• Le homard

    Pascale Dietrich

    Quand la narratrice gagne un homard vivant à la tombola, elle ignore encore qu'elle ne pourra l'ébouillanter. Mais entretemps, elle s'est débarrassée d'un pic à glace, car c'est l'utilité des tombolas : on fait le ménage dans les placards. Près des plages, un premier touriste anglais est retrouvé mort. Puis un second. Est-ce trop pour une petite ville bretonne de 3000 âmes ?Doit-on parler de serial killer, de Bretagne aux bretons ?L'écriture de Pascale Dietrich se fait vive et sautillante pour nous parler d'une bourgade où la mer ne suffit pas à faire le bonheur. On décèle chez elle une indulgence à l'égard des amours compliqués : ceux qui versent dans la violence pour goûter à la fusion.Un premier livre composé d'une main sûre. L'auteur distille l'horreur, tranquillement, avec une maîtrise étonnante. Elle joue aussi avec les nerfs du lecteur, déjouant au dernier moment les « chutes » et les retournements de situation qui seraient prévisibles. Un texte tout à fait dans l'esprit « Polaroid » : nerveux, psychologique avec une tension qui augmente crescendo, une histoire qui se déroule dans un contexte tout à fait banal, ordinaire, transposable

  • Parures

    Franz Bartelt

    Une mère et son jeune garçon vivent en HLM dans une cité pouilleuse. Sans ressources mais obsédée par l'apparence et les vêtements, elle habille son fils avec sophistication, telle une star enfantine ou comme un acteur à sa disposition. Tout l'argent des allocations dispensé par la mairie est englouti dans des magasins de luxe. L'enfant est moqué par ses instituteurs et méprisé par les gamins du quartier. Jusqu'à ce qu'une assistante sociale impose le principe qui prévaut :les pauvres doivent ressembler à des pauvres. Les allocations de secours sont supprimées, et la mère perd pied, au bout du rouleau. On lui a volé son rêve.Au fond d'une cité crasseuse, une mère investit toutes les aides sociales qu'elle reçoit dans la garde-robe de son gamin, alors transformé en clown. Sans cesse menacés de folie, cernés par l'abîme de la misère d'un côté, par celui de l'apparence fantasque de l'autre, ils construisent ensemble un paradis artificiel.

  • C'est une nouvelle fois dans le milieu de la batellerie, qu'il connaît parfaitement, que Dominique Delahaye plante le décor de son roman.
    Fils de marinier, jeune voyou au grand coeur, Thomas perd toutes ses illusions pendant ses huit années passées sous les verrous. À sa sortie, il ne pourra s'accrocher à aucun des liens du passé : sa mère est placée en maison de retraite, Nacira, son amour de jeunesse est désormais mariée, la péniche de ses parents a été bradée à un cousin peu scrupuleux. Il ne lui reste plus qu'à récupérer le butin d'un larcin commis autrefois...
    Dominique Delahaye, dans un style limpide, place l'humain au centre de son intrigue. Tout ce qui fait et détruit un être est présent : l'amitié, la haine, l'amour, la trahison, la violence. Difficile pour Thomas, fragile et sensible, d'envisager un futur, une existence normale.

  • .Rois des vins de la Rive Droite, les crus de Fronsac subirent au XIXème siècle le contrecoup du succès des vins de Pomerol et Saint- Emilion. La Toscane bordelaise s'enferma pendant près d'un siècle dans le sommeil. Depuis quelques années, la rescousse a sonné pour toute l'appellation Fronsac, on redécouvre l'excellence d'un vin qui fut pendant longtemps l'apanage de la cour royale française. A l'occasion de cette résurrection, Les Editions d'Autils vous convient à un voyage inédit dans le secret des plus belles demeures viticoles de Fronsac.
    Des châteaux où l'on s'inspire aussi bien du Siècle des Lumières que des splendeurs des Médicis. Des propriétés ancrées dans l'histoire et d'autres résolument plongées dans l'exubérance contemporaine.
    Dix-huit châteaux qui témoignent d'une identité vigneronne unique dans le Bordelais. ??

  • Rose Royal

    Nicolas Mathieu

    Rose a la cinquantaine, une vie derrière elle, avec ses joies, ses déveines, des gosses, un divorce. Et des mecs qui presque tous lui ont fait mal. Le soir, en sortant du boulot, elle se rend au Royal, un bar où elle a ses habitudes. Là, elle boit. De temps en temps, elle y retrouve sa grande copine Marie-Jeanne. Puis, elle rentre chez elle et le lendemain tout recommence. Mais une nuit, Luc débarque au Royal et Rose se laisse prendre une dernière fois à cette farce du grand amour.
    Sauf qu'elle s'est juré que plus jamais un mec ne lui ferait du mal.

