• Pourquoi elle ?
    Pourquoi une biographie de Jacqueline de Ribes ?
    Je ne m'étais intéressée jusque-là qu'à des vies dont l'art était le coeur battant. Des vies dont l'essentiel fut de peindre, écrire ou sculpter.
    C'est sa propre vie qui est l'oeuvre de Jacqueline de Ribes. Une vie qu'elle a magnifiée, sublimée, mais qui garde à mes yeux sa part de mystère.
    Quelle femme et quels secrets se cachent derrière la légende de papier glacé ?
    Figure de la jet-set des années soixante. L'un des « Cygnes » préférés de Truman Capote et de Richard Avedon. Amie d'Yves Saint Laurent et de Luchino Visconti. Elle est devenue une icône du style et un symbole de l'élégance française. Une reconnaissance mondiale illustrée, en 2015, par une magistrale exposition au Metropolitan Museum de New York. Son visage a été projeté en pleine lumière sur l'Empire State Building.
    Ce destin, qui voit s'achever l'ancien monde et apparaître de nouveaux codes, des innovations stupéfiantes, j'ai tenté d'en déchiffrer l'énigme.
    D. B.

  • Que peuvent avoir de commun saint Joseph et Obélix, la prostituée médiévale et l'arbitre de base-ball, les frères du Carmel et les baigneurs de la Belle Epoque, les sans-culottes de l'an II et les musiciens de jazz ? Ils portent un vêtement rayé, signe de leur situation sur les marges ou en dehors de l'ordre social. Structure ambiguë, qui ne distingue pas clairement la figure et le fond, la rayure est longtemps restée en Europe une marque d'exclusion ou de transgression. Le Moyen Âge voyait dans les tissus rayés des étoffes diaboliques, et la société moderne a longtemps continué d'en faire l'attribut vestimentaire de tous ceux qu'elle situait au plus bas de son échelle (esclaves, domestiques, matelots, bagnards).
    Toutefois, à partir de l'époque romantique, ces rayures dégradantes, sans vraiment disparaître, commencent à être concurrencées par des rayures d'une autre nature, porteuses d'idées nouvelles : liberté, jeunesse, plaisir, humour. Aujourd'hui, les deux systèmes de valeurs cohabitent. Mais il y a rayures et rayures. Celles du banquier ne sont pas celles du malfrat ; celles des passages cloutés ou des grilles de la prison ne sont pas celles du bord de mer ni des terrains de sport.
    En parcourant cette longue histoire de la rayure occidentale, Michel Pastoureau s'interroge plus largement sur l'origine, le statut et le fonctionnement des codes visuels au sein d'une société donnée. Qu'est-ce qu'une marque infamante ? Un signe d'exclusion ? Pourquoi les surfaces rayées se voient-elles mieux que les surfaces unies ? Est-ce vrai partout dans le monde ? S'agit-il d'une donnée neurobiologique ou d'un problème culturel ?

  • Karl Nouv.

    Karl

    Marie Ottavi

    Roi de l'autofiction, Karl Lagerfeld était le premier narrateur de sa propre vie. Le personnage ambivalent, qu'il a savamment élaboré, a passé quatre-vingt-cinq ans à se réinventer pour ne jamais regarder en arrière, vers un passé trop terrifiant à contempler. Créateur inspiré, doté d'une culture immense, dépensier jusqu'à frôler la ruine, outrancier dans ses manières, insatiable dans le travail, asexué et hygiéniste, roi des piques et des bons mots, ultra-sensible et arrogant, solitaire rarement seul, bête médiatique toujours à la lisière du borderline, Karl Lagerfeld a eu plusieurs vies. Il a rajeuni, grossi, maigri, noyé sa mélancolie dans le travail après la mort de son seul amour, Jacques de Bascher, dandy désinvolte et strict opposé, qui suscita aussi la passion dévorante d'Yves Saint Laurent et brisa la longue amitié des deux couturiers.

