contenir les forces centrifuges du Parti : si ses dignitaires pouvaient être perçus comme des individus cupides et hypocrites, Hitler faisait figure d'incorruptible héros de la nation. Et quand le parti se livrait à des exactions, c'était sans l'assentiment de son Führer. " La grande masse de la population allemande a besoin d'une idole ", déclarait Hitler. Les enquêtes d'opinion secrètes effectuées par les autorités nazies confirment cet effrayant diagnostic. Ian Kershaw, l'un des meilleurs spécialistes mondiaux du IIIe Reich et l'auteur d'une magistrale biographie de Hitler, déroule ici la naissance, l'apogée et le déclin du mythe Hitler.

  • Le 20 juillet 1944, une bombe éclate à la «Tanière du loup», quartier général de Hitler. L'instigateur de l'attentat, Claus von Stauffenberg, rentre à Berlin pour mettre en oeuvre le coup d'État qu'il a préparé avec les autres conjurés; mais la nouvelle que le Führer a survécu fait tout échouer. La «chance du diable» a encore frappé, et la vengeance de Hitler sera terrible... L'«opération Walkyrie» a été un coup de tonnerre dans l'histoire du IIIe Reich. Il faut se représenter le courage de ces hommes d'honneur, dont le dilemme était terrible:tuer Hitler, c'était décapiter l'Allemagne alors que le pays se trouvait dans une situation critique, menacé de perdre la guerre; en cas d'échec, au contraire, cela signifiait l'accusation de haute trahison et l'ignominie. Adapté de la biographie que Ian Kershaw a consacrée à Hitler, ce livre propose le récit, quasiment heure par heure, de l'attentat et de ses suites. Il éclaire la personnalité des conjurés et détaille le châtiment qui s'est ensuivi, à l'aide de documents très peu connus du grand public (rapports de la SS, récit des exécutions ou dernières lettres des conjurés avant de mourir).

  • Hitler t.2 ; 1938-1945

    Ian Kershaw

    • Sixtrid
    • 27 Juin 2019

    Depuis 1936, après la remilitarisation de la Rhénanie, Hitler jouit du soutien de la grande majorité des Allemands. L'Allemagne prospère grâce à la reprise économique et accumule les succès diplomatiques, cependant que l'autorité charismatique d'Hitler soumet les milieux d'affaires et l'armée, qui souscrivent à sa volonté de domination du continent européen.

    Mais la guerre civile espagnole, puis l'Anschluss, modifient les rapports de forces entre nations et entraînent irrémédiablement l'Europe vers le chaos. En 1941, Hitler engage la guerre totale contre l'Est. La montée de l'antisémitisme, à laquelle oeuvrent tous ceux qui travaillent en direction du Führer depuis son accession au pouvoir, aboutit à l'élaboration de la solution finale , dont Ian Kershaw évalue le poids dans la dynamique idéologique du régime.

    C'est cette dynamique encore qui conduit Hitler à agir au mépris de tout réalisme politique : son sentiment d'infaillibilité et sa défiance envers l'armée mènent l'Allemagne à la capitulation de mai 1945. Ce sont les étapes d'une autodestruction nationale autant qu'individuelle que cet ouvrage éclaire avec une remarquable lucidité.

  • After the overwhelming horrors of the first half of the 20th century, described by Ian Kershaw in his previous book as having gone 'to Hell and back', the years from 1950 to 2017 brought peace and relative prosperity to most of Europe. Enormous economic improvements transformed the continent. The catastrophic era of the world wars receded into an ever more distant past, though its long shadow continued to shape mentalities. Europe was now a divided continent, living under the nuclear threat in a period intermittently fraught with anxiety. Europeans experienced a 'roller-coaster ride', both in the sense that they were flung through a series of events which threatened disaster, but also in that they were no longer in charge of their own destinies: for much of the period the USA and USSR effectively reduced Europeans to helpless figures whose fates were dictated to them depending on the vagaries of the Cold War. There were, by most definitions, striking successes - the Soviet bloc melted away, dictatorships vanished and Germany was successfully reunited. But accelerating globalization brought new fragilities. The impact of interlocking crises after 2008 was the clearest warning to Europeans that there was no guarantee of peace and stability. In this remarkable book, Ian Kershaw has created a grand panorama of the world we live in and where it came from. Drawing on examples from all across Europe, Roller-Coaster will make us all rethink Europe and what it means to be European.

  • To hell and back

    Ian Kershaw

    'Superb ... likely to become a classic' Observer In the summer of 1914 most of Europe plunged into a war so catastrophic that it unhinged the continent's politics and beliefs in a way that took generations to recover from. The disaster terrified its survivors, shocked that a civilization that had blandly assumed itself to be a model for the rest of the world had collapsed into a chaotic savagery beyond any comparison. In 1939 Europeans would initiate a second conflict that managed to be even worse - a war in which the killing of civilians was central and which culminated in the Holocaust. To Hell and Back tells this story with humanity, flair and originality. Kershaw gives a compelling narrative of events, but he also wrestles with the most difficult issues that the events raise - with what it meant for the Europeans who initiated and lived through such fearful times - and what this means for us.