  • Maktaaq

    Gildas Guyot

    Seth, un jeune homme d'une vingtaine d'année, se retrouve coincé à jouer les chauffeurs pour son grand-père, un vieux bonhomme ronchon, qui entend traverser les États-Unis pour se rendre à Vegas. Durant cette folle équipée, de fast-food en motel, de ville moyenne en station-service miteuse, c'est aussi une civilisation qu'ils explorent - la leur, celle des Inuits, perdue pour jamais dans un grand nord devenu légende, et celle des conquérants américains, la société capitaliste, éclairée aux néons criards - Mais celle-là aussi est la leur.

  • Les désenchantées

    Pierre Loti

    • Auberon
    • 19 Mars 2003

    Avec " Les Désenchantées ", Pierre Loti mêle, en une exquise alchimie, réalité et fiction. Dans le mystérieux chassé-croisé de l'intrigue, Loti, le nostalgique de l'Empire ottoman, prend la défense de la femme turque et plaide pour son émancipation.
    Mais avant tout lisez " Les Désenchantées " comme un vrai roman d'aventure et d'amour... Au début du XXe siècle, un écrivain français déjà célèbre occupe un poste diplomatique à Istambul. Une jeune femme de la haute société turque et deux de ses amies entrent secrètement en contact avec lui. Entre ces admiratrices voilées, prisonnières d'un mode de vie ancestral et l'auteur captivé se met en place un jeu relationnel subtil et violent où émotions et sentiments parfois contradictoires s'expriment dans un décor envoûtant.
    Entrez dans ce monde chimérique avec harems, amours impossibles et mort inéluctable.. Ce mélange d'ingrédients fit, à sa parution en 1906, le succès du livre, l'un des plus connus de son auteur. Le lecteur y retrouvait le charme insidieux des couchers de soleil sur le Bosphore, les promenades en caïque aux Eaux-Douces d'Asie et les incomparables évocations d'Istambul, la ville tant aimée. à cette douce magie orientale, s'ajoutaient les destins tragiques de femmes éprises de modernisme, de liberté d'apprendre, d'agir et d'aimer.
    Tout à la fois ancrée dans son époque et annonciatrice de recherches littéraires contemporaines (personnages en quête d'auteur, roman dans le roman, mélange du " je " et du " elles "), cette oeuvre fascinante est aussi un livre étonnamment moderne qui pose sur les débats actuels un regard aigu et leur apporte une saveur inattendue.
    Avec une préface de Bruno Vercier et d'Alain Quella-Villéger

  • Katja Nouv.

    Katja

    Marion Brunet

    Les semaines qu'il lui reste à vivre ne seront pas les plus douces. Le cancer a fait son lit. Ni sa notoriété ni son charisme n'y pourront rien. Retranché dans sa villa à laquelle on n'accède qu'à marée basse, le grand journaliste spécialiste du bloc est ne veut voir personne. Il veut lire ses livres, écouter sa musique, et regarder la mer. Il se résigne toutefois à embaucher une aide à domicile. Il ne sait pas encore que Katja parle allemand.
    Qu'elle a des questions à lui poser. Et une colère à étancher.

  • Tempete Yonna

    Cyril Herry

    Une grève générale paralyse déjà la France lorsque survient Yonna, une tempête qui dévaste tout sur son passage. Quinze personnes se retrouvent piégées à Braconne, sans eau, ni électricité ni téléphone. Des arbres déracinés coupent les routes qui reliaient au monde le petit village. Dans l'attente de secours éventuels, l'entraide devient nécessité. Les désirs de chacun doivent s'effacer au profit de la survie du groupe. Alors, à Braconne, un orage d'une toute autre nature se met à gronder. Beaucoup plus meurtrier.

  • Ziz, le Gandhi de la Kalach, débute en bas de l'échelle aux pompes funèbres Santini. Il se hisse rapidement au poste convoité de maître de cérémonie. Là où ça se passe. Là où, d'un regard compatissant, il peut remonter le moral despleureuses. Aux côtés de Nadège qui cajole ses ambitions, notre Rastignac veut aller encore plus haut mais se fait renvoyer de son job. Ziz a la rage et décide de se perfectionner au stand de tir. Ça va faire mal.Hervé Mestron a étudié la musique à Lyon et au Canada. Depuis 1996, il publie des textes pour adultes et pour la jeunesse. Il a reçu le prix Place aux nouvelles pour l'excellent Cendres de Marbella (éditions Antidata). Il vit en banlieue parisienne.

