Pu De Rennes

  • Le volume XI du Recensement des vitraux anciens de la France marque une étape décisive vers l'achèvement d'une ambitieuse entreprise : la publication exhaustive des vitraux antérieurs à la Révolution encore conservés, ou documentés dans notre pays. Les richesses de deux vastes régions, Occitanie et Provence-Alpes-Côte d'Azur, se rapportent à des espaces dans lesquels les vitraux sont souvent considérés comme absents, à l'exception notable des célèbres verrières de Sainte-Marie d'Auch. Aborder l'histoire du vitrail dans le Midi c'est en effet s'interroger sur son importance dans l'ensemble de la vie artistique. C'est aussi prêter une attention particulière aux troubles religieux du XVIe siècle, à l'origine de destructions parfois radicales. Mais, le corpus d'oeuvres ici rassemblé pour la première fois est en mesure de refonder la connaissance du vitrail méridional. Le vitrail est présent dans les grandes cathédrales, à Aix, à Carcassonne, considéré par Viollet-le-Duc comme le plus remarquable ensemble du sud de la France,à Narbonne, Rodez, ou Toulouse. Preuve est faite par l'exemple que les meilleurs artistes provençaux, tel Enguerrand Quarton, ont aussi peint sur le verre.

    Les découvertes de l'archéologie montrent ses débuts au haut Moyen Age à Marseille. Son épanouissement est partout à la fin du Moyen Age et à la Renaissance, dont témoignent la centaine de sites étudiés. Le vitrail civil n'est pas en reste, du vitrage du palais des papes à Avignon, à celui des maisons médiévales de Cahors ou de Figeac. Les historiens des collections découvriront les ensembles réunis par un peintre, François-Marius Granet, un industriel, Maurice Fenaille, ou par Béatrice Ephrussi de Rothschild. Ainsi, professionnels du patrimoine et amateurs peuvent-ils désormais s'emparer de l'outil incontournable que forme le présent inventaire. Les vitraux du midi de la France sont prêts à trouver toute leur place dans l'histoire de l'art.

  • Patrice Chéreau se passionne pour le théâtre depuis ses plus jeunes années. Au lycée Louis-le-Grand, il en découvre tous les aspects, jusqu'à la signature de sa première mise en scène en 1964, à l'âge de vingt ans.

    Ce livre retrace et éclaire le parcours de cet artiste majeur du second xxe et de la première dé-cennie du XXIe dont l'une des grandes originalités consiste à établir continuellement des corres-pondances entre peinture, cinéma, musique et spectacle vivant. De Peer Gynt à Hamlet, du Ring de Wagner sifflé puis encensé à Bayreuth jusqu'à Elektra qui triomphe et bouleverse au Festival d'Aix-en-Provence en 2013, de son premier téléfilm méconnu, Le Compagnon, jusqu'à La Reine Margot, ce créateur d'exception construit sans relâche sa vie de metteur en scène de théâtre et d'opéra, de réalisateur et scénariste, mais également d'acteur.

    Cet ouvrage croise les regards, fait dialoguer artistes, chercheurs et responsables culturels pour approcher au plus près du travail de création. Il met aussi l'accent sur la réception des oeuvres et leur postérité, montre leur rayonnement et leur portée, nationale et internationale.

    Cette publication, qui se fonde sur une très riche documentation écrite et visuelle, présente de nombreuses photographies, pour la plupart inédites, de l'artiste au travail et de ses créations. Il invite les publics les plus larges à découvrir ou redécouvrir une oeuvre unique, puissante et foisonnante.

    Ont collaboré à cet ouvrage :
    Antoine de Baecque, Michel Bataillon, Anne-Françoise Benhamou. Alain Berland, Yves Bernard. Roland Bertin. Christian Bief, Dominique Blanc, Jacques-Olivier Boudon, Laurence Bourdil, Dominique Bruguière, Éric Caravaca, Philippe Calvario, Julien Centrés, Bertrand Couderc, Philippe Coutant, Gérard Desarthe, André Diot, François Dunoyer, Anaïs Fléchet, Gabriel Garran. Pascale Goetschel, André Helbo, Clément Hervieu-Léger, Béatrice Houplain, Vincent Huguet, Flermine Karagheuz, Jean- Marie Le Gall, Serge Linarès, Mathieu Lericq, Marie-Françoise Lévy, Alain Libolt. Antoine Marès, Valérie Nègre. Éric Neveux, Jean-Sébastien Noël, Serge Pauthe, Richard Peduzzi, Aurore Renaut, Guillaume Scaillet, André Serré, Marie-Noële Sicard, Marielle Silhouette, Valérie Six, Bernard Sobel, Carlotta Sorba, Bernard Steffenino, Catherine Tasca, Thierry Thieû Niang, Bertrand Tillier, Anne-Louise Trividic, Pierre Trividic, Myriam Tsikounas, Marguerite Vappereau, Hélène Vincent, Jean-Pierre Vincent, Ana Vinuela, Jean-Claude Yon.

