Littérature traduite

  • La vague

    Todd Strasser

    La Vague est basé sur une expérience réelle de 5 jours, faite pendant un cours d'histoire dans un lycée californien.
    Alors qu'ils étudient la seconde guerre mondiale, les élèves de Ben Ross s'interrogent sur la facilité avec laquelle le peuple allemand a suivi Hitler et les nazis. Leur professeur d'histoire décide alors de faire une expérience : "la vague". Il choisit, sans le signifier à ses élèves, d'appliquer certains principes du nazisme et ainsi donner à sa classe le sentiment d'appartenir à une élite : "le pouvoir par la discipline ! Le pouvoir par la communauté ! Le pouvoir par l'action !" Les élèves intègrent de plus en plus ces principes. Peu à peu leur professeur constate qu'ils apprennent de mieux en mieux, mais aussi qu'ils arrêtent de réfléchir. L'expérience se ressent également sur l'entourage de la classe. Bientôt, le mouvement prend la tournure du fascisme, chaque élève de l'école étant quasiment contraint d'y adhérer. Un jour, un élève juif est frappé par d'autres élèves car il a refusé d'adhérer au groupe. L'expérience a trop bien marché, le professeur doit y mettre un terme.
    Ce livre décrit comment l'extraordinaire pouvoir de la pression du groupe, à l'oeuvre dans de nombreux mouvements politiques et religieux à travers l'histoire, peut conduire des individus à rejoindre ce genre d'organisations et, ce faisant, à abandonner leurs droits individuels - quitte, parfois, à nuire à autrui. L'ampleur de l'impact que cette expérience a eu sur les lycéens, et ce qu'ils en ont retenu, est évoquée de façon très réaliste dans ce roman.

    "Ce best-seller, qui est devenu un manuel d'histoire en Allemagne et un film, souligne qu'il est facile de se transformer en petit fasciste du jour au lendemain."

  • James Bowen est un ancien drogué. Elevé en Australie par une mère aimante mais dépassée, James s'était réfugié dans la drogue et va de rémission en rechute, souvent accompagné par son amie Belle. Quand l'un s'en sort, l'autre replonge etc. Mais il s'accroche une dernière fois à la vie et décide sur un coup de tête de s'installer en Angleterre pour réaliser son ultime rêve : jouer dans un groupe. Hélas, de groupe il ne rencontre que ceux des SDF : James fait la manche dans la rue.
    Un jour, sur le palier de son minuscule studio en banlieue de Londres, il tombe sur un chat qui s'est battu, gravement blessé. James décide de le faire soigner et laisse une fortune au vétérinaire mais une seule chose compte : Bob semble tiré d'affaire. À Covent Garden, James emmène son nouveau compagnon félin, qui devient bientôt une attraction partout où il chante. Mais leur duo ne pourra pas continuer : James est arrêté par la police. On lui reproche d'avoir agressé verbalement un contrôleur dans le métro. Le seul point de repère de James lorsqu'il sort de prison, c'est son chat. James tente de se reconnecter socialement, il reprend contact avec sa mère en Australie. Vendeur de journaux à la criée devant les sorties de métro, il remporte un succès fou, surtout parmi les filles, qui s'arrêtent pour caresser Bob et acheter un journal. Et c'est la célébrité qui attend ce beau matou, filmé par tous les touristes qui traversent Piccadilly, star de You tube. Plus que tout, c'est le récit d'une véritable amitié que James nous livre ici.

  • Elle fuit sa famille intégriste pour combattre les mollahs.

