Langue française

  • Liv Maria

    Julia Kerninon

    • L'iconoclaste
    • 19 Août 2020

    Une exploration éblouissante des sentiments au féminin, des jeux entre l'apparence et la vérité Son nom est Liv Maria Christensen. Enfant solitaire née sur une île bretonne, entre une mère tenancière de café et un père marin norvégien. Envoyée subitement à Berlin à l'âge de 17 ans, elle tombe amoureuse de son professeur d'anglais. Le temps d'un été, elle apprend tout. Le plaisir des corps, l'intensité des échanges. Mais, à peine sortie de l'adolescence, elle a déjà perdu tous ses repères. Ses parents décèdent dans un accident, la voilà orpheline. Et le professeur d'été n'était peut-être qu'un mirage. Alors, Liv Maria s'invente pendant des années une existence libre en Amérique latine. Puis, par la grâce d'un nouvel amour, elle s'ancre dans une histoire de famille paisible, en Irlande. Deux fils viennent au monde. Mais Liv Maria reste une femme insaisissable, même pour ses proches. Comment se tenir là, dans cette vie, avec le souvenir de toutes celles d'avant ?
    Julia Kerninon brosse le portrait éblouissant d'une femme marquée à vif par un secret inavouable. Et explore avec une grande justesse les détours de l'intime, les jeux de l'apparence et de la vérité.

  • Consolations

    Christophe André

    • L'iconoclaste
    • 13 Janvier 2022

    Le premier livre post méditation de Christophe André !

    Chagrins, déceptions, frustrations, maladies, deuils, ou simple spleen, notre vie est émaillée d'adversités petites ou grandes auxquelles il faut faire face. Parfois, rien ne peut agir sur cette réalité hostile. C'est alors qu'intervient la consolation. Ou plutôt LES consolations, pour nous relever, chaque fois que nous avons trébuché. Et quand nous ne sommes pas nousmêmes confrontés à l'adversité, c'est souvent le tour de l'un de nos proches qui nous transforme en consolant.

    À quoi sert la consolation ? À continuer, à retrouver le goût de la vie, à ne pas se résigner. Nous ne pourrions pas vivre sans cette multitude de consolations, au cours de notre existence. C'est pour cela que, dès la naissance, les humains sont dotés, par leur empathie et leur altruisme, de ces capacités de consolation.

    Au fil de ses livres, Christophe André a le don de débusquer les thèmes parfois invisibles de la psychologie : l'estime de soi, les états d'âmes, nos imperfections. Cette fois, il s'intéresse à ce processus bénéfique qui sèche nos larmes, guide nos pas et nous remet dans la vie. Il y ajoute pour la première fois une dimension personnelle, sur sa propre expérience de consolations suite à une grande maladie qu'il a traversée il y a quelques années et nous amène à réfléchir de façon plus profonde au sens de la vie.

  • Une bête au paradis

    Cécile Coulon

    • L'iconoclaste
    • 21 Août 2019

    Le roman fiévreux d'une lignée de femmes envoutées par ce qu'elles ont de plus précieux : leur terre. Puissant et Hypnotique.
    La vie d'Emilienne, c'est le Paradis. Cette ferme isolée, au bout d'un chemin sinueux. C'est là qu'elle élève seule, avec pour uniques ressources son courage et sa terre, ses deux petits-enfants, Blanche et Gabriel. Les saisons se suivent, ils grandissent. Jusqu'à ce que l'adolescence arrive et, avec elle, le premier amour de Blanche, celui qui dévaste tout sur son passage. Il s'appelle Alexandre. Leur couple se forge. Mais la passion que Blanche voue au Paradis la domine tout entière, quand Alexandre, dévoré par son ambition, veut partir en ville, réussir. Alors leurs mondes se déchirent. Et vient la vengeance.
    « Une bête au Paradis » est le roman d'une lignée de femmes possédées par leur terre. Un huis clos fiévreux hanté par la folie, le désir et la liberté.

  • La vraie vie

    Adeline Dieudonné

    • L'iconoclaste
    • 29 Août 2018

    Un roman initiatique drôle et acide.
    Le manuel de survie d'une guerrière en milieu hostile.

    Chez eux, il y a quatre chambres. Celle du frère, la sienne, celle des parents.
    Et celle des cadavres. Le père est chasseur de gros gibier. Un prédateur en puissance. La mère est transparente, amibe craintive, soumise à ses humeurs.
    Avec son frère, Gilles, elle tente de déjouer ce quotidien saumâtre. Ils jouent dans les carcasses des voitures de la casse. Mais un jour, un violent accident vient faire bégayer le présent.

