• À Maputo, capitale du Mozambique, aucun client n'ose s'aventurer à l'hôtel dos Camaroes. Le patron est un vieux Français odieux, connu pour son goût du whisky. Quand il est retrouvé mort dans sa piscine, la police soupçonne arbitrairement une des trois femmes qui gravitaient autour de lui. Aurel Timescu, consul à l'ambassade de France, décide de s'en mêler. Calamiteux diplomate, il se révèle un redoutable enquêteur lorsqu'il pressent une injustice. Il va plonger dans le climat trouble de ces passions africaines. Et nous faire découvrir un des grands drames écologiques de la planète...

  • Comment cet Aurel Timescu peut-il être Consul de France ? Avec son accent roumain, sa dégaine des années trente et son passé de pianiste de bar, il n'a pourtant rien à faire au Quai d'Orsay. Il végète d'ailleurs dans des postes subalternes. Cette fois, il est en Guinée, lui qui ne supporte pas la chaleur. Il prend son mal en patience, transpire, boit du tokay et compose des opéras... Quand, tout à coup, survient la seule chose au monde qui puisse encore le passionner : un crime inexpliqué. Suspendu, ce plaisancier blanc ? À quoi ? Au mât de son voilier, d'accord. Mais avant ? Suspendu à des événements mystérieux. À une preuve d'amour qui n'arrive pas. À un rêve héroïque venu de très loin... En tout cas, il est mort. Son assassinat resterait impuni si Aurel n'avait pas trouvé là l'occasion de livrer enfin son grand combat. Contre l'injustice. Avec tout son talent d'écrivain et son expérience comme ambassadeur de France au Sénégal, Jean-Christophe Rufin donne vie à Aurel dans le premier volet de ces aventures.
    Suivre cet anti-héros au charme désuet est un plaisir de lecture mais aussi un moyen de découvrir les secrets les mieux gardés de la vie internationale.

  • Le pays : un rêve... Habitué aux destinations calamiteuses, Aurel Timescu, le petit Consul, est pour une fois affecté dans un lieu enchanteur. Bakou, capitale de l'Azerbaïdjan ex-soviétique, est une ville pleine de charme au climat doux, au luxe élégant. À la terrasse de cafés d'allure parisienne, on y déguste un petit blanc local très savoureux. L'ambassade : un cauchemar... Le chef de poste, autoritaire et brutal, est bien décidé à se débarrasser d'Aurel. Le fantôme de sa femme, récemment victime d'un tragique et mystérieux accident, plane au-dessus de l'ambassade. Et l'équipe diplomatique, tétanisée par le deuil, est livrée à la crainte et au soupçon. Il n'en faut pas plus pour qu'Aurel se lance dans une enquête plus folle que jamais. Basée sur de fragiles intuitions, elle prendra, entre mafias locales et grands contrats internationaux, l'ampleur d'une affaire d'État. Cette fois, Aurel ne lutte pas seulement pour faire triompher la justice. Il se bat pour une cause nouvelle et inattendue : rester là où il est et connaître enfin le bonheur.

  • Un Bartleby des Carpates déposé sur le continent africain par les hasards d'une carrière diplomatique sans éclat : tel est Aurel Timescu, consul de France placardisé mais surtout enquêteur dilettante, hors norme et incontrôlable. Il use de sa position officielle pour dénouer des énigmes et combattre l'injustice.
    Dessiné par la plume ironique et précise de Jean-Christophe Rufin, Aurel sera le héros récurent d'une série de romans. Ils nous emmèneront dans des lieux colorés, au gré des affectations calamiteuses de ce fonctionnaire aussi inutilisable qu'inamovible.
    Racheté par sa famille à la Roumanie de Ceausescu où il est né, Aurel a d'abord été pianiste de café-concert, avant d'entrer par la petite porte dans la diplomatie, à la suite d'un mariage éphémère. Seules deux choses peuvent le tirer de sa torpeur : le piano, qui occupe sa solitude, et l'élucidation d'affaires criminelles - car la vie des consulats est émaillée de drames violents.
    Un riche français est retrouvé assassiné, pendu par un pied au mât de son voilier dans la marina de Conakry. Tout accuse la jeune Africaine qui vit avec lui sur le bateau. Mais Aurel se met sur la piste du meurtrier et découvre une toute autre affaire. Avec l'aide de la soeur du défunt, débarquée de France pour reconnaître le corps, il commence à assembler les pièces du puzzle.
    Et, sur les pas d'Aurel on découvre en la personne du défunt un homme complexe qui, à l'image du Lord Jim de Conrad, a vu le destin lui donner l'occasion de racheter ses faiblesses passées...
    Jean-Christophe Rufin, sur un mode volontiers humoristique et avec un sens consommé du récit, nous entraîne à la suite de son étonnant enquêteur, à la découverte des coulisses du travail diplomatique et d'une Afrique inattendue, sur fond de trafic de cocaïne. Avec Aurel Timescu, il crée une figure qui pourrait nous devenir bientôt aussi familière, dans des contextes bien différents, de celles d'Hercule Poirot ou de Jules Maigret.

empty