  • Ramuntcho

    Pierre Loti

    • Auberon
    • 1 Janvier 1990

    " Les romans contemporains n'ont que trop souvent généralisé - en l'affadissant parfois à l'extrême - un concept du Basque rêveur, mélancolique, idéaliste, esclave absolu du devoir et des traditions ancestrales. La meilleure de ces oeuvres, la plus vraie quoi qu'on en ait dit, demeure la première parue : Ramuntcho. Compte tenu du côté romanesque ou pour mieux dire poétique, Loti a fort bien vu plusieurs traits dominants de l'âne basque : alternance de gravité fière et de gaieté naïve, dignité et retenue dans les rapports sociaux, fervent attachement au passé, enfin puissance de la foi religieuse maîtrisant les forces profondes d'un atavisme primitif plein de violences... "

  • Eye-track

    Sébastien Rutes

    2019, une manifestation réunit Margaux, militante femen, Lucas, photo-journaliste, et Romain, flic appelé à juguler les débordements éventuels. Des regards se croisent, des libertés s'exercent, des destins se croisent, alors que déjà le pouvoir tisse une toile pour tout contenir.
    2047, les vies se sont tramées, les technologies ont évolué, façonnant la société, renforçant le contrôle. Themis et Hermès, les enfants des héros d'hier, grandissent dans un monde nouveau qu'ils observent à travers des lunettes obligatoires, les Panopt, qui filtrent, et subtilement dérobent le réel. Ensemble, ils vont tenter de reconquérir leur liberté.

  • L'enfer

    Marin Ledun

    Qui se souvient des bagnes de Guyane ? Sur les îles du Salut, au large de Kourou, la France envoie ses détenus. Les prisonniers profitent peu du charme des tropiques. Le bagne, c'est l'Enfer.
    C'est là qu'arrive Ahmed, un jeune homme de 19 ans, condamné pour avoir bravé le couvre-feu en rendant visite à son amoureuse. Là-bas, tout menace. Les fièvres. Les insectes. Les requins. Les gardiens. Le désespoir. Jusqu'au jour où Ahmed croise le chemin d'une petite fille.

  • Tango parano

    Hervé Le Corre


    vous savez danser le tango ? c'est une danse enjôleuse, câline, aux pas précis, aux renversements vertigineux, aux face-à-face redoutables, aux étreintes affolantes.
    deux brutes des services spéciaux, qui avaient sur les bras l'encombrant cadavre d'une jeune femme sacrifiée par une secte, m'ont initié à cette trouble chorégraphie. et j'ai failli y laisser ce qu'il me restait de raison. je végétais parmi les décombres de ma vie, herbe folle agitée par des vents capricieux. l'esprit en vrac, pour parler vite : j'ai du mal, depuis une certaine tragédie qui m'a dévasté il y a quelques années, à faire la part du vrai et du faux, du réel et de l'imaginaire.
    je confonds, je crois entendre, je parle à mes visions, en proie à des extravagances mentales. il n'empêche, quelques pas de danse, ça ne se refuse pas quand on fait tapisserie dans un studio misérable. alors, je me suis lancé sur la piste. une femme m'a tendu les bras, puis la musique s'est emballée, les lumières se sont éteintes, des coups de feu ont retenti et on a commencé à ramasser les cadavres.
    j'ai eu du mal à m'y reconnaître, dans mon état. le tango ? sait-on jamais avec qui on le danse ? qui a écrit la partition ? qui la joue ?
    méfiance. tango, parano. ça rime à quoi ?.

  • Comme ton père

    Gilles Abier

    Loris, 15 ans, n'a jamais connu son père. Alors quand il est convoqué chez le proviseur pour avoir agressé une camarade, et que sa mère l'accable d'un méprisant « Tu es comme ton père », son grand corps est devenu trop exigu pour contenir les questions qui le submergent. Loris est exclu trois jours du lycée : il a trois jours pour le retrouver.
    Une enquête en forme de cavale, jalonnée de faux-semblants et de chausse-trappes, et pour finir, l'éclatante vérité. Mais est-ce son père que Loris trouvera au bout du chemin ?


