Arts et spectacles

  • Pourquoi la musique ?

    Francis Wolff

    • Pluriel
    • 25 Septembre 2019

    « Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la musique sans jamais oser poser les questions. ».
    « La musique est l'art des sons. » De cette définition banale, retenue d'une leçon d'enfance, ce livre tire toutes les conséquences. Chemin faisant, il répond aux questions les plus simples et les plus profondes sur la musique et sur les arts. Pourquoi, partout où il y a de l'humanité, y a-t-il de la musique ? Pourquoi la musique nous fait-elle danser ? Pourquoi nous émeut-elle ? Et qu'est-ce que la beauté ?

  • C'est à travers des photos conceptuelles que Mahmoud Alkurd nous fait partager sa propre vision de la catastrophe qu'ont subie les Palestiniens dans la bande de Gaza lors de l'attaque d'Israël en 2014, Bordure de Protection. Les récits très réalistes de l'écrivain Mo'men Ashour, tirés de faits réels, apportent la consistance du vécu traumatique à ces images poïétiques. Aujourd'hui, la situation géopolitique et humanitaire n'a pas changé.

  • Au coeur de l'orchestre

    Christian Merlin

    • Pluriel
    • 30 Septembre 2015

    L'orchestre, comment ça marche ? Quels sont les rouages de cette étrange communauté humaine et musicale ? On la perçoit comme une masse indifférenciée mais on oublie trop souvent qu'il s'agit d'une réunion d'individualités. Qui sont ces musiciens d'orchestre, ces anonymes, dont on oublie qu'ils sont de grands musiciens ? Paradoxe vivant - artistes mais aussi salariés, interprètes mais aussi exécutants, aristocrates mais aussi prolétaires -, est-ce par vocation ou par défaut qu'ils font ce métier ? Comment s'organise cette communauté fortement structurée et hiérarchisée, avec en point culminant le rapport au chef d'orchestre ?

    L'orchestre peut être le paradis ou l'enfer ; ses membres sont des êtres humains, avec leurs forces, leurs travers, leurs diversités, mais lorsqu'ils communient pour le même objectif, on se trouve devant la plus magique des inventions.

  • Cet ouvrage s'adresse au grand public aussi bien qu'aux étudiants et aux cinéphiles. Il explique, illustrations à l'appui, plus de cent vingt ans d'histoire d'une industrie considérée à la fois comme un art et comme un média. Donnant les repères essentiels - des origines du cinéma à nos jours - dans le monde, il aborde les dernières découvertes et les cinématographies méconnues. Il livre aussi des outils d'analyse et de compréhension : à quoi reconnaît-on un film expressionniste ? Comment envisageait-on le montage dans les années 1900 ? Quelle révolution des images animées entraîne vraiment le numérique ? Une brève histoire du cinéma permet de saisir l'évolution des techniques et les enjeux qui régissent le monde du cinéma : une synthèse indispensable pour savoir ce qui se trame derrière le grand écran !

  • Romy, une longue nuit de silence Nouv.

    Le 29 mai 1982, Romy Schneider s'est éteinte à l'âge de 43 ans. Que s'est-il passé la nuit de sa mort rue Barbetde-Jouy, dans le VIIe arrondissement de Paris ? Icône du cinéma français à la photogénie incroyable, que sait-on vraiment de Romy, de ses bonheurs, mais aussi de ses chagrins et de ses blessures, notamment depuis la mort de son fils quelques mois plus tôt ?Sarah Briand a marché dans ses pas, du chalet de son enfance à Berchtesgaden en Allemagne, près du nid d'aigle d'Adolf Hitler, jusqu'à l'appartement parisien où elle a passé ses dernières heures, pour nous livrer une série d'instantanés de ces moments intimes.Un portrait nourri de témoignages inédits d'amis, de réalisateurs, ses partenaires de cinéma et parfois de vie, comme celui qui fut son époux, Daniel Biasini, le père de sa fille Sarah, ou encore Alain Delon, qui rend pour la première fois un hommage exceptionnel à la femme qu'il a aimée. Sarah Briand est journaliste à France 2 et réalisatrice de documentaires pour l'émission « Un jour un destin ». Elle est l'auteure aux éditions Fayard de Simone, éternelle rebelle (2015).

  • Jean Paul Olive présente dans cet album une nouvelle odyssée argentique, aventure d'un voyageur infatigable, à contre-pied du tout numérique. La réalité n&b, en images fortes de la Grèce assise sur son passé questionne le présent. Le jeu de la marelle à cloche-pied de terre à mer, de personnages à paysages, de lutte entre ombre et lumière, fait échos aux mots de Blaise Cendrars, lançant ses chaussures par-dessus bord, pour aller au bout de ces îles inoubliables.

