Vie pratique & Loisirs

  • Jacques Attali nous raconte ici les modes de production de nos aliments, les arts de la table, la cuisine moléculaire, la manière de nourrir 9 milliards d'hommes demain - autant de perspectives économiques, politiques, culturelles, sociologiques, démographiques pour comprendre l'avenir.
    « Que mangeaient les hommes il y a dix mille ans ? Comment et où sont apparus le feu, l'agriculture, l'élevage ? Que mangeaient les rois ? Comment mangeaient leurs peuples ? Comment s'expliquent les interdits alimentaires de chaque religion ? Qui mange des insectes ? Pourra-t-on nourrir sainement dix milliards d'humains ?

    Cette vaste fresque révèle comment nous sommes passés d'une nourriture variée, naturelle et abondante à des produits alimentaires industriels, poisons pour l'homme et la nature. Elle nous dévoile la puissance immense de l'industrie agroalimentaire. Elle nous raconte aussi les liens méconnus entre la nourriture et la conversation, entre l'alimentation et le pouvoir, entre ce que nous mangeons et la géopolitique.

    Comprendre cette histoire est fondamental, si l'on veut prendre en main sa propre alimentation, manger sain et bon ; et sauver la nature, dont dépend la survie de l'humanité. ».
    J. A.

  • Aujourd'hui, pour manger sainement, il faut presque être hors la loi ; puisque les hommes politiques ne se battent pas pour défendre la nourriture, qui est notre premier médicament, notre héritage et notre culture, nous, citoyens, devons agir pour une révolution délicieuse.
    « Comme vous, j'ai longtemps regardé ailleurs. J'étais pris dans mes combats quotidiens : obtenir des étoiles, les conserver, servir les meilleurs plats à mes clients. Puis j'ai eu un déclic. Je me suis dit que mon rôle était autre. La situation est trop grave pour laisser notre nourriture aux mains des industriels et ne rien faire face à la privatisation du vivant par l'agrobusiness. Car aujourd'hui, pour manger sainement, il faut presque être hors-la-loi. Et la fracture alimentaire ne cesse de se creuser.

    Je veux sortir ce trésor qu'est notre nourriture des griffes de l'industrie et du repli sur soi. La nourriture est notre premier médicament, notre culture. C'est notre socle, notre passé, notre présent, et notre avenir. Puisque les hommes politiques ne veulent pas se battre pour la défendre, nous, citoyens, pouvons nous lever pour une révolution délicieuse et reprendre notre destin en main. ».
    Olivier Roellinger.

  • L'essentiel de la culture pour la réalisation de soi.
    « Une vie bonne, libre, épanouie le sera davantage si on la traverse en ayant la chance de fréquenter aussi souvent que possible les plus grands chefs-d'oeuvre de la création humaine. Ils constituent un formidable moyen de découvrir les autres, le monde et soi-même.
    Aussi m'est-il venu l'idée d'oser dresser une liste des principaux romans, essais, films, oeuvres musicales, tableaux, monuments, sculptures et sites de toutes les cultures. J'ai mis plusieurs décennies à établir cet inventaire. C'est une immense joie que de partager cet essentiel humble et subjectif auquel chacun devrait avoir accès. Un essentiel à portée de tous. Un essentiel qui surprendra, quelle que soit sa culture d'origine.
    Et maintenant, lisez, écoutez, regardez, vivez ! ».
    J. A.

  • Etre sujet de son existence, dessiner le cours de sa vie, implique un travail complexe, éprouvant et risqué.
    En nous ouvrant les portes de la fabrique à s'inventer, ce livre nous donne à voir ce processus de construction où alternent passion créative et désarroi, implosions individuelles et explosions collectives. Jean-Claude Kaufmann examine cette nécessité pour l'individu moderne d'avoir une histoire propre et éclaire ce faisant une notion omniprésente - et cependant extrêmement vague - dans notre société : celle de l'identité.
    Pour le meilleur et pour le pire, nous sommes désormais entrés dans l'âge des identités.

  • Combien de temps le littoral corse résistera-t-il à la pression immobilière  ? L'île de Beauté, promise au même type de tourisme intensif que la Côte d'Azur, est encore remarquablement sauvage et préservée. Des projets fous ont été stoppés par la violence nationaliste des années 1960. Les plasticages et le racket ont durablement découragé les investisseurs.
    Cependant, depuis dix ans, les golfes et les criques sont de plus en plus bétonnés par des promoteurs sans scrupules et des célébrités au bras long qui rêvent de piscines avec vue sur le large. Face à ces menaces, une nouvelle forme de résistance s'organise mais les associations écologistes se sentent bien seules, tant les pouvoirs publics paraissent défaillants.
    Les menaces sont à la hauteur des enjeux financiers  : le grand banditisme corse blanchit désormais des fonds d'origine douteuse dans de gros projets de construction, parfois en rivalité avec des nationalistes reconvertis, eux aussi, dans les affaires.

