• Après une tournée d'été du théâtre du "Loup en slip", Sophie et Antoine rentrent au bercail... pour découvrir leur charmant village en pleine effervescence ! Le projet d'extension de l'entreprise Garan-Servier, qui relancerait l'économie de la région, est menacé... par une mystérieuse "magicienne dentelée" occupant le terrain. Branle-bas de combat pour les zadistes ! Cela dit, c'est un coup de bol pour les vieux fourneaux, qui peuvent enfin partir à la recherche de leur trésor oublié...

    Quant à Sophie, elle apprend une délicate vérité au sujet de son père...Confidence pour confidence, révélera-t-elle enfin l'identité du père de sa fille, Juliette ?

  • Après deux albums en 2014, voici le troisième tome, très attendu, des Vieux Fourneaux ! Lupano et Cauuet se penchent cette fois sur le cas de Mimile, qui a passé sa vie à bourlinguer dans le Pacifique, entre bourre-pifs, rugby et amitiés au long court. Pirate un jour, pirate toujours ! En parallèle : Pierrot et son collectif "Ni Yeux Ni Maître" jouent les abeilles tueuses, et Sophie apprend qu'à la campagne, on ne prend pas ses oeufs de poule chez les vieilles chouettes. Bref, les « vieux fourneaux » sont de retour, pétant la forme !

  • Déjà le deuxième tome des Vieux Fourneaux ! Lupano et Cauuet décrivent avec toujours autant de drôlerie la chute libre de notre société. Restent Mimile, Antoine, Pierrot et ses anars malvoyants pour redresser la barre. Un versement inattendu de la « finance carnassière » arrive à point nommé, mais réveille également de douloureux souvenirs pour Pierrot. Sa muse libertaire, Ann Bonny, réapparaît... Wilfrid Lupano et Paul Cauuet persistent et signent des scènes et dialogues savoureux qui resteront dans les mémoires !

  • Retour à Paris pour Antoine, Mimile et Juliette. Le plan est simple : ramener Juliette auprès de sa mère, puis filer au Stade de France pour assister au match de rugby France-Australie. C'est du moins ce qui est prévu... Mais, désireuse de voir son père et son grand-père se rabibocher, Sophie les oblige à s'occuper ensemble de Juliette jusqu'au lendemain. Mimile ne peut donc compter que sur Pierrot pour l'accompagner au match. Or, Pierrot l'anarchiste mène un nouveau combat : il s'est engagé en faveur des migrants. Alors vous pensez bien qu'assister à un match opposant la France, qui refuse d'accueillir les migrants, à l'Australie, qui ne pense qu'à les entasser dans des camps, bafouant ainsi les droits de l'homme, c'est hors de question ! Mimile n'a plus pour seule compagnie que ses désillusions... Et si lui aussi était bon pour l'asile ?

  • Les mots du chat Nouv.

    Les mots du chat

    Philippe Geluck

    Après Socrate et Confucius, un incontournable de la philosophie de comptoir !

    Prince du bon mot, Le Chat dispense ses aphorismes chocs depuis presque 40 ans. Grand bavard au pays des images, il agite nos neurones et met nos zygomatiques en feu.
    L'oeuvre graphique de Philippe Geluck est unanimement saluée, mais sa création littéraire mérite autant les honneurs. C'est chose faite avec Les Mots du Chat. Le héros n'apparaît qu'en première et en dernière page de l'ouvrage mais y est omniprésent par sa pensée, parfois tortueuse et cependant imparable.
    Après les Essais de Montaigne ou les Maximes de La Rochefoucauld, Les Mots du Chat s'impose en pierre angulaire de la pensée universelle. Et, contrairement à ses illustres prédécesseurs, Les Mots du Chat est illustré par un florilège de tout ce que Geluck griffonne quand il ne dessine pas son matou.

