Poésie

  • On le dit assez souvent : l'enfer est pavé de bonnes intentions. Ce qu'on oublie, c'est qu'elles sont au nombre de 36, ont la forme de marches dans un escalier en colimaçon, et que le petit plaisantin communément désigné sous le qualificatif d'auteur s'amuse à les savonner pour rajouter un peu de piment. Qu'importe, Vincent Lamoul n'a pas peur. Il descend. Et à chaque marche, une vision. Le monde s'éclaire. Ici des nains qui creusent, là des ballons qui s'envolent à l'envers, plus loin une machine à laver hantée, des robots rebuts, des ogres gourmets, des artistes néandertaliens, des séances de tir au Père-Noël.
    Accompagnez Vincent Lamoul dans ce long périple, vous en sortirez grandi. Ou rôti.

  • Écoutez : le chant des passeurs s'élève dans les nuits de neige.
    Observez : une silhouette d'or s'échappe sur les grands boulevards.
    Traversez les miroirs brisés ; bravez l'obscurité. Dans le crépuscule des villes amères, la brûlure de la colère est un sortilège de plus ; la magie de la nuit elle-même caresse l'âme des sorcières.
    Saisissez les rubans noirs : l'encre trace le chemin à suivre. Sur le pas des enfers, à la lisière des grandes forêts de ténèbres, dans la cité de Féerie. quelqu'un attend. Et vous tend la main.
    C'est une invitation qui ne promet rien qu'un voyage. Il commence à l'orée sombre d'un monde étrange. L'univers farouche des fées d'encre.

    Illustration de couverture par Amandine Labarre.

empty