Littérature traduite

  • Ecrit au ive siècle av. J.-C., à l'époque des « Royaumes Combattants », dans une Chine en pleine effervescence commerciale et culturelle, L'Art de la guerre n'est pas seulement un traité de stratégie. C'est également, comme le montre Jean Lévi dans ses commentaires, une leçon de sagesse, un art de vivre et une philosophie de l'existence.
    Cette nouvelle traduction de L'Art de la guerre a bénéficié de l'étude de nombreux textes découverts lors de fouilles archéologiques récentes. Elle restitue toute la force
    littéraire et la concision du grand texte classique.

  • Dis-moi quelle philosophie tu choisis et je te dirai qui tu es. Telle est l'intuition qui gouverne ce recueil. Les âmes assujetties choisissent un système naturaliste, tandis que les hommes à l'esprit fier ont recours à un système de liberté. Passant en revue, de Platon à Foucault, la plupart des grands philosophes, Peter Sloterdijk introduit à leurs pensées en présentant les hommes qu'ils étaient. Il construit ainsi une histoire personnelle de la philosophie où l'on (re)découvre ces grands personnages du passé et l'intuition centrale qui organise leur pensée.

    Professeur à l'université de Karlsruhe, Peter Sloterdijk est considéré comme l'une des grandes figures de la philosophie contemporaine. Une grande partie de ses ouvrages est publiée dans la collection « Pluriel », notamment Le Palais de cristal, Bulles (Sphères I), Globes (Sphères II), Écumes (Sphères III) et Colère et Temps.

  • Sait-on avec certitude où se déroula la guerre de Troie ou a-t-on à jamais perdu la trace de ces combats ? La condamnation à mort de Socrate par la démocratie athénienne fut-elle une " erreur judiciaire " ? Quel rôle joua vraiment l'esclavage dans le monde antique et fut-il responsable de son effondrement ? C'est à ces questions, ainsi qu'à de nombreuses autres (sur la civilisation crétoise, la langue étrusque, le rôle des femmes à Rome, le personnage de Diogène ou les débuts du christianisme), que les essais réunis ici par Moses I. Finley apportent un éclairage renouvelé et des réponses originales. Sa clarté d'expression et son érudition sont au service d'une histoire étonnamment vivante, où les interrogations les plus contemporaines trouvent une résonance dans le passé le plus lointain.

  • Aujourd'hui, un milliard et demi de personnes n'ont pas accès à une eau saine et propre ; chaque année, plus de 5 millions meurent de maladies liées à la mauvaise qualité de l'eau.
    L'agriculture consomme 70 % de l'eau douce mondiale, l'industrie 20 %, les ménages seulement 10 %, et la quantité d'eau douce disponible ne représente que o,5 % de la totalité de l'eau de la planète... en dépit de ces statistiques alarmantes, l"humanité, réticente à modifier ses pratiques, continue à polluer, détourner et épuiser inconsidérément les réserves. plus grave, les institutions internationales - la banque mondiale, le fonds monétaire international, l'organisation mondiale du commerce - préconisent la privatisation et la marchandisation de cette ressource.
    Plusieurs mouvements de citoyens, de l'inde à la colombie en passant par la france, ont compris qu'il est grand temps de réagir : tandis que certains s'opposent à la construction de barrages, qui entraîne le déplacement de milliers de personnes, d'autres militent contre la privatisation des services municipaux de distribution d'eau.
    Mais la solution viendra surtout de l'affirmation de quelques principes fondamentaux visant à la protection de l'or bleu, et de la reconnaissance par les instances internationales de l'accès à l'eau douce comme droit humain inaliénable.

  • Voici révélée, pour la première fois au lecteur français, l'intégralité des grands traités stratégiques chinois. on trouvera rassemblés ici les sept traités (dont le célèbre sun-tzu), qui constituaient la matière des examens militaires sous les song du nord et qui ont formé la matrice de la conception chinoise de l'art de la guerre pendant plus de deux mille ans.
    Le travail de jean lévi réinscrit les textes dans leur contexte historique et culturel et nous permet de comprendre les liens entre l'émergence de la littérature militaire et la situation sociopolitique de la chine de l'époque des royaumes combattants (vème - 3ème siècles avant j.-c.). plus qu'une leçon de stratégie et d'histoire, jean lévi restitue toute la force littéraire et la concision de ces grands classiques et nous donne accès à la sagesse et à l'art de vivre du tao qui nourrit l'ensemble des traités.
    Dans une introduction importante et grâce aux notes explicatives qui accompagnent les traités, l'auteur retrace les grandes étapes de la constitution de la pensée chinoise de la guerre, moins exotique qu'on a pu parfois le penser, et qui trouve dans le monde contemporain de surprenants échos.