  • Se distraire à en mourir

    Neil Postman

    • Pluriel
    • 9 Novembre 2011

    Le livre de Neil Postman est un classique de l'étude de l'impact des médias sur la société.
    Refusant les thèses de la manipulation, il montre que pour l'essentiel les médias agissent moins en fonction des contenus qu'ils transmettent qu'à travers la forme de cette transmission : celle de programmes qui visent essentiellement le divertissement. Rappelant que la construction de l'espace public démocratique fut étroitement liée à la diffusion de l'écrit, il montre comment la concurrence que lui fait le divertissement audiovisuel ruine progressivement cet espace public de discussion au profit d'un espace public voué à la distraction, où tout se vaut.
    Dans le même temps où l'enfance se voit dénier son insouciance et la liberté de s'amuser, les adultes sont traités comme des enfants et priés de se divertir sans rien prendre au sérieux. Ces analyses invitent à réfléchir sur la responsabilité qui est la nôtre dans ce que Michel Rocard, dans sa préface, appelle un combat de civilisation.

  • Personne n'a vraiment intérêt à voir les médias rapporter la situation du Yémen de l'intérieur comme de l'extérieur. Après avoir essayé pendant plus d'un an d'obtenir les autorisations et les visas nécessaires pour se rendre dans le nord, Véronique de Videguin et ses équipières ont décidé en octobre de se rendre dans le sud Yémen et de passer illégalement dans le nord, seule solution pour y pénétrer. Elles ont ensuite été coincées dans le nord pendant un mois, à cause notamment du blocus de l'Arabie Saoudite. Pourchassées par les Houthis et sous la protection d'Amat et ses ministres, elles ont finalement pû nous rendre à Saada, Hajjah, Ibb et Sanaa pour réaliser ce reportage sur la situation des Yéménites du nord.

  • Nous sommes en 2002. J'habite en centre-ville du Caire. Tous les jours je sors pour comprendre la ville. Pour montrer et faire ressentir ce que je vis, je vais photographier cette rue, hommes et bêtes, maisons et circulation.
    Je décide de prendre un petit appareil numérique, de le cacher dans ma main et de prendre les photographies sans viser, le sujet ne se sait pas photographié, donc il ne peut pas composer son personnage. L'absence de visée et la latence du déclenchement font que je ne donne pas à mon image une sophistication instantanée.

  • Après la destitution de Saddam Hussein en 2003 et le mensonge d'Etat international au sujet de la possession de l'arme nucléaire en Irak, le pays n'en peut plus de pleurer ses morts. Les sunnites se retrouvent marginalisés, les chiites ont pris le pouvoir, on a vu émerger la menace : Daesh. Véronique de Viguerie et Manon Querouil-Bruneel ont enquêté ces dernières années en Irak et rendent compte de sa situation de catastrophe politique, humanitaire et sociale.
    Les chiites se regroupent pour combattre Daesh, les sunnites se plaignent des chiites. Tout ce monde se côtoie, essaie de cohabiter, on y rencontre même des couples mixtes de différentes confessions. Mais la rancoeur existe toujours. Certains pensent, d'autres disent que les racines du mal sont encore bien présentes, favorisant la gestation d'un autre monstre, bien pire que Daesh.

  • L'art abstrait

    D Vallier

    • Pluriel
    • 24 Octobre 2012

    Cet ouvrage, désormais classique, met en lumière les trois inventions simultanées de l'abstraction, dans les oeuvres de Kandinsky, Mondrian et Malévitch. Dora Vallier souligne la rigueur et la logique de démarches qui les conduisent à dissocier la peinture de la figuration, le premier en radicalisant une quête spirituelle, le second en approfondissant la recherche de la matière picturale engagée par le cubisme, le troisième en recherchant les unités minimales de la couleur dans un équivalent plastique de la phonologie.
    L'auteur présente ensuite les développements de l'abstraction dans la peinture, avec Delaunay, Herbin, pour aboutir à l'expressionnisme abstrait américain et à l'école de Paris. Elle évoque aussi longuement ses effets dans la sculpture de Arp et Schwitters, jusqu'à Moore et Calder.
    /> Cette introduction à l'art du XXe siècle met ainsi en lumière le chemin qui a conduit d'une tentative de faire de l'art un vecteur de connaissance à la recherche d'une expression de la sensibilité la plus intime.