  • De tout temps, les femmes ont agi. Elles ont régné, écrit, milité, créé, combattu, crié parfois. Et pourtant elles sont pour la plupart absentes des manuels d'histoire.
    " C'est maintenant, à l'âge adulte, que je réalise la tromperie dont j'ai été victime sur les bancs de l'école. La relégation de mes ancêtres femmes me met en colère. Elles méritent mieux. Notre histoire commune est beaucoup plus vaste que celle que l'on nous a apprise. " Pourquoi ce grand oubli ? De l'âge des cavernes jusqu'à nos jours, Titiou Lecoq s'appuie sur les découvertes les plus récentes pour analyser les mécanismes de cette vision biaisée de l'Histoire.
    Elle redonne vie à des visages effacés, raconte ces invisibles, si nombreuses, qui ont modifié le monde. Pédagogue, mordante, irrésistible, avec elle tout s'éclaire. Les femmes ne se sont jamais tues. Ce livre leur redonne leurs voix.
    " Femme libre et engagée, esprit avide et curieux, écrivaine confirmée, Titiou Lecoq livre un grand récit, passionnant et vrai. " Michelle Perrot

  • Toucher la terre ferme

    Julia Kerninon

    • L'iconoclaste
    • 13 Janvier 2022

    J'étais là, un bébé parfait dans les bras, et mon corps déchiré. Dans mon orgueil comme dans mon innocence, j'ai pensé que tout s'arrêtait, alors qu'au contraire, tout commençait.
    Un soir de novembre, en pyjama sur le parking de la clinique, Julia Kerninon hésite à fuir. Son premier enfant vient de naître et, malgré le bonheur apparent, elle perd pied, submergée par les doutes et la peur des contraintes. Sa vie d'avant lui revient comme un appel au large : les amours passionnels, les nuits de liberté et les vagabondages sans fin.
    Dans ce récit intime, Julia Kerninon plonge au coeur des sentiments ambigus de la maternité.
    Elle confie ses tempêtes intérieures : Comment être mère ? Comment rester soi ?
    Elle raconte cette longue traversée jusqu'à atteindre la terre ferme, où tout se réconcilie.

  • Cent millions d'années et un jour

    Jean-Baptiste Andrea

    • L'iconoclaste
    • 21 Août 2019

    Une expédition paléontologique en pleine montagne où chaque pas nous rapproche du rêve et de la folie. Après le succès de "Ma reine", un deuxième roman à couper le souffle.
    1954. C'est dans un village perdu entre la France et l'Italie que Stan, paléontologue en fin de carrière, convoque Umberto et Peter, deux autres scientifiques. Car Stan a un projet. Ou plutôt un rêve. De ceux, obsédants, qu'on ne peut ignorer. Il prend la forme, improbable, d'un squelette. Apatosaure ? Brontosaure ? Il ne sait pas vraiment. Mais le monstre dort forcément quelque part là-haut, dans la glace. S'il le découvre, ce sera enfin la gloire, il en est convaincu. Alors l'ascension commence. Mais le froid, l'altitude, la solitude, se resserrent comme un étau. Et entraînent l'équipée là où nul n'aurait pensé aller.
    De sa plume cinématographique et poétique, Jean-Baptiste Andrea signe un roman à couper le souffle, porté par ces folies qui nous hantent.

  • Je suis un génie

    ,

    • L'iconoclaste
    • 7 Avril 2022

    La vie est géniale ! Et tous ceux qui savent l'aimer sont des génies.
    « J'aimerais être un génie avant de mourir et répandre ma douce zizanie".
    Mais quelle mouche a piqué Susie de vouloir à tout prix devenir un génie ?
    Que lui manque-t-il pour succéder à Léonardo da Vinci, Charlie Chaplin ou Jane Austen ?
    Avec autodérision et tendresse, Susie Morgenstern cherche une méthode pour devenir géniale. Et trouve le plus simple des chemins, qui conviendra à chacun...

  • La Couleur des mots

    Tahar Ben Jelloun

    • L'iconoclaste
    • 24 Mars 2022

    Un artiste de renom à la fois peintre et écrivain évoque son travail et ses sources d'inspiration.

