Gisserot

  • Vauban

    Simon Surreaux

    « Vauban, dont il suffit de prononcer le nom ». Alors qu'ils utilisent plusieurs lignes pour présenter les sept autres grands-croix originels, en mai 1693, du nouvel ordre royal et militaire de Saint-Louis, c'est par ces mots uniques qu'Alexandre Mazas et Théodore Anne présentent Vauban dans leur histoire de cet ordre au milieu du XIXe siècle. Un nom ayant valeur de talisman national, 150 ans, alors, après sa mort. « Vauban » : six lettres débutant par le V, symbole churchillien de la victoire ayant avant tout la forme qu'il donna à sa contre-garde dans son système de fortifications. « Vauban », un nom qui claque comme le fouet d'un cocher sur un attelage soulevant des nuages de poussière sur les routes du royaume, pour joindre une place forte à une autre. « Vauban », un nom aux vertus quasi prophylactiques comme la formule royale thaumaturgique du toucher des écrouelles après le sacre du souverain : « le roi te touche, Dieu te guérisse ! », quand lui, Vauban, semble intouchable tant il est vénéré sur l'autel des héros de la nation et qu'il ne saurait y être sacrifié alors même que tout ce qu'il touche deviendrait inaltérable. « Vauban », deux syllabes dont l'écho résonne et se réplique telle une formule magique tant son titulaire a oeuvré pour la grandeur du pays et la construction, par son « pré carré », du sentiment national. Un nom dont la transmission et la mémoire semblent faire l'unanimité.

  • Romuald Belzacq, Frédéric Miotto et Marie-Sophie Putfin, géographes, ont fondé l'agence de cartographie Légendes cartographie en 1996. Depuis près de vingt ans, les Éditions Gisserot ont publié plusieurs de leurs atlas du Monde et de la France, pour adultes, scolaires et enfants qui se sont vendus à plusieurs centaines de milliers d'exemplaires.
    Ils vous proposent ici de découvrir la France, de la Préhistoire à l'époque contemporaine en une soixantaine de cartes claires et passionnantes.

  • Un précis pour garder en mémoire les généalogies des rois de France et les grandes dates de l'histoire de France. Richement illustré pour mieux mémoriser visuellement.

  • Cet ouvrage va vous permettre de découvrir et d'utiliser les huiles essentielles avec toute la sagesse et la prudence requises. Il vous accompagnera au quotidien et vous apportera des clés 100% naturelles pour prendre soin de votre santé, votre bien-être et votre beauté. Des formules simples et accessibles à tous, dans le cadre d'un mode de vie sain et durable, pour vous permettre de soulager et d'enrayer les maux du quotidien. Une invitation au minimalisme "moins mais mieux", à la slow santé qui propose de ralentir, de remettre du sens et de la consience dans notre "consommation de la santé".
    Vous y trouverez les fiches détaillées des huiles essentielles par ordre alphabétique ainsi que des réponses aux maux les plus courants classés par sphère : respiratoire, nerveuse, cutanée, articulaiire, digestive, etc. L'ambition de ce guide est de vous familiariser avec cette médecine alternative qu'est l'aromathérapie, en levant le voile sur les huiles essentielles, les huiles végétales et les hydrolats.

  • Jeanne d'Arc chef de guerre, héroïne nationale, sainte catholique martyrisée, femme du peuple ayant connu un destin extraordinaire en devenant femme d'État, création illuminée d'une Troisième république en quête de roman national ? Quelle que soit la façon de l'envisager, elle a une place toute particulière dans l'histoire de France... Voilà tous les habits que revêt tour à tour celle qui fut l'une des personnalités marquantes de la France pendant la guerre de 100 ans.
    Alors qu'aujourd'hui encore son image, voire son patronage, sont encore l'objet de disputes politiques plus ou moins scabreuses, l'auteur, historien, nous raconte ce que l'on sait de cette femme qui, venue de Lorraine, a su convaincre le roi de France de lui confier une armée. Au-delà du mythe né de sa fin tragique sur le bûcher à Rouen.