  • Ce livre est le récit d'une enfance perdue à tout jamais qui se dit au présent, c'est un Dib-enfant qui fixe les moments ressentis et qui capte les moments enfuis. Le désir enfoui de Dib-enfant, celui de posséder un espace d'écriture, non pour devenir écrivain, mais pour sentir seulement qu'il existe, qu'il est libre. Les conditions de vie de l'époque (1946), si dures, n'offraient qu'une alternative aux enfants "indigènes" : soit le travail précoce, soit - comme ce fut son cas - l'école.
    Revisiter aujourd'hui ce magnifi que guide de l'enfance des années 1940, c'est faire un voyage dans l'enfance de Mohammed Dib et retrouver les anciens codes sous-jacents à une oeuvre qui ne cesse de nous émerveiller. Ce livre est une réédition et une nouvelle version du projet Tlemcen ou les lieux de l'écriture tel qu'il a été conçu en 1993 à l'initiative du Centre culturel français de Tlemcen, puis édité en 1994 par les éditions La Revue Noire à Paris.
    Il contient des images inédites du photographe.

  • Passionné de Jazz, Mathieu Do Duc signe une série d'images de jazzmen pris sur le vif, le plus souvent lors de concert live. On y retrouve un auteur touché par un immense respect pour ces créateurs hors pairs, qui ne vivent que pour nous faire ressentir et approcher le sublime. "Ça ne commence pas Continue seulement Continue comme l'Eau comme l'Incendie et Bouge dans le Large l'Éperdu Ce qui se passe le Bleu de la Note apporte avec lui le Soleil montant ou descendant ou la Nuit..."

  • La Renaissance s'épanouit en Touraine où la monarchie s'installe de façon permanente sous Charles VII à Chinon et à Loches, sous Louis XI et Charles VIII au Plessis et à Amboise, sous Louis XII à Blois.Inspirés par l'Italie, au retour de leurs expéditions guerrières, les rois aménagent lices et jardins, jeux de paume, galeries, loggias, salles de bal et de réceptions. Princes et seigneurs s'y mêlent aux poètes et aux bourgeois dans les plaisirs courtois, les joutes chevaleresques et les parties de chasse.
    Les dames - et parmi elles Diane de Poitiers et Catherine de Médicis - brillent dans les palais de rêve qui ont pour nom Chambord, Chenonceau, Azay-le-Rideau.Solennels et familiers, harmonieux et pittoresques, les châteaux de la Loire offrent à profusion images, souvenirs, sensations tout droit venus d'une des époques les plus prestigieuses de notre histoire, avant que les guerres civiles et les intrigues n'éteignent de façon tragique les fastes de la cour.

  • Une fièvre mondiale fait exploser le prix des oeuvres  : la ruée vers l'art ne connaît pas de limites. Le monde de l'art est devenu le terrain de jeu des puissants de la planète  : grands collectionneurs, gérants de fortunes, galeristes internationaux, maisons de vente aux enchères mondialisées.Ce n'est plus la valeur artistique d'un tableau   oeuvre de l'esprit  qui retient l'attention, c'est d'abord son prix, sa valeur marchande. Dans ce monde qui fonctionne à l'envers, le délit d'initiés n'est pas interdit, il est même recommandé.
    Pour percer à jour les Grands et les Petits Secrets de cet univers opaque   qui voudrait bien le rester  !  et révéler ses codes et ses rites aux non-initiés, Danièle Granet et Catherine Lamour ont conduit une vaste enquête aux quatre coins du monde.
        Édition actualisée   Danièle Granet a fait toute sa carrière dans la presse écrite de L'Express à Novapress. Catherine Lamour a créé et dirigé le département des documentaires de Canal +.

  • Algeroid

    ,

    Les photographies de ce livre sont le résultat de trois années de voyage à Alger. Le photographe a pris le parti d'utiliser la technique du polaroid. Pour chaque portrait, il a offert l'instantanée au sujet et gardé le négatif, comme un envers du décor, immémorial et révélateur de la réalisation de ce travail.

  • Notre Chanel

    Jean Lebrun

    • Pluriel
    • 9 Mars 2016

    « Dis, ce livre, tu l'écriras ? » Des années plus tard, Jean Lebrun l'a écrit pour son compagnon Bernard Costa, disparu en 1990. Ce fou de couture, qui savait ses jours comptés, l'avait entraîné à travers la France dans une enquête sur Chanel.
    En historien et en conteur, Jean Lebrun déroule leur road movie, de l'abbaye d'Aubazine au champ de course de Pau, de la boutique de Biarritz à l'usine de Maretz, d'un château l'autre : Corbère, Le Mesnil-Guillaume. Jusqu'à ce que la mort de Bernard interrompe leur enquête, qui s'arrête avant la résurrection de Chanel, en 1954.

    Entre la Belle Époque et la Libération, ce récit conduit vers des lieux moins attendus que la rue Cambon ou le Ritz, croise des personnages qu'on ne croyait pas si proches de Mademoiselle, tel Robert Bresson qu'elle couva et inspira. Il fait revivre à la fois l'insaisissable Chanel, et un anonyme de trente-cinq ans qui l'avait choisie pour fée. Ce qu'elle était aussi.

