Parole Et Silence

  • Cet ouvrage voudrait être un instrument d'étude, pour une meilleure connaissance du concile Vatican II. Les seize textes conciliaires ne sont pas seulement analysés et commentés, mais présentés dans une histoire longue. Leur élaboration ne commence pas, comme on pourrait le penser, seulement à l'acte de convocation du concile, mais elle s'inscrit dans l'histoire de la théologie elle-même, le terreau où les documents vont pouvoir s'enraciner. De même, il est important de rappeler quels ont été leurs premiers fruits, dans les années qui ont suivi la clôture du concile, des années qui ont représenté à la fois une mise en application des textes mais qui ont comporté aussi divers développements.
    Son originalité est de présenter, pour chaque texte conciliaire, l'arrière-plan du texte dans l'histoire de la théologie et de la pastorale, un historique de la rédaction du texte, un commentaire de celui-ci, et une large évocation des prolongements que ce texte a connus dans les décennies suivant le concile.
    Il est le fruit d'un cours professé à la Faculté de théologie de Lyon, s'adresse aux séminaristes, prêtres, religieux, laïcs engagés dans des études ou souhaitant tout simplement connaître davantage le concile Vatican II. Il voudrait les aider à renouveler leur regard sur lui pour qu'il continue à porter du fruit pour la vie de l'Église et du monde.

  • Il vit, le christ ; réactions et commentaires

    Alexis Leproux

    • Parole et silence
    • 15 Août 2019

    Mgr Alexis Leproux. Vicaire général de l'archidiocèse de Paris P. Jean-Baptiste Arnaud Prêtre du diocèse de Paris, Jean-Baptiste Arnaud est formateur au séminaire de Paris, enseignant au collège des Bernardins, responsable du parcours EVEN.
    Pour la première fois, un synode a été entièrement consacré aux jeunes. Ce texte signé du pape François revêt une importance particulière.
    Le collège de Bernardins propose des commentaires à partir des réactions des jeunes eux-mêmes.
    Les jeunes ont reclamé avec insistance une Église authentique, lumineuse, transparente et joyeuse : seule une Église des saints peut être à la hauteur de ces requêtes ! Beaucoup d'entre eux l'ont quittée parce qu'ils n'y ont pas trouvé la sainteté, mais la médiocrité, la présomption, la division et la corruption.
    Malheureusement, le monde est plus indigné par les abus de certaines personnes de l'Église que ravivé par la sainteté de ses membres: voilà pourquoi l'Église dans son ensemble doit accomplir un changement de perspective ferme, immédiat et radical ! Il existe un langage que touspeuvent comprendre, parce qu'il est immédiat et lumineux :
    C'est le langage de la sainteté.
    "Le coeur de chaque jeune doit donc être considéré comme une «terre sacrée», porteuse de semences de vie divine et devant lequel nous devons «enlever nos sandales» pour pouvoir nous approcher et approfondir le mystère." Pape François Le monde et l'Église ont besoin de l'enthousiasme et de la responsabilité des jeunes, ainsi que de leursintuitions et de leur foi. Les jeunes peuvent courir plus vite. C'est pourquoi le pape conclut son Exhortation avec sagesse et humilité en écrivant :
    « Lorsque vous arrivez là où nous ne sommes pas encore arrivés, ayez la patience de nous attendre ». Antonio Spadaro sj

  • Concile Vatican II

    Christoph Schönborn

    • Parole et silence
    • 27 Avril 2017

    « Grâce à l'Esprit du concile, l'Eglise s'est ouverte au monde, mais de nombreux pas doivent encore être accomplis... Quelques voix demandent à retourner en arrière.
    Cela s'appelle «être entêté», cela s'appelle vouloir «apprivoiser l'Esprit-Saint», cela s'appelle devenir «sot et lent du coeur» ...Grâce au concile, la hiérarchie s'est mise au service du peuple de Dieu » Pape François 16 avril 2016.