  • Nécessaire d'un point de vue biologique, banal dans sa quotidienneté, l'acte de manger n'en est pas moins déterminé par les ressources offertes par la nature ou disponibles grâce au commerce. L'acte de manger est aussi marqué par des impératifs religieux et des normes culturelles. Il est enfin porteur de symboles agissant comme des marqueurs sociaux ou mobilisés à des fins politiques. Il est en cela un objet d'histoire à part entière.
    Par le biais de l'alimentation, cet ouvrage est une immersion dans le Moyen Âge et une invitation pour le lecteur à explorer les permanences et les évolutions des goûts et des pratiques culinaires, les discours et les stéréotypes qui les sous-tendent, afin d'esquisser les contours des alimentations plurielles des sujets du royaume de France entre la fin du Ve et la fin du XVe siècle.

  • Le procès engagé par le roi de France Philippe le Bel contre les Templiers et la suppression de leur ordre par le concile de Vienne en 1312 ont été à l'origine du développement d'une pseudo-histoire et de légendes qui ont totalement occulté l'histoire de ce qui a été le premier ordre religieux-militaire de la chrétienté médiévale.

    Né vers 1120 en Terre sainte et pour la Terre sainte, le Temple est le fils de la chrétienté latine d'Occident ; l'Occident dynamique du XIIe siècle. Il tirait de l'Occident, où il était solidement implanté, une grande partie des revenus et des moyens matériels et humains dont il avait besoin pour remplir sa mission en Orient : la protection armée des pèlerins visitant Jérusalem et le Sépulcre du Christ ; la défense des Etats latins d'Orient (Antioche, Tripoli, royaume de Jérusalem) établis après le succès de la première croisade et bien évidemment confrontés à leurs voisins musulmans. Il s'engagea aussi, quoi qu'avec prudence, sur le terrain de la reconquête en péninsule Ibérique : on y trouve aujourd'hui les plus beaux exemples de son architecture militaire.

  • En matière de sexualité, il existe des Moyen Ages et non un seul. Sur le fond commun d'une infériorisation de la femme plus ou moins marquée selon les milieux, les perceptions de la chair et de ses faiblesses, en un premier temps rigoureusement condamnées, évoluent, avec les comportements et les pratiques sociales. Aux moines, recteurs des moeurs, succèdent - vers 1200 - des théologiens attentifs à la nature et à ses impératifs. Alors s'épanouit, dans le cadre du mariage ( seul espace d'abord consenti à la « charnalité » humaine) puis bien souvent en de-hors de lui, une sexualité mâle fort libre à condition qu'elle de-meure naturelle.

    Le présent ouvrage s'efforce d'expliquer cette évolution des moeurs en ménageant leur place aux amours sodomitiques et homosexuelles progressivement rejetées dans l'ombre, mais partout discernables.

  • L'histoire de la France est à la fois riche et dramatique, passionnante et complexe. En retrouvant les grands moments d'une longue évolution qui a modelé l'identité nationale, ce livre cherche ainsi à dégager les traits essentiels qui font aujourd'hui le visage de ce pays. C'est l'occasion de souligner toutes les interrogations, tous les débats, toutes les incertitudes du passé. Cette France n'existe pas sans les Français, sujets du roi autrefois, puis citoyens de la république française, et c'est leur vie qui est présentée ici. Une telle histoire doit laisser aussi une place importante aux hommes et aux femmes qui ont eu la charge de gouverner, de décider et de guider leurs compatriotes, qui ont fait l'événement ou l'ont subi, qui ont accompagné ou suscité les mouvements collectifs. Enfin il a semblé bon de situer en permanence la France dans l'Europe et le monde, et de ne jamais oublier le regard que les autres peuples ont porté et portent sur elle.

  • L'histoire de la France est à la fois riche et dramatique, passionnante et complexe. En retrouvant les grands moments d'une longue évolution qui a modelé l'identité nationale, ce livre cherche ainsi à dégager les traits essentiels qui font aujourd'hui le visage de ce pays. C'est l'occasion de souligner toutes les interrogations, tous les débats, toutes les incertitudes du passé. Cette France n'existe pas sans les Français, sujets du roi autrefois, puis citoyens de la république française, et c'est leur vie qui est présentée ici. Une telle histoire doit laisser aussi une place importante aux hommes et aux femmes qui ont eu la charge de gouverner, de décider et de guider leurs compatriotes, qui ont fait l'événement ou l'ont subi, qui ont accompagné ou suscité les mouvements collectifs. Enfin il a semblé bon de situer en permanence la France dans l'Europe et le monde, et de ne jamais oublier le regard que les autres peuples ont porté et portent sur elle.