  • Hitler t.1 ; 1889-1938

    Ian Kershaw

    • Sixtrid
    • 27 Juin 2019

    « Comment Hitler a-t-il été possible ? Comment un désaxé aussi bizarre a-t-il pu prendre le pouvoir en Allemagne, pays moderne, complexe, développé et culturellement avancé ? Comment a-t-il pu, à partir de 1933, s'imposer à des cercles habitués à diriger, bien éloignés des brutes nazies ? Comment a-t-il réussi à entraîner l'Allemagne dans le pari catastrophique visant à établir la domination de son pays en Europe, avec, en son coeur, un programme génocidaire terrible et sans précédent ? La réponse à ces questions, je ne l'ai trouvée qu'en partie dans la personnalité de l'étrange individu qui présida aux destinées de l'Allemagne au cours de douze longues années. Hitler, ceux qui l'admiraient comme ceux qui le dénigraient en convenaient, était une personnalité extraordinaire. Il avait de grands talents de démagogue, ainsi qu'un oeil sûr, qui lui permettait d'exploiter implacablement la faiblesse de ses adversaires. On peut l'affirmer avec certitude : sans Hitler, l'histoire eût été différente. Avant 1918, pourtant, rien n'atteste l'exceptionnel magnétisme qu'on lui reconnut par la suite. Les membres de son entourage voyaient en lui un personnage un brin méprisable ou ridicule, certainement pas un homme promettant de devenir le futur chef de la nation. Tout changea à compter de 1919. Il devint l'objet de l'adulation croissante et, peu à peu, presque illimitée des masses, tout en suscitant une haine intense chez ses ennemis. Cela donne à penser que la clé de l'énigme est à chercher moins dans la personnalité de Hitler que dans les changements vécus par la société allemande elle-même, traumatisée par une guerre perdue, l'instabilité politique, la misère économique et une crise culturelle. À toute autre époque, Hitler serait certainement resté un néant. »

  • A l'occasion de la sortie du film de Bryan Singer, Walkyrie, le 28 janvier 2009, Flammarion vous propose de découvrir le véritable récit de l'attentat contre Hitler, par le meilleur spécialiste du sujet: Ian Kershaw.
    Ce livre reprend et enrichit le développement que Kershaw consacre à Stauffenberg dans le tome 2 de sa biographie de Hitler: le but étant de comprendre les causes et le déroulement de l'attentat contre Hitler qui fut le plus près de réussir et réunit plusieurs dizaines d'officiers conservateurs de la Wehrmacht.

  • Evénement majeur de notre siècle, le nazisme demeure également une énigme majeure posée aux historiens.
    Entre l'omnipotence diabolique de hitler et la description de son pouvoir comme celui d'un " dictateur faible " face à un appareil d'etat tout-puissant, ian kershaw risque une vision nouvelle.
    Ce qui devient objet d'histoire, ce n'est plus hitler, mais sa position exceptionnelle qui excédait la mesure d'un individu sans qualité, tribun de brasserie, déclassé social, artiste raté. hitler exerçait une autorité charismatique, fondée sur la perception, toujours renouvelée, par la masse de qualités, d'une mission, d'un héroïsme supposés du chef.
    Le charisme permet enfin de tenir ensemble tous les traits que les interprétations précédentes avaient jusqu'alors séparément soulignés : le pouvoir de hitler résultait de la collaboration, de la tolérance, des faux espoirs ou de la faiblesse de tous ceux qui, en allemagne, occupaient une position de pouvoir ou d'influence - tous reportèrent leurs attentes ou leurs ressentiments dans la personne du dictateur.
    Il devint l'emblème de l'activisme, la source de l'autorité légitime, l'instance de confirmation ou de sanction des faits et gestes de quiconque agissait selon les intentions qu'il prêtait au führer. de cela résultait une combinaison sans précédent d'instabilité institutionnelle et de dynamisme hors du commun, qui, incapable de stabilisation dans des formes légales, finit dans l'autodestruction.

  • Les années 1940 et 1941 ont été décisives dans l'histoire : en l'espace de dix-huit mois, non seulement la guerre devient mondiale, mais le XXe siècle tout entier bascule dans la violence et l'horreur.
    La cascade d'évènements qui marque les débuts du conflit confronte les acteurs à des choix qui, pour fatidiques qu'ils aient été, n'étaient cependant pas inéluctables. A Londres. Tokyo, Rome, Moscou, Berlin et Washington, politiques et militaires, qu'ils cherchent une. issue à la crise ou tentent de l'exploiter, décident de l'avenir d'un monde où tout semble possible. Ian Kershaw les fait revivre, à travers dix décisions d'une portée sans précédent : de l'entrée en guerre de la Grande-Bretagne a la décision de Staline de s'allier à Hitler, du choix de Roosevelt de s'engager dans une guerre non déclarée à l'entrée du Japon dans le conflit, de la volonté de l'Allemagne d'affronter les Etats-Unis a la mise en oeuvre par Hitler du génocide des Juifs.
    Avec un art consomme de l'analyse et de la narration, lan Kershaw livre la une somme magistrale.

  • De la naissance d'Hitler à l'occupation de la Rhénanie en 1936. Radiographie de l'Allemagne autant que biographie d'Hitler, ce volume évoque la Vienne du début du siècle, la Grande Guerre, l'atmosphère politique de la Bavière dans les années 1920, et s'achève au moment où Hitler, triomphant de l'intérieur, tourne ses regards vers l'extérieur.

  • The End

    Ian Kershaw

    Examines why the Third Reich was able to resist surrender for months after they had clearly lost World War II, drawing on testimony from civilians and former military insiders to discuss the Nazis' psychological power over German citizens.

empty