    Présentation du cardinal Christoph Schonborn.

  • Les migrants

    ,

    • Parole et silence
    • 14 Juin 2018

    Ce livre regroupe les messages des trois derniers papes à l'occasion des journées mondiales des migrants « Accueillir, protéger, promouvoir et intégrer les migrants et les réfugiés » « L'immigré qui réside avec vous sera parmi vous comme un compatriote, et tu l'aimeras comme toi-même, car vous-mêmes avez été immigrés au pays d'Égypte. Je suis le Seigneur votre Dieu » (Lv 19, 34).
    Durant les premières années de mon pontificat, j'ai exprimé à maintes reprises une préoccupation spéciale concernant la triste situation de nombreux migrants et réfugiés qui fuient les guerres, les persécutions, les catastrophes naturelles et la pauvreté. Il s'agit sans doute d'un ''signe des temps'' que j'ai essayé de lire, en invoquant la lumière de l'Esprit Saint depuis ma visite à Lampedusa le 8 juillet 2013. Tout immigré qui frappe à notre porte est une occasion de rencontre avec Jésus Christ, qui s'identifie à l'étranger de toute époque accueilli ou rejeté (cf. Mt 25, 35.43).
    FRANCOIS - BENOIT XVI - JEAN-PAUL II

  • Frédéric Ozanam et saint François d'Assise

    Mireille Beaup

    • Parole et silence
    • 18 Juin 2020

    Frédéric Ozanam a créé en 1833 les Conférences de charité selon la spiritualité de St Vincent de Paul dont il a été, durant toute son existence, un disciple au service des plus pauvres et des plus fragiles. Mais alors quelle place St François d'Assise a-t-il pu avoir dans sa vie ? Les six chapitres du livre veulent répondre à cette question essentiellement à partir de sa correspondance et de l'ouvrage qu'il a publié en 1852 à la fin de sa vie, sur Les poètes franciscains au XIII siècle.
    Après un chapitre de mise en perspective sur la place des saints et de la sainteté dans la vie d'Ozanam, je montre l'importance de sa « rencontre » avec François à l'occasion d'une visite d'Assise durant sa mission universitaire de 1847. Dans le chapitre III, je commente l'importance pour lui et pour ses contemporains de l'initiative qu'il prit avec sa femme Amélie de traduire les Fioretti encore peu connus en France. C'est avec le chapitre IV que je développe la raison pour laquelle il s'est intéressé aux poètes Franciscains : Saint François fut d'abord pour lui un poète qui a donné toute son importance à la langue parlée par le peuple ombrien, qui s'est appelé lui-même « jongleur de Dieu » et qui a inspiré la première poésie italienne. J'ai voulu montrer dans le chapitre V comment Ozanam se sentait aussi en empathie profonde avec celui qu'il désigna comme « fou d'amour ». En effet, tout en ' étudiant ' Saint François poète et en commentant la poésie qu'il a inspirée chez ses disciples, il s'est attaché à mettre en lumière ce qu'il découvrait de la pauvreté franciscaine car elle rejoignait ses préoccupations de justice sociale. Et elle exprimait aussi la réponse radicale à l'absolu de l'amour de Dieu que lui-même voulait vivre, bien qu'il n'ait jamais pensé embrasser le mode de vie des Franciscains. Le chapitre VI célèbre François comme chantre de la Création autour de la traduction et du commentaire par Ozanam du fameux Cantique des Créatures.

  • Valeurs pour un temps de crise ; relever les défis de l'avenir

    Joseph Ratzinger

    • Parole et silence
    • 2 Mars 2017

    « L'Europe est redevenue l'un des principaux sujets polémiques de notre présent et de notre avenir. Qu'est-ce qui porte et unit nos sociétés ? Comment trouvent-elles les fondements moraux et les forces qui les poussent à agir à partir d'une morale, et sans lesquelles aucun Etat ne peut exister ?