    Enfant, Tahar Ben Jelloun dessine sur les grands papiers d'emballage blancs du magasin d'épices que son père tient à Fès, au Maroc. Étudiant, enfermé pendant 19 mois dans un camp disciplinaire, il écrit, en cachette, ses premiers poèmes. Tahar Ben Jelloun, à l'instar d'Henri Michaux, figure parmi les rares artistes à la fois peintres et écrivains.
    À Tanger ou à Paris, il pousse les portes des cinémas, des musées, des librairies avec une irrésistible soif de connaissances. Ses influences sont plurielles et éclectiques. Avec Giacometti, il saisit le tragique de la condition humaine, avec Matisse, l'éclat de la couleur, avec le jazzman John Coltrane, la force de l'improvisation et du rythme.

    Tahar Ben Jelloun est un écrivain engagé : son oeuvre littéraire explore l'exil, l'immigration, la solitude dans une réalité parfois amère et douloureuse. Sa peinture, inspirée de son enfance heureuse au Maroc, du bleu de l'océan, des foulards bariolés de sa mère, célèbre la vie. Écriture et peinture se complètent, se répondent, formant un jeu d'ombres et de lumière, comme autant de facettes de l'homme.

  • Seule en sa demeure

    Cecile Coulon

    • L'iconoclaste
    • 19 Août 2021

    Une histoire d'espoirs fous et de désirs, dans un XIXe siècle dominé par les interdits.

    Cécile Coulon nous plonge dans les affres d'un mariage arrangé comme il en existait tant au XIXe siècle. À dix-huit ans, Aimée se plie au charme froid de Candre Marchère, un riche propriétaire terrien du Jura. Pleine d'espoir et d'illusions, elle quitte sa famille pour le domaine de la Forêt d'Or. Mais très vite, elle se heurte au silence de son mari, à la toute-puissance d'Henria, la servante. Encerclée par la forêt dense, étourdie par les cris d'oiseaux, Aimée cherche sa place. La demeure est hantée par le fantôme d'Aleth, la première épouse de Candre, morte subitement peu de temps après son mariage. Aimée dort dans son lit, porte ses robes, se donne au même homme. Que lui est-il arrivé ? Jusqu'au jour où Émeline, venue donner des cours de flûte, fait éclater ce monde clos. Au fil des leçons, sa présence trouble Aimée, éveille sa sensualité. La Forêt d'Or devient alors le théâtre de désirs et de secrets enchâssés.
    Seule en sa demeure est une histoire de domination, de passions et d'amours empêchés.

    Le roman haletant d'une autrice confirmée.

  • Café sans filtre

    Jean-Philippe Blondel

    • L'iconoclaste
    • 7 Avril 2022

    Après des semaines de confinement, le Tom's rouvre ses portes.

    Ils sont tous là : Jocelyne, l'ancienne propriétaire du café, partie à la retraite mais qui n'arrive pas à quitter les lieux, José, le serveur qui rêve d'ailleurs, et Fabrice, le nouveau patron.
    Les clients passent, déposant sur les tables des rires et des confidences. Des vies se nouent et se dénouent. Assise au fond de la salle, Chloé observe, carnet et crayon en main.
    Croquant ce petit théâtre du quotidien, Jean-Philippe Blondel signe une merveille de roman, plein d'humanité, qu'on referme le coeur léger et le sourire aux lèvres.

  • Ne t'arrête pas de courir

    Mathieu Palain

    • L'iconoclaste
    • 19 Août 2021

    "Je voulais qu'il change. Qu'il s'en sorte. Qu'il arrête de voler et qu'il devienne champion olympique. Je rêvais. Je refusais de voir une réalité que pourtant il ne me cachait pas".
    De chaque côté du parloir de la prison, deux hommes se dévoilent. L'un, Mathieu Palain, est devenu journaliste et écrivain alors qu'il se rêvait footballeur. L'autre, Toumany Coulibaly, cinquième d'une famille de dix-huit enfants, est un athlète hors normes et un braqueur de pharmacies. Champion le jour, voyou la nuit : il y a une "énigme Coulibaly" que Mathieu Palain tente d'éclaircir autant qu'il s'interroge sur lui-même.
    "L'enfermement, l'amitié et la délinquance, pourquoi certains s'en sortent et d'autres pas. J'ai longtemps tourné autour de ces obsessions. Et puis j'ai rencontré Toumany."