    Il y eut d'abord la dictature du chah, puis celle de Khomeiny et des mollahs. Depuis 4 décennies, l'Iran souffre. La théocratie totalitaire a fait plus de 120 000 victimes.
    Azam, jeune fille iranienne, grandit dans les quartiers pauvres du sud de Téhéran. Son père, en fanatique religieux, partisan pur et dur des mollahs, s'oppose à sa scolarisation. Soutenue par sa mère, femme lettrée et clairvoyante, elle obtient son bac. À 13 ans, elle échappe de peu à un mariage forcé avec un mollah. Refusant de rejoindre ses frères dans des associations fanatiques, s'opposant continuellement à son père, Azam reçoit des coups. De plus en plus souvent.
    En 1978, Azam a 20 ans. Privée d'amour, bâillonnée, opprimée et battue, elle s'échappe et rejoint le mouvement des Moudjahidines du peuple, partisans d'un islam séparant la religion de l'État. Elle s'engage activement, rencontre d'autres femmes opprimées, participe aux manifestations antiroyalistes. Un nouveau monde s'ouvre à elle. Pourchassée par les pasdarans (gardiens de la révolution islamique), matraqueurs de Khomeiny, elle se fait arrêter. Elle passe 7 ans en prison, dont 8 mois accroupie, les yeux bandés, dans une cage. Torturées physiquement et psychologiquement, Azam ne collaborera pas. 30 000 femmes seront exécutées dans ces prisons iraniennes.
    Dans un pays où s'opposer au gouvernement, c'est s'opposer à Dieu, Azam choisit de résister.
    Un témoignage captivant et douloureux sur une des périodes les plus sombres de l'Histoire, trouvant de troublants échos avec l'horreur des camps de concentration nazis.

  • Marina, jeune iranienne chrétienne fut arrêtée et emprisonnée, à 16 ans, en compagnie de centaines d'autres adolescents. Interrogée et torturée, elle est condamnée à mort pour avoir refusé de se soumettre au Coran. Ali, l'un de ses geôliers, tombe amoureux d'elle et obtient que sa peine de mort soit commutée en prison à vie. Mais le prix à payer est élevé : Marina doit pour cela épouser Ali et se convertir à l'Islam. Peu de temps après, Ali est abattu par une faction révolutionnaire rivale et meurt dans les bras de sa femme. Marina est relâchée après deux ans passés à la prison d'Evin, et fuit l'Iran en 1991 pour s'installer au Canada en compagnie de son amour de lycée.
    C'est le témoignage bouleversant d'une femme iranienne, dont le destin bascule dans l'horreur. Marina a dû fuir son pays pour se réfugier au Canada où elle a enchaîné les petits boulots avant de se reconstruire.
    On retrouve l'âme de Marjane Satrapi dans cette description de l'Iran au temps de la Révolution, avec comme personnage fort, la grand-mère de Marina, symbole de transmission de valeurs culturelles, dans ce pays déchiré par les partisans et les opposants au Shah d'Iran et au retour de l'Ayatollah Khomeiny.

    L'auteur, Marina Nemat, vit toujours au Canada. Son livre a été publié en Suède, en Italie, aux Pays-Bas, au Portugal, en Angleterre, au Canada, en Israël et aux Etats-Unis et a rencontré un énorme succès. Une adaptation en film est prévue en Angleterre.

  • Journaliste, J. Thavis a vécu durant 25 ans dans la cité du Vatican. Il dépeint un microcosme où les scandales menacent chaque jour d'éclater, éclaire la soudaine démission de Benoît XVI et l'élection de François Ier, revient sur les affaires d'abus sexuels, les lobbies gay ou la position du Vatican en matière de contraception.

  • Ruth Maier, réfugiée autrichienne arrivée en Norvège avant la guerre, vivra quatre ans dans ce pays, jusqu'à la grande rafle menée contre les juifs de la capitale à la fin de l'automne 1942. Elle est alors arrêtée avec environ cinq cents autres juifs et embarquée sur le cargo Donau pour être déportée.
    Elle meurt à Auschwitz le 1er décembre 1942. Elle avait 22 ans.
    Ruth a tenu un journal toute sa vie. Les premières notes ont été écrites quand elle avait douze ans. Le dernier cahier s'arrête deux jours après son vingt-deuxième anniversaire.
    À partir d'environ 1100 pages manuscrites et de 300 lettres, son parcours a été brillamment reconstitué. Ruth Maier était une lycéenne de dix-huit ans quand elle a quitté le Reich allemand à la fin janvier 1939 pour s'installer à Lillestrøm. Elle y passe le baccalauréat en 1940, se lie à de jeunes Norvégiennes par le biais du Service du travail féminin, dont la future poétesse Gunvor Hofmo avec sillonnera le pays. En septembre 1942, elle emménage seule dans la capitale et s'inscrit aux cours du soir à l'École des Beaux-Arts. Mais ses rêves de carrière artistique se briseront net lorsqu'elle doit embarquer pour ce qui sera son dernier voyage : Auschwitz. 188 femmes, 42 enfants et 116 hommes seront débarqués du cargo Donau et conduits dans les chambres à gaz. Leurs corps seront brûlés en plein air. Pour ces 346 personnes, il n'existe pas d'actes de décès individuels.