    Cette biographie raconte les multiples existences de cet homme hors norme et, à travers elles, une histoire de la mode, qu'il a contribué à révolutionner. Elle est le fruit d'une longue enquête commencée avec deux entretiens exclusifs accordés à l'auteure par Karl Lagerfeld lui-même et enrichie par les témoignages de ses proches et de nombreuses personnalités : la princesse de Hanovre, Bernard et Hélène Arnault, Silvia Fendi, Bruno Pavlovsky, Tom Ford, Alessandro Michele, Valentino, Carine Roitfeld, Claudia Schiff er, Inès de La Fressange, Linda Evangelista, Tadao Ando, Fran Lebowitz...

  • Écrire un Dictionnaire amoureux du Parfum a toujours été un rêve pour moi. Grande admiratrice et lectrice de cette collection, j'étais amoureuse de cette idée de pouvoir déclarer un jour ma flamme au parfum, l'objet de tous mes agréables tourments. Enchanteur, conteur, séducteur, le parfum m'attire depuis bien des années le nez et l'esprit. Il m'a prise un jour sans crier gare et depuis je ne me lasse pas d'essayer de comprendre et d'entrer dans « cette haute puanteur », ainsi que le nommait Michel de Montaigne, qui donne naissance à un espace voluptueux.
    Le parfum ne peut se résumer à une simple marchandise. Il est bien davantage. « Le parfum, c'est l'odeur plus l'homme », disait Jean Giono, soulignant cette nécessaire rencontre entre la peau et l'effluve, pour que s'exprime un parfum, en s'animant sur l'être qui le porte et même en le prolongeant. Le parfum fait parler le silence. Il habite l'absence. C'est pour cela qu'au travers d'un dictionnaire amoureux du parfum, j'ai à coeur de mettre en valeur tout le romanesque qu'il contient. Un parfum raconte une histoire, celle des êtres et de leur époque. Il touche les sensibilités et il unit les cultures, en restant une douce ou violente constante dans l'amour.

  • Le parfum : raffinement ultime, magique et sophistiqué, associé à des marques prestigieuses au marketing puissant. Mais le vrai luxe de cette industrie mondialisée est un secret bien gardé, celui des produits naturels qui composent ses plus belles fragrances. Certains parfums associent jusqu'à 80 essences différentes : issues de fleurs, de fruits ou d'écorces, elles sont cultivées, récoltées et distillées selon des techniques souvent artisanales. Au coeur de cet univers, le sourceur assure la fiabilité des ressources, la qualité des produits, et met en contact petits producteurs et grandes entreprises.

    Depuis trente ans, Dominique Roques approvisionne la palette des parfumeurs en extraits de plus de 150 matières premières, venues de près de 50 pays. Passionné, il nous entraîne dans un tour du monde à la recherche des essences les plus rares, de l'Andalousie au Somaliland en passant par la Bulgarie, le Laos, le Salvador, l'Indonésie ou encore l'Egypte... Une senteur, un pays, des hommes : chaque chapitre raconte l'histoire d'une essence, met en lumière les cueilleurs au savoir-faire ancestral et les parfumeurs stars venus observer la beauté des plantations et comprendre les processus d'extraction. Au fil de ses voyages, Dominique Roques décrit l'extraordinaire chaîne du parfum, puissante mais fragile par sa dépendance aux intempéries, aux fluctuations économiques et même aux circuits criminels. Et il prouve que les bonnes pratiques sont possibles : amélioration des conditions de vie des petits producteurs, prix justes, qualité des extraits.

