Sciences humaines & sociales

  • En France, l'aménagement centralisateur et jacobin a vécu. Ce modèle national - brillant parfois , qu'incarnait jusqu'à l'excès la DATAR a contribué à la modernisation du pays. Mais désormais, la seule volonté de l'État central ne peut suffire. Face aux exigences locales, européennes et internationales, l'heure est à l'aménagement des territoires.  La modernisation du pays se joue à une multitude d'échelles qui obéissent à des problématiques spécifiques et auxquelles tentent de répondre des collectivités de plus en plus nombreuses. Prises dans un millefeuille institutionnel, elles doivent aussi apprendre à composer avec un État resté très prégnant, malgré les multiples promesses de décentralisation.  D'où l'intérêt du présent ouvrage, conçu notamment pour les étudiants préparant le Capes et l'agrégation d'histoire-géographie, qui cherchent à comprendre comment cet aménagement des territoires redessine peu à peu une nouvelle géographie de la France.

    L'auteur : Raymond Woessner est maître de conférences (HDR) à l'Université de Strasbourg.
    L'héritage aménagiste. La mondialisation et les chocs extérieurs. L'État et la contractualisation. De l'aménagisme à l'intelligence territoriale. Tensions et recompositions territoriales.

  • La France est incontestablement devenue une " France en villes ". Elle est désormais organisée autour de son armature urbaine qui, selon les échelles considérées, se présente sous des formes variées. Cette France en villes commence le XXI e siècle dans un contexte de gouvernance fondamentalement nouveau. La décentralisation a contribué à une véritable révolution urbaine, jusqu'à faire des villes des acteurs économiques majeurs. Les différentes étapes de l'intercommunalité fondent une nouvelle géographie de la France en villes, tandis que la question du développement durable appelle un renouvellement des objectifs et des méthodes. Loin d'être homogène, ce processus entraîne de multiples recompositions qu'il importe d'analyser à toutes les échelles. Cet ouvrage est le fruit d'une étroite coopération entre les éditions Sedes et le Centre National d'Enseignement à distance, établissement public d'enseignement qui dispense des formations de tous les niveaux à plus de 320 000 inscrits répartis dans le monde entier. Cette contribution scientifique d'enseignants-chercheurs reconnus s'intègre dans les préparations assurées par le CNED aux CAPES et aux agrégations d'histoire et de géographie, qui comprennent aussi des conseils méthodologiques et des entraînements aux épreuves des concours avec correction personnalisée.

  • Entre le IIe siècle avant J.-C. et le lie siècle après J.-C. Rome a étendu son empire en Occident, du nord de la Bretagne à l'extrémité méridionale de la péninsule ibérique. Peut-on pour autant parler d'' impérialisme ' dans son sens traditionnel? Y a-t-il eu volonté consciente ou bien entraînement progressif d'une puissance qui n'aurait pu arrêter sa course? A ces premières questions s'en ajoutent d'autres: comment Rome a-t-elle pu contrôler directement, avec un petit nombre d'administrateurs et de soldats, autant de territoires, pour certains très peuplés? Comment s'est-elle adaptée à des situations particulières? Que recouvre la notion de provincia? Quels rouages de gouvernement, quels moyens de persuasion Rome a-t-elle utilisés? A-t-elle su attirer à elle l'ensemble des élites locales? A-t-elle réussi à créer un cadre de vie qui a durablement et assez largement suscité l'adhésion ? L'ensemble de cette étude qui aborde les aspects militaires, juridiques, administratifs, économiques et religieux met en valeur la progressive transformation d'un monde diversifié en un Occident européen. La notion de ' romanisation' en est-elle le reflet?

  • Du début du xvie siècle au milieu du xviie siècle, la nébuleuse chrétienne éclate. a l'intérieur, les coups sont portés par les protestants, en lutte contre la papauté et ses fidèles, qu'ils accusent d'avoir trahi le message du christ. à l'extérieur, les ottomans multiplient les conquêtes, fragilisant encore les frontières de la respublica christiana.
    Les motifs sont religieux, certes, mais ils ne doivent pas faire oublier que ces guerres sont aussi des affrontements de puissance qui embrasent l'europe, de l'atlantique à l'oural, de la scandinavie aux bords de la méditerranée. dans ces terres où la majorité des chrétiens ont vécu leur foi en se souciant de dieu et du quotidien sans forcément se transformer en guerriers, d'autres se sont affrontés sous des formes multiples : violence nue, massacre des corps... la guerre est aussi celle des mots et de l'écrit, le choc des images entre des confessions chrétiennes rivales, érigées en églises, persuadées de détenir la vérité.
    Synthèse inédite, cet ouvrage s'appuie sur les dernières recherches historiques et un collectif d'auteurs de renom pour analyser ces affrontements religieux qui, après avoir mis l'europe à feu et à sang, ont marqué la suprématie des états et favorisé l'autonomisation partielle du politique vis-à-vis du religieux.

