Littérature générale

  • Cette méthode se compose de quinze leçons : elles permettent un apprentissage accéléré de la langue sur une seule année universitaire. Chaque exposé grammatical théorique est suivi d'une partie « pratique » où sont étudiées les principales difficultés et d'exercices corrigés. Le lecteur dispose, à la fin du livre, d'un livre lexique latin-français abondant qui lui permettra de se passer des gros dictionnaires.

  • L'oeuvre profuse du grand William Makepeace Thackeray, écrivain britannique contemporain de Charles Dickens, est aujourd'hui quasi oubliée. Telle est l'injustice que cet ouvrage vise à réparer en faisant valoir une écriture singulière, hantée par la notion d'instabilité. Au gré des fluctuations d'éthos créés par un moraliste volontiers ironiste et satiriste, la narration se perturbe de variations, de turbulences et de discordances. Elle multiplie détournements parodiques, grossissements caricaturaux, mises en crise des protocoles sociaux, dénudations ludiques, parfois cyniques, pour inquiéter le projet réaliste et célébrer le mensonge littéraire. La langue se trouble d'apports étrangers, de néologismes, de ruptures de ton imprévisibles et incongrues.

    Plurielle et fluide, peut-être elle aussi gagnée par l'instabilité, l'approche retenue mobilise les catégories de la rhétorique classique et sa taxonomie des figures, mais aussi la narratologie, les théories du style, de l'humour ou de l'ironie, l'esthétique de la réception, la philosophie du langage, la pragmatique, la linguistique, et s'inscrit dans les études stylistiques contemporaines.

  • S'appuyant sur une approche comparative, l'ouvrage explore les formes d'engagement politique des femmes sur plusieurs continents, notamment l'Amérique du Sud et l'Europe. Mêlant aux approches sociologique et historique l'étude du genre et les sciences politiques, les contributions dessinent différentes figures de l'activisme féminin au XXe et XXIe siècle. Militantes au sein de partis politiques, citoyennes, résistantes, guérilléras d'hier ou Femen d'aujourd'hui : à travers leur étude, l'ouvrage soulève la question de la place des femmes dans la communauté politique.

    Avec le soutien de l'UFR langues et études internationales de l'université de Cergy-Pontoise.

  • La technologie, loin de nous éloigner des questions esthétiques, nous ramène toujours à l'essentiel : au corps scénique, au dialogue du performeur avec l'espace et le temps, au processus d'absorption du spectateur. Véhicule puissant de présence et d'effets de présence, elle suscite des effets perceptifs, sensitifs, cognitifs, forçant le spectateur à être confronté à de nouvelles formes de narrativité. À ces développements s'ajoute une section entièrement consacrée à l'oeuvre impressionnante de Janet Cardiff.

  • La maternité : affaire de famille ou affaire d'État ? Au carrefour de la sociologie de la famille, de la sociologie du droit, de la sociologie de l'action publique et de la sociologie historique, Anne-Laure Garcia met en lumière les croisements et les interactions entre action publique et identité familiale à partir du cas des mères seules célibataires en France et en Allemagne(s) au XXe siècle (Pays-de-la-Loire, Thuringe, Schleswig-Holstein).

  • La liaison de la nourriture, de la boisson et du spectaculaire caractérise le théâtre depuis l'Antiquité. Cet ouvrage questionne cette relation à partir de la naissance officielle de la mise en scène en France, à la fin du XIXe siècle et jusqu'à aujourd'hui. Des pièces, des mises en scène et des performances, qui mettent en avant l'alimentation et la cuisine en tant que pratique d'art ou en tant que lieu, sont réunies et analysées. Le champ géographique s'élargit pour inclure d'autres pays européens (Russie, Grande-Bretagne, Suède, Allemagne, Suisse, Italie, Espagne, Grèce) ainsi que les pays de l'Amérique du Sud (Venezuela, Colombie) et les États-Unis.