  • Pierrot, Mimile et Antoine, trois septuagénaires, amis d'enfance, ont bien compris que vieillir est le seul moyen connu de ne pas mourir. Quitte à traîner encore un peu ici-bas, ils sont bien déterminés à le faire avec style : un oeil tourné vers un passé qui fout le camp, l'autre qui scrute un avenir de plus en plus incertain, un pied dans la tombe et la main sur le coeur. Une comédie sociale aux parfums de lutte des classes et de choc des générations, qui commence sur les chapeaux de roues par un road-movie vers la Toscane, au cours duquel Antoine va tenter de montrer qu'il n'y a pas d'âge pour commettre un crime passionnel.

  • Un auteur de bande dessinée, alors qu'il fait ses courses, réalise qu'il n'a pas sa carte de fidélité sur lui. La caissière appelle le vigile, mais quand celui-ci arrive, l'auteur le menace et parvient à s'enfuir. La police est alertée, s'engage alors une traque sans merci, le fugitif traversant la région, en stop, battant la campagne, partagé entre remord et questions existentielles.
    Assez vite les médias s'emparent de l'affaire et le pays est en émoi. L'histoire du fugitif est sur toutes les lèvres et divise la société, entre psychose et volonté d'engagement, entre compassion et idées fascisantes. Car finalement on connaît mal l'auteur de BD, il pourrait très bien constituer une menace pour l'ensemble de la société.
    Voici le nouveau récit choral de l'imparable Fabcaro, entre road-movie et fait-divers, l'auteur fait surgir autour de son personnage en fuite, toutes les figures marquantes -et concernées- de la société (famille, médias, police, voisinage...) et l'on reste sans voix face à ce déferlement de réactions improbables ou, au contraire, bien trop prévisibles.

  • Le loup terrorise la forêt et ses habitants qui vivent continuellement dans la peur de se faire croquer les fesses. Jusqu'au jour où le loup descend dans la forêt... Méconnaissable ! Le loup ne fait plus peur du tout, il n'a plus le regard fou ni les poils dressés ! Mais comment vivre sans la peur, quand la peur est devenue l'unique moteur ?

  • La forêt a ses règles : pour acheter, il faut des sous ; et pour avoir des sous, il faut travailler. Mais dans ce cas, d'où vient l'argent qui permet au Loup de s'acheter de bons bo buns ? Le Loup a trois sous, mais le Loup ne travaille pas... C'est un voleur et une feignasse ! Alors, hop, en prison !
    Mais bon, il faut quand même découvrir d'où vient cet argent... La brigade anti-loup s'en va mener l'enquête, car bon, elle travaille, elle !

  • Succès surprise de 2019 (60 000 ex. GfK), Faut pas prendre les cons pour des gens revient en octobre pour un tome 02 toujours aussi absurde, hilarant et terriblement efficace. En ces temps où tout le monde se demande si l'on peut encore rire de tout, Reuzé et Rouhaud font fît de ces questions et nous offre un bijou d'humour noir et absurde que n'aurait pas renié Desproges. Chaînon manquant entre l'implacable lucidité des Idées noires et l'absurdité de Fabcaro, cette série fera date dans l'histoire de la BD.

  • La forêt est en ébullition : la course annuelle « Rapide & Furieux ! » va bientôt commencer ! Pourtant, quelqu'un ne semble pas partager cette allégresse générale. Toutes les affiches de la course sont vandalisées ! Les habitants ne comprennent pas. Car enfin, faire la course, c'est super cool, n'est-ce pas ? La compétition, la sélection, c'est génial, non ? Le loup en slip mène l'enquête, et découvre que le responsable des dégradations n'est pas la bête féroce que l'on pense.

  • Que fait un bébé éléphant dans la salade ? Quels sont les ingrédients pour s'assurer un horrible voyage en TGV ? L'Inde ou le Yémen, quel pays visiter pour pouvoir mieux frimer ? On découvre sous un angle inédit, à la sauce Fabcaro, la rentrée littéraire, la rentrée sociale, l'alimentation bio, la radicalisation, tout ce qui fait notre quotidien, qui deviendra bien plus supportable et léger après la lecture du livre.

  • L'hiver arrive, il neige, il fait froid... Grognon, le loup répète sans cesse qu'"on se les gèle" ! Mais que peut-il donc bien se geler, lui qui est toujours en slip ? Les habitants de la forêt vont vite devoir le découvrir s'ils ne veulent pas que leur compagnon redevienne le grand méchant loup qui les terrorisait autrefois !

