Sciences politiques & Politique

  • Doit-on parler d'une seule Inde ou de plusieurs ? Évoque-t-on le même pays lorsqu'il est question des high-tech cities de Bangalore et Hyderabad, de la vigoureuse croissance économique de la « plus grande démocratie du monde », de la magie colorée de Bollywood ? Pense-t-on à la méme Inde lorsque l'on se penche sur la permanence de l'extrême pauvreté, des tensions intercommunautaires, d'une insurrection maoïste en expansion et d'une kyrielle de mouvements séparatistes agitant le Nord-Est ? Incredible India, c'est tout cela à la fois, le brillant et l'attirant, l'ambitieux et le performant, mais aussi un immense chantier à peine entamé. Accommoder ces deux Indes si proches et si lointaines dans une seule matrice, tel est le défi lancé à ce titan débonnaire que d'aucuns révent à terme - un peu hâtivement sans doute - en rival stratégique de la Chine.

  • L'Afrique du Sud évoque principalement pour le public français les Zoulous, l'or, le diamant, Nelson Mandela et surtout les lois de ségrégation raciale qui portaient le nom lugubre d'apartheid, mises en place au milieu du XXe siècle.
    Une étude géopolitique de l'Afrique du Sud, vingt ans après les premières élections démocratiques, s'impose. La puissance économique de l'Afrique du Sud (elle assure 1/5e du PIB du continent), ses réserves en minerais et en métaux précieux, lui confèrent une place particulière dans la vie internationale.
    Ce pays a également une ambition militaire et politique en participant à de nombreuses opérations de maintien de la paix en Afrique. Il est par ailleurs une démocratie, dans laquelle la presse bénéficie d'une réelle liberté, les syndicats ont des droits reconnus et les scrutins électoraux qui se tiennent aux échéances prévues ne sont pas entachés de fraude. Mais cette réussite pourrait n'être qu'une parenthèse, car elle reste très fragile et la pérennité des institutions démocratiques n'est guère assurée. Cet ouvrage présente l'Afrique du Sud du XXIe siècle, avec les atouts et les faiblesses d'une nation en construction.

  • Richesse et pauvreté, prédation et sanctuarisation, sécheresse et blizzard, interventionnisme et isolationnisme : l'Amérique est le pays du « tout ou rien », que l'on a souvent tendance à peindre à grands traits, ou même à dédaigner pour sa jeunesse et son absence supposée d'histoire. Dans un style accessible et alerte, les deux auteurs nous entraînent dans l'histoire des États-Unis sous toutes leurs facettes : géographie, sociologie, culture, politique, économie, diplomatie, sécurité, armée... Allant à l'encontre des idées reçues, ils expliquent de manière pédagogique la diversité et la complexité de la première puissance mondiale. Les élections présidentielles de 2016 et la fin de la présidence de Barack Obama, dont la politique étrangère fut l'une des plus fines et des plus complexes de l'histoire américaine, incitent à dresser un bilan de la position américaine dans le monde. Un monde à la fois plus pacifique et plus conflictuel, avec moins d'extrême pauvreté et plus d'inégalités, oscillant entre internationalisme et populismes.

  • L'Europe, cette région du monde allant de l'océan Atlantique à la Russie, voit s'exercer au XXIe siècle de nouvelles rivalités de pouvoir. L'étude de ces dernières suppose d'abord une exacte connaissance des caractéristiques géographiques et de l'histoire récente de l'Europe, faite de divisions, de réunifications et de dissensions.
    La compréhension des paramètres géopolitiques de l'Europe passe aussi par le décryptage de l'Union européenne, de ses atouts, de ses contradictions et de ses faiblesses. Mais elle suppose également l'analyse des autres Europe, soit les pays candidats à l'Union européenne, et ceux qui s'y refusent, sans oublier les batailles pour des « dépouilles » de l'ex-URSS, comme l'Ukraine.
    Batailles qui appellent à comprendre la stratégie d'une Russie paradoxale mais en quête de puissance. Enfin, l'analyse permet d'illustrer les défis de l'Europe par neuf scénarios de prospective géopolitique.