  • Les scènes contemporaines offrent depuis une trentaine d'années une présence forte de l'objet. Celui-ci, sous les auspices de cette « réalité du rang le plus bas » dont Tadeusz Kantor fut en son temps l'un des promoteurs, s'impose même dans certaines pratiques comme le fondement du travail théâtral. Sans valeur marchande et esthétique, cet objet arraché à la réalité a pour partie remplacé l'accessoire de théâtre traditionnel. Du Théâtre du Radeau à la compagnie Deschamps-Makeïeff en passant par les 26 000 couverts, Jean-Luc Mattéoli en étudie les mises en scène.

  • L'apparition de Mirame sur la scène, le 14 janvier 1641, est une date importante de l'histoire du théâtre et de la scénographie. Pour la première fois, des machines de scène perfectionnées sont utilisées pour créer l'illusion. Cette édition critique qui reproduit les illustrations de l'édition originale, véritables « documents scéniques » exceptionnels pour l'époque, outre de réhabiliter un texte oublié, permet de visualiser les étapes de la représentation de 1641 en relation avec la règle des unités. La pièce est un exemple intéressant qui annonce la fin de la tragi-comédie et qui permet de revenir sur le ballet de cour.

  • À l'avant-garde des recherches esthétiques de l'après-guerre, l'écriture de Charlotte Delbo se fait à dire et à entendre. Elle choisit progressivement le théâtre et la poésie pour rendre compte de l'irreprésentable d'Auschwitz : Qui rapportera ces paroles ? (1966), Et toi, comment as-tu fait ? (1971). Cet ouvrage, fruit du colloque et de l'année de commémoration de sa naissance, aborde plusieurs thèmes de l'oeuvre dans laquelles poésie, littérature et théâtre se questionnent et s'enrichissent.

    Avec le soutien du ministère de la Culture et de la Communication/DPG - SIAF, Mission aux Commémorations nationales ; l'EA Arts : Pratiques et poétiques ; l'Institut d'histoire de la Résistance de Bergame ; l'association Les Amis de Charlotte Delbo ; la Fondation de la Mémoire de la Shoah ; la Bibliothèque nationale de France.

  • De Perrault à Grimm, l'attrait pour le conte ne s'est jamais démenti : invitant à l'émerveillement, il a donné lieu à des réécritures et adaptations enjouées et admiratives, mais aussi à des interrogations et subversions démystifiantes. Cet ouvrage analyse ainsi la permanence du conte dans la modernité.

    Avec le soutien de l'université de Poitiers, de Lorraine, Sorbonne-Nouvelle et CÉRÉdI.

  • Alors que la nature a toujours eu bonne presse dans les livres pour enfants et pour adolescents, une préoccupation, voire un sentiment d'urgence, s'immisce, dès la seconde moitié du XXe siècle, dans les écrits et les images représentant animaux, végétaux et environnements à destination des jeunes lecteurs. Loin de simplifier la pensée écologique, des auteurs rendent sensible la complexité de l'interaction entre l'humain et la nature en créant des images, en inventant des histoires et en réinventant les formes pour les raconter. Qu'apporte cette littérature à la jeunesse ? N'est-elle là que pour transmettre le fameux message « écolo » de l'adulte à ceux qui grandissent ?

    Avec le soutien du 3L.AM (Laboratoire de langues, littératures et linguistique des universités d'Angers et du Mans), de l'université du Mans et de la Région des Pays de la Loire.

  • S'appuyant sur le répertoire du théâtre français de thème chinois, cet ouvrage analyse la production et la réception des images de la Chine sur la scène théâtrale du XIXe siècle. Comme pour les lecteurs d'aujourd'hui, la Chine de théâtre est un sujet à la fois familier et étrange, proche et éloigné, épuisé mais exploitable : tous ces paradoxes concourent à créer sur la scène française une Chine kaléidoscopique.

    Avec la soutien de la Chiang Ching-Kuo Foundation for International Scholarly Exchange.