  • Moon river

    Fabcaro

    Hollywood, années 50. Au coeur de l'usine à rêves du cinéma, l'immense actrice Betty Pennyway est victime d'un crime sans précédent et particulièrement abominable. L'affaire fait la Une de toute la presse et l'Amérique entière est en émoi. La police de l'état fait appel au peu orthodoxe inspecteur Hernie Baxter pour mener cette délicate enquête qui secoue tout le petit monde du 7ème Art.
    Moon River est un polar noir, poisseux et angoissant, au suspense insoutenable, dont on découvre seulement à la page 12 que le coupable est l'acteur qui joue avec Betty Pennyway.

  • En deux mots : Faut pas prendre les cons pour des gens est un album d'humour absurde sur la bêtise ordinaire, de plus en plus présente autour de nous.
    À la manière d'un Goossens ou d'un Fabcaro, il tord et maltraite les clichés de la société dans une BD hilarante et grinçante à souhait. Racisme ordinaire, mesures gouvernementales ubuesques, maisons connectées, quotas policiers, surpopulation carcérale, rejet des laissés-pour-compte...
    Reuzé n'épargne rien ni personne pour notre plus grand plaisir. Côté dessin, il singe la BD contemporaine qui n'hésite pas à reprendre le même dessin sur plusieurs cases.
    Comme vous l'aurez compris, ce bougre ne prend vraiment rien au sérieux, pas même son éditeur !

  • Eddy Mitchell et la raclette sont-ils compatibles avec une vie intime amoureuse ? Peut-on assumer le fait d'avoir un père manager conseil ? Comment s'assurer que les parents resteront bien jusqu'à la fin de la kermesse de l'école ? Qui gagnera la compétition d'enfilage de housse de couette ? Des questions fondamentales auxquelles Fabcaro apporte une réponse implacable, surprenante et finalement évidente.

  • A quelque chose malheur est bon !

    Sans pandémie, il n'y aurait pas eu de confinement, et sans confinement, il n'y aurait pas eu cet album qui arrive comme l'enfant qu'on n'attendait pas, comme la surprise joyeuse de cette fin d'année calamiteuse! On s'explique : Philippe Geluck devait présenter en avril son exposition de sculptures monumentales sur les Champs-Élysées, mais l'expo et son catalogue ont été reportés à 2021. Sachant qu'il ne pouvait abandonner ni ses lecteurs ni son éditeur ni les libraires, l'artiste a mis à profit son enfermement pour concocter un nouveau Chat qui regorge de gags hilarants, de gravures détournées et de dessins politiquement très incorrects.
    Alors, merci qui ? Merci le coronavirus !

  • Chroniques acides de la vie de couple.

    Acceptez-vous d'être débordés par les tâches du quotidien ? D'aller déjeuner chez vos beaux-parents chaque premier dimanche du mois ? De mettre une liste sur le frigo pour savoir qui fait quoi dans la maison ? Et d'avoir des idées divergentes sur l'éducation de vos enfants ? Alors félicitations, vous voici unis par les liens d'un mariage précaire et conflictuel !
    Auteur du désormais culte Zaï Zaï Zaï Zaï, Fabcaro nous offre dans ce nouvel ouvrage un portrait acide et décomplexé des relations de couple. Situations cocasses, moments absurdes, incompréhensions, quiproquos, confidences sur l'oreiller... une série de strips qui nous fait autant méditer sur la société que sur nous-même mais qui, surtout, n'oublie jamais de nous faire rire.

  • L'album-catalogue de l'exposition monumentale du Chat sur les Champs-Élysées.

    Malgré un report pour cause de covid-19, l'expo Le Chat déambule aura bien lieu. Vingt sculptures monumentales du Chat seront exposées sur les Champs-Élysées du 26 mars au 9 juin 2021 et voyageront ensuite dans une dizaine de villes avant de se poser à Bruxelles à l'occasion de l'inauguration du Musée du Chat et du dessin d'humour. Chaque pièce mettra en scène le célèbre félin dans différentes scènes humoristico-poético-surréalistes.
    L'idée de cette exposition a germé dans l'esprit de Philippe Geluck alors qu'il travaillait sur le projet du Musée : Si Botero l'a fait, pourquoi pas moi ? Ses personnages sont gros, Le Chat l'est aussi ! Ce catalogue raconte l'aventure de la création de cet événement ambitieux et hors du commun, revient sur la genèse du travail en volume de l'artiste, depuis 1972, et propose évidemment de nombreux dessins en lien avec l'art et la sculpture en particulier.