    Magnifique roman sur le rapport mère/fils : une jeune femme solo et son fils adolescent, les difficultés de communiquer. La mère se replie dans un silence, un mutisme. Le jeune est légitimement impatient, les mots ne trouvent pas leur chemin dans ce grand corps plein d'énergie et d'attente. Au terme du roman, le dialogue se noue...

  • Après nous le deluge Nouv.

    Après nous le deluge

    Yvan Robin

    Ce jour-là, le soleil ne s'est pas levé. Il n'y aura plus de soir, il n'y aura plus de matin, nous sommes au premier jour. Déjà le ciel verse sur la terre qui disparaît sous les eaux. Les hommes qui ne sont pas emportés par les crues sont jetés sur les routes. Sidéré de cette lumière qui refuse de venir, chacun est gagné de panique et tâche de rejoindre les siens, toutes affaires cessantes. Feu de bois, jeune garçon débrouillard, quitte l'école avec sa camarade Dalila.
    De son côté, le père rejoint l'attelage d'un voisin. Et les voilà chacun s'échinant à rallier un refuge, alors que le monde, méticuleusement, se détricote. Le pire reste à venir. Nos deux protagonistes sont ballottés d'île en île, tantôt une éolienne, tantôt une église, un pont, un bateau. La lumière manque, et le monde se dissout. Pour viatique, Feu de Bois a dans la tête le souvenir de sa mère, disparue brutalement quelques années auparavant, et les poèmes désespérés que son père écrivait sur la décadence sociale.

  • Au coeur de Marseille, on exécute Tarek Bsarani de trois balles dans la tête. Il était le directeur de campagne d'une jeune députée du Vaucluse, étoile montante, assurément promise à un destin national.
    À l'autre bout du pays, on découvre dans la boue les corps meurtris de deux jeunes Érythréennes. Deux migrantes égarées sur les routes dévastées de l'exode.
    Forte de son expérience et d'une équipe plus que soudée, la commissaire Aïcha Sadia tente de dénouer l'affaire marseillaise, tandis qu'au nord, dans ces territoires laminées par la crise, la capitaine Carole Vermeer, flic fragile et vacillante, bute contre la solitude et le mensonge. ?

  • Maurice

    Jérémy Bouquin

    Maurice Assistant familial, Raphaël accueille dans sa ferme des enfants que lui confie l'Aide Sociale. Ceux qui sont abandonnés, tabassés par leurs familles ou seuls car les parents croupissent en prison. Le nouvel arrivé, Maurice, est un gamin mutique qui a perdu sa mère. Il vit dans son coin et regarde les autres construire un gîte. Un jour, Maurice dessine une femme criblée de balles. Puis un flic bizarre vient lui parler et là, le petit retrouve la parole.

  • Reconquista

    Serge Legrand-Vall

    Reconquista. Automne 1944. Dans les Pyrénées battues de neige et de pluie, s'avancent les maquisards espagnols. Ils viennent de libérer l'Ariège des occupants allemands et lancent maintenant une offensive contre Franco, dernier avatar fasciste d'Europe. Parmi eux, Mateu, ex-policier barcelonais réfugié en France, qui entend racheter ses erreurs en tombant l'arme à la main. Mais l'opération Reconquista tourne court, la brigade tombe dans une embuscade et Mateu se retrouve bientôt seul dans la montagne. Affaibli par un sevrage alcoolique brutal, la faim et le froid, hanté par sa mémoire, Mateu doit choisir : s'abandonner à la mort, ou lutter pour survivre.

  • Le goût de la viande

    Gildas Guyot

    Hyacinthe Kergourlé, jeune appelé de vingt ans, survit miraculeusement à l'enfer des tranchées. Lorsqu'il regagne la ferme familiale, à l'armistice, c'est avec un bras en moins, mais un truc en plus, dans la tête, ou au fond des tripes. Que lui reste-t-il à vivre ?
    L'histoire de Hyacinthe Kergourlé est celle d'un homme qui tente de se reconstruire malgré lui, bouchée après bouchée, en redevenant carnivore.