  • Les villes modernes sont en apparence des lieux de liberté, de mixité que chacun utilise à sa guise.
    Les projets de ville sont projets de vie meilleure, voire de société nouvelle, souvent d'égalité. pourtant l'étude de leurs fondements historiques, de leurs évolutions, de leurs projets politiques montre que, tout en étant créatrices de pratiques nouvelles et porteuses d'innovation, les villes sont fondamentalement le reflet des normes sociales dominantes. et dans les sociétés actuelles, femmes et hommes n'avancent pas du même pas alors même que le droit les y engage.
    Comment ce dilemme s'est-il inscrit dans l'espace urbain ? comment changer la vie en changeant la ville ? comment rêver, projeter, réaliser des villes oú règne l'égalité entre les habitants, citoyens et citoyennes ? quels rêves d'égalité, de mixité, de séparation, de domination se sont inscrits dans l'espace des villes ? quels projets ont été assez prégnants pour connaître des formes de réalisation ? quelles utopies ont échoué sur la plage des chimères ? quels temps ont porté des conceptions féministes assez fortes pour modifier les rôles de sexe, pour donner aux femmes une place d'individues à part entière ? c'est à partir de ces interrogations que nous avons porté attention aux dimensions féministes des expérimentations urbaines.
    Nous avons regardé les projets anciens et ceux qui sont expérimentés aujourd'hui pour comprendre comment les normes sociales de sexe s'affichent dans les villes, comment lieux et genres interagissent dans leur construction sociale simultanée et pour saisir enfin la sexualité comme vecteur fondamental de l'utopie socio-urbaine. utopies féministes et expérimentations urbaines réunit des réflexions et des analyses sur la place des femmes et des hommes dans la ville et sur les projets urbains égalitaires, utopistes ou réalisés, qui veulent changer les rapports entre les sexes.

  • L'angevin Victor Pavie (1808-1886) est un écrivain romantique ayant appartenu au cercle des premiers disciples de Victor Hugo. Auteur de poésies, d'études historiques et artistiques, Pavie rédigea également plusieurs récits de voyage. De Londres où il rencontra Walter Scott, de Weimar où il partagea l'intimité de Goethe avec David d'Angers, des provinces de l'Ouest riches en légendes, d'Italie où il suivit les ombres de Lamartine, Stendhal et Chateaubriand, nous parviennent ses précieux témoignages, reconnaissables au style volubile et imagé de l'auteur, comme autant d'aventures vécues et de réflexions sur son temps.

  • Au coeur de la Révolution française, deux écrivains, Isabelle de Charrière et Mme de Genlis, proposent à leurs lecteurs émigrés une voie médiane, entre les valeurs d'une noblesse sur le déclin et celles d'une société en mutation rapide. Cette voie médiane se construit en référence à la figure de Jean-Jacques Rousseau, dont l'aura est sans pareille. Comme lui, elles adoptent une démarche rarement suivie de leurs contemporains, qui consiste dans le refus des opinions extrêmes et de l'esprit de parti. Proposant un idéal à atteindre, elles ouvrent la porte à une valorisation du rôle des femmes, capables d'éduquer les enfants comme les adultes.

  • Découverte papyrologique majeure des années 1930, le traité grec Sur l'exil du philosophe et sophiste gaulois Favorinos d'Arles (vers 80-150/160) n'avait jamais encore fait l'objet d'une étude d'ensemble en langue française. Visant à combler cette lacune, ce volume réunit des contributions de papyrologues, philologues et historiens de la littérature grecque.

  • Annie Ernaux a déclaré écrire à partir de son vide, que la perte est le « noyau dur » de tous ses livres, le fil qui les relie entre eux. Cet ouvrage propose une lecture attentive de l'oeuvre ernalienne (romans, récits de vie, journaux concertés, extraits de journal intime, essai, lettre, etc.) et il s'articule autour de trois aspects principaux : la perte, les traces et la religion. Fort de ses considérations sur la soeur défunte, l'avortement et le cancer, de son examen poussé des traces en tous genres et de son étude inédite de la religion, cet ouvrage offre une voie d'accès novatrice et essentielle à une écrivaine contemporaine incontournable.