    Journaliste d'investigation indépendante, Hélène Constanty écrit dans Mediapart. Elle est également auteure de bande dessinée, réalisatrice de documentaires et scénariste de fiction pour la télévision.

  • « Le héros de l'histoire qui suit, qui doit donner à sa vie une version symbolique, est l'homme qui lutte avec lui-même et se soucie de sa forme - nous le caractérisons plus précisément comme l'homme éthique. Aucune des théories courantes sur le comportement et l'action n'est en mesure de comprendre l'homme qui s'exerce. Avec un concept de l'exercice fondé sur une large base anthropologique, nous sommes enfin dotés de l'instrument permettant de franchir le fossé entre les phénomènes naturels et culturels. Il y a du nouveau sous le soleil. »

  • « Pourquoi traitons-nous avec tant d'égards les animaux de compagnie, substituts de l'homme, et si mal les bêtes à manger, machines à fabriquer de la viande ?

    Alors que nous consommons chaque année des milliards d'animaux issus de la terre et de la mer, il est temps que nous descendions de notre piédestal pour les retrouver, les écouter, les comprendre.

    Si j'ai écrit ce livre, c'est pour tirer les leçons d'une vie passée avec les animaux qui, d'une certaine façon, sont des personnes comme les autres. » F.O.G.

  • Chercheur au CNRS, Jean-Claude Kaufmann est sociologue de la vie quotidienne et de la construction des identités individuelles.
    Il a notamment publié dans la collection Pluriel L'Invention de soi, Casseroles amour et crises et Quand Je est un autre.L'amour et l'intérêt ont été les deux forces à l'origine de l'individualisme moderne. Or l'amour tend vers le dépassement de soi, l'intérêt vers le calcul égoïste. Jean-Claude Kaufmann propose dans cet ouvrage une histoire du sentiment amoureux. Il y montre que l'amour, s'il a été la voie royale de la conquête de l'intériorité, n'est jamais parvenu à proposer un modèle politique ou collectif viable.
    C'est donc l'intérêt qui l'a emporté dans la régulation sociale, tandis que l'amour pouvait servir de refuge psychologique et de contrepoids. Aujourd'hui où le couple même fait l'objet de spéculations intéressées, où l'on mesure jusqu'aux élans du coeur et aux étreintes des corps, n'est-il pas temps de redécouvrir que la promesse de bonheur de l'amour nécessite une part d'inconnu : l'abandon à l'autre ?

  • Dans le coeur des hommes

    Serge Hefez

    • Pluriel
    • 20 Octobre 2010

    Serge Hefez est psychiatre et responsable de l'unité de thérapie familiale du service de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Il est l'auteur dans la collection « Pluriel » de La Danse du couple et de Quand la famille s'emmêle, et chez Fayard de Scènes de la vie conjugale.Qu'est-ce qu'être un homme aujourd'hui ? Certains experts définissent ainsi l'homme comme celui qui exerce l'autorité, et parlent de « crise du masculin », de « confusion des sexes » et de « maternisation » de la société. Pour Serge Hefez, l'homme n'est plus le gardien de l'autorité ou de l'ordre symbolique, et les femmes ont depuis longtemps appris à sortir des corps à corps fusionnels avec leurs enfants ou leurs conjoints. Cette répartition des rôles sexués est historique et sociale, et n'a pas de base naturelle. Il n'y a donc pas lieu de redouter une quelconque féminisation de la société.À partir d'illustrations issues de sa pratique clinique, l'auteur montre comment l'identité masculine se redéfinit dans une société qui n'exacerbe pas la virilité. Des pères de plus en plus investis auprès de leurs enfants, des amants davantage éclairés sur les mystères de la jouissance féminine, des conjoints qui jouent sur un pied d'égalité, permettent de dégager les pistes d'une nouvelle entente, moderne et réjouissante, entre les sexes.

  • Scènes de la vie conjugale

    Serge Hefez

    • Pluriel
    • 19 Février 2014

    Jamais les ruptures conjugales n'ont été aussi nombreuses, et jamais le couple n'a été autant célébré sur l'autel des valeurs contemporaines. Les impératifs sociaux, religieux et économiques ayant quasiment disparu, c'est désormais le coeur seul qui commande la vie à deux. Asseyez-vous, écoutez, et regardez, propose le psychanalyste Serge Hefez. Amour, désir, choix du conjoint, affirmations d'indépendance, bouleversement des rôles masculins et féminins : chacune des histoires révélées dans le cabinet du thérapeute conjugal éclaire un des mystères du fonctionnement du couple et de sa formidable créativité qui transforme nos existences.