  • Le chat volant

    Prieto A

    Sur fond de musique américaine des années 1970, Le Chat Volant est le roman d'une génération témoin des mutations de la société cubaine et une réflexion profonde sur la nation et la culture cubaine dans les années 1990.
    Abel Prieto part d'une allégorie de l'écrivain José Lezanui Lima sur le chat et la martre, pour explorer les méandres existentiels de quatre adolescents formant un clan dans les années 1970 et qui se retrouvent 20 ans plus tard, en plein chaos. D'après Lima, de l'union d'un chat et d'une martre ne peut naître ni un chat " au pelage shakespearien et étoilé " ni une martre " aux yeux phosphorescents " mais un " chat volant ".
    Ce roman, métaphore d'un métissage national, représente l'espoir d'un futur meilleur pour les cubains. Il est, comme le dit l'auteur, " la vie privée d'une époque " à mi-chemin entre le franc-parler populaire et les métaphores mystérieuses de José Lezama Lima.

  • Un adolescent survit aux camps de concentration et raconte. Lorsqu'Hitler accède au pouvoir en 1933, Thomas Geve a trois ans. Retenus en Allemagne avec sa mère, alors que son père échoue à les faire émigrer, ils sont envoyés à Auschwitz au cours des dernières rafles en juin 1943. De grande taille, Thomas échappe à la fatalité qui attend les enfants à leur arrivée au camp et est envoyé dans les terribles kommandos de travail de Birkenau et d'Auschwitz I et III. En avril 1945, le camp de Buchenwald est libéré, Thomas est un rescapé miraculé. Doué d'une exceptionnelle intelligence, il dispose d'un rare sens de l'observation, rien de ce qu'il a côtoyé ne lui a échappé. Il nous livre ici le regard d'un enfant sur un monde caché : les tsiganes, les Polonais, les handicapés et les expériences chirurgicales telles les castrations. et puis le quotidien, et le travail pour échapper à la mort. Paru pour la première fois en 1958 sous le titre de « Youth in chains ». L'ouvrage de T. Geve est introduit par ces mots : « Les souvenirs que vous tenez entre vos mains ne sont pas ceux d'une personne célèbre, mais d'un quidam parmi des milliers d'autres. Je n'ai pas cherché à écrire un bestseller, j'ai juste voulu raconter la vérité ».

  • Avril 1912. Près de 2200 passagers embarquent à bord du Titanic pour une traversée inaugurale qui promet d'être exceptionnelle. Dans les salons du palace flottant se presse la fine fleur de la High Society d'une époque encore dorée : magnats et artistes américains, aristocrates anglais. On côtoie le fringant milliardaire John Jacob Astor IV et sa jolie épouse Madeleine, l'industriel Benjamin Guggenheim, accompagné de Ninette, sa maîtresse parisienne. On croise le journaliste anglais Stead, connu pour ses prises de position militantes, ou encore le peintre et écrivain Francis Millet. D'autres hôtes brillants peuplent les couloirs du Paquebot, l' " insubmersible Molly Brown " ou le Major Archibald Willingham Butt, conseiller de Théodore Roosevelt.

