• « Tant de fois je me suis tenue avec des mourants et avec leurs familles. Tant de fois j'ai pris la parole à des enterrements, puis entendu les hommages de fils et de filles endeuillés, de parents dévastés, de conjoints détruits, d'amis anéantis... ».
    Etre rabbin, c'est vivre avec la mort : celle des autres, celle des vôtres. Mais c'est surtout transmuer cette mort en leçon de vie pour ceux qui restent : « Savoir raconter ce qui fut mille fois dit, mais donner à celui qui entend l'histoire pour la première fois des clefs inédites pour appréhender la sienne. Telle est ma fonction. Je me tiens aux côtés d'hommes et de femmes qui, aux moments charnières de leurs vies, ont besoin de récits. ».
    A travers onze chapitres, Delphine Horvilleur superpose trois dimensions, comme trois fils étroitement tressés : le récit, la réflexion et la confession. Le récit d' une vie interrompue (célèbre ou anonyme), la manière de donner sens à cette mort à travers telle ou telle exégèse des textes sacrés, et l'évocation d'une blessure intime ou la remémoration d'un épisode autobiographique dont elle a réveillé le souvenir enseveli.
    Nous vivons tous avec des fantômes : « Ceux de nos histoires personnelles, familiales ou collectives, ceux des nations qui nous ont vu naître, des cultures qui nous abritent, des histoires qu'on nous a racontées ou tues, et parfois des langues que nous parlons. » Les récits sacrés ouvrent un passage entre les vivants et les morts. « Le rôle d'un conteur est de se tenir à la porte pour s'assurer qu'elle reste ouverte » et de permettre à chacun de faire la paix avec ses fantômes...

  • « Les esprits t'enseigneront », lui avait dit la chamane Enkhetuya au temps de son initiation en Mongolie au début des années 2000. Au cours des deux décennies qui ont suivi l'expérience chamanique s'est muée hors de l'écosystème traditionnel tsaatan en un extraordinaire voyage au coeur de la transe et de son expérimentation scientifique.
    Se prêtant à toutes les investigations de l'imagerie cérébrale, impliquant tous les domaines de la recherche en neurosciences mais aussi appliquant la transe à la création artistique et poursuivant ses contacts avec les sociétés traditionnelles qui perpétuent une vision holiste du monde, Corine Sombrun n'a de cesse d'élargir le champ perceptif de la connaissance.
    « Ecrire, c'est aller dans ce périmètre où on n'est plus personne », écrivait Marguerite Duras. La transe et son induction par la seule volonté permet d'atteindre ce lieu du possible et de la joie qui peut reconfigurer toute vie. Le potentiel thérapeutique qui en découle est immense et les implications philosophiques dans la connaissance de soi et le rapport au vivant y sont des pistes aussi précieuses que stimulantes.

  • Une initiation ludique à la sagesse avec Mulla, célèbre personnage de la culture orientale, racontée par le plus célèbre des moines et un jeune psy.
    On a souvent une image grave de la sagesse, comme si elle supposait que l'on soit très sérieux, ou très vieux, ou barbu, ou chauve. Avec le personnage de Mulla, jouant de l'humour autant que de la surprise, ce livre enseigne une sagesse espiègle. Être sage n'est pas une corvée : briser les schémas, les préjugés, les faux-semblants, cela peut se faire dans la joie.
    Mulla Nasrudin est un personnage du XIIè siècle que l'on retrouve dans de nombreuses cultures, de la Turquie aux Balkans et jusqu'à la Mongolie. Ses histoires, véritables trésors de la tradition orale, sont contées depuis des siècles et appartiennent au patrimoine universel, comme les fables de La Fontaine.
    Une des caractéristiques des histoires de Mulla est l'humour : ne pas se prendre au sérieux, c'est être capable de rire de soi-même et de ses certitudes, donc savoir prendre du recul. C'est aussi ne pas s'attacher de manière rigide à un point de vue, à une identité. Autant d'étapes sur le chemin de la sagesse.

  • 101 façons de se reconnecter à la nature : ce que nous apprennent les peuples racines et que confirme la science Nouv.