  • Du Maroc à l'Iran en passant par l'Égypte, le Proche-Orient et l'Afrique du Nord sont en ébullition. L'ambition de cet ouvrage est d'offrir aux lecteurs les outils pour appréhender et comprendre cette région au coeur de l'actualité, mais dont l'intelligence est trop souvent obstruée par le flot de préjugés, d'idées reçues et de contre-vérités qu'elle charrie.A contrario d'une vision simpliste qui la réduirait à un univers soudé autour du dénominateur commun islamique, l'ouvrage montre et explique en quoi c'est la diversité, voire la fragmentation, qui en constituent les caractéristiques fondamentales. Une pluralité qui constitue une inestimable richesse civilisationnelle, mais a pour revers une très forte instabilité, que les ingérences des puissances étrangères ne font qu'accroître.Mais loin de réduire le Proche-Orient et l'Afrique du Nord à un terrain d'affrontement entre des impérialismes venus d'ailleurs, l'ouvrage montre surtout comment certains des pays qui le composent s'affirment progressivement comme des acteurs à part entière de la mondialisation.Spécialiste de la Turquie, Tancrède Josseran dirige l'Observatoire du monde turc et des relations euro-turques dans la Lettre Sentinel, Analyses et Solutions.Florian Louis, spécialiste du Maghreb, est agrégé d'histoire.Spécialiste du Proche-Orient auquel il a consacré sa thèse, Frédéric Pichon est diplômé de l'IEP de Paris et enseigne l'histoire et la géopolitique en classes préparatoires.

  • En Europe, le terrorisme islamiste se dissipe ; dernier groupe terroriste « sérieux » d'Europe, l'ETA basque a déserté la lutte armée fin 2011. De plus, à l'échelle européenne, on constate une baisse de la toxicomanie chez les jeunes (15 à 24 ans). Or, de longue date, le danger en Europe tenait d'abord au terrorisme et au narcotrafic - qui pourraient s'écrouler... Cette situation inouïe aura d'immenses conséquences en matière criminelle : les ex-terroristes dégénéreront en bandits (constante historique), l'ONU estime le marché mondial du cannabis à 175 milliards de dollars par an, à moitié pour le crime organisé.
    Si la consommation baisse de 30%, cela fait 27 milliards de dollars de pertes pour les mafias, pour qui une telle déperdition annuelle d'argent est insupportable. Car le crime organisé comptabilise mal son argent, en perd lors de son transport et du blanchiment - simplement survivre lui coûte des fortunes. D'où l'urgence absolue de nouvelles ressources, dès que fléchissent celles qu'il exploite. Le milieu ira donc vers de nouveaux marchés illicites : cyber-criminalité, contrefaçons-contrebande, etc.

  • Malgré la vivacité des traditions patriarcales dans une grande partie du monde, de grands progrès ont été accomplis depuis soixante-dix ans : droits politiques et civils, accès à la contraception et à l'avortement, droit à l'éducation et au travail. Ces progrès de la condition féminine apparaissent aujourd'hui comme un des facteurs de la croissance, du développement, et donc de la puissance. Ils sont toutefois très inégaux selon les régions du monde et partout menacés : les crimes contre les femmes restent leur première cause de mortalité et l'essor des fondamentalismes religieux entraîne un recul des droits des femmes dans beaucoup de pays, car ces mouvements placent le contrôle des femmes et de leur sexualité au centre de leur programme.
    On est ici au coeur de la géopolitique, discipline qui étudie les rivalités de pouvoir qui s'exercent sur les territoires et les représentations qui y sont liées. Dans le monde actuel, sur certains territoires, les femmes sont invisibles et celles qui contestent leur infériorisation et leur enfermement courent les plus grands dangers. Or, cette violence faite aux femmes s'observe au niveau des pays, des régions, des villes, des banlieues, dans les pays du Nord comme dans ceux du Sud, et tend à se diffuser.