    Nous rencontrons ainsi les exploitants du Bangladesh, plantant des clous dans les arbres à parfum pour accélérer la formation du mystérieux bois de oud, et les récolteurs du baume Pérou, suspendus aux branches dans le vide, une torche en feu à la main. Nous apprenons qu'en 1840, plus d'un siècle après l'importation de la vanille en Europe, c'est un garçon de 11 ans qui comprend enfin le principe de la pollinisation et lui fait donner des fruits. Nous découvrons la technique de l'enfleurage, les circuits mafieux du patchouli, le rapt de l'hévéa amazonien par les Anglais au début du XXème siècle, les meurtres commis en Inde pour du santal et les replantations de champs entiers au fond de l'Australie, dans l'incroyable région des diamants roses... Et mille autres anecdotes qui tissent l'extraordinaire kaléidoscope des senteurs du monde.

    À l'heure où, pour la première fois depuis les collectes d'encens de l'Antiquité, la pérennité des parfums de la nature n'est plus une évidence, ce livre à l'écriture vive et subtile nous fait vivre au plus près la fascinante et magnifique aventure du parfum.

  • Parfum : de l'essence au flacon Nouv.

    Que d'émotions réveillent les parfums ! Ils sont liés à nos souvenirs les plus intimes. Pas étonnant, alors, que depuis des siècles, ils nous fascinent.

    Parfum explore ce sens mystérieux qu'est l'odorat et invite à découvrir l'histoire, la culture et la science des parfums. Des champs de lavande de Provence aux plus grands laboratoires, rencontrez ces pionniers qui font les parfums d'aujourd'hui en explorant le rôle fondamental que la technologie et les produits parfumés joueront au XXIe siècle.

    Une approche résolument originale qui nous rappelle que ce que nous sentons est indissociable de notre humanité.

  • « Je file à mon déjeuner au Ritz. Je vous laisse gérer la crise, je reviens vers 16 h. » « On a un mégadrame avec un VIP qui refuse de monter dans la voiture parce que c'est une diesel. » « J'avais tellement faim j'ai oublié d'instagrammer mon repas. » « Elle est de quelle origine ?

    Conne. »

  • Journaliste de mode, Alice Pfeiffer observe ses collègues accumuler des pièces fabuleuses au fil des collections, des saisons et des ventes presse. Pas elle. Pour son plus grand plaisir, elle collectionne « les trucs moches ».
    Ce que l'on nomme « moche » touche souvent à l'affect, au rire, ou encore au réconfort.
    Et il est tendance : pensons aux chaussures Crocs, aux concours des pulls moches de Noël, jusqu'aux nains de jardin dans l'art contemporain !
    Il peut même devenir une revendication, une fierté, voire une façon de déconstruire l'académisme des dogmes.
    Ce manifeste du mauvais goût propose une théorie audacieuse pour assumer enfin le kitsch, le ringard, le clinquant.

  • Pour les parfumeurs, les odeurs ont mille tendresses devant lesquelles ils sont à l'écoute. Autant de notes subtiles qu'ils prennent soin d'arranger, d'associer pour composer des récits olfactifs appelés parfums.
    Lavande, vétiver, jasmin, cannelle... Plongé dans ces odeurs familières comme dans un souvenir ou un paysage, Jean-Claude Ellena étudie la diversité et la composition des odeurs grâce à un voyage poétique, géographique et botanique. Liée à l'histoire de l'exploration du monde, des terres nouvelles et de leur population, cette cartographie des senteurs variée et étonnante est magnifiquement illustrée par Karin Doering-Froger.