  • Cinq dans tes yeux

    Hadrien Bels

    • L'iconoclaste
    • 19 Août 2020

    Marseille, ses vieux quartiers, ses nouveaux bobos. Un premier roman drôle et acide à la langue ultra-contemporaine.
    Son surnom, Stress, c'est Nordine qui le lui a donné. C'était les années 90, dans le quartier du Panier, à Marseille, au-dessus du Vieux-Port. Il y avait aussi Ichem, Kassim, Djamel et Ange. Tous venus d'ailleurs, d'Algérie, des Comores ou du Toulon des voyous.
    Sur la photo de classe, à l'époque, Stress était facilement repérable, avec sa peau rose. Et sa mère, Fred, issue d'une vieille famille aristocratique, était une figure du quartier. La caution culturelle.
    Mais aujourd'hui, les pauvres ont été expulsés du Panier, les bobos rénovent les taudis et les touristes adorent arpenter ses rues tortueuses. Ses anciens potes sont devenus chauffeur de bus, agent de sécurité, dealer ou pire. Un peu artiste, un peu loser, Stress rêve, lui, de tourner un film sur son quartier d'enfance, et de leur faire rejouer leurs propres rôles de jeunes paumés, à coups de scènes colorées et d'arrêts sur image. Les descentes à la plage ou dans les boîtes de nuit, les bagarres et les parties de foot. On retrouve dans cette fresque drôle et acide le Marseille d'hier et d'aujourd'hui, ses quartiers, ses communautés. Tout est roman et tout sonne vrai, dans ce livre à l'écriture ultra-contemporaine, mixée d'arabe.

  • Mon mari

    Maud Ventura

    • L'iconoclaste
    • 19 Août 2021

    Un premier roman drôle et féroce sur le face-à-face conjugal.

    C'est une femme toujours amoureuse de son mari après quinze ans de vie commune. Ils forment un parfait couple de quadragénaires : deux enfants, une grande maison, la réussite sociale. Mais sous cet apparent bonheur conjugal, elle nourrit une passion exclusive à son égard. Cette beauté froide est le feu sous la glace. Lui semble se satisfaire d'une relation apaisée : ses baisers sont rapides, et le corps nu de sa femme ne l'émeut plus. Pour se prouver que son mari ne l'aime plus - ou pas assez - cette épouse se met à épier chacun de ses gestes comme autant de signes de désamour. Du lundi au dimanche, elle note méthodiquement ses « fautes », les peines à lui infliger, les pièges à lui tendre, elle le trompe pour le tester. Face aux autres femmes qui lui semblent toujours plus belles, il lui faut être la plus soignée, la plus parfaite, la plus désirable.
    On rit, on s'effraie, on se projette et l'on ne sait sur quoi va déboucher ce face-à-face conjugal tant la tension monte à chaque page. Un premier roman extrêmement original et dérangeant.

  • Ma reine

    Jean-Baptiste Andrea

    • L'iconoclaste
    • 30 Août 2017

    Ma reine est une ode à l'imaginaire, à l'enfance, à la singularité. Dans ce décor jalonné de vallées oubliées et de plateaux infinis, rappelant les paysages de Giono, Jean-Baptiste Andrea campe des personnages cabossés, anormaux ; ou plutôt des êtres parfaitement normaux, mais dans un monde où les valeurs sont inversées. Et où rêve et réalité se confondent sans cesse.

    De son écriture instinctive et brillante, Jean-Baptiste Andrea livre un texte à hauteur d'enfants. Sans doute son expérience de réalisateur n'y est pas pour rien dans cette façon qu'il a de trouver des images justes et fulgurantes. Ma reine est un texte pictural aux reflets fauvistes, un premier roman cinématographique, dont les images restent longtemps une fois le livre refermé.

  • Pourquoi pas la vie

    Coline Pierré

    • L'iconoclaste
    • 17 Mars 2022

    Au coeur de l'hiver 1963, la poétesse Sylvia Plath, trente ans à peine, se suicide.
    Mère assignée au foyer, artiste reléguée dans l'ombre par un mari qui prenait toute la lumière, amoureuse trahie et abandonnée, Sylvia Plath est le reflet de tant de femmes empêchées par le monde des hommes. Ça, c'est la réalité.
    Et si Sylvia Plath ne s'était pas donné la mort ? Coline Pierré réinvente le destin de cette icône féministe, elle l'imagine s'émanciper et se libérer du joug masculin. Dans l'Angleterre des Swinging Sixties, électrisée par les Beatles et la culture pop émergente, son héroïne goûte avec la même intensité l'écriture, la maternité, le bonheur et le succès. Elle veut tout ; elle peut tout.
    Ce roman optimiste et jubilatoire répare une injustice. Il fait renaître une femme unique telle qu'elle aurait pu vivre.

