Littérature générale

  • 20 août 2004 - 21 décembre 2004. Pendant 124 jours, la France, solidaire dans l'espérance, a vécu au rythme des annonces quotidiennes qui scandaient les noms de Christian Chesnot et Georges Malbrunot. Et pendant ces mêmes 124 jours, quelque part dans un Irak déchiré, deux hommes souffrent, connaissent peurs et espoirs, tentent de saisir dans les yeux et la voix de leurs gardiens le sort qui leur est réservé. Ballottés de cache en cache au coeur de la planète Ben Laden, oscillant entre les espoirs toujours déçus et les périodes de profond découragement, résistant aux pressions pour qu'ils se convertissent à l'Islam, témoins des violences de la guerre au quotidien, ils vivent ainsi pendant ces quatre mois une expérience unique qui leur fait parcourir toute la gamme des sentiments humains. Ce que le sort leur impose, ils le vivent en pleine lucidité, sans le moindre regret.
    Tout cela, ils le racontent dans ce livre, témoignage de ce qu'ils ont vécu : le dialogue singulier avec leurs ravisseurs, les coulisses de la mobilisation de l'appareil d'État, les révélations sur les démarches secrètes en France et en Irak, les bavures, les protagonistes, les confrontations, les dessous de l'affaire « Julia ». autant de zones restées jusqu'ici sans réponse.
    Au-delà, de leurs émotions, les deux auteurs nous confient leurs préoccupations profondes jusqu'à leur relation à Dieu, au cours de leur captivité. Soucieux de dire ce qui n'a que peu été exprimé jusqu'alors, ils puisent au coeur d'eux-mêmes pour livrer leurs réflexions les plus intimes. Car si tout otage possède plus que quiconque la conscience aiguë du retour à la vie, il ne peut vivre son sort que de façon singulière. Suffit-il en effet de recouvrer la liberté et de rejoindre les siens pour quitter le statut d'otage oe Surtout lorsque, comme Christian et Georges, on vit entre deux cultures, deux langues, deux religions, deux pays oe De quel prix un journaliste de terrain paie-t-il sa liberté oe Quelles sont les limites du fameux syndrome de Stockholm oe Comment s'opère le retour à cette vie qu'on appelle normale oe Revient-on indemne d'un tel choc psychologique oe Retrouve-t-on êtres, lieux et choses aussi aisément que l'on aimerait le croire oe  
    Ces questions, et beaucoup d'autres, les deux auteurs les abordent ici.
    Ils ne se contentent pas d'y raconter leur histoire, aussi forte soit-elle. Ils ont mené leur propre contre-enquête auprès des principaux acteurs de l'ombre, et livrent au quotidien le secret des négociations souterraines, l'action des services spéciaux comme celle des politiques et de l'ensemble du processus qui a abouti à leur libération.
    Au-delà du récit évènementiel, Christian CHESNOT et Georges MALBRUNOT nous invitent à réfléchir sur quelques questions fondamentales telles que la condition de journaliste en temps de guerre, sur les limites de la liberté d'informer ou encore sur la condition d'otage oe

  • Depuis le 11 septembre 2001, le monde vit dans la hantise du terrorisme musulman. Mais ce traumatisme n'a pas permis une réflexion en profondeur sur l'origine de ce terrorisme : l'intégrisme. Quand il l'a fait, le monde occidental a voulu se persuader que seul l'islam pouvait susciter la barbarie. Ce qui a le mérite de rassurer et d'accréditer la thèse du « choc des civilisations ».
     Caroline Fourest et Fiammetta Venner se sont plongées dans les documents, les témoignages, les interviews et les textes sacrés. Elles apportent un cinglant démenti à cette illusion en démontrant que, sur bien des points (comme les droits des femmes, la sexualité, l'intolérance culturelle ou la violence), le monde dont rêvent les intégristes musulmans ressemble à s'y méprendre à celui prôné par les intégristes juifs et chrétiens. Mieux, malgré les apparences d'un choc des religions, leurs actions convergent vers un monde toujours plus instable et de moins en moins sécularisé dont tous profitent.
     La véritable ligne de fracture, loin d'isoler l'Islam du « reste du monde », pourrait surtout séparer partout dans le monde les démocrates des théocrates - autrement dit, les partisans d'une cité ouverte, tolérante et protectrice des libertés individuelles -, des intégristes, fondamentalement d'accord pour prendre la laïcité sous les tirs croisés de leurs fanatismes.
    Ce livre analytique par son ton et sa méthode, mais explosif par les questions qu'il soulève et les réponses qu'il apporte, est un signal d'alarme pour tous les défenseurs des libertés et de la laïcité.

  •      Elle avait tout pour plaire : elle était jeune, belle et sportive, elle filait le parfait amour avec son mari, elle dirigeait une affaire florissante.
         Elle était née juive dans une famille décimée par la Shoah. Mais la vie lui souriait et elle avait fini par oublier qu'elle était déjà, en quelque sorte, une rescapée. Le 23 décembre 1983, la vie de Françoise Rudetzki bascule. Alors qu'elle fête ses dix ans de mariage au célèbre restaurant Le Grand Véfour, une bombe explose et lui broie les jambes. Commence alors une lutte contre la mort qui ne cessera plus.
         Maintes fois opérée et greffée, elle se bat pour survivre, pour marcher à nouveau, pour vaincre son handicap. Puis, prenant conscience de l'indifférence dans laquelle se débattent les victimes du terrorisme, elle se mobilise pour les autres en fondant S.O.S. Attentats.
         L'indemnisation garantie par l'État, c'est elle.
         Le statut de victime civile de guerre dans les cas de terrorisme, c'est elle.
         La prise en charge psychologique des traumatisés, c'est elle.
         Le combat incessant pour faire prévaloir la justice et la morale dans les juridictions du monde entier, c'est encore elle.
         Les politiques la respectent, mais la trouvent souvent encombrante, pour ne pas dire gênante : elle perturbe les petits arrangements diplomatiques avec certains pays et empêche de passer l'éponge sur les souffrances des victimes au nom de la raison d'État, comme ce fut longtemps le cas avec la Libye dans l'affaire de l'attentat contre le vol UTA.
         Partie civile dans tous les procès pour terrorisme, Françoise Rudetzki a été menacée de mort à plusieurs reprises. Le terroriste Carlos l'a copieusement insultée en pleine audience.
         Et pourtant, ces menaces ne sont rien comparées à celle avec laquelle elle vit depuis vingt ans, qui ne la quitte pas : son fardeau, sa croix. Sa troisième peine.       Triple peine est un livre bouleversant qui retrace, en termes simples mais extraordinairement éloquents, le calvaire d'une femme d'exception et son combat acharné contre ce summum de lâcheté et d'inhumanité qu'est le terrorisme, et pour que justice soit rendue.

empty