    « Un jour, l'homme blanc demandera à l'homme rouge de l'aider à se souvenir comment revivre en harmonie avec la nature. » Légende Navajo.
    La vie moderne nous a éloignés de notre connexion originelle à la nature. Ses bienfaits sur notre santé physique et mentale sont pourtant scientifiquement prouvés : une balade en forêt réduit le stress, régule les émotions, renforce les défenses immunitaires.
    Comment recréer ce lien essentiel ? En s'inspirant notamment des traditions maasaï, lakotas, kogis, bushmen, ce livre propose 101 façons simples de se laisser toucher par le vivant : trouver son lieu ressourçant, respirer avec l'arbre, pister un animal, s'asseoir en conscience avec les oiseaux, faire un feu ancestral, nourrir un sentiment de gratitude, s'ouvrir à l'invisible...
    Il nous initie pas à pas à une transformation profonde. Car soigner sa relation à la nature, c'est renouveler le rapport à soi, aux autres et au vivant. Une sagesse millénaire accessible à tous.
    Avec des pratiques guidées et des idées à expérimenter seul, en groupe, en famille.

  • Le grand écrivain Amos Oz, récemment disparu, s'est intéressé à la figure du traître toute sa vie - comme son oeuvre romanesque en témoigne. Dans un discours prononcé à Berlin en 2017, il a voulu revenir sur le plus célèbre d'entre eux, et réfléchir au rôle qu'a joué la prétendue trahison de Jésus par Judas dans la naissance de l'antisémitisme chrétien. Il se fait conteur en nous présentant une version alternative de l'histoire connue, et en nous interrogeant sur les liens entre les deux grandes religions monothéistes que sont le judaïsme et le christianisme. Sa réflexion est iconoclaste, irrévérencieuse, romanesque, mais toujours nourrie d'une connaissance profonde des textes fondateurs des deux religions.
    Cet ouvrage, le premier inédit publié depuis le décès d'Amos Oz en décembre 2018, condense une certaine philosophie du dialogue qui était au coeur de l'oeuvre et de l'engagement d'Amos Oz. Sa parole demeure d'une actualité brûlante.
    En préambule, la rabbin Delphine Horvilleur s'adresse directement à l'auteur disparu, dans une émouvante lettre. Elle nous offre un éclairage passionnant de la conférence d'Amos Oz, en nous parlant des prophètes et des traîtres, du rôle de la littérature dans nos vies, et du besoin de dialogue pour surmonter les fanatismes de toute sorte.

  • Une langue limpide, des images évocatrices et fortes : à travers l'enseignement d'Al-Mustafa se dessinent quelques-uns des trésors de l'expérience humaine. Rien n'échappe à la leçon du Sage : amour, joie, liberté, douleur, connaissance de soi, beauté, couple, passion, mort... La vie la plus intime, comme les problèmes les plus quotidiens.
    Hymne à la vie et à l'épanouissement de soi, Le Prophète s'impose désormais comme l'un des textes cultes du xxe siècle.

    Je ne connais pas d'autre exemple, dans l'histoire de la littérature, d'un livre qui ait acquis une telle notoriété, qui soit devenu une petite bible pour d'innombrables lecteurs, et qui continue cependant à circuler en marge, comme sous le manteau, sous des dizaines de millions de manteaux, faudrait-il dire, mais sous le manteau quand même, comme si Gibran était toujours un écrivain secret, un écrivain honteux, un écrivain maudit.
    Amin Maalouf.

    Préface par Amin Maalouf.
    Traduction nouvelle de Janine Lévy .

  • Sartre avait montré dans Réflexions sur la question juive comment le Juif est défini en creux par le regard de l'antisémite. Delphine Horvilleur choisit ici de retourner la focale en explorant l'antisémitisme tel qu'il est perçu par les textes sacrés, la tradition rabbinique et les légendes juives. Elle analyse ainsi la conscience particulière qu'ont les Juifs de ce qui habite la psyché antisémite à travers le temps.
    Tandis que les motifs récurrents de l'antisémitisme sont aujourd'hui revitalisés dans les discours de l'extrême droite et de l'extrême gauche (« l'exception juive », l'obsession du complot juif...), cet ouvrage offre des outils de résilience pour échapper au repli identitaire et apporte une voie de sortie à la compétition victimaire qui caractérise nos temps de haine et de rejet.