  • Encore une Histoire de Bordeaux ? En réalité, celle-ci n'a rien de commun avec ses devancières. Cet ouvrage obéit au désir très précis d'une écriture synthétique, allant à l'essentiel, et abondamment illustrée. En d'autres termes, réaliser un beau livre s'appuyant sur des fondements scientifiques incontestables. Un livre qui fera honneur à notre ville, à l'école historique bordelaise actuelle et qui contribuera à mieux faire connaître une cité qui est sortie de sa gangue de pierre pour courir vers le million d'habitants. Une ville qui attire aussi bien ces Parisiens qui se précipitent le matin vers la capitale dans les tunnels de la gare Saint-Jean que les touristes que déversent les bateaux de croisière sur des quais où les hangars et les grues n'existent plus que dans la mémoire des plus anciens et sur les photos de notre livre.

    Une nouvelle Histoire de Bordeaux était aussi une nécessité parce qu'en quarante ans, au rythme des fouilles archéologiques qui se sont multipliées avec les différents chantiers urbains, mais aussi avec les innombrables thèses, notre vision de la ville a été modifiée de fond en comble. De nouvelles modes historiographiques sont apparues sans parler de fortes attentes sociales comme celle autour de la traite négrière ou de la Seconde Guerre mondiale et de l'occupation. Depuis, les archives se sont ouvertes, les découvertes se sont multipliées, des livres ont été écrits et des colloques se sont tenus, par exemple sur l'affaire Papon. L'un des grands objectifs de ce livre est de répondre à cette attente, de faire un bilan et plus globalement de suivre les centres d'intérêt actuels de l'historiographie.

  • Le sel a joué un rôle fondamental dans l'histoire des régions atlantiques. Utile pour ses qualités de conservation des aliments, élément du pouvoir royal ou seigneurial, le sel atlantique a été un des moteurs du commerce maritime en Europe. À partir du XXe siècle, les avancées technologiques et la concurrence du sel industriel a été à l'origine de bouleversements économiques et paysagers. Servi par une iconographie exceptionnelle, cet ouvrage aide à la connaissance de cette culture riche et variée du sel.

  • Jean de Brunhoff et Babar occupent une place centrale dans l'histoire de l'album pour enfants. Ce jeune homme, qui voulait devenir peintre, découvre un peu par hasard les contraintes de l'album en bricolant un petit livre manuscrit à l'intention de ses deux fils. Cette « maquette » sera par la suite éditée. C'est le début de l'aventure internationale du roi des éléphants. Avec près de 270 illustrations issues notamment d'archives familiales inédites, ce volume constitue la première étude consacrée à Jean de Brunhoff et analyse les albums et leur place dans l'histoire de la littérature jeunesse.

    Avec le soutien du CELLAM, de la ville de Chessy, de la région Bretagne et de la ville de Rennes.

  • Aquae Sextiae, "les eaux de Sextius", Aquis, Aix, Aix-en-Provence, les noms de la ville disent son ancienneté et suggèrent ses transformations successives. Aujourd'hui en partie éclipsée dans l'imaginaire par la montagne qui en domine l'horizon, la Sainte-Victoire, érigée par la peinture de Paul Cézanne, l'enfant du pays, en icône de l'art moderne, la ville n'en a pas moins une histoire propre, longue et complexe, qui ne saurait se résumer au symbole culturel qu'elle est devenue dans la seconde moitié du XXe siècle. Idéalement placée dans la longue durée au carrefour de voies de circulation reliant l'Italie à la vallée du Rhône et au Languedoc, les Alpes à Marseille, la haute à la basse Provence, foyer de romanisation dans l'Antiquité, dont de spectaculaires fouilles archéologiques révèlent chaque jour un peu plus l'ampleur, Aix doit cependant son véritable essor à son érection en capitale de la Provence à partir de la fin du XIIe siècle. Ville royale aux horizons italiens sous le gouvernement des Angevins de Naples, elle voit ses fonctions de commandement régional renforcées par l'annexion au royaume de France à la fin du XVe siècle. Ville d'États et ville parlementaire par excellence, capitale judiciaire, intellectuelle et aristocratique, elle se pare alors des plus beaux atours de l'âge classique.