  • Ils se prénomment Rylee, Donovan, Gracie, Catalyan, Lily, Michael... ils ont entre 3 et 17 ans et vivent au Texas, dans l'Idaho, en Louisiane, dans l'État de New York... Ces enfants et adolescents ont posé devant l'appareil du photographe Laurent Elie Badessi arme à la main et ont tous répondu clairement à cette question toute simple : « Qu'est-ce qui te plaît dans les armes à feu ? » Si l'objectif de ce travail photographique consiste à explorer l'attraction évidente que représentent les armes pour une grande partie d'américains, ce livre nous invite aussi à regarder en face cette réalité sociale, politique et morale.

  • Il fut une époque, de la Renaissance au début du xxe siècle, où les architectes avaient pour mission d'ennoblir les palais, les lieux de culte et les résidences des puissants, conférant aux villes occidentales leur dimension esthétique. La modernité au xixe siècle rompt avec ces pratiques au profit de conceptions davantage fonctionnalistes, poussées à l'extrême par Le Corbusier. Doit-on pour autant aujourd'hui renoncer à tout idéal d'aménagement harmonieux ? Pour renouer avec le souci d'embellir, il faut bien plus admettre que tout projet d'urbanisme a une dimension sociale.  Cette hypothèse est le point de départ d'une histoire passionnante de l'urbanisme européen.

  • Marseille reinventee - de la joliette a arenc Nouv.

  • Le dernier modèle

    Franck Maubert

    • Pluriel
    • 4 Juin 2014

    « La nuit, Giacometti prenait ses quartiers dans des bars de Montparnasse. Chez Adrien avait sa préférence pour la jovialité des filles. Parmi celles-ci, il y avait Ginette et Dany, des demoiselles simples, un rien débauchées. Elles lui donnaient avec respect du "monsieur Albert". Un soir, il n'avait pas tout de suite remarqué la petite dernière qui se prénommait Caroline. Elle se différenciait des autres par un éclat certain et un naturel désarmant. Elle était aussi beaucoup plus jeune, vingt ans à peine. Alberto et Caroline ne se quitteront plus jusqu'à la mort de l'artiste. Ils vivront un amour fou, un amour noir. Elle deviendra sa muse et son dernier modèle. » F. M.

    Franck Maubert a rencontré Caroline à Nice. Il restitue son histoire inédite qui dévoile un pan méconnu des dernières années de l'artiste.

  • Pourquoi photographier les amoureux ? Sans doute suis-je comme le personnage de Prévert dans son poème pour toi mon amour, et pour l'imiter je pourrais écrire que je photographie pour toi, je photographie pour moi... Et dans mes déambulations citadines, dans mes voyages, n'importe où, je guette, chaque fois que je le peux, des signes de cet amour.

  • "Le jour où je ne chanterai plus, je mourrai", disait-elle. Et elle disait vrai. Le 24 novembre 1997, douze jours après avoir sorti son ultime compilation, Barbara disparut. Mais qui aurait prédit, vingt ans plus tard, qu'elle serait si présente ? Hommages, livres, films, expositions... De tous les géants de la chanson française, elle est aujourd'hui celle qui fédère le plus. Pour tenter de la comprendre, ce livre va puiser aux sources de son oeuvre, de ses propres mémoires, et des souvenirs de celles et ceux qui l'ont connue.
    Il dessine le portrait d'une femme libre et engagée, audacieuse et moderne, qui aura surmonté ses blessures en chantant sa vie, poursuivie par le pardon qu'elle voulait donner à son père. Un modèle d'intégrité. Barbara chantait parce qu'elle n'avait d'autre choix pour pouvoir respirer. Découvrir qui elle était, loin du prétendu mystère, c'est aller à la rencontre d'une artiste fascinante.

  • « J'ai éparpillé mes considérations sur la musique dans la série de mes journaux hédonistes. Ici, sur l'essence de la musique, là, sur un certain nombre d'opéras qui fonctionnent à mes yeux comme des prétextes à penser, ailleurs, sur des amis compositeurs de musique contemporaine, mais je n'avais jamais consacré un livre à ce seul sujet.

    Voici donc ce livre auquel j'ai souvent pensé, un échange à deux voix qu'il faut lire comme on écouterait un genre de pièce de musique de chambre, non loin du feu crépitant d'une cheminée, en compagnie de deux ou trois amis choisis, avec une belle bouteille d'un grand et vieux bon vin, dans la pénombre d'une pièce juste éclairée par l'âtre. Un genre de petite musique... » M. O.

empty