Garde Temps

  • Maputo, capitale du Mozambique, ex-comptoir portugais connu sous le nom de Lourenço Marques, a retrouvé, treize ans après la fin d'une guerre civile qui a ravagé le pays, le charme et la douceur de vivre qui fit sa légende sur la côte de l'océan Indien.
    Latine, africaine, indienne, arabe, chinoise, la cité métisse anime aujourd'hui ses grandes avenues aux noms des héros révolutionnaires, ses places monumentales et ses jardins nostalgiques. Ce livre propose une balade à l'ombre des arcades et dans les quartiers du port, de l'aube au couchant, au hasard des vieux cafés et des pâtisseries, des marchés et, parmi les arbres, des villas Art déco. On y croise une population active, cosmopolite, portée par les promesses de l'avenir.
    /> C'est une Afrique latine tissée à la mémoire d'une Europe commerçante, où se mêlent les saveurs de l'Orient et la langueur brésilienne que bercent les vents de l'océan. Autant de mélanges secrets que Maputo arbore comme une marque de séduction et de liberté.

  • Un projet fou : relier paris et tokyo, à travers l'eurasie.
    Pendant trois ans, philippe lansac et laurent granier ont parcouru 120 000 km et traversé 28 pays. du cap nord aux confins de l'asie, ils ont vécu les situations les plus étonnantes, et appris à s'adapter rapidement. dans le désert quand le circuit électrique de leur voiture prend feu, ou lorsqu'ils sont accueillis par des guerriers, la mitraillette en bandoulière.

  • Ce carnet de voyage, à l'image des somptueux carnets indiens cousus, est accompagné d'une lettre, inspirée librement de récits de voyageurs français du XVIIIe siècle et de la correspondance de Manon Balletti.
    Sur le ton de la confidence, la forme épistolaire induit une relation privilégiée entre deux individus, un rapport de confiance, un moment partagé à distance avec le lecteur. Art trait et calligraphie, imagerie traditionnelle, écritures, symboles, motifs et éléments graphiques nous emmènent au coeur de Bombay. Une poésie du quotidien se dévoile...

  • En ce mois de mai, Ouagadougou a la pépie.
    Les habitants croulent sous une chaleur implacable. Le barrage n°2 est à sec. Il faut faire entre cinq et huit kilomètres à pied, deux fois par jour, pour aller puiser un peu d'eau... Deux semaines plus tard, en juin, le même barrage menace d'inonder tout le quartier. Au Burkina-Faso, les pluies sont capricieuses. Il en tombe un cinquantaine par an, inégalement réparties dans le temps et dans l'espace.
    Orages et averses se concentrent sur quatre mois, de juin à septembre. Au Burkina, l'eau, c'est toujours trop ou pas assez.

  • Poser un regard à la fois incisif et spontané sur un territoire inexploré, dans une ambiance de terrain vierge et d'inconnu ; essayer d'en tracer une carte, comme le voyageur a pu le faire au XlXe siècle et le voyage-loisir devient une aventure.
    Dans ce voyage temporel, le Nil coule toujours entre la terre des vivants et la terre des morts ; l'Egypte est un tableau à peine restauré où l'on reconnaît la main d'un maître. Aujourd'hui, accompagnés par un Egyptologue de terrain, Richard Lebeau, nous suivons la trace des deux amis qui, pendant un an, ont sillonné ce pays d'Alexandrie au Lac Nasser, à cheval, en felouque ou à dos d'ânes... alors que dangers, fatigue, émerveillement et solitude faisaient le quotidien de leur voyage.
    Sur les pas de Flaubert est le compagnon d'une croisière, le départ d'une aventure, une autre façon de découvrir l'Egypte.

  • Au Mali, traversé par le Niger, l'un des plus grands et plus beaux fleuves du monde, les hommes semblent toujours les mêmes.
    Transportés par la lenteur des barques effilées, entourés de poissons argentés et de sourires. Les Bozos sont les maîtres de l'eau, qui vivent encore dans la certitude d'une nature généreuse, immuable et éternelle. La vie du delta intérieur se déroule toujours au rythme de la crue et de la décrue. Agriculteurs et pêcheurs se partagent le fleuve en fonction des saisons et des caprices de l'eau. Mais le Niger est aussi mal en point, gagné de taches jaune pâle.
    Ce jaune est celui du sable, de la morsure du désert...

  • Trois voyages : un écrivain, un peintre et un photographe se sont retrouvés dans New York pour nous faire vibrer au rythme de la mégapole.
    Jouant sur les anachronismes, Patrick Grainville nous livre une fiction teintée d'humour et de poésie tandis que Tony Soulié trace un portrait à la fois authentique et hallucinatoire de New York. Dans son atelier, où il retravaille ses photographies, naissent des oeuvres qui dévoilent l'âme de cette ville. Jean-Yves Le Dorlot, quant à lui, capte en noir et blanc des ambiances urbaines : ponts, voitures, rues, bâtiments...
    Des photographies où l'agitation de la ville tranche avec les quartiers déserts. Trois regards complémentaires qui transmettent cette diversité et cette vitalité ; le coup de poing de New York...

  • Tourné vers le continent, le cap Corse, terre de marins et d'aventuriers, est riche d'une histoire singulière.
    Tours rondes ou carrées, églises ou chapelles baroques, châteaux, couvents, sont les traces laissées par les bâtisseurs de jadis. Ils ont parcouru les mers et exploré le monde, à la recherche d'une terre promise où certains ont parfois fait fortune avant de revenir sur le sol natal pour y construire leurs maisons d' " américains ". Leurs aventures hors du commun et leur réussite de l'autre côté de l'océan - Porto Rico, Venezuela... hantent encore chaque village du cap Corse. Le narrateur, revenu au pays, redécouvre son île dans l'île ou mer et montagnes se répondent. il nous entraîne dans une promenade autour du capu Corsu : Nonza, Cannelle, la marine de Tollare, l'île de la Giraglia...