    S'appuyant sur des témoignages de rescapés, Hugh Brewster fait revivre un moment très particulier à l'aube du vingtième siècle, quand le miracle indutriel permettait de croire que tout était possible, que le progrès n'était qu'une irrésistible avancée triomphante semblable à celle du Titanic, sur les flots de l'Atlantique. On sait ce qu'il advint... du paquebot et de ce siècle.

    À l'aube de la célébration du centenaire du naufrage du Titanic, un livre qui apporte un éclairage nouveau sur la tragédie en mettant en scène les derniers jours de quelques-uns des personnages les plus privilégiés de leur temps. Un document qui fait renaître un siècle oublié dans ses multiples facettes politiques, artistiques et culturelles.
    Sortie mondiale en février 2012. De nombreux événements viendront célébrer le centenaire : expositions, reportages, croisières commémoratives. Un ouvrage richement documenté par un spécialiste du Titanic : des décors somptueux qui renaissent au fil des pages, des anecdotes sur la vie à bord, etc. Un cahier de 25 photos d'archives.

  • Dans un texte autobiographique, Julia, mère célibataire londonienne, raconte la difficulté d'élever Georges, son petit garçon autiste. Coupé du monde, renfermé sur lui-même, Georges, neuf ans, montre une grande violence envers les autres en général, et sa mère en particulier. L'arrivée d'un chaton aussi seul et perdu que lui va permettre au petit garçon de reprendre goût à la vie et de surmonter enfin sa terrible maladie. C'est grâce à ce chat nommé Ben, et à son caractère peu commun, que Georges va pouvoir s'ouvrir aux autres et rendre à sa mère tout l'amour qu'elle lui a donné. Mais, un jour, cet équilibre retrouvé bascule. Parce que ses maîtres le laissent à l'occasion d'un court voyage, Ben s'échappe et Georges s'effondre sur lui-même. C'est alors que Julia va se livrer, par amour pour son fils, à une quête désespérée pour retrouver le chat. Six mois passeront sans entamer sa volonté, et elle devra traverser le pays malgré la neige et les centaines de kilomètres, pour pouvoir enfin déposer Ben dans les bras de son fils pour Noël.

  • Etudiant en art, Marek Rogalski est déporté à Auschwitz en 1940. Il fait la connaissance d'un soldat SS, Hans Grote, ornithologue de son état, qui a obtenu l'autorisation d'observer les oiseaux qui survolent le camp pour étudier les flux migratoires. Ce dernier lui demande de l'assister pour réaliser des esquisses des volatiles. Entre les deux hommes, une relation forte et pudique se noue.

  • Dewey, chaton abandonné, recueilli par une modeste bibliothécaire américaine, Vicki Myron, et par ses collègues, est devenu le symbole de l'Amérique. Pendant 19 ans, Dewey, va apprendre à sourire aux enfants handicapés, attendrir les hommes d'affaires... et devenir le chouchou des médias, au point que les télés du monde entier viendront le filmer !

    Après l'énorme succès planétaire, best-seller dans de nombreux pays, Dewey est de retour ! Vicki Myron, fort du succès fulgurant de son histoire, revient sur cette incroyable rencontre d'un chat et d'un peuple. Entre souvenirs poignants et anecdotes édifiantes, l'auteur revient avec de nouveaux morceaux choisis qui ont fait d'un chat abandonné une légende.

  • Flou

    Derec Jean-Fran

    « L'histoire que je vais vous raconter est arrivée à mon papa. C'est une histoire extraordinaire et pourtant elle n'a intéressé personne à la télé et dans les journaux. Normalement, les histoires extraordinaires, ça les intéresse, à la télé et dans les journaux. Peut-être que celle-ci était trop extraordinaire. Ou que mon papa était trop ordinaire. »Simon, le narrateur, a 12 ans. Un jour, son père assiste à un braquage. Témoigne au JT de 20 heures, visage flouté, par peur des représailles.Le lendemain, lorsqu'il se réveille, il se regarde dans le miroir : son visage est toujours flou... Simon mène l'enquête. Qu'est-il arrivé à son père ? Début d'un pouvoir mutant ? Virus inconnu sur Terre ? Maladie orpheline attrapée à la télé oeAvec l'aide de sa bande, le fameux gang des Microbes, il va pénétrer dans les tréfonds de l'inframonde audiovisuel et découvrir l'invraisemblable vérité... Flou est un roman hilarant, tendre et plein de rebondissements, écrit avec le langage riche et imagé d'un enfant qui ne sait pas encore s'il est déjà grand ou toujours petit, et qui hésite, comme métier, entre bandit, champion olympique du 100 mètres et écrivain de livres.