  • Conception mystique de l'anthropologie

    Fernando Rielo

    • Parole et silence
    • 12 Mars 2020

    Cette publication propose les bases de l'anthropologie de Fernando Rielo : une conception mystique qui part d'une dimension universelle, oecume´nique, et qui culmine dans la ple´nitude de l'amour divin, dans le Christ incarne´, mort et ressuscite´ par amour de l'homme. «?Dieu a tant aime´ le monde qu'il a donne´ son Fils unique afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais ait la vie e´ternelle?» (Jn 3,16). C'est un amour qui, à l'image et à la ressemblance du Christ, peut être vécu chaque jour par tous, mais pas de n'importe quelle manie`re : «?Apprends a` aimer Dieu comme Dieu veut être aime´ et abandonne ta manie`re d'être?», disait saint Jean de la Croix.

    Si Fernando Rielo parle de «?mystique?», c'est parce qu'il en a l'expe´rience. De plus, il nous encourage tous a` la vivre, car c'est ce qu'il y a de plus propre et naturel à l'être humain. Tandis que le «?spirituel?», en lien avec l'esprit humain, est tout ce qui en de´coule, en bien comme en mal, la mystique, elle, se re´fe`re toujours a` la «?positivite´?» de l'esprit : l'expe´rience du vrai, du bon, du beau, de l'amour, de la justice, de la ge´ne´rosite´, de l'humilite´... tout cela constitue une ve´ritable expe´rience mystique. Ainsi Rielo affirme-t-il : «?tout ce qui est spirituel n'est pas mystique, mais tout ce qui est mystique est spirituel?».

    Ce livre constitue une vision mystique de l'anthropologie, intelligible et attrayante par son grand sens humaniste.

  • Profession : femme de philosophe

    Lydia Berdiaev

    • Parole et silence
    • 3 Décembre 2020

    Lydia Ioudifovna est née le 20 août 1871 à Kharkov. D'une famille orthodoxe, mais de façon assez formelle, observant les rites pour se conformer à ce qui se faisait dans leur milieu, Lydia aspire à une vie spirituelle plus intense. Fruit d'un long chemin spirituel, elle se convertira au catholicisme.

    En 1904, Lydia rencontre le philosophe Nicolas Berdiaev. Adversaire idéologique du communisme, il est expulsé de Russie en 1922. Lydia et lui s'installent en 1924 à Clamart, près de Paris. Figure essentielle de l'existentialisme chrétien, Nicolas Berdiaev développe une approche mystique du christianisme et une critique radicale des idéologies ainsi que de toute tentation totalitaire. Il sera le premier à promouvoir un personnalisme communautaire repris ensuite par Emmanuel Mounier, fondateur de la revue Esprit.

    La maison des époux Berdiaev à Clamart devient rapidement le lieu où se rassemblent de nombreux Russes émigrés, mais aussi des Français qui veulent mieux comprendre la Russie et qui s'intéressent aux idées du philosophe dont les livres sont traduits en français. Lydia aide son mari à corriger les épreuves, visite des malades, reçoit les nombreux invités, s'occupe de sa mère malade, soigne sa maison et son jardin. En 1934, elle commence à écrire un journal où elle note scrupuleusement les activités de son mari et ses commentaires. Elle l'écrira jusqu'à sa mort, en 1945.

    Ce journal, traduit pour la première fois du russe, est le tableau d'une époque et d'un milieu et relate les questions, parfois légères de la vie quotidienne, mais souvent profondes et existentielles que pouvaient partager les époux Berdiaev.

  • Qu'aucun de ces petits ne se perde

    René Stockman

    • Parole et silence
    • 11 Juin 2020

    Emporté dans une discussion regrettable d'accepter ou non l'euthanasie chez les patients psychiatriques qui sont soi-disant à bout de traitement, cela m'a incité à réfléchir plus profondément sur les éléments fondamentaux sur lesquels nos réflexions et actions éthiques devraient être basées et à pénétrer plus profondément dans les fondements ultimes sur lesquels notre vision de la vie et le respect pour la vie devraient être construits et en même temps à découvrir pourquoi il est aujourd'hui devenu si difficile d'arriver à une position claire et à ne pas nous perdre dans des sentiments qui remplacent les arguments ou même les catégorisent comme impitoyables. Bien sûr, je l'ai fait en tant que chrétien et je me suis basé sur ce que l'Eglise catholique me donne comme direction.