  • Le nu t.2

    Clark-K

    Loin d'une simple image du corps dévêtu, le nu est une forme d'art tributaire des croyances de la Grèce du Ve siècle. Son apparition, pour Kenneth Clark, est liée à la passion des Grecs pour les proportions parfaites et l'harmonie des nombres qui habite les premiers nus antiques. L'art grec du nu s'est emparé de l'objet le plus sensuel, le corps, pour le placer hors d'atteinte du désir et du temps et a fait du concept le plus rationnel, l'ordre mathématique, une joie pour les sens.
    Dans cette magistrale étude, Kenneth Clark invoque une impressionnante galerie d'artistes, des antiques aux cubistes, autour de personnages mythologiques qui ont construit nos représentations du corps humain. Et l'on découvre la postérité d'Apollon, incarnation de la sérénité de l'ordre, de Dionysos, allégorie de la folie générale et de l'inconscient collectif et de Vénus, symbole d'une femme à la beauté exceptionnelle.
    Histoire de l'art, histoire de notre rapport au corps, Le Nu nous initie à la compréhension du plaisir des formes.

  • La liberté est bien ce qui singularise l'humanité parmi les animaux. C'est elle qui nous incite à agir, à transformer notre environnement. Elle est le fondement de ce que nous considérons comme notre dignité rationnelle. Elle nous ouvre à une possibilité essentielle : celle de choisir. Proposant ainsi une anthropologie de la liberté, dans un style à la fois accessible et brillant, ce livre s'ouvre sur une exploration des différents champs dans lesquels notre liberté de choisir va s'investir : la vérité, le plaisir, la politique, l'éducation civique, l'humanité, la contingence. Il articule ainsi une réflexion éthique fondamentale avec une série de propositions concrètes, réconciliant les morales de la liberté et celles du devoir.

  • Notre civilisation va-t-elle disparaître ? Aucune économie, aussi technologiquement avancée soit-elle, ne peut survivre à l'effondrement de l'écosystème sur lequel elle s'appuie. Dans ce livre, Lester Brown dresse le constat impitoyable d'un destin annoncé, passant en revue tous les secteurs où l'homme interfère avec son environnement : agriculture, pollutions industrielles et urbaines, énergie, réchauffement climatique, etc. Mais ce réquisitoire implacable ne nous condamne pas à l'inaction : l'auteur défriche les pistes d'un ressaisissement possible, mieux d'une « renaissance ». En déployant différemment l'arc des multiples activités humaines selon les principes de la durabilité écologique, Lester Brown annonce une restructuration de l'économie qui représente la plus grande opportunité d'investissement dans l'histoire et propose un pacte planétaire qui unit tous les hommes.
    />

  • Né en 1917 à alexandrie d'une mère autrichienne et d'un père anglais, eric hobsbawm quitte vienne pour berlin à l'été 1931 et assiste aux derniers soubresauts de la république de weimar.
    Quand hitler arrive au pouvoir, le jeune eric hobsbawm se convertit au communisme, et part pour l'angleterre dès 1933. a cambridge, il côtoie philby, burgess, maclean et blunt, que leur engagement communiste, analogue au sien, conduira à la plus fantastique histoire d'espionnage au profit de l'union soviétique du xxe siècle. son engagement marxiste va fournir le fil conducteur de sa vie, le conduisant à une bagarre mémorable avec koestler en 1956, à rencontrer durant ses nombreux voyages les dirigeants d'un tiers-monde émergent, de che guevara à salvador allende, puis à analyser l'émergence des nationalismes après la chute du mur.
    Une passionnante traversée des tumultes du siècle servie par une plume alerte.

  • Peter sloterdijk analyse les formes successives de la mondialisation et esquisse les contours d'une théorie des temps présents. la globalisation, loin de concerner seulement l'épisode le plus récent de notre histoire, commence avec la civilisation occidentale.
    Trois phases caractérisent ce long processus : la rationalisation des cosmologues antiques qui ont conçu la totalité de l'étant sous forme de sphère ; la globalisation terrestre des colons européens qui a vu naître les techniques, le capitalisme et l'universalité de la science ; la globalisation électronique, dans laquelle nous entrons, temps de la dématérialisation et de la mise en équivalence de toute chose.
    Peter sloterdijk utilise le palais de cristal, lieu de la première exposition universelle de 1851, comme métaphore de cette dernière forme de la mondialisation. palais de la consommation, il symbolise la séduction d'un système intégral de marchandise où être un humain devient une question de pouvoir d'achat.
    En parcourant l'ensemble des champs de l'expérience, de l'esthétique à l'économie en passant par l'éthique et le religieux, l'auteur invente une grille d'analyse globale, à la mesure de son objet.

  • Les mythes grecs

    Graves-R

    Apollon, Dédale, Tantale, Hermès, Hercule, Dionysos, oedipe, Antigone... Autant de noms qui font partie du langage courant mais dont on semble ignorer de plus en plus l'origine et la signification. Or, l'essentiel de la littérature et de l'art occidental n'est intelligible qu'à la lumière de la mythologie grecque. D'où l'importance de ce livre où Robert Graves nous présente près de deux cents mythes, qui vont de la création de l'Olympe et la vie de ses dieux jusqu'aux aventures de l'Iliade et de l'Odyssée. II ne s'agit pas là d'une oeuvre d'érudition et encore moins d'un manuel scolaire, mais d'une recréation de la mythologie par un poète qui explique et interprète les légendes classiques à la lumière des connaissances archéologiques et anthropologiques actuelles. Un livre aussi précieux à l'érudit qu'à tout lecteur soucieux de comprendre et de vivre notre culture.

empty