  • La mode fascine et fait rêver. Véritable art pour certains, purement utilitaire pour d'autres, s'habiller est indispensable pour tous et constitue parfois un moyen d'affirmation de soi. Cette industrie est pourtant devenue le symbole du capitalisme de séduction et d'une mondialisation malade. Système complexe d'exploitations et d'oppressions, elle repose sur différents types d'esclavage moderne. Derrière la poésie des motifs et des formes, les corps naturels améliorés à coups de bistouri ou de Photoshop, se cachent le travail des enfants, la discrimination, les abus et le harcèlement des patrons d'usines, les bas salaires, la mise en danger des travailleurs comme des consommateurs, les dégradations environnementales.
    Remonter la chaîne de création et de production, analyser les pratiques de manipulation qui nous poussent à acheter toujours plus, c'est donc raconter l'histoire de la conquête des corps - quel qu'en soit le prix. Procès d'une industrie à bout de souffle qui meurt et nous tue, Le livre noir de la mode est aussi et surtout un appel aux patrons, entrepreneurs, chercheurs, créateurs et citoyens à la réhumaniser pour la sauver.
    Ancienne styliste, chercheuse associée au CNRS et docteure en histoire, Audrey Millet est spécialiste de l'histoire de l'habillement. Elle est notamment l'autrice, aux éditions Belin, de Fabriquer le désir. Histoire de la mode de l'Antiquité à nos jours (2020).

  • Vivienne Westwood est l'une des créatrices les plus provocantes et les plus influentes au monde : « l'unique raison de mon engagement dans la mode est de détruire le mot «conformisme» », a-t-elle un jour déclaré. Depuis 40 ans, elle ne cesse de bouleverser, transformer et défier le monde de la mode. Cet ouvrage rassemble ses créations les plus singulières depuis son premier défilé en 1981, ainsi que celles imaginées avec son mari et collaborateur de longue date, Andreas Kronthaler. Le duo de créateurs signe ici les textes de leurs propres biographies, tandis qu'Alexander Fury présente chaque collection. L'ensemble offre une opportunité rare de pénétrer dans les coulisses d'une maison de couture hautement créative.

    Avec plus de 1 100 photographies, ce trésor d'inspirations est une référence indispensable pour tous les professionnels de la mode et les admirateurs de Vivienne Westwood.

  • Le dernier matin, Karl Lagerfeld est mort seulement accompagné de Sébastien, son bodyguard et homme de confiance. Lors de la cérémonie funèbre, défilèrent Bernard Arnault et les frères Wertheimer, Caroline de Monaco et Inès de la Fressange, les premières des ateliers de couture Chanel et de jeunes mannequins. L'empereur de la mode avait exigé de disparaître en cendres, avec cette « panoplie » si reconnaissable lunettes noires et catogan qui servait de rempart à ses secrets.

    C'est seulement maintenant que les témoins parlent. Et voilà qu'apparaissent le passé de son père, les tumultes provoqués par son seul amour, Jacques de Bascher, sa rivalité avec Saint Laurent, ses liens avec les grands industriels du luxe et l'immensité de sa fortune.

  • Chanel n°5 : parfum d'un siècle Nouv.

    Synonyme de classe et d'élégance, le N°5 est par excellence le « parfum du siècle », associé au style iconique de Coco Chanel, mais aussi à des stars d'envergure, comme Marilyn Monroe qui l'a rendu célèbre. Retrouvez l'histoire passionnante de l'essence la plus connue au monde, indissociable de la vie et de la carrière de mademoiselle Coco. De sa création à nos jours, découvrez la naissance d'un mythe et de son incroyable destin qui dure depuis cent ans. Bon anniversaire !

  • La mode comme on ne vous l'a jamais racontée, ou plutôt les modes. Le pluriel est important dans le titre de cet ouvrage ambitieux qui repose sur une démarche radicalement neuve, ouverte et transversale. 500 pages, 400 images, une cinquantaine de focus aux angles originaux et surprenants rythmant les 7 chapitres chronologiques, ce livre au design somptueux est destiné à un large public : étudiants, enseignants, professionnels ou passionnés de la mode.

  • Dapper Dan : ma vie made in Harlem Nouv.

