Littérature anglophone

  • S'appuyant sur une très large masse d'archives et de mémoires, Julian Jackson explore toutes les dimensions du mystère de Gaulle, sans chercher à lui donner une excessive cohérence. Personne n'avait décrit ses paradoxes et ses ambiguïtés, son talent politique et sa passion pour la tactique, son pragmatisme et son sens du possible, avec autant d'acuité et d'esprit. Des citations abondantes, éblouissantes d'intelligence, de drôlerie, de méchanceté parfois, restituent la parole de De Gaulle mais aussi les commentaires de Churchill et de tous ceux qui ont appris à le connaître, à se méfier de lui ou à s'exaspérer de son caractère vindicatif, de son ingratitude ou de ses provocations...
    Aucun détail inutile ici et aucun des défauts de ces biographies-fleuves où l'on se perd, mais une narration toujours tendue, attachée aux situations politiques, intellectuelles, sociales et aux configurations géopolitiques qui éclairent une action et son moment.
    Julian Jackson relit cette existence politique hors norme et son rapport à la France à la lumière des questions du passé, qu'il restitue de manière extraordinairement vivace, et de celles qui nous occupent aujourd'hui - et notamment l'histoire coloniale et l'Europe, la place de la France dans le monde, mais aussi évidemment les institutions de la Ve République. En ce sens, c'est une biographie pour notre temps.
    C'est aussi une biographie à distance, par un observateur décalé qui mieux qu'aucun autre fait ressortir le caractère extravagant d'un personnage singulier à tout point de vue, extraordinairement romanesque dans ses audaces comme dans ses parts d'ombre, et dont l'héritage ne cesse de hanter la mémoire des Français.

  • Après l'accumulation d'horreurs de la première moitié du XXe siècle qui avaient conduit « l'Europe en enfer », les années 1950 à 2018 apportèrent la paix et une prospérité relative à la majeure partie de l'Europe. D'immenses progrès économiques transformèrent le continent. Le souvenir des guerres mondiales s'éloigna peu à peu, même si leur ombre a continué de planer sur les esprits.
    L'Europe était désormais un continent divisé, vivant sous une menace nucléaire, qui prit parfois des contours terrifiants. Ses habitants perdirent la maîtrise de leur destin, dicté par la guerre froide qui opposait les États-Unis et l'URSS, et se trouvèrent « précipités » dans une série de crises qui menaçaient de les faire basculer dans la catastrophe. Il y eut des succès éclatants : la dissolution du bloc soviétique, la disparition des dictatures et la réunification de l'Allemagne. L'accélération de la mondialisation, la dérégulation financière, la naissance d'un monde multipolaire, la révolution des technologies de l'information ont produit de nouvelles fragilités. L'enchevêtrement de crises qui ont suivi 2008 a été l'avertissement le plus clair adressé aux Européens : la paix et la stabilité ne sont aucunement garanties et le continent pourrait bien connaître de nouvelles fractures. Nous sommes entrés dans une nouvelle ère d'incertitudes.
    Dans ce livre remarquable, Ian Kershaw brosse un ample tableau du monde dans lequel nous vivons. Puisant ses exemples à travers tout le continent, Des temps d'incertitudes / L'Age global éclaire puissamment l'histoire du temps présent et jette un regard prudent sur notre futur.

  • Comment l'élan démocratique de 1789 a-t-il pu donner naissance à la violence terroriste de 1793 ? Cette question obsédait déjà les contemporains, qui y voyaient non seulement un défi politique et une épreuve morale mais aussi un scandale logique. « Ce qui sera à jamais incompréhensible, c'est le contraste inouï de nos principes et de nos folies », écrit le révolutionnaire Dominique-Joseph Garat dès 1795.

    Timothy Tackett n'instruit pas le procès de la Révolution, il décrit le processus révolutionnaire. Dans un livre très neuf, s'appuyant sur les correspondances, pour la plupart inédites des acteurs des journées révolutionnaires, le grand historien américain restitue le sens des événements et des engagements, au plus près de la manière dont ils furent vécus, et des émotions politiques qui s'y exprimèrent. Après avoir expliqué dans Par la volonté du peuple (1997) comment l'on devenait révolutionnaire, l'auteur montre ici avec brio comment l'on peut devenir terroriste.

  • Pour les habitants de l'Europe occidentale, les années qui ont suivi la Première Guerre mondiale furent des années de deuil, mais aussi de paix et de prospérité retrouvée. Mais pour peu que l'on déplace le regard à l'est du continent, c'est un tout autre paysage qui se dévoile. Sur les terres des empires vaincus, jusqu'en 1923, ce furent des années de cauchemar sans fin.