  • Catherine Taralon et le photographe Marc Broussard vous invitent à une balade en Touraine sur les pas de Balzac, Rabelais, Ronsard et Léonard de Vinci.
    Chacun d'eux a vécu une partie de sa vie - histoire d'amour souvent - en ce beau " jardin de France " à la belle et douce nature verdoyante, richement irrigué par la Loire et ses affluents. Avec l'eau pour guide, l'eau propice au rêve et à la flânerie, l'eau où se reflètent les châteaux bâtis par les rois de France, nous vous proposons de partir à leur rencontre, le temps d'une escapade. En compagnie de Jean-Yves Pouilloux, professeur de littérature française à l'Université, on découvre la " vallée du Lys " de Balzac, où l'écrivain a connu ses premières amours, la gastronomie de Chinon du truculent Rabelais, le Vendômois natal de Ronsard, source inépuisable d'inspiration, et enfin la région d'Amboise où Léonard de Vinci, génie protéiforme, a passé ses dernières années.
    Prolongeant ce voyage culturel, le carnet d'adresses - véritable guide de l'art de vivre en Touraine - vous propose quatre itinéraires, pour inscrire vos pas dans les pas de ces figures légendaires.

  • Gold, gold, gold ! l'appel du nord jack london le reçoit en 1897 : un navire chargé d'or vient d'arriver dans le port de san franscisco.
    Une tonne d'or pur, 700 000 dollars en pépites ramassées sur les bords du klondike, dans le grand nord canadien ! jack london a 21 ans quand la nouvelle fait le tour du monde. lui qui a déjà fait tous les petits boulots possibles, et même pirate dans la baie de san francisco, décide de tenter sa chance. le 25 juillet 1897, il s'embarque pour skagway, en alaska. ils seront plus de 250 000 à se lancer dans cette aventure.
    Cinquante mille arriveront au bout, mais très peu trouveront de l'or. jack london, lui, passe un hiver dans le grand nord. durant l'été 1898, il descend le yukon puis embarque pour san francisco. sans or, mais avec une immense serve d'histoires. après une longue bataille avec les éditeurs, il publie le fils du loup. c'est un succès, le début d'une fortune faite dans le klondike sans pioche ni batée. des récits de london sur le grand nord accompagnent ce voyage au klondike, qui nous emmène à la rencontre de personnages chers à l'écrivain : trappeurs, indiens, conducteurs de traîneaux, missionnaires ou chercheurs.
    La fièvre de l'or, elle aussi, est encore vivante.

  • En 1832, pendant son voyage en afrique du nord, delacroix annotait ses carnets de dessins, et devant les eaux du détroit de gibraltar laissait parler ses émotions.
    Dix ans plus tard, il a réuni ses souvenirs sur le maroc dans un manuscrit, redécouvert en 1997, qui témoigne d'un tanger maintenant disparu. aujourd'hui, au plus fort de l'été, les tangérois aiment pique-piquer au bord de l'océan, puis, dans la nuit sombre et chaude, envahir les terrasses. entre atlantique et méditerranée, la ville se vit, se transforme. modernité et tradition cohabitent, loin des idées reçues.
    Catherine taralon et marc broussard ont quitté les rues bruyantes pour pénétrer dans des lieux oú la magie de l'orient se perpétue. savoir-faire détourné, intérieurs réinventés, les maisons vivent au rythme des rayures et des couleurs vives. un ouvrage qui mêle aquarelles, extraits du récit de voyage au maroc d'eugène delacroix et photographies actuelles - un carnet d'adresses prolonge cet itinéraire culturel.

  • En 1833, c'est un long voyage depuis bordeaux jusqu'à lima, en passant par le cap horn et valparaiso, que flora tristan (la grand-mère de gauguin), seule femme à bord d'un navire, décide d'entreprendre.
    Le pérou est encore mal connu. arrivée sur la côte du pérou, flora se lance dans un périple à dos de mule pour rejoindre arequipa. le spectacle des trois volcans, dont les sommets enneigés réfléchissent la lumière du soleil, lui donne une telle joie qu'elle en oublie la douleur et les périls de l'ascension. pour son premier parcours en terre péruvienne, flora tristan éprouvera, frôlant parfois la mort, les violents contrastes d'une nature sauvage.
    C'est aussi son destin de femme qui va se jouer au pérou, sur ce continent profondément différent de la vieille europe. elle a l'occasion d'observer de près la vie quotidienne comme les intrigues de palais. de cette riche expérience elle tirera un livre, pérégrinations d'une paria, dont de larges extraits sont donnés ici. ce séjour agira sur elle comme un révélateur qui la conduira par la suite - en femme d'avant-garde - à jouer un rôle politique en france et à y mener une carrière littéraire.

  • Ce carnet de voyage nous emmène au coeur du rajasthan, entre pushkar et jaipur, sur les traces des premiers tziganes.
    Gulabi sapera, septième d'une famille nomade, est née dans une caste d'intouchables à la fois rejetés et redoutés : les kalbeliyas, la caste des charmeurs de serpents, danseurs et musiciens, véritables troubadours des temps modernes. grâce à ses exceptionnels talents de danseuse, gulabi sapera, la " rose de jaipur ", a dépassée sa condition de femme gitane et indienne et a obtenu une reconnaissance internationale.
    Dessins, photographies et récits d'eric roux-fontaine répondent à des textes de thierry " titi " robin, et invitent le lecteur à une promenade graphique, poétique et sensitive.

empty