    S'il est peu connu du grand public, Dapper Dan est une figure mythique du New York des années 1980. Pendant plus d'une décennie, ce tailleur a attiré à Harlem stars du hip-hop et sportifs, dealers et gangsters.
    Sa marque de fabrique ? Une mode extravagante mêlant les codes de la rue et du luxe à grand renfort de motifs et logos « empruntés » aux plus grandes marques. Un détournement qui lui vaudra d'ailleurs plusieurs procès et la fermeture de sa boutique.
    Mais comment cet homme ayant grandi après guerre dans un des ghettos noirs les plus pauvres de la ville est-il devenu le styliste fétiche des célébrités avant de collaborer avec Gucci ?
    Cette autobiographie raconte les années de jeunesse et de formation de celui qui n'est encore que Daniel R. Day. Cireur de chaussures, joueur de dés et roi de l'arnaque : Harlem est pour lui le royaume de la débrouille. Il devient toxicomane, fait plusieurs séjours en prison, rejoint les Black Panthers et découvre l'Afrique.
    Au fil des pages, son histoire se confond avec celle de l'Amérique, des luttes pour les droits civiques, des années crack et sida. L'histoire d'une ascension, d'une chute et d'une rédemption, mais aussi celle d'un quartier, d'une ville et d'une époque.

  • Découvrez les success stories des modèles qui sont devenus les étendards d'une génération ; ceux qui ont plu, déplu ; ceux que vous avez toujours rêvé de porter ou qui vous ont choqué.
    Du basket-ball aux maisons de haute couture, laissez-vous guider pour décrypter les codes de la culture sneakers et trouver chaussure à votre pied !

  • Que retenons-nous des personnes que nous croisons ? Une silhouette, un vêtement, un accessoire ? Quand la styliste Catherine Legrand voyage, elle pose un regard averti sur les cultures vestimentaires et met en résonance les savoir-faire et les inspirations à travers le monde. Car de la tunique hmong ou boubou haoussa, du huipil amérindien à la blouse roumaine, nos habits tissent des liens insoupçonnés...

  • " J'ai dit au revoir à Karl ce matin. Pour toujours. Son âme et son corps ont disparu. Dans cette journée chaotique, beaucoup de monde. Trop de monde. Et puis les potes, les vrais, qui sont venus dîner ici. Programme de demain ? Presque rien. Pas envie de me coucher. Je range tout, je lave, je nettoie. Je suis comme ça, j'aime que ce soit nickel, propre, impec. Vider les cendriers, rincer les verres.
    Je ne bois pas, ne fume presque jamais, mais ce soir... " Pendant plus de vingt ans et jusqu'aux derniers instants, Sébastien Jondeau, tour à tour garde du corps, chauffeur, assistant et mannequin, a connu un destin unique aux côtés de Karl Lagerfeld. Ce livre est un album photo, une plongée dans sa vie d'avant. De la cité aux défilés, son quotidien avec Karl, dans l'ombre comme dans la gloire.

  • T-shirts addict : 1000 modèles mythiques Nouv.

    Le T-shirt est le vêtement le plus populaire et le plus polyvalent au monde depuis les années 50 ; il est devenu une icône de la mode et du design.
    Au-delà de la simple tenue décontractée, c'est un véritable étendard pour clamer son amour une rock-star, prôner une attitude rebelle avec une tête de mort, faire rire avec des caricatures ou afficher ses convictions en tout genre.
    Découvrez les modèles les plus aimés ou controversés, ceux que nous n'avez jamais osé porter, tous les modèles mythiques.
    Du monde du sport à la red carpet en passant par la haute couture, cet ouvrage vous invite à voyager d'un T-shirt à un autre, à travers ses origines et ses multiples usages.