    Robert Gerwarth reconsidère l'héritage de la Grande Guerre. Pour une large part, ce n'est pas l'hécatombe des tranchées qui s'est révélée la plus dangereuse pour l'avenir de l'Europe, mais ce qui s'est joué dans les années qui ont suivi : révolutions, pogroms, expulsions de masse, guerres civiles et crimes d'une dimension génocidaire. Des millions de civils y trouvèrent la mort.
    Partout, des peuples pleins de ressentiment, avides de revanche, attendaient leur heure pour se venger d'ennemis réels et imaginaires. La violence extrême qui a déferlé sur l'Europe de l'après-Première Guerre mondiale a pavé la voie des conflits génocidaires qui ont suivi : c'est la thèse centrale de ce livre novateur.

  • De l'attentat manqué contre Hitler, le 20 juillet 1944, à la capitulation du 8 mai 1945, l'Allemagne tombe peu à peu dans la folie meurtrière et la destruction. C'est un pays tout entier qui se transforme en immense charnier. Les morts - civils tués sous les bombardements alliés, rescapés des camps victimes des " marches de la mort ", soldats sacrifiés dans des batailles perdues d'avance... - se comptent par milliers. Malgré tout, la guerre dure, le régime tient. La Wehrmacht continue d'envoyer des soldats combattre sur le front.Pourquoi la guerre a-t-elle duré si longtemps ? Comment expliquer l'incroyable résistance du régime nazi au milieu des décombres ? C'est pour répondre à ces questions que le grand historien britannique Ian Kershaw a entrepris ce vaste récit des derniers mois de la Seconde Guerre mondiale. L'obstination fanatique du Führer, l'emprise du parti nazi sur la population, la peur viscérale de l'armée Rouge, mais aussi les choix stratégiques et militaires des Alliés sont quelques-unes des hypothèses explorées dans ce livre, qui est aussi une réflexion brillante sur les rouages du régime nazi au moment de son agonie.

  • La littérature consacrée au génocide des Juifs dans l'Allemagne nazie est abondante. Pourtant aucun historien ne s'était jusqu'alors attelé à une analyse de cette ampleur mêlant le point de vue des bourreaux et celui des victimes. C'est le premier tour de force que réalise Saul Friedlander. Fondé sur de nombreuses archives inédites, nourri de voix innombrables (journaux intimes, lettres, mémoires), ce second volume de L'Allemagne nazie et les Juifs est magistral : implacablement et sobrement, il déroule l'effroyable scénario qui mène à la « solution finale » et à sa mise en oeuvre.
    Complicité des autorités locales, soutien actif des forces de police, passivité des populations et notamment des élites, mais aussi promptitude des victimes à se soumettre aux ordres dans l'espoir d'améliorer leur sort : c'est cette histoire d'une extrême complexité qui est ici racontée avec une maîtrise rare.

  • Comment classer, trier, choisir quand il apparaît évident que l'accroissement de la production des connaissances et la capacité de les faire circuler débordent de beaucoup notre capacité à l'appréhender ?
    Cette question, qui angoisse nombre de nos contemporains, n'est pas nouvelle. Il fut un temps, au XVIe siècle, où les humanistes ont ressenti avec acuité cette accélération du temps qui les mettait en demeure d'assimiler une masse incontrôlable de connaissances. Aux formes scolastiques d'organisation des informations présentes dans l'encyclopédisme médiéval s'ajoutèrent alors des méthodes inédites de traitement de l'information en lien avec la diffusion de l'imprimerie. C'est à l'histoire matérielle et sociale de ces nouvelles techniques de tri, d'indexation et de consultation qu'invite le livre d'Ann Blair.
    Regorgeant d'histoires, de personnages, de situations, Tant de choses à savoir peut se lire comme un catalogue foisonnant et vivant de récits d'aventuriers du savoir. Ann Blair mène ainsi une véritable histoire matérielle de la culture, au ras des documents qui sont en somme les vestiges de l'activité de pensée de ces découvreurs de l'humanisme de la Renaissance.

  • Marcus Rediker est le grand historien des hors-la-loi de l'Atlantique.

    Il explore ici le monde fascinant de l'aventure maritime du point de vue des pirates, flibustiers, travailleurs forcés en révolte, esclaves marrons, fuyards et autres mutins, qui ont défié l'autorité depuis le pont inférieur des navires.

    Il nous fait entrer dans leur univers de récits et de contes de marins, retrouver la signification de leurs tatouages, comprendre les formes d'organisation égalitaire au sein de la piraterie et les rebellions de différentes catégories de travailleurs de la mer asservis - européens et africains - de ces « équipages bigarrés », pénétrés d'esprit révolutionnaire et défendant leur liberté par le feu et par les armes.

    Il montre à quel point, entre le xviie et début du xixe siècle, ces hommes ont façonné l'histoire du monde contemporain - trop longtemps focalisée sur le national, le rôle des élites politiques et l'histoire « terrestre ».