    La Révolution et l'essor de Marseille, la puissante voisine, au cours du XIXe siècle constituent un choc et un défi, que la ville relève d'abord avec lenteur puis, depuis l'après-guerre, avec plus de vigueur, au prix d'une profonde métamorphose urbaine, socio-économique et culturelle. C'est à emprunter ce parcours, qui associe étroitement les formes de la ville aux mutations de ses fonctions et aux renouvellements de sa société, qu'invite cet ouvrage richement illustré, le premier consacré à l'histoire d'Aix dans la longue durée depuis 1977.

  • Comment les photographes ont-ils peu à peu façonné, transformé et imprimé dans les mémoires notre vision de la Bretagne ? Avec 500 photographies, en majorité inédites, cet ouvrage propose une vue d'ensemble de la Bretagne photographiée depuis 1841 : photographies restées privées, éditées, diffusées en cartes postales ou mises en ligne, signées ou anonymes, provenant des collections publiques et privées de Bretagne et de toute la France, d'Allemagne, du Royaume-Uni, de Suisse, des États-Unis ou du Canada. Une source d'émotion devant la beauté, l'occasion de sourire parfois, de réfléchir à ce qui a façonné notre imaginaire, nos représentations de la Bretagne.

  • Les événements de Mai 68 renvoient généralement aux barricades et aux violences du quartier Latin à Paris. Or, ils se sont tout autant déroulés dans les régions de France, et en particulier en Bretagne à partir de la grande manifestation du 8 mai 1968 "l'Ouest veut vivre", et de la première occupation d'usine à Sud-Aviation à Nantes. Et ce "Mai breton" s'est prolongé bien au-delà dans les années 1970.
    Les années 1968, pour les historiens, couvrent la période de la fin de la guerre d'Algérie en 1962 à l'alternance politique de 1981. En Bretagne, ce sont des années de rapides mutations de l'économie et de la société mais aussi des comportements dans une région qui se modernise. Les campagnes se transforment, une certaine industrialisation volontariste va de pair avec l'essor urbain. En quelques années, sur ces terres catholiques la pratique religieuse s'effondre sous les coups de la "crise catholique" et de l'évolution des mentalités. Ce qui frappe également c'est l'intensité et la diversité de luttes sociales qui s'inscrivent dans une réappropriation positive de l'identité régionale et de la culture bretonne (chanson, musique...).
    Cinquante ans après les événements de mai-juin 1968, en s'appuyant sur la recherche et l'ouverture des archives, il est possible de proposer une première synthèse historique agrémentée d'une riche iconographie le plus souvent inédite de près de 260 documents (photographies, affiches, cartes, tableaux...). Qu'on le veuille ou non, ces années 1968 marquent durablement de leur empreinte notre temps présent.

  • Comment les classes populaires se sont-elles emparées de la photographie et donc de leur image ? Se sont-elles laissé influencer par les grands courants de la photographie ? Quels sont les liens qui s'esquissent entre amateurs et professionnels, entre art et profane, entre la forme et le fond ? Sur Nantes l'industrieuse, ce livre pose les jalons d'une histoire populaire de la photographie qui reste encore à écrire.

  • L'exposition "Trésors enluminés de Normandie. Une (re) découverte", organisée par le musée des Antiquités de Rouen, s'intéresse à une facette méconnue des collections médiévales et Renaissance des musées et collections normandes. Manuscrits et feuillet enluminés souffrent d'un grand éparpillement, et si en France la majorité d'entre eux sont conservés par les bibliothèques publiques ou les centres d'archives, les pièces des musées sont le plus souvent peu documentées.

    Elles n'en constituent pas moins de précieux témoignages de l'art de l'enluminure. En collaboration avec l'IRHT et l'INHA, le musée des Antiquités fait état des découvertes réalisées en Normandie, de la simple somptuosité de la lettre ornée à la véritable peinture de manuscrit. En écho à la précocité archéologique qui vit le jour, en Normandie au début du XIXe siècle, et à laquelle le musée des Antiquités doit sa création, le catalogue propose également un voyage dans la redécouverte plus générale du patrimoine enluminé.

  • Associant des clichés de fonds publics et privés américains et de collections françaises, ce livre illustre la présence américaine en France pendant la première guerre mondiale. Évoquant l'arrivée des Boys dans les ports de la Bretagne, leur préparation à la guerre, puis leur participation aux combats sur mer ou sur terre, l'ouvrage s'inscrit dans la double perspective de l'histoire nationale et régionale. La guerre voit la professionnalisation des photographes mais aussi, grâce à des appareils portatifs tel que le Vest Pocket Kodak, la multiplication des photographies d'amateurs.