  • « Un jour, tu leur diras...  »À l'été  2008, un mystérieux mannequin apparaît publiquement au côté de Karl Lagerfeld. Baptiste Giabiconi tiendra cette place pendant une décennie, défrayant la chronique en devenant lui-même célèbre. Aujourd'hui, il raconte son Karl, tel qu'il est le seul à l'avoir connu, à l'avoir tutoyé et aimé. Une passion réciproque bien au-delà des apparences du créateur, réputé secret.Toutes les étoiles d'une féerie contemporaine sont alignées  : gloire, luxe, fashion, les stars et les flashs... quelques orages aussi, quand le conte de fées tourne à la cage dorée. Backstage, deux êtres que sépare un demi-siècle engagent l'essentiel  : l'un, ses dix dernières années - les plus belles... -, l'autre, son entrée fracassante dans le monde adulte.Le Kaiser, muet sur son intimité, avait encouragé Baptiste à raconter leur histoire, un jour, loin des clichés ou des rumeurs. L'empereur de la mode ne s'y était pas trompé  : ce portrait post-mortem s'avère le plus touchant et le plus stupéfiant qui ait jamais été tracé de lui.

  • Lunettes noires

    Michel Dalloni

    Imaginées il y a bien longtemps pour se protéger du soleil, les lunettes noiresse sont imposées au XXe siècle comme l'accessoire essentiel de la garde-robe des stars. Certains modèles collent pour toujours à la peau des vedettes qui les portent. Que seraient Audrey Hepburn, Ray Charles, Karl Lagerfeld ou Madonna sans leurs verres teintés ? Qui reconnaîtrait Michel Polnareff sans ses légendaires Télésol (portées d'abord par Sophia Loren) ? "Avec mes lunettes de soleil, je suis Jack Nicholson.
    Sans elles, je suis gros et j'ai 60 ans", confiait l'inoubliable interprète de Shining. Un tel pouvoir exhausteur ne pouvait pas laisser insensible. La planète entière a fini par succomber. "Les solaires, c'est comme la barbe : c'est la revanche des moches ! Ca va à tout le monde", décrypte le journaliste Marc Beaugé. On les porte aussi bien pour dissimuler ses sentiments (tels les juges chinois du XIIe siècle) que pour séduire (n'est-ce pas Lolita ?) ou pour effrayer (comme les dictateurs Pinochet ou Kadhafi).
    Chaque seconde, 30 paires de lunettes noires se vendent dans le monde. Et Elton John en aurait acheté 20 000 à lui tout seul... Mais que se cache-t-il derrière cette industrie lucrative (plus de 20 milliards de dollars de chiffre d'affaires annuel) et ses marques mythiques (Ray-Ban, Persol, Oakley...) ? Pourquoi et comment porte-t-on des lunettes noires ? Qui les a vraiment inventées ? Quels progrès vont-elles encore accomplir ? C'est à ces questions et à bien d'autres que Michel Dalloni répond avec ce livre enquête unique en son genre, qui revisite des pans entiers de l'histoire du cinéma, du rock, de la littérature, de la mode, du sport, de la nuit et de l'érotisme.

  • Choisir une mode durable Nouv.

    Si l'industrie de la mode représente, à l'échelle planétaire, un chiffre d'affaires de deux mille milliards d'euros, c'est aussi l'industrie qui exploite le plus de salariés et qui pollue le plus l'environnement. Nos vêtements ne sont pourtant pas futiles ; ils reflètent nos codes sociaux, notre appartenance à un groupe, notre souci de l'esthétique et de la séduction. Mais depuis une quinzaine d'années, on constate une accélération de la production et de la consommation d'articles de mode, obligeant à vendre au rabais ou à détruire les trois quarts de la production. Une pollution sans précédent de la planète est en cours.
    Orsola de Castro nous propose de changer nos comportements : acheter des vêtements que l'on aime vraiment, mieux choisir les tissus, s'informer sur la provenance des articles, bien les entretenir pour les faire durer, les raccommoder, acheter d'occasion, échanger... Parce que le changement commence chez chacun d'entre nous, l'auteure nous donne les outils concrets et pratiques pour mener à bien cette révolution.
    « Il est essentiel que tout ceux qui s'intéressent à la mode lisent ce livre afin que nous puissions vivre sur une planète en meilleure santé. ».
    ARIZONA MUSE

empty