    Michel figeac a dirigé cette publication avec la participation de serge brunet, olivier caporossi, olivia carpi, philippe castagnetti, olivier chaline, sylvio hermann de franceschi, charles giry-deloison, bruno leal, jean-pierre poussou, éric schnakenbourg, éric suire, marc venard, bernard vogler, anne wegener sleeswijk.

  • Conforme à la réforme des concours de recrutement des enseignants de géo.
    -Une approche de l'épistémologie de la géographie actualisée par les dernières publications et renouvelée par des entrées originales.
    -Une forme (une cinquantaine de courts chapitres) qui offre aux étudiants la possibilité d'aller immédiatement à ce qui les intéresse.
    -Un choix d'entrées (chapitres) qui correspond aux questions les plus fréquentes des étudiants préparant les concours.

  • 3 milliards d'individus en 1960, 6 milliards en 2000, de l'ordre de 9 milliards en 2050...
    Face à cette augmentation du nombre de bouches à nourrir, il a fallu accroître considérablement les rendements à l'hectare. au nord comme au sud, on a mis l'accent sur des systèmes agricoles « productivistes » qui ont entraîné d'importantes mutations dans les sociétés rurales et se sont révélés destructeurs pour l'environnement.
    Désormais, les agriculteurs de la planète doivent relever un défi supplémentaire : produire toujours plus, mais beaucoup mieux. il faut passer à des agricultures à la fois « intensives » et « durables ».
    à l'exposé de ces grandes problématiques, l'ouvrage associe tout un ensemble d'études régionales très précises, confiées aux meilleurs spécialistes.

    Jean-paul charvet a dirigé cette publication. à sa présentation générale et à ses contributions sur l'union européenne et les états-unis, s'ajoutent celles de françois carré (la pêche), jean-louis chaléard (les pays du nord), gilles fumey (les agricultures de qualité), frédéric landy (inde et chine), marie-claude maurel (europe centrale et orientale), hervé théry (mercosur).

  • Il n'existait pas, jusqu'à ce jour, d'annales corrigées des concours littéraires de l'École normale supérieure. Ce défi a été relevé par une jeune équipe d'auteurs, afin de donner aux étudiants des classes préparatoires littéraires une base de travail rigoureuse, propre à les orienter vers des méthodes pertinentes et efficaces.
    S'appuyant sur les sujets récemment tombés aux concours de l'ENS LSH et de l'ENS Ulm, cet ouvrage rassemble des corrigés approfondis dans toutes les disciplines, assortis de conseils méthodologiques. Au-delà d'un corpus de sujets, ce livre se veut un véritable outil de travail car il offre les conditions d'un entraînement guidé et régulier.
    L'équipe d'auteurs est constituée majoritairement de normaliens en fin de scolarité ou au début de leur carrière universitaire, à même de proposer une réflexion accessible, avec le recul nécessaire.

  • Pour bien des contemporains de la reine victoria, la suprématie britannique est le résultat de la volonté divine et la religion (protestante, bien sûr !) participe pleinement de cette vocation universaliste. dans l'empire, la conquête n'est pas que l'oeuvre des soldats, c'est aussi celle de missionnaires, animés par leurs certitudes religieuses d'hommes blancs.
    Le royaume-uni aurait-il constitué une exception au phénomène de sécularisation des esprits et des sociétés qui se manifeste dans d'autres pays européens ? comme ailleurs, la société est confrontée aux « idées nouvelles ». le darwinisme, les anti-esclavagistes, les colonisés... fragilisent, à leur manière, les croyances traditionnelles. au-delà du domaine religieux, ce que l'on désigne commodément comme « la modernité » vient bouleverser l'ensemble de la société où émerge peu à peu une « culture de masse ». des bouleversements encore magnifiés par la première guerre mondiale.
    Enrichi de nouveaux textes sur l'empire et mis à jour pour tenir compte des avancées historiographiques (rôle de la communauté juive), le présent ouvrage intéressera notamment les candidats aux concours du capes et de l'agrégation.