  • Notre civilisation va-t-elle disparaître ? Aucune économie, aussi technologiquement avancée soit-elle, ne peut survivre à l'effondrement de l'écosystème sur lequel elle s'appuie. Dans ce livre, Lester Brown dresse le constat impitoyable d'un destin annoncé, passant en revue tous les secteurs où l'homme interfère avec son environnement : agriculture, pollutions industrielles et urbaines, énergie, réchauffement climatique, etc. Mais ce réquisitoire implacable ne nous condamne pas à l'inaction : l'auteur défriche les pistes d'un ressaisissement possible, mieux d'une « renaissance ». En déployant différemment l'arc des multiples activités humaines selon les principes de la durabilité écologique, Lester Brown annonce une restructuration de l'économie qui représente la plus grande opportunité d'investissement dans l'histoire et propose un pacte planétaire qui unit tous les hommes.
    />

  • Voici l'aventure tumultueuse du vin depuis l'Antiquité. Mettant à profit sa connaissance de vignobles aussi divers que ceux de la Géorgie, des pentes du Vésuve, des hauteurs du Golan ou des coteaux de Champagne, l'auteur analyse l'évolution du vin à travers les civilisations qu'il a accompagnées, les mythes qu'il a fait naître, les croyances qu'il a suscitées, l'économie et les techniques qu'il a développées et les hommes qui lui consacrèrent leur vie. Recherche des origines du vin, de son élaboration à travers les âges et du goût qu'il avait chez les Égyptiens, les Grecs ou les Romains, ce livre est un véritable travail d'archéologue et d'historien. Hugh Johnson nous dit la fascination du vin sur l'homme et le rôle de l'Église dans son implantation en Occident, la recherche de la qualité, la naissance des grands vins, les progrès de l'oenologie, les drames de la viticulture, les nouveaux vignobles en Californie et en Australie... Sans oublier la question des vins que nous boirons demain. Une histoire du vin et du goût, du plaisir et d'un art de vivre.

  • Voici l'aventure tumultueuse du vin depuis l'Antiquité.
    Mettant à profit sa connaissance de vignobles aussi divers que ceux de la Géorgie, des pentes du Vésuve, des hauteurs du Golan ou des coteaux de Champagne, l'auteur analyse l'évolution du vin à travers les civilisations qu'il a accompagnées, les mythes qu'il a fait naître, les croyances qu'il a suscitées, l'économie et les techniques qu'il a développées et les hommes qui lui consacrèrent leur vie.
    Recherche des origines du vin, de son élaboration à travers les âges et du goût qu'il avait chez les Egyptiens, les Grecs ou les Romains, ce livre est un véritable travail d'archéologue et d'historien. Hugh Johnson nous dit la fascination du vin sur l'homme et le rôle de l'Eglise dans son implantation en Occident, la recherche de la qualité, la naissance des grands vins, les progrès de l'oenologie, les drames de la viticulture, les nouveaux vignobles en Californie et en Australie...
    Sans oublier la question des vins que nous boirons demain. Une histoire du vin et du goût, du plaisir et d'un art de vivre.

  • Aujourd'hui l'enfant est l'objet de toutes les sollicitudes. Sa venue au monde, ses premières années, sa garde, son éducation, sa sexualité, sa sécurité, son passage vers l'adolescence : tout donne l'occasion d'exprimer des affects qui frisent la démesure. Tandis que l'angoisse parentale pousse toujours à plus de précocité dans les diagnostics et dans les apprentissages : « tout se joue dans l'enfance ! » L'auteur analyse avec clarté et précision des événements aussi divers que l'invention de la « naissance sans violence », la multiplication des procréations médicalement assistées, la « découverte » de la maltraitance, la reconnaissance des « droits de l'enfant », la crise de l'autorité et de la transmission, les soupçons de pédophilie qui pèsent sur tout éducateur, pour mieux cerner cette nouvelle représentation de l'enfance. Elle met ainsi en évidence les cheminements complexes du désir d'enfant et les investissements affectifs et imaginaires dont l'enfant est l'objet, de sa conception à son développement scolaire ultérieur.
    Au carrefour de la psychanalyse et de la sociologie, une étude rigoureuse et limpide d'un thème de prédilection de nos contemporains.


  • quoi de commun entre ce bourguignon, rustique et tout en rondeur, et ce bordelais, grand bourgeois raffiné, sinon leur commune passion pour l'excellence ? bordeaux, bourgogne, ces deux vignobles d'exception ont bénéficié au cours de leur histoire de hautes protections et de prestigieuses commandes qui les ont incités à tirer le meilleur parti de leurs sols.
    pour éclairer l'opposition de deux civilisations, deux façons de sentir, deux ambitions rivales de produire les meilleurs vins du monde, jean-robert pitte retrace l'histoire culturelle et économique des deux vignobles et des sociétés qui les exploitent, mais aussi et surtout de leur clientèle. sans ces professionnels et leur savoir-faire (pédologues, agronomes, biologistes, chimistes, oenologues, sans oublier les notaires et les banquiers !), il n'y aurait pas de grands vins.


empty