  • Le 28 juin 1839, l'Amistad faisait voile depuis La Havane avec à son bord une cargaison d'esclaves. Au cours de cette nuit sans lune, les captifs africains se soulevèrent, tuèrent le capitaine et prirent le contrôle du navire. Alors qu'ils essayaient d'atteindre un port sûr, leur navire fut arrêté par la Marine des États-Unis et les rebelles furent incarcérés dans une prison du Connecticut. Leur bataille juridique pour recouvrer la liberté remonta jusqu'à la Cour Suprême, où leur cas fut défendu par l'ancien président des États-Unis, John Quincy Adams. Le jugement fit date. Les insurgés furent libérés et purent rentrer en Afrique.
    Si cette rébellion est l'un des épisodes les plus connus de l'histoire de l'esclavage américain, elle est avant tout célébrée comme le triomphe du système légal américain et comme la victoire des abolitionnistes. En racontant cette aventure du point de vue des rebelles eux-mêmes, Marcus Rediker leur redonne une voix et un destin. Il retrace les trajectoires qui jetèrent dans les chaînes de l'esclavage ces hommes capturés en Sierra Leone, en pays mendé. La plupart d'entre eux parlaient plus d'une langue ; plusieurs étaient des guerriers ; beaucoup étaient membre d'une société secrète, le Poro. Tous disposaient de ressources et étaient capables de nouer de solides relations au-delà de leur cercle familial. C'étaient déjà des hommes habitués à l'action collective.

  • Dire que la Révolution ne doit rien aux traditions religieuses est aussi plausible que de dire qu'elle ne doit rien à la France. Il fallait donc, après les origines intellectuelles et culturelles de la Révolution, reprendre le dossier complexe de ses origines religieuses. Tout commence par les guerres de religions et leur contestation du pouvoir monarchique et de la religion royale absolutiste. Tout s'enflamme à nouveau avec les générations jansénistes du XVIIIe siècle après la bulle Unigenitus. Cette nouvelle théologie politique, issue aussi bien des milieux protestants que catholiques, rencontre stratégiquement les efforts des « philosophes » pour repenser entièrement tous les fondements de la souveraineté. Avant de chercher à le détruire, le cycle ouvert par 1789 aura donc hérité des transformations profondes du christianisme moderne par le caractère composite de son idéologie. Comment une révolution aux origines si « religieuses » pouvait-elle éviter, au bout du compte, la violence antireligieuse ?

  • Voici un essai capital sur les rapports entre technique et société.
    Cette histoire globale de la technologie moderne prend le contre-pied du récit habituel centré sur les inventions de quelques individus géniaux pour mettre au premier plan l'analyse des usages collectifs. On est ainsi amené à réévaluer profondément le rôle des technologies dans la société. Bien au-delà de la liste usuelle des innovations modernes couramment tenues pour avoir transformé notre existence ? la pilule, l'informatique, la bombe atomique, l'aviation ?, il faut prendre en compte une grande variété de technologies moins visibles mais non moins importantes, venant de diverses parties du monde.
    Parmi ces exemples méconnus : les pousse-pousse japonais, les tracteurs soviétiques, les usines baleinières nazies, le pétrole synthétique espagnol, etc. C'est que nombre de techniques anciennes recèlent des potentiels de rénovation considérables, comme l'a montré le TGV pour le transport ferroviaire.
    Entrelaçant histoire politique, histoire économique et histoire culturelle, ce livre met en cause l'idée selon laquelle nous vivrions une ère de transformations techniques toujours plus rapides et suggère que les technologies les plus importantes pour le XXIe siècle ne sont guère reconnues pour telles. En sapant la technophilie naïve et infondée (par exemple l'idée d'un prétendu âge de l'information), et sans pour autant donner prise à une technophobie tout aussi naïve, Edgerton appelle et inaugure une façon radicalement neuve de penser la technique dans l'histoire.

  • Ce premier volume décrit l'arrière-plan de l'extermination des Juifs. Fondé sur une très riche documentation, l'ouvrage montre que, sous une apparente confusion, la politique nazie envers les Juifs du Reich, puis d'autres pays, se radicalisait sans relâche. Et que, sans qu'il y ait de plan ni de but ultime clairs, les années de persécution auguraient déjà du pire, en cas de guerre.

  • Pourquoi et comment des historiens américains en sont-ils venus à faire de la France leur sujet de recherche ? Seize d'entre eux se livrent ici à un exercice d'ego-histoire : parcours personnels et itinéraires professionnels défilent, dessinant un portrait surprenant de la France et une analyse contrastée des relations franco-américaines. Sans complaisance, parfois avec humour, chacun explore à sa manière le rapport très singulier de l'histoire américaine avec l'objet « France ».
    On peut lire Pourquoi la France ? de deux manières : comme un récit polyphonique tout à l'honneur de notre pays, qui brosse le tableau de cinquante années de vie intellectuelle et politique ; ou comme une réflexion profonde sur le métier d'historien. Il n'est pas interdit de combiner les deux.

empty