  • L'art de méditer est un cheminement que les plus grands sages apprennent tout au long de leur vie. Pourtant, sa pratique au quotidien transforme notre regard sur nous et sur le monde. En trois chapitres - Pourquoi méditer? Sur quoi? Comment? - Matthieu Ricard ouvre le chemin au plus néophyte des lecteurs. A chaque étape de ce manuel, il s'appuie sur des exemples qui permettent de passer du concept à la pratique. Riche de sa double culture, de son expérience de moine bouddhiste, de sa connaissance des textes traditionnels et de sa fréquentation des maîtres spirituels, Matthieu Ricard montre le caractère universel d'une méditation fondée sur l'amour altruiste, la compassion, le développement des qualités humaines et les bienfaits que cette pratique apporte à chacun dans notre société individualiste et matérialiste.

  • Afin de résoudre le problème écologique, il nous faut cesser de considérer l'humanité et la Terre comme deux entités séparées. Or, à chaque instant, la Terre est au-dessus, en dessous, autour de nous, et même à l'intérieur de nous. La Terre est partout.
    Rejetant l'exploitation effrénée, le consumérisme, l'approche économique conventionnelle, Thich Nhat Hanh montre alors que pour protéger la nature et limiter le changement climatique, s'ouvrir à la pleine conscience et mener une révolution spirituelle est vital.
    Nous sommes la Terre est un livre inspirant et plein d'espoir. Vous aussi, embarquez pour ce voyage au coeur de la vie qui est en vous, et dont la Terre est la gardienne.

  • Au commencement, dieu créa le ciel et la terre. Or la terre était vide et vague, les ténèbres couvraient l'abîme et un vent de Dieu agitait la surface des eaux.

    Dieu dit : "Que la lumière soit" et la lumière fut. Dieu vit que la lumière était bonne, et Dieu sépara la lumière et les ténèbres. Dieu appela la lumière "jour" et les ténèbres "nuit". Il y eut un soir et il y eut un matin : premier jour.

    Ancien Testament - Nouveau Testament

  • Dictionnaire Jésus

    Renaud Silly

    Ce Dictionnaire est une oeuvre originale, qui puise dans le dernier état de la recherche internationale, souvent méconnu en France, sur l'énigme posée par Jésus de Nazareth. Il a été conçu dans un esprit scientifique, par une équipe restreinte, sous la direction de frère Renaud Silly, liée à l'École biblique et archéologique française de Jérusalem et qui rassemble une vingtaine d'auteurs français, belges, israéliens et américains. Cet ouvrage monumental répond parfaitement à l'objectif que ses maîtres d'oeuvre se sont fixé : porter sur Jésus non un regard neuf, mais renouvelé, en partant du pays qui fut le sien, en le resituant sur sa terre originelle et au milieu de son peuple. Au plus près de ses sources, autrement dit. Tout en Jésus est juif, rappellent-ils. La judaïté du Christ court ainsi depuis ses origines jusqu'à la réception de son Évangile et à la fondation du christianisme. Elle offre un cadre de lecture novateur à de tous les événements soigneusement répertoriés de sa vie. Le Dictionnaire fait une place très large, outre à la personne du Christ, à son enseignement et aux rites qui se réclament de lui. Ces différentes rubriques insistent sur les méthodes par lesquelles la science appréhende « l'objet » Jésus, sur son enseignement, sur la séquence Passion-Résurrection et enfin sur les divers contextes, géographique, historique et littéraire, de son action. Il est nourri d'abondantes références aux textes anciens, bases essentielles pour atteindre à une connaissance complète sur Jésus.

  • « Depuis plus de quarante ans, je m'intéresse aux quêtes spirituelles et aux sagesses si diverses du monde. La réalisation d'une collection documentaire pour Arte m'a permis de voyager à travers les cinq continents sur les traces du sacré. De l'Australie à l'Éthiopie, du Pérou au Japon - en passant par la France, la Turquie, le Guatemala, les États-Unis, le Canada, l'Inde ou le Népal -, j'ai traversé des paysages sublimes et j'ai rencontré des femmes, des hommes et des enfants dont la ferveur spirituelle et l'humanité m'ont bouleversé. Je les ai photographiés et j'ai mis par écrit le récit de ces voyages afin de partager ces moments uniques. Ainsi est né ce livre. » F. L.

  • Depuis les attentats du 11 septembre 2001 et ceux de Charlie Hebdo et du Bataclan, l'islam a été planétairement mis à l'index, et les musulmans ont été tenus de justifier de leur bonne foi. En Occident, cette religion inspire parfois la suspicion voire l'incompréhension, et les débats qui l'abordent sont légion.