  • La Première Guerre mondiale reste profondément ancrée dans la mémoire collective nationale en raison de son impact sur l'ensemble de la société française.
    1914 marque la fin d'un long XIXe siècle et les quatre années de cette guerre contribuent à faire basculer la France dans le XXe siècle et la modernité. Face à la violence de ce conflit industriel, le pays a su politiquement et économiquement s'adapter pour supporter une part importante de la guerre sur le front occidental.
    De même, l'armée française de 1918 n'est plus celle de 1914 : il s'agit toujours de la « guerre des tranchées » mais bien des choses ont changé, tant dans les matériels employés que sur la tactique et la stratégie.
    L'auteur cherche ainsi à montrer, à travers les grands aspects de ce conflit et aussi bien des détails, comment la France a surmonté ses divisions pour éviter un effondrement semblable à celui de 1870, comment la population a su s'adapter à l'épreuve d'une guerre longue, comment les « poilus » ont pu vivre cette guerre et pourquoi 14-18 résonne encore dans l'esprit de nombre de Français.

  • Anne, fille du duc François II de Bretagne, est née en 1477 à Nantes. Elle succède à son père en 1488 à l'âge de 11 ans. Alors qu'elle avait été mariée par procuration à un archiduc d'Autriche, elle est contrainte d'épouser le roi de France Charles VII qui vient d'envahir son duché. À la mort de ce dernier, elle épousera son successeur Louis XII et sera ainsi reine de France pour la deuxième fois.

    Mais avant ce second mariage, Anne négocia l'indépendance de la Bretagne dont elle demeurera la duchesse jusqu'à sa mort à Blois en 1514.

    Frédéric Morvan nous raconte la vie de cette reine au caractère fort, à la fine intelligence politique autour de laquelle se développera une cour raffinée encourageant un renouveau des arts.


  • des catastrophes naturelles, de terribles calamités ont frappé à plusieurs reprises le royaume de france, ses grands fiefs et les territoires francophones de l'empire allemand au cours du moyen âge.
    les fléaux, seulement signalés ou décrits dans les sources narratives, dans les archives comptables, ont donné, dans le meilleur des cas, matière à des enquêtes détaillées (à bourges, à toulouse) à des récits de témoins ou de victimes. l'archéologie, la sismologie, les travaux sur les grands brûlés et les traumatisés apportent de précieux compléments d'information. ce livre s'articule autour de quatre thèmes de recherches : la typologie des drames, moins connus que les pestes, les guerres et les famines laissées en dehors de ce travail, leur déroulement, les bilans, l'effort de reconstruction.
    des inondations, les incendies, les tremblements de terre, les tempêtes et d'autres malheurs comme les vols de sauterelles frappent a plusieurs reprises notre pays. chaque fléau nécessite un examen des sources d'information, de son mode de propagation, en tenant compte du site, du vent, du jour ou de la nuit, une délimitation de l'aire de destruction.

  • La croisade est l´un des phénomènes historiques les mieux attestés de l´histoire. Elle a opposé pendant deux siècles, pour la «libération de la Palestine», les forces armées de la chrétienté occidentale et de l´islam, occupé les esprits des chrétiens tout au long du Moyen Age et même des Temps modernes, créé des mythes et forgé des idéologies durables chez les chrétiens comme chez les musulmans. C´est aussi, malgré l´abondance des sources et des travaux qui lui ont été consacrés, l´un des thèmes les plus controversés de l´histoire : pèlerinage armé ou guerre sainte ? Élan de foi ou exemple parfait du fanatisme et de l'obscurantisme ? Guerre de libération ou prémices du colonialisme ? La croisade est-elle seulement dirigée vers la Terre Sainte, ou doit-on la replacer dans le vaste mouvement de l´expansion occidentale ? Est-ce une guerre missionnaire ? Quel rôle y ont joué la papauté et les mouvements populaires ? Quels sont ses rapports avec le jihad, l´antisémitisme, l´attente des derniers Temps ? Jean Flori, Docteur d´État es Lettres et Sciences Humaines, est depuis 1987 directeur de Recherche au CNRS ; il exerce au Centre d'Études Supérieures de Civilisation Médiévale de Poitiers. Spécialiste de l´histoire des mentalités et des idéologies, en particulier de la chevalerie, de la guerre sainte et de la croisade, il a consacré à ces thèmes une dizaine d'ouvrages et une centaine d'articles.