  • Dewey

    Myron V

    Comment un chat abandonné est-il devenu le symbole de l'Amérique d'aujourd'hui ? Comment a-t-il pu redonner vie à des dizaines d'enfants ? C'est cette histoire émouvante et rocambolesque nous conte l'auteur.

    Par un matin d'hiver, Vicki Myron, attirée par des cris déchirants, découvre un chaton frigorifié dans la boîte aux lettres de la bibliothèque où elle travaille. Après avoir réchauffé le petit chat, Vicki et ses collègues, conquis, décident de l'adopter. Dewey deviendra vite la mascotte de la bibliothèque et l'emblème de la ville de Spencer.

    Pendant 19 ans, Dewey, grand amateur de cheesebugers, d'ailes de poulet et fan de télévision, va révolutionner cette petite ville ! Il va apprendre à sourire aux enfants handicapés, attendrir les hommes d'affaires... et devenir le chouchou des médias, au point que les télés du monde entier viendront le filmer!

    Vicki Myron, la bibliothécaire qui a partagé sa vie, nous raconte l'aventure extraordinaire de ce chat hors du commun. Dewey est décédé en 2006 d'une tumeur à l'estomac.

  • Pourquoi certains hommes ont peur de s'engager et surtout, comment les éviter ? Séduisants, drôles, attentionnés, charismatiques, intelligents, ils sont irrésistibles. mais tout aussi imprévisibles ! Toutes les femmes ont croisé ce genre d'homme au moins une fois dans leur vie : coureur, beau parleur, éternel célibataire ou encore cyberdragueur ! Psychothérapeute et spécialiste des relations de couple, Rhonda Findling nous donne ses précieux conseils. Elle décrypte les relations amoureuses avec ces hommes instables ou allergiques à tout engagement et tente d'expliquer les raisons profondes de leur comportement. Pourquoi les hommes nous rendent folles ? Ce guide vous aidera à repérer ces hommes et ne pas tomber dans le piège de la séduction, grâce à de nombreux conseils, tests, jeux de questions/réponses pour apprendre à mieux vous connaître, et des témoignages parfois cocasses !

  • Le témoignage bouleversant d'une mère :
    Comment un chaton, Cleo, va aider une famille à faire le deuil d'un petit garçon, Sam.

    Helen est mère de deux garçons, Sam et Rob. Sam, l'aîné, 10 ans, est passionné par les animaux. Quand la voisine Luna leur propose un chaton, Sam insiste auprès de ses parents pour l'adopter. Helen accepte que ses fils aillent voir les chats mais refuse catégoriquement qu'ils en rapportent un à la maison.
    Quelques mois plus tard, c'est le drame. Sam, qui a trouvé un pigeon blessé, veut le porter chez le vétérinaire. Sur le chemin, une voiture percute et tue le petit garçon. Rob, impuissant, assiste à la scène. Il ne s'en remettra jamais.
    La famille va réapprendre à vivre en accueillant, d'abord avec réticence, le petit chat qu'apporte Lena. Le petit chat de Sam, celui qu'il aurait pu avoir. Une petite chatte en réalité, Cleo, qui va recevoir la tendresse que la famille avait pour Sam.

    Helen Brown, la maman de Sam, signe un témoignage à couper le souffle. Elle raconte avec émotion le deuil difficile d'une mère et d'une famille ou comment elle a dû apprendre à se recontruire. Cleo et Sam, son témoignage traduit dans de nombreux pays, fera écho auprès de tous les parents qui n'osent imaginer le pire, l'impensable.

empty