    Avec le soutien de l'ECPAD, agence d'image de la Défense et de la School Year Abroad.

  • Depuis 350 ans, l'avenir de Lorient s'est toujours joué autour de ses ports. Ville deux fois nouvelle à trois siècles d'intervalle, Lorient s'est bâtie, développée, puis a été reconstruite par l'économie maritime. Ce livre se donne pour objet d'offrir une interprétation de cette trajectoire originale, de 1666 à 2016, à travers celle du développement portuaire qui permet de suivre les mutations économiques et sociales, le jeu des acteurs et les transformations de la cité.

    Avec le soutien de la Région Bretagne et de la ville de Lorient.

  • Première synthèse écrite sur les livres de François 1er, accompagné d'une couverture photographique exceptionnelle, cet ouvrage fait pénétrer le lecteur dans la bibliothèque royale. Livres manuscrits et imprimés, reliures, médailles et dessins, ces trésors se révèlent bien plus divers qu'on ne le pense habituellement. Un catalogue d'exposition qui renouvelle notre vision des collections royales françaises de la Renaissance.

    Avec le Château royal de Blois et la Bibliothèque nationale de France.

  • Cet ouvrage présente pour la première fois dans sa totalité le patrimoine des verrières de l'Auvergne et du Limousin. Celles-ci sont presque toutes anciennes, comme les chefs-d'oeuvre du XIIe et du XIIIe siècle peu connus de Clermont-Ferrand et d'Aubazine. La période privilégiée, où la peinture sur verre occupe au sein des arts monumentaux une place magistrale, est la fin du Moyen Âge : la diversité des brillants vitraux de Moulins et des Saintes-Chapelles auvergnates, d'Eymoutiers et de Limoges constitue une révélation qui contribue à mieux évaluer les richesses dispersées dans les petits sanctuaires ruraux.

  • Régionale sur les plus médiatiques représentants de notre petite faune : les papillons de jour ou lépidoptères Hesperioidea et Papilionoidea de la Loire-Atlantique et de la Vendée. Cette Biohistoire des Papillons est une première du genre en entomologie, reposant à la fois sur une hyperprospection contemporaine des espèces et sur la plus importante enquête historique jamais 'réalisée en France sur un groupe zoologique.
    En associant l'histoire des papillons à celles du climat, des milieux et des hommes, d'une part, en mémorisant l'aventure des entomologistes témoins de cette récente histoire des papillons, d'autre part, l'ouvrage contribue à l'émergence d'une histoire du vivant à l'échelle de l'humanité ou, autrement dit, à une histoire de l'artificialisation de la biosphère. En valorisant les collections entomologiques publiques et privées, cette Biohistoire des Papillons participe également d'une prise de conscience de la richesse de notre biopatrimoine.
    Les deux premières parties présentent le territoire d'étude, ainsi que trois siècles de lépidoptérologie et de muséologie régionales. Corps de l'ouvrage, la troisième partie détaille toutes les espèces actuelles, non revues ou éteintes, avec des monographies illustrées et savantes, offrant une information scientifique et culturelle souvent originale, ainsi qu'une iconographie et une cartographie diachronique référencées.
    Plusieurs chapitres sur l'érosion de la biodiversité et la biologie de la conservation constituent une quatrième partie d'actualité scientifique. Véritable monument élevé à la culture naturaliste régionale, la cinquième partie est un dictionnaire biographique de tous les entomologistes et témoins ayant oeuvré à cette cartographie historique et contemporaine.

  • Le premier "Nantais" était, par définition, un étranger : ce livre propose donc notre histoire, celle des "fils et filles d'étrangers" que nous sommes tous. Des étrangers qui ne sont pas définis par une pièce d'identité: c'est le regard des autres qui fait l'étranger. Ces étrangers ont été, à un moment de notre histoire, des protestants et des juifs.
    Ils ont été des ruraux, des immigrants venus d'autres régions de France, encore plus étrangers s'ils ne parlaient pas le français et s'ils étaient pauvres, à l'exemple des bas-bretons.
    Ce livre collectif se veut tourné vers le présent, et le fruit d'une histoire résolument citoyenne.

  • Tout dire sur Nantes en un volume ? Ce dictionnaire illustré de plus de 1 000 pages est accessible à tout public. Il associe des articles de synthèse et des articles documentaires courts, suivant des approches historique, patrimoniale, géographique ou artistique. Il couvre l'histoire de Nantes et de sa région des origines à nos jours avec un accent marqué sur le XXe siècle.