  • Vies de deux chattes

    Pierre Loti

    • Auberon
    • 24 Octobre 2012

    Vies de deux chattes , est l'histoire de deux chattes de Pierre Loti, Moumoutte blanche et Moumoutte chinoise. « Les deux chattes dont je vais conter l'histoire s'associent dans mon souvenir à quelques années relativement heureuses de ma vie. Qu'on me pardonne de les appeler l'une et l'autre « Moumoutte ». D'abord je n'ai jamais eu d'imagination pour donner des noms à mes chattes :
    Moumoutte, toujours ; et leurs petits, invariablement : Mimi. Et puis vraiment il n'existe pas pour moi d'autres noms qui conviennent mieux, qui soient plus chat que ces deux adorables : Mimi et Moumoutte. Je garderai donc aux pauvres petites héroïnes de ce récit les noms qu'elles portaient dans leur vie réelle. Pour l'une : Moumoutte Blanche. Pour l'autre : Moumoutte Grise ou Moumoutte Chinoise. »

  • Elisée Reclus, géographe libertaire, est entre autres, l'auteur, au 19e siècle, de deux très grands livres : La Nouvelle géographie universelle et L'Homme et la Terre. Bien méconnu aujourd'hui, il était alors très célèbre, non seulement en France d'où pourtant il avait été proscrit après la Commune, mais aussi à l'étranger. Ses ouvrages étaient traduits en plusieurs langues...
    Sa réputation dépassait largement les milieux scientifiques et il était lu par un très large public ; sa Nouvelle géographie universelle publiés à plusieurs milliers d'exemplaires, paraissait chaque semaine sous forme de fascicules. C'est que sa géographie n'était pas fastidieuse nomenclature ; il faisait découvrir le monde, décrivait les pays étrangers ; il parlait des rapports des hommes avec la nature mais aussi de leurs luttes pour le progrès et pour la liberté.
    Son oeuvre est aujourd'hui est à peu près totalement oubliée.
    Évidemment le monde a bien changé depuis qu'il a écrit sa Nouvelle géographie universelle mais sa démarche reste exemplaire et l'ampleur de sa conception de la géographie dépasse encore largement celle de la plupart des géographes d'aujourd'hui. Ses questionnements, surtout, sont plus que jamais à l'ordre du jour.

  • La mer sans le bleu

    Rachel Corenblit

    Éléonore ne voulait pas quitter Toulouse, sa vie, son bahut et ses copines pour démarrer une nouvelle vie sous les tropiques avfec ses parents et son jeune frère Nathan. Mais Éléonore n'a pas eu le choix quand, au bord du divorce, ses parents ont décidé de mettre tout le monde dans l'avion pour s'offrir une seconde chance à l'autre bout du monde. Là où il y a la mer, le soleil, les palmiers.
    Ce devrait être le paradis. Sauf qu'Éléonore ne veut pas être là. Sauf qu'il y a aussi Milou, le vieux copain de son père qui les accueille et organise leurs vies. Que de Milou, il vaut mieux se tenir à distance. Qu'Éléonore le sent mais que personne ne veut la croire.

  • Le 18 juillet 1936 commence la guerre d'Espagne dont la mémoire est restée vivace. Elle jette l'une contre l'autre les deux Espagne mais très vite se complexifie car toutes les idéologies caractéristiques du XXe siècle s'affrontent férocement dans la péninsule : celles du passé, avec les traditionalistes, tant du point de vue religieux que social, celles qui caractérisent le siècle avec les fascistes, les anarchistes, les communistes, les socialistes, les trotskystes et ... les républicains. Les massacres, perpétrés dans chaque camp, selon une ampleur et des objectifs différents, ajoutent à la cruauté de ce conflit qui se termine par la victoire des franquistes.
    Pour les républicains de toutes nuances, c'est le temps de l'exil, essentiellement en France. La retirada, en 1939, charrie en une quinzaine de jours, une immense vague de 500 000 personnes, femmes, enfants, vieillards, hommes d'âge militaire, soldats et civils. Ils sont « reçus » soit dans des centres d'accueil improvisés, soit dans des camps qualifiés par les autorité françaises « de concentration ». Les hommes, intégrés d'abord dans des Compagnies, puis des Groupements de travailleurs étrangers, participent largement aux combats de la Résistance, soit dans des groupes de guérilleros, soit dans des unités françaises. Ayant participé à la libération du territoire français, ils échouent cependant en octobre 1944 dans leur tentative d'abattre le joug franquiste.
    L'introduction de l'Espagne franquiste dans les instances de l'ONU en 1955 sonne le glas de leurs espoirs et ils considèrent alors que le temps de « poser leurs valises » est venu. C'est le temps d'une intégration réussie dans les contexte de Trente Glorieuses.

empty