  • En armes !

    Sylvain Pattieu

    • L'iconoclaste
    • 7 Avril 2022

    "Je me bats contre la tristesse des départs sans retour. je me bats contre un fantôme et c'est contre moi-même".
    Depuis longtemps, il croit en la possibilité d'un monde meilleur. Mais comment faire face aux proches qui s'en vont, au temps qui passe, à ce qu'on pensait acquis et qui se délite ?
    La poésie est une réponse et peut-être la plus belle des armes.

  • Une fille indocile

    Isabelle De Courtivron

    • L'iconoclaste
    • 7 Avril 2022

    L'émancipation d'une femme nourrie par les mouvements féministes des années 60-70 aux États-Unis.

    Le rejet du mode`le traditionnel.

    Isabelle de Courtivron nai^t apre`s la Seconde Guerre mondiale, a` Paris, dans une famille aux valeurs conservatrices, ou` re`gnent les mensonges et les non-dits. Sa me`re, qui a troque´ son mari volage pour un Ame´ricain prospe`re et rassurant, s'occupe peu de sa fille. Tre`s jeune, Isabelle se re´fugie dans les livres et de´cide de se construire en opposition a` ce mode`le maternel.

    L'he´ritage d'une double culture.

    Lorsque la famille s'installe aux E´tats-Unis, Isabelle se libe`re. Elle de´couvre une autre culture, ses codes vestimentaires, sa langue, et surtout ses mouvements contestataires. Elle y trouve les armes pour se construire. Contrairement a` ce que pense sa me`re, elle n'est pas « indocile » mais se re´ve`le a` elle- me^me.

    Une construction gra^ce aux combats fe´ministes des anne´es 60-70 aux E´tats-Unis.

    Dans ce re´cit, l'autrice e´voque les combats fe´ministes auxquels elle a pris part dans les anne´es 60-70 aux E´tats-Unis - la libe´ration du corps de la femme, la non-mixite´, le refus de la maternite´ - et ses figures phares comme Gloria Steinem, Betty Friedan, journalistes, essayistes et militantes pour les droits des femmes. La double culture ame´ricaine d'Isabelle de Courtivron permet de comprendre ces mouvements et ces personnalite´s de l'inte´rieur.

  • Un bruit de balançoire

    Christian Bobin

    • L'iconoclaste
    • 30 Août 2017

    Christian Bobin est un auteur rare.
    Il ne vit que d'écriture, dans sa maison au fond des bois. Pour la première fois, il livre un texte entièrement fait de lettres.
    Elles sont ici le lieu de l'intime et du quotidien. L'antichambre de son univers.
    Un autoportrait en creux : Ainsi qu'il l'avait fait dans Le Très-bas, portrait subjectif et amoureux de Saint François d'Assise, Bobin écrit Un bruit de balançoire sous l'ombre de Ryokan. Ce moine japonais du XIXe siècle, poète, ermite vivant de mendicité et de lecture.
    Un livre-écrin serti d'une écriture à la main.
    Original et beau. Format, maquette, mise en pages ; tout concourt à faire de ce bruit de balançoire une longue lettre de l'auteur à ses lecteurs fidèles, et aux nouveaux, toujours plus nombreux au fil des années.

  • Sale gosse

    Mathieu Palain

    • L'iconoclaste
    • 21 Août 2019

    L'histoire bouleversante d'un gamin né du mauvais côté de la vie et de son éducatrice. Un premier romain urbain, ultra-réaliste et social. La découverte d'un auteur.
    Wilfried naît du mauvais côté de la vie. Sa mère, trop jeune et trop perdue, l'abandonne. Il est placé dans une famille d'accueil aimante. A quinze ans, son monde, c'est le foot. Il grandit balle au pied dans un centre de formation. Mais une colère gronde en lui. Wilfried ne sait pas d'où il vient, ni qui il est. Un jour sa rage explose ; il frappe un joueur. Exclusion définitive. Retour à la case départ. Il retrouve les tours de sa cité, et sombre dans la délinquance. C'est là qu'il rencontre Nina, éducatrice de la Protection judiciaire de la jeunesse. Pour elle, chaque jour est une course contre la montre ; il faut sortir ces ados de l'engrenage. Avec Wilfried, un lien particulier se noue.
    D'une plume hyper-réaliste, Mathieu Palain signe un roman percutant. Il nous plonge dans le quotidien de ces he´ros anonymes et raconte avec empathie une histoire d'aujourd'hui, vraie, urbaine, bouleversante d'humanité.