    Avec le soutien de la ville de Nantes.

  • Cet ouvrage constitue une réflexion collective sur la construction de l'image de la Bretagne, réflexion menée à partir de productions artistiques et littéraires - en breton, en français, en langage pictural, photographique, architectural ou musical - dans lesquelles la Bretagne, plus qu'un décor ou un thème, devient une idée. Autrement dit, quand l'image montrée représente une idée qui la dépasse et lui survit.

  • Gaston d'Orléans (1608-1660), fils d'Henri IV, frère de Louis XIII et oncle de Louis XIV, demeure un prince méconnu et controversé de l'Histoire de France, longtemps réduit au statut de conspirateur manipulé par ses proches. Cet ouvrage entend rendre justice au personnage en lui rendant sa complexité et sa richesse.
    Gaston d'Orléans est un prince rebelle qui s'oppose à son frère et surtout au cardinal de Richelieu, non par simple jalousie mais en raison d'un désaccord profond sur la gestion politique du royaume. C'est aussi un prince mécène, humaniste et collectionneur, passionné d'art, de culture, de livres, d'architecture et de botanique.
    Ces dernières années, le personnage a été complètement revisité par l'historiographie. Cet ouvrage était donc nécessaire. Il s'appuie sur les recherches les plus récentes menées par Jean-Marie Constant et Pierre Gatulle. Il propose notamment une ré-interprétation de son action politique : celle d'un prince épris de liberté doublé d'un homme de culture. Et c'est à Blois, le château où il résida longtemps, où il meurt en 1660, et pour lequel il a confié à François Mansart un grand projet de reconstruction, que le prince mécène réunit son exceptionnelle collection de livres, de peintures, de cartes, de médailles et d'oeuvres d'art. Richement illustré, ce catalogue donne ainsi à voir une partie de son précieux cabinet de curiosités, connu en son temps comme « un des plus riches cabinets de l'Europe ».

  • Du baroque aux Lumières, les pays croates connaissent de profondes mutations.
    Si perdure la division entre un royaume Habsbourg de Croatie lié à celui de Hongrie, l'Istrie et la Dalmatie vénitiennes et les territoires sous domination ottomane, un grand changement survient qui concerne l'histoire de l'Europe tout entière : le recul de l'Empire ottoman après 1683. Terres et populations libérées passent sous l'autorité soit du monarque autrichien soit de la République de Venise, le sultan conservant la Bosnie et l'Herzégovine.
    Surtout dans les régions intégrées à la monarchie autrichienne commence un temps de reconstruction dans tous les domaines. Malgré leur position marginale, les pays croates ne restent pas à l'écart du renouvellement des arts et de la pensée. Les liens avec l'Italie comme avec l'Europe centrale sont très forts, comme en témoignent aujourd'hui encore églises, bibliothèques et palais. En même temps, notamment à Raguse (Dubrovnik), se développe une littérature croate.
    L'Académie des sciences et des arts de Croatie a souhaité présenter au lecteur francophone ce passé encore si perceptible aujourd'hui.. Elle a pour cela réuni une équipe de spécialistes qui traitent les aspects extrêmement variés et complémentaires d'une période complexe de l'histoire de leur pays.

  • Largement illustré, cet ouvrage issu d'une exposition tenue aux archives départementales d'Ille-et-Vilaine, nourri par un riche fonds documentaire, dresse le catalogue de l'oeuvre religieux laissé par Arthur Regnault et explique comment il est devenu un marqueur indiscuté de l'identité régionale. Regnault s'installe à Rennes en 1866 pour une carrière qui dure plus de soixante ans. Sa culture personnelle, très polyvalente, sa science de l'archéologie, très aigüe, transparaissent dans un catalogue éblouissant des styles historiques. Il produit un véritable condensé de l'art européen et de l'histoire chrétienne dont l'influence s'étend, par l'intermédiaire de la congrégation des eudistes, jusqu'au Canada et, même, au Japon.

  • Paris, au milieu du XVIIe siècle, serait-il devenu, comme Rome à l'orée du Seicento, une nouvelle capitale du paysage ? La représentation de la nature est à l'origine d'une profusion d'inventions, peintes, dessinées et gravées. Elle investit les arts décoratifs et envahit les décors des hôtels particuliers parisiens les plus prestigieux. Ses acteurs sont multiples tels Poussin ou Lorrain, La Hyre ou Mauperché, Champaigne ou Fouquières, Swanevelt ou Grimaldi, Morin ou Bellin. C'est un paysage polyphonique qui voit alors le jour, servi par une science renouvelée de la perspective.

empty