    Malek Chebel aborde ici avec la plus grande liberté l'ensemble des questions, même difficiles, qui ont trait à l'islam, comme le réformisme musulman, la répudiation des femmes, le voile ou la sexualité. Mais cet authentique vagabondage amoureux est aussi un livre d'histoires et un recueil de plaisirs dont les entrées sont autant d'invitations au voyage : désert, littérature, peinture, Alhambra... Lettre après lettre, il décline les mille et un raffinements qui fascinent tant.

    Anthropologue des religions et spécialiste du monde arabe, Malek Chebel a illustré et défendu à travers ses divers ouvrages, qui sont tous des références, une conception de l'islam compatible avec la modernité.

  • Les califes maudits t.3 : meurtre à la mosquée Nouv.

    Dans les deux premiers volumes du triptyque des Califes maudits, Héla Ouardi nous avait fait revivre l'élection mouvementée du premier calife, Abû Bakr, et sa guerre totale contre les tribus arabes révoltées, suite de combats qu'il avait habilement qualifiés de « guerres d'apostasie ». Ce troisième et dernier volume nous plonge dans une véritable enquête policière, où se mêlent tout autant le politique et le religieux : le deuxième calife, 'Umar, est assassiné en pleine mosquée, devant des dizaines de témoins - mais personne n'a rien vu ! L'assassin, un esclave perse, s'est, dit-on, donné la mort sitôt capturé - ou peut-être a-t-on voulu le faire taire ?
    Fidèle à sa méthode, Hela Ouardi confronte les différentes sources premières de la tradition musulmane pour reconstituer la contre-histoire que le récit officiel s'attache à occulter sans l'effacer totalement. En restituant le portrait de ce personnage hors-normes, bigot, à la fois calculateur et colérique, d'une extrême violence, elle montre qui avait intérêt à éliminer le calife, pourquoi, et comment ce projet a pu être mené à bien sans que personne, pendant près de quatorze siècles, ne songe à rassembler les preuves disséminées dans les textes les plus vénérés. Une affaire politico-religieuse passionnante, qui s'avère décisive pour l'histoire de l'islam jusqu'à nos jours.

  • Kahina Bahloul est la première femme imame en France. Née d'un père kabyle issu d'une famille de marabouts et d'une mère française d'origines juive et catholique, elle a grandi en Algérie où elle a vécu au plus près la montée de l'intégrisme. Spécialiste de la mystique musulmane et plus particulièrement de l'oeuvre d'Ibn 'Arabi, le grand mystique andalou, elle décide de s'engager plus activement à la suite des attentats de 2015.
    Revendiquant, sur la base de sources classiques, la légitimité pour une femme d'être imame, de diriger les prières et d'enseigner, elle fonde en 2019 la mosquée Fatima, d'inspiration soufie, ouverte aux femmes voilées ou non, mais aussi aux non-musulmans. À l'image de la reine berbère résistante dont elle a hérité le prénom et le caractère, Kahina Bahloul est aujourd'hui présente sur tous les fronts pour évoquer la possibilité d'un islam moderne et libéral.
    Pour la première fois, cette femme de dialogue et de paix nous fait partager sa pensée. C'est l'occasion pour elle d'explorer la diversité et la spiritualité inscrite dans ses origines, de témoigner de son parcours et d'expliquer sa vision d'un islam enfin affranchi des peurs et des scléroses.

  • Une histoire érotique de l'Eglise : quand les hommes de Dieu ont le diable au corps Nouv.

    Du XVe au XIXe siècle, une histoire des petits arrangements de l'Église et de son clergé avec la morale et la chasteté... Des moines paillards aux prêtres licencieux ayant recours aux filles de joie ou aux courtisanes, des nonnes cédant aux émois de la chair aux curés sodomites, nous sommes loin de l'image du "bon prêtre" diffusée par l'Église de la Contre-Réforme qui, décidément, quand il s'agit de ses clercs, préfère pardonner plutôt que condamner.

  • Rassemblée par deux ethnologues internationalement reconnus, la présente anthologie est la plus complète qui soit sur le chamanisme. Jeremy Narby et Francis Huxley ont en effet recueillis les textes et témoignages essentiels écrits sur ceux qu'on appelait jadis « sorciers indigènes », « ministres du diable », « magiciens »... Ces écrits, dont le premier remonte à 1535, soit à la conquête espagnole, nous offrent un aperçu unique de ces traditions longtemps persécutées qui renaissent aujourd'hui. Au fil de ces soixante-dix textes, des explorateurs inconnus côtoient Alfred Metraux, Mircea Eliade, Claude Lévi-Strauss, R. Gordon Wasson, Carlos Castaneda et bien d'autres, retraçant cinq siècles d'études sur les chamanes, leurs pratiques, leurs pouvoirs et leur vision du monde qui passionnent nos contemporains.
    />

  • Les califes maudits t.1 ; la déchirure Nouv.