  • La monarchie française est indissociable de l'histoire de notre pays. Elle a façonné nos institutions et notre territoire tout au long des siècles. De Clovis à Napoléon III, tous les rois ou empereurs ont apporté leur pierre à la construction de la France.
    Quelles sont les grandes dynasties des rois et empereurs français ? Quel est l'ordre de succession des monarques sur le trône de France ? Pourquoi y-a-t-il eu extinction d'une dynastie et passage à une autre ? Telles sont les questions auxquelles cet ouvrage répond. Il servira à l'étudiant, au lycéen ou tout simplement à tous ceux qui s'intéressent à l'histoire de France ou recherchent des renseignements sur un roi ou sa famille. Toutes les dynasties, des Mérovingiens aux Bonaparte, sont ici étudiées, sous forme d'arbres généalogiques clairs et complets. Des biographies des différents souverains permettent également de revoir les principaux faits d'un règne.

  • Deux fois pèlerine de compostelle, denise péricard-méa est médiéviste, spécialiste de saint jacques.
    Tout naturellement, elle s'est intéressée aux autres grands pèlerinages à des apôtres et aussi à ces mystérieuses vierges noires présentes un peu partout en europe, témoins de vieilles traditions ancrées au plus profond du coeur de l'homme.
    Elle s'est interrogée sur ces innombrables petits pèlerinages à des saints locaux plus ou moins connus qui faisaient le quotidien des gens. peu en effet pouvaient s'offrir le luxe des longues absences.
    La concurrence entre sanctuaires était rude, l'un supplantant parfois l'autre, moins efficace à l'usage ou effacé par l'arrivée d'une nouvelle relique porteuse d'espoirs nouveaux. l'auteur s'est sentie proche de la foi de ces foules angoissées ou heureuses se réunissant pour prier puis remercier leur saint préféré en faisant la fête une ou deux fois l'an. ce livre nous aide à découvrir ces lieux de pèlerinage, petits et grands et à mieux approcher les mentalités des millions de pèlerins qui les ont fréquentés.

  • Les progrès réalisés dans la mise en défense des places fortes ont été considérables au Moyen Âge, par le passage d'une défense passive à une parade plus active. L'évolution de la logistique de guerre et de la stratégie (préparation des campagnes militaires, recrutement des hommes, renseignement, espionnage, diplomatie, ravitaillement pour les assaillants, approvisionnement des arsenaux et organisation de la défense depuis la place) ont accompagné les progrès de l'armement et de l'architecture. Pour qu'un siège ait une chance de réussir, les combattants doivent être nombreux et puissamment équipés. Multiplier les assauts fait partie de tout siège en règle par l'envoi de projectiles afin d'éloigner les défenseurs des créneaux, procéder à l'approche grâce à des tours d'assaut, des engins destinés à faire brèche dans la muraille et des échelles. Ces ouvrages de charpenterie sont utilisés jusqu'à l'avènement du canon, dont la redoutable efficacité oblige la fortification à s'adapter.

  • Pourquoi les sorcières utilisent-elles un balai pour se rendre au sabbat ?
    Comment guérir une verrue ? Comment raviver l'amour de son mari ?
    Comment deviner le sort d'un malade ? Le Moyen Âge répond à ces questions par des croyances. Elles sont innombrables : il y en a pour chaque moment de la vie. On les croit saugrenues. En fait, elles reposent sur une logique très particulière qui relève de la pensée magique. Pour tenter de les comprendre, il faut les replacer dans l'univers mental qui les a produites. C'est l'un des objectifs de ce livre.
    Le Moyen Âge représente mille ans d'histoire occidentale. Il vit l'établissement et la consolidation du christianisme qui dut combattre les rites archaïques et les croyances païennes rebelles à sa nouvelle vision du monde terrestre et de l'au-delà. L'exploration de ces survivances populaires permet ainsi de saisir l'univers médiéval de l'intérieur. Malgré la répression qui les frappe, les superstitions témoignent du pouvoir intact de l'imaginaire sur la part inconnue et angoissante de la vie humaine.