  • Pour nourrir les hommes, encore faut-il avoir produit des denrées alimentaires. c'est là une évidence qu'un certain nombre de politiques, mais aussi d'économistes ou de géographes semblaient avoir oubliée. vivant sur les acquis de la révolution verte, ils estimaient que le miracle opérerait toujours... jusqu'à ce que la récente crise alimentaire mondiale vienne rappeler à tous que ce combat quotidien est loin d'être gagné.
    La campagne n'est pas qu'un simple « cadre de vie ». c'est avant tout un espace de production agricole où la nécessaire « durabilité » ne passe pas que par la seule préservation de la « nature ».
    Conçu notamment pour les étudiants préparant le capes et l'agrégation d'histoire et de géographie, cet ouvrage analyse, en puisant parfois dans la géo-histoire, les conditions de production, d'échange et de consommation des principaux produits agricoles (grains, produits de l'élevage, sucre, banane, café, cacao...). c'est d'une meilleure organisation des marchés qu'émergeront les solutions pour produire une nourriture suffisante, en quantité et en qualité.
    Les auteurs :
    Jean-paul charvet, professeur de géographie à l'université paris ouest-nanterre la défense (laboratoire gecko).
    François bart, professeur à l'université michel de montaigne-bordeaux 3.
    Jean-paul diry, professeur à l'université blaise-pascal clermont-ferrand ii.
    Jean-claude hinnewinkel, professeur à l'institut de géographie louis-papy, université michel de montaigne-bordeaux 3.
    Jean-claude maillard, professeur émérite à l'université michel de montaigne-bordeaux 3.
    Monique poulot, maître de conférences à l'université paris oues-nanterre la défense (laboratoire gecko).
    Ouvrage dirigé par jean-paul charvet.

  • Cet ouvrage constitue une synthèse à partir de trois thèmes fondamentaux : les systèmes agraires; leur évolution et leurs mutations, les conditions de vie matérielles et sociales des paysans à l'époque moderne. L'auteur balaye l'ensemble du champ de la question de Capes/Agrégation 1999-2000, ouvre des pistes, fournit de très nombreuses références et tente des comparaisons. Ce livre est aussi un essai de géographie historique. Aucun autre ouvrage du même type, rédigé de manière aussi complète n'existait jusque-là.

  • L'histoire de l'économie grecque s'est longtemps résumée à une querelle historiographique. Les " modernistes " y voyaient le développement d'une économie marchande préindustrielle. Les " primitivistes " soulignaient, quant à eux, l'extrême faiblesse des moyens, le refus du profit pour le profit et l'ignorance du calcul rationnel du risque. Pour eux, l'homme grec était radicalement étranger à la notion même d'économie. Mais dès l'aube de la Grèce classique, et plus encore à l'époque hellénistique, la production de minerai d'argent permet la frappe de monnayages, alors que le recours au crédit témoigne de la pratique des affaires. Polarisée entre l'oikonomia (gestion du domaine rural) et l'administration du trésor du dieu poliade - qui symbolise sa prospérité - la cité grecque n'a pas découvert l'économie. Elle n'en a pas fait un sujet autonome de sa réflexion et de son action. Mais elle a une politique monétaire et certains font de l'argent un usage qui relève de l'économie.

  • La Russie

    Thorez-P

    Avec plus de 17 millions de km2, la russie est le pays le plus étendu du monde.
    C'est peut-être aussi celui qui, en moins d'un siècle, a connu les plus grands bouleversements territoriaux. les trois systèmes qui se sont succédé (l'empire tsariste, le système socialiste soviétique et la russie post-communiste) ont produit des territoires différents et spécifiques, marqués cependant par certaines constantes. désormais, une quinzaine d'années après la fin du régime soviétique, de nouvelles différenciations sociales et spatiales s'affirment.
    Elles découlent notamment de la fragmentation du territoire de l'ancienne urss, du passage à l'économie de marché et de la crise démographique. destiné aux étudiants préparant le capes et l'agrégation, cet ouvrage traite, dans un premier temps, des facteurs de production d'espace. puis, dans une approche régionale originale, fondée sur la nouvelle organisation fédérale, il s'interroge sur la pertinence de ce découpage et sur sa capacité à structurer les territoires.

empty