    L'imaginaire musulman, en particulier salafiste, a tendance à présenter le règne des quatre premiers successeurs de Muhammad, celui des « califes bien guidés », comme un temps idyllique. Or les textes les plus anciens révèlent une toute autre réalité : celle d'une déchirure précoce avant même que le Prophète soit porté en terre. Ses plus proches Compagnons rivalisèrent alors de trahisons, de pactes secrets, de corruption et de menaces de mort pour s'emparer du pouvoir. Voici l'histoire stupéfiante des Califes maudits, dont ce premier volume révèle les enjeux et les acteurs.
    Fidèle à la méthode déployée dans Les Derniers Jours de Muhammad, Hela Ouardi est allée fouiller dans les replis des sources les plus classiques - mais en réalité très peu consultées - pour reconstituer cette histoire secrète. Les protagonistes sont tous des figures majeures de l'islam naissant : Abû Bakr, le plus proche Compagnon, 'Umar, son second impétueux et violent, 'Alî, le gendre bien-aimé, Fâtima, la fille chérie au destin funeste, qui lancera une terrible malédiction à ses spoliateurs, les futurs premiers califes. Entre tous ces personnages hauts en couleur se noue une véritable tragédie grecque aux conséquences durables. Car au-delà des querelles de personnes, c'est bien le destin de l'islam et, par conséquent, du monde entier qui se joue.

  • Voici des textes inédits d'Alexandra David Neel, retrouvés par Marie-Madeleine Peyronnet et Marc de Smedt dans sa maison de Digne où elle termina ses jours en 1969. Ce recueil est d'autant plus intéressant qu'il couvre tout le champ de son existence aventureuse, de la Belgique à la Tunisie, de la Corée au Japon, du Sikkim à l'Indochine, de l'Inde au Tibet. Toute sa philosophie se trouve exposée ici, ainsi que sa réflexion spirituelle alimentée par la rencontre de grands maîtres et ermites en Orient et par les textes sacrés qu'elle traduisait ellemême. A la suite de ces vingt-deux écrits essentiels, on lira le vibrant hommage posthume qu'adressa l'actuel Dalaï-Lama en 1982 à cette grande dame de l'esprit.
    />

  • Pour vivre en pleine conscience chaque moment de la vie.

    Un jour, pour tout enseignement, Bouddha cueillit une fleur. Seul Mahakashyapa comprit la signification profonde de ce geste et donna naissance au zen : la voie du calme, du dépouillement et de la sérénité.
    Regarder le cyprès dans la cour est un texte vibrant et profond qui nous invite à la pratique du zen, à trouver la sagesse dans nos actes quotidiens en accédant à la pleine conscience.
    En dernière partie du livre, figurent cinquante-trois kong-an du maître vietnamien du XIIIe siècle, Tran Thài Tong.

  • Qui fut vraiment Jésus de Nazareth ? Cette biographie présente les plus récentes découvertes sur cet homme au destin exceptionnel, et bouscule bien des idées reçues.

  • Missel des dimanches

    Collectif

    • Cerf
    • 12 Août 2021

    Année C.

    Accueillir la nouvelle traduction du Missel romain.

    « Méditer la parole qui s'off re à nous, qui nous fait hospitalité dimanche après dimanche, jour après jour, c'est se mettre à l'école de l'Ami, de cet Ami. C'est devenir, humblement, un peuple d'interprètes, pas sans les autres, pas sans la Tradition et notre confession de foi en Église, pas sans l'intelligence du temps où nous sommes. » Sr Véronique Margron o.p., Préface de ce missel L'année liturgique 2021-2022 en un volume.
    Clés pour découvrir la nouvelle traduction du Missel romain.
    Rabats avec les nouvelles réponses de l'assemblée.
    Liturgie de la messe.
    Introductions à chaque célébration.
    Prières liturgiques.
    Lectures bibliques tirées du nouveau Lectionnaire.
    Prières universelles rédigées.
    Indications pour le chant.
    Textes pour la méditation.
    Calendrier liturgique avec l'indication des lectures pour chaque jour.
    Fêtes à souhaiter.

empty