  • Au Moyen Âge, ce sont essentiellement des hommes, et particulièrement des clercs soucieux en principe d'éviter les contacts avec le sexe faible, qui parlent des femmes. Ces sources définissent un idéal sans indiquer en quoi consiste la réalité.
    Les documents s'intéressent, surtout pour le haut Moyen Âge, à deux catégories de femmes, les moniales qui se sont consacrées à Dieu et les grandes dames qui manifestent des qualités viriles. Il faut attendre les derniers siècles de cette période pour qu'apparaissent vraiment des femmes de basse condition, en particulier dans les lettres de rémission.
    L'histoire de la femme au Moyen Âge comporte de nombreuses spécificités et Jean Verdon ne manque pas ici de mettre en valeur une thématique riche, allant des invasions barbares aux grandes découvertes.

  • Au XVe siècle, les Européens explorent le monde : côtes africaines et îles de l'Atlantique d'abord. En 1492, un nouveau continent, indûment pris d'abord pour la mythique Asie, s'ouvre à la découverte. Attirés par l'or, les conquistadors espagnols partent à la conquête de ces pays inconnus. Au XVIIe siècle, ces aventuriers cèdent progressivement la place aux commerçants hollandais soucieux de trouver des chemins plus courts et plus rentables tandis que les colons anglais, français défrichent de nouvelles terres. Au XVIIIe siècle, les scientifiques prennent le relais. Avides de cartographier le globe et de comprendre son fonctionnement et sa position dans l'espace, ils font émer-ger pour l'Occident, les terres de l'Océanie. Scandé d'encarts techniques ou ethnographiques qui aident le lecteur à prendre conscience des outils et des enjeux, l'ouvrage l'emporte dans un grand voyage spatial et temporel à la rencontre d'expéditions extraordinaires et de personnalités d'exception.

  • Comté sous l'Ancien Régime le Périgord recouvrait à peu près le département actuel de la Dordogne.
    Occupée par l'homme depuis le paléolithique, le Périgord a une histoire riche. De la tribu celte des Pétrocores dont le territoire deviendra l'une des composantes de l'Aquitaine romaine à la Résistance pendant la Seconde guerre mondiale en passant par les conflits franco-anglais au Moyen Âge ou les guerres de religion, ce territoire pourtant enclavé entre Aquitaine, Angoumois et Limousin a toujours su exprimer sa singularité et son caractère fort.

  • La vision idéalisée de la rue que donnent des miniatures représentant une entrée du roi dans «sa bonne ville», une procession du Saint-Sacrement ou des festivités ne saurait faire oublier une réalité quotidiennement vécue par les contemporains : la pollution sous plusieurs formes et ses dangers. Une documentation hétéroclite décrit souvent d'affreux cloaques, des «merderons», remplis de «d'immondicitez», de «marres et de bouillons» qu'empruntent, parfois, à leurs risques et périls, les chevaux, les véhicules hippomobiles et les piétons qui tiennent par prudence le «haut du pavé».

    Les contemporains ont pris la mesure du risque de «pestilence» et des solutions ont été apportées par les municipalités les plus responsables.

  • Jeanne d'Arc a une place toute particulière dans l'histoire de France : chef de guerre, femme issue du peuple devenue femme d'état, sainte martyre pour les catholiques, héroïne mythique, fabrication illuminée... Voilà tous les habits que revêt tour à tour celle qui fut l'une des personnalités marquantes de la France pendant la guerre de 100 ans.

    Alors qu'aujourd'hui encore son image, voire son patronage, sont encore l'objet de disputes politiques plus ou moins scabreuses, l'auteur, historien, nous raconte ce que l'on sait de cette femme qui, venue de Lorraine, a su convaincre le roi de France de lui confier une armée. Au-delà du mythe né de sa fin tragique sur le bûcher à Rouen.

empty