    Pendant cette navigation à contre-courant, j'ai rencontré le Prof. Jérôme Lejeune, le généticien français qui a fait un travail révolutionnaire dans la recherche sur le syndrome de Down, et qui, par cette recherche, est devenu de plus en plus convaincu de la protection absolue de la vie. Je voudrais donc lui dédier cet ouvrage à titre posthume et l'offrir hardiment à tous ceux qui, en ces temps controversés, continuent à défendre courageusement la vie : la vie nous est chère, parce que nous continuons à considérer la vie comme un cadeau de Dieu et que nous voulons alors aussi la chérir et bien la gérer depuis le moment où elle commence, jusqu'au moment où elle atteint sa fin naturelle.

  • La thématique anthropologique ; trois encycliques

    Jean-Paul Ii

    • Parole et silence
    • 9 Novembre 2017

    Les encycliques de Jean-Paul II peuvent être regroupées par thématique.
    Il faudrait rappeler en premier lieu le triptyque trinitaire des années 1979-1986, qui comprend les encycliques « Redemptor hominis », « Dives in misericordia » et « Dominum et vivificantem ». À la décennie 1981-1991 appartiennent les trois encycliques sociales « Laborem exercens », « Sollicitudo rei socialis » et « Centesimus annus ».
    Il y a ensuite les encycliques qui traitent de thématiques ecclésiologiques : « Slavorum apostoli » (1985), « Redemptoris missio » (1990), « Ut unum sint » (1995). On peut aussi rattacher au domaine ecclésiologique la dernière encyclique « Ecclesia de Eucharistia » (2003), ainsi que, dans un certain sens, l'encyclique mariale « Redemptoris mater » (1987).
    Dans sa première encyclique, le pape avait déjà étroitement lié les thèmes de l'Église mère et de la Mère de l'Église, les élargissant au domaine historico-théologique et pneumatologique : « Je supplie surtout Marie, la Mère céleste de l'Église de daigner, en cette prière du nouvel Avent de l'humanité, persévérer avec nous, qui formons l'Église, c'est-à-dire le Corps mystique de son Fils unique. J'espère que, grâce à cette prière, nous pourrons recevoir l'Esprit Saint qui descend sur nous (Ac 1, 8) et devenir ainsi témoins du Christ « jusqu'aux extrémités de la terre ». » (Ibid.). Dans la mariologie, pour le pape, on rencontre tous les grands thèmes de la foi ; il n'y a pas d'encyclique qui ne se termine pas par une allusion à la Mère du Seigneur.
    Nous avons enfin trois grands textes doctrinaux, qui peuvent être affectés au domaine anthropologique : « Veritatis splendor » (1993), « Evangelium vitæ » (1995) et « Fides et ratio » (1998) : ... trois grandes encycliques dans lesquelles la thématique anthropologique est développée sous divers aspects.

  • Le cardinal Villot ; secrétaire d'Etat sous trois papes

    Benoît Fournier

    • Parole et silence
    • 14 Septembre 2017

    Ce livre est le témoignage d'un neveu du cardinal Villot qui dispose de documents inédits, présente sa personnalité très simple et attachante, sa profonde foi et ce qu'ont été ses responsabilités successives qui ont marqué la vie de l'Eglise :
    - en France d'abord comme Directeur du Secrétariat de l'Episcopat, puis Archevêque de Lyon et Sous-Secrétaire du Concile ;
    - au Vatican comme Préfet de la Congrégation du Clergé, Secrétaire d'Etat sous les papes Paul VI, Jean-Paul Ier et Jean-Paul II et Camerlingue appelé à présider deux conclaves successifs.