  • L'homme-joie

    Christian Bobin

    • L'iconoclaste
    • 5 Novembre 2012

    Christian Bobin, renouant avec sa fibre narrative, construit son livre en quinze récits : des portraits d'êtres chers (son père), des rencontres (Maria, l'enfant gitane), des figures emblématiques (Soulages, Glenn Gould), des visions, puis une longue lettre à la femme aimée et perdue, "la plus que vive". Entre ces récits viennent des paragraphes courts, parfois écrits à la main, condensés sur une pensée, fulgurants de profondeur et d'humanité.
    Un même fil rouge unifie ces textes, c'est la voix de Bobin à nulle autre pareille, et son regard de poète qui transfigure le quotidien.

  • Après le succès de Routiers, Jean-Claude Raspiengeas mène à nouveau l'enquête ! Un voyage sur les canaux, les fleuves et les rivières, à la rencontre de celles et ceux qui vivent sur l'eau.

    Une enque^te au fil de l'eau Quelle est la vie des bateliers d'aujourd'hui ? Jean-Claude Raspiengeas a embarque´ a` bord. De Paris au Havre, de Ba^le a` Rotterdam, dans le canal du Midi, ou sur le Rhin... Avec son art de la narration et des e´vocations cine´matographiques ou litte´raires, il raconte le folklore et les rites d'un monde inconnu et e´tonnant.

    Vivre a` bord d'une pe´niche Ils vivent a` rebours de la fre´ne´sie et de l'impatience contemporaine. On les aperc¸oit parfois descendre lentement le cours de l'eau. Ils sont mariniers de pe`re en fils. Les enfants naissent sur les bateaux, puis plus tard, ils en prennent les commandes. Nomades volontaires, ils voyagent sans cesse, sur les canaux, pour transporter du mate´riel ou des personnes. Un autre rythme, une autre vie...

    L'urgence e´cologique en perspective Aujourd'hui cette tradition de´cline. Beaucoup de compagnies de navigation ont fait faillite. Mais tout risque a` nouveau de changer. L'urgence e´cologique, qui exige des transports moins consommateurs d'e´nergie, va bouleverser le secteur. Le fret est repense´, le tourisme fluvial en pleine expansion. « On va rede´couvrir l'eau et reconque´rir les rives du fleuve », annonce Jean-Claude Raspiengeas.

  • Plus de likes que d'amour

    Dorian Masson

    • L'iconoclaste
    • 7 Avril 2022

    « 3,8 milliards d'années d'évolution pour en arriver à toi ».
    Le portable à la main, nous sommes toujours seuls. Nous comptons nos likes, mais cherchons la tendresse.
    Dorian Masson dessine une cartographie douce-amère de l'état amoureux et de notre époque.
    Sa poésie mélancolique et parfois érotique déploie toutes nos manières d'aimer aujourd'hui.

  • L'Autre Molière

    Eve De Castro

    • L'iconoclaste
    • 6 Janvier 2022

    Corneille a-t-il écrit les plus célèbres pièces de Molière ? Un roman au coeur de la plus controversée des énigmes littéraires.

    Dans la nuit du 21 février 1673, une foule en larmes enterre Molière au cimetière Saint-Joseph. Alors qu'il est mort en pleine activité, l'inventaire de son cabinet de travail ne mentionne aucun manuscrit.
    Ce mystère n'a jamais été élucidé. En 1919, Pierre Louÿs est le premier à affirmer qu'un accord d'écriture aurait été passé entre Corneille et Molière, et que le tragédien serait l'auteur secret des grandes pièces du comédien. La controverse s'enflamme. Depuis cent ans, elle déchaîne les passions.

    Ève de Castro nous plonge au coeur de cette énigme par la voie romanesque, avec des détails que les biographies officielles passent sous silence.
    Qui sait que Molière, génial acteur, n'avait rien d'un intellectuel, qu'il n'a techniquement pu écrire sans aide ? Que le tragédien Corneille a commencé sa carrière avec sept comédies, qu'il avait un humour féroce, qu'il était épris d'Armande Béjart, l'épouse de Molière ?

empty