  • Avez-vous lu les classiques de la litterature ? t.4 Nouv.

    Soledad Bravi et Pascale Frey convoquent toujours avec humour et notre plus grand plaisir, une nouvelle sélection des plus grandes oeuvres classiques françaises et étrangères. Redécouvrez Le portrait de Dorian Gray d'Oscar Wilde, les fameuses Chartreuse de Parme de Stendhal et Belle de jour de Joseph Kessel, Middlemarch de George Eliot, Beloved de Toni Morrison, Le chien des Baskerville de Conan Doyle, La confession d'un enfant du siècle d'Alfred de Musset, Eugénie Grandet de Balzac, Daisy Miller de Henry James, Germinal de Zola, Hansel et Gretel des frères Grimm, La lettre écarlate de Nathaniel Hawthorne, Les mémoires d'Hadrien de Marguerite Yourcenar, Boule de suif de Guy de Maupassant, Les trois mousquetaires d'Alexandre Dumas, La nuit des temps de René Barjavel.
    />

  • Face à un lapin idiot, un cochon jardinier, un chien paresseux et une poule caractérielle, un renard chétif tente de trouver sa place en tant que grand prédateur. Devant l'absence d'efficacité de ses méthodes, il développe une nouvelle stratégie. Sa solution : voler des oeufs, élever les poussins, les effrayer et les croquer. Mais le plan tourne au vinaigre lorsque le renard se découvre un instinct maternel.

  • Iznogoud t.31 ; moi, calife... Nouv.

    Ce nouvel album est un foisonnement d'atroces calembours et de gags désopilants : les chômeurs pointent à Pal-emploi, le bon calife participe à une gueux-pride, les nouveaux tapis volants s'appellent des Volib', les él-djébetehs revendiquent la « Gesticulation pour autrui »...
    Pour mener à bien ses stratagèmes, Iznogoud n'hésite pas à faire appel à un ancien conseiller d'Anne Ibn-Al-Go, au peintre Dali Baba et consulte même un deezeur de bonne aventure.
    Iznogoud clame « Moi, calife... », parviendra-t-il à ses fins ?

  • Il fallait s'y attendre : c'est chez l'Homme de Pékin que la plus grande épidémie de la préhistoire démarre. "Manger, être manger", d'accord, mais pas du pangolin !
    Comme tous les êtres vivants, les Dotcom vont devoir échapper au nouveau virus, le Lascauvid-19, aussi dangereux que la Grippe Arboricole de -40 018 ! Les autorités de la vallée décident un confinement général et, brutalement, c'est tout le paléolithique qui se met à l'arrêt... Déjà qu'on avançait pas beaucoup !
    Tandis que les parents galèrent à donner des cours de chasse et de préhistoire-géo à distance, les chamans essaient de contenir l'épidémie, les primates se mettent à confectionner des masques à partir de peaux de bananes, et Url et Web décident de trouver un remède à la maladie !
    Comme à son habitude, Jul s'empare de l'actualité avec à propos pour faire rire et réfléchir !

  • Deux soeurs, leurs maris respectifs et leurs enfants, vont chez leurs parents pour le sacro-saint repas dominical. Tous sont heureux de se retrouver jusqu'à ce que tombe la question qui va les plonger dans une funeste tragédie : "De quoi pourrait-on parler ?" Formica, le nouveau livre de Fabcaro (l'auteur de Zaï Zaï Zaï Zaï) est construit comme une pièce de théâtre, avec une unité de lieu et de temps, et découpé en trois actes.
    Formica rassemble, au delà de la famille protagoniste du récit, tout ce qu'on a jamais osé faire et dire lors de nos repas de famille.

empty