  • Si certains critères de dramaticité ne sont plus pertinents, certains constituants s'en trouvent réactivés (l'adresse, le rapport à la parole, le corps de l'acteur), qui revendiquent une proximité retrouvée. Il se pourrait qu'aujourd'hui encore le terme de drame soit efficient en s'inscrivant au coeur d'une forme - le monologue - qui explore la parole quand elle se fait action, et ce, quel que soit le caractère hétérogène des écritures textuelles et scéniques qu'elle emprunte, à l'aune du théâtre dit postdramatique.

  • Avec ce manuel, pour la première fois, les outils nécessaires pour décrypter pleinement les différents aspects (littéraires, commerciaux, sociologiques, multimédiatiques.) de la littérature jeunesse sont mis à la portée de tous. Il fournit les bases permettant de se repérer dans une production exponentielle (notamment pour les professionnels de la jeunesse et les étudiants des métiers de l'enseignement), de construire une analyse stylistique et littéraire appropriée (notamment pour les étudiants de lettres) et de mettre en place une analyse pratique des livres pour la jeunesse (notamment pour les étudiants en édition).

  • La présente étude se propose d'explorer le site du poème, dans les trois oeuvres, en tant qu'espace-temps natal.
    Le pays natal de char, césaire et tchicaya, en effet, ne se définit jamais simplement comme " le pays oú je suis né " ; il est avant tout pays de la natalité, c'est-à-dire lieu oú les choses jaillissent à la vie. il ne s'agit pas, pour autant, de gommer les différences historiques, géographiques et culturelles des trois auteurs. le congo des indépendances, la martinique en lutte pour son identité, les maquis de provence, ces trois espaces ont chacun sa propre identité et son propre contexte.
    Toutefois, au-delà de ces distinctions, le livre cherche à mettre en lumière une unité profonde, qui tient au rapport qu'entretient le poète avec sa terre et avec son histoire. le pays natal, dès lors, se révèle sous la forme d'un parcours allant d'une situation initiale proche du non-être (dont le nazisme ou l'esclavage sont des exemples) jusqu'au surgissement natal et au déploiement de ce même surgissement dans une histoire et une géographie de nouveau habitables.

  • Pratique complexe dans ses dimensions sociales et artistiques, le wayang golek est proclamé en 2003 Chef-d'oeuvre du patrimoine oral et immatériel de l'humanité par l'Unesco. Cet ouvrage décrit et discute le passage d'un patrimoine familial à un patrimoine commun, national, mondial. L'analyse anthropologique mêle ainsi l'étude des politiques culturelles au sein des jeux d'espaces de ces différentes échelles, l'examen de concepts globaux et la réalité ethnographique du wayang golek.

  • Ce manuel sur El otoño del Patriarca permet d'étudier la contextualisation historique du personnage du dictateur (« l'écrivain dans son siècle ») et d'élargir la réflexion au mythe de la révolution (« mythes et héros »). Du point de vue littéraire, il souligne les phénomènes d'intertextualité (« héritages et de ruptures ») et la question de l'instance narratrice, tant est fondamentale l'oralité dans ce texte romanesque.

  • L'oeuvre de Gisèle Bienne offre des variations toujours renouvelées sur la marginalité et l'autre. Marges génériques ou marges sociales, tels sont les bords que vient explorer l'écriture de l'écrivaine qui dessine de texte en texte des personnages en rupture de parole ou de société, mais toujours puissamment animés de désirs ou de révoltes. Ce volume étudie comment cette vision du monde se configure dans la confrontation dialogique avec les voix autres, ou comment s'élabore la quête identitaire dans cette rencontre, amoureuse, fraternelle ou révoltée, avec l'autre. Différentes approches traversent les distinctions génériques, s'attachant aussi bien à la littérature dite de jeunesse qu'à la littérature générale.

empty