    - La vie de l'Eglise depuis les années 50, avec la mise en place de ce qui deviendra la Conférence des Evêques et le rôle influent du Secrétariat de l'Episcopat.
    - L'action pastorale du cardinal, sa participation à la préparation et au déroulement du Concile Vatican II, puis l'application des réformes conciliaires comme Secrétaire d'Etat du pape Paul VI dans la période délicate qui a suivi.
    - La tenue de deux conclaves présidés à la satisfaction des cardinaux.
    - La brève période du pontificat de Jean-Paul Ier et le début de celui de Jean-Paul II.
    - Les qualités d'un grand serviteur de l'Eglise, assumant avec une intelligence pénétrante, une grande foi et le plus complet désintéressement les plus hautes fonctions au Vatican.

    Evoquer la vie du cardinal Jean Villot, qui a occupé au Vatican les plus hautes fonctions comme Secrétaire d'Etat sous trois papes, c'est faire revivre une page d'Eglise.

  • Histoire du SIDIC

    Dominique De La Maisonneuve

    • Parole et silence
    • 14 Juin 2018

    "Ramener le coeur des pères vers leur fils et le coeur des fils vers leurs pères" Au lendemain du Concile Vatican II le cardinal Béa, artisan majeur de la Déclaration Nostra aetate, demanda à la Congrégation des Soeurs de Notre-Dame de Sion de s'atteler à la mise en oeuvre de son paragraphe 4 concernant le peuple juif. Cette ouverture des chrétiens au peuple que Dieu s'est choisi - et que pourtant l'Eglise, depuis vingt siècles, avait malmené - ne pouvait se faire durablement que par la formation.
    Le propos de ce livre est de retracer l'histoire de ce service d'Eglise, d'en développer les actions sans craindre d'en avouer les faux-pas.
    Thérèse Hebbelinck a obtenu un master en histoire à l'Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne (2006) et une licence en histoire à l'Université catholique de Louvain (2007), elle est aspirante FNRS depuis octobre 2008 et achève un doctorat en histoire religieuse sur L'Église catholique et l'enseignement de l'estime ? Discours sur le judaïsme et relations avec les juifs en Belgique et en France de 1965 à 2000.

  • Christianisme et islam : une éthique de la rencontre Nouv.

    Notre conviction est que la rencontre islamo-chrétienne, inséparable de nos liens respectifs avec les Juifs et le judaïsme, est pour le trio abrahamique une condition désormais indispensable de la connaissance de soi, de la connaissance de l'autre, de sa propre conversion à Dieu et de sa relation au monde. La valeur suprême d'une religion ou d'une société n'est pas la métaphysique de sa doctrine mais son éthique de la relation.

  • Croire au Dieu révélé en Jésus : initiation à la théologie fondamentale Nouv.

    Ce livre est consacré aux fondamentaux du christianisme : la foi, la révélation et sa transmission, qui font l'objet de la théologie fondamentale La foi : don de Dieu, elle accomplit notre quête de sens, elle est toujours enracinée dans celle de l'Eglise, et elle s'épanouit en transformation du monde La révélation et sa transmission : avant tout autocommunication que Dieu nous fait de lui-même en Jésus, la révélation advient toujours en paroles humaines dans l'histoire, transmises par l'Ecriture, la Tradition et le Magistère de l'Eglise : elle répond à l'attente humaine, elle survient inopinément dans l'histoire, elle a des incidences sur la vie collective, et elle constitue une alliance symbolique à l'instar d'autres alliances Foi et révélation font l'objet de la théologie fondamentale, le nouveau nom de l'ancienne apologétique : la théologie fondamentale consiste désormais à mettre en corrélation les questions existentielles et les réponses chrétiennes, notamment dans le dialogue avec les sciences humaines. Elle traite aussi de tout ce qui concerne la crédibilité du christianisme

empty