  • Malgré un potentiel très tôt reconnu, lié pour l'essentiel aux ressources d'un territoire de la dimension des plus grands ensembles de la planète, le Brésil s'était enfoncé au cours de la période d'après-guerre dans le cercle infernal du sous-développement. Il a longtemps offert l'image d'un pays incapable de concrétiser les promesses dont une nature généreuse l'avait doté. Vieilles incapacités d'un pays latin encombré de structures archaïques ? Pays « manquant de sérieux », comme l'avait décrit le Général de Gaulle ?
    Or, voilà qu'en quelques années, le seul des grands pays émergents qui n'ait pas connu de période d'hégémonie est devenu une puissance reconnue, dont l'influence est désormais incontestable au sein des grandes instances internationales.
    Fort de ses succès - le plus spectaculaire étant sa position de créancier des États-Unis et du FMI -, le Brésil développe une politique étrangère adaptée à ses ambitions nouvelles. On le voit désormais apparaître sur des théâtres qui lui étaient inconnus, notamment le Moyen Orient et l'Afrique.
    Cette situation nouvelle soulève de multiples questions. Certaines tiennent à la consistance réelle de cette puissance récemment apparue, d'autres au nouvel équilibre du monde qui peut en émerger.

  • Les puissances émergentes font l'actualité de chaque jour. Nouveaux trésoriers du monde, ils prêtent de l'argent aux vieilles puissances dont le déclin paraît irrémédiable, rachètent des terres en Afrique, soutiennent un nouvel ordre mondial plus « équitable », s'unissent au gré de leurs intérêts, renforcent leurs armées, investissent dans la recherche et développement, font croître des firmes capables de racheter les fleurons industriels déclinant d'Europe et d'ailleurs, etc. Aspirant à détenir tous les attributs de la puissance, ils semblent renverser un monde dont les rênes du pouvoir étaient détenues par les Occidentaux.
    Ce livre fait le point sur la notion d'émergence, sur les pays qui peuvent opérer le « basculement du monde » sans tomber dans la monographie de chaque pays émergent, et s'interroge sur les armes qu'utilisent les nouvelles puissances pour bâtir un monde nouveau, dégagé de l'hégémonie occidentale, mais aussi sur les fragilités de leur stratégie renversante.

  • Sous la forme de dictionnaire, l'ouvrage multiplie les entrées de diverses thématiques et disciplines sur l'Europe, laquelle apparaît au total étudiée dans tous ses aspects et tous ses pays. Les notices portent tant sur le droit de l'Union européenne, ses politiques, ses institutions, l'histoire communautaire, que sur les questions d'actualité, la crise de la zone euro ou la problématique des élargissements et de ses frontières. Dans leurs développements, les auteurs privilégient précision, mise à jour et référencement des notions étudiées ainsi que le recul nécessaire à l'analyse. Une grande partie de l'ouvrage est également constituée d'entrées plus historiques élargissant le champ géographique à la grande Europe continentale et ses problématiques propres. Elles couvrent la période du grand XXe siècle (1870 à nos jours) permettant aux lecteurs de disposer d'une base de connaissances historiques suffisantes pour embrasser les racines et les causes des questions les plus contemporaines. Dans cette perspective, une place privilégiée est réservée aux conflits mondiaux et régionaux, la guerre froide, l'évolution des traités européens de sécurité. Enfin, une ouverture a été réservée aux notices entrant dans le champ de la culture générale nécessaire à l'appréhension de la question européenne telle que l'évolution de la pensée européenne contemporaine par ses courants philosophiques mais aussi littéraires grâce au choix de grands auteurs du XXe siècle à nos jours.

  • O Les nouvelles formes de la violence internationale Guerres - Terrorisme - Crime - Oppression : en 4 parties, l´ouvrage brosse un portrait planétaire des grands thèmes de conflits actuels.

    O Des cartes pour mieux visualiser Chaque page contient une ou plusieurs cartes thématiques qui permettent de mieux comprendre les enjeux de la géopolitique et les menaces qui nous entourent.

    O Disposer d´un outil de référence Grâce à son organisation thématique et alphabétique, l´accès à l´information est immédiat. Un instrument précieux pour comprendre le monde dans lequel nous vivons.

  • Les océans ont beau constituer 70 % de la surface terrestre, leur rôle est souvent sous-estimé. Qui a conscience que plus de 80 % du commerce mondial se fait par voie maritime et que 90 % des communications internationales empruntent des câbles sous-marins ? Qui se doute des effets cataclysmiques qu'aurait l'interruption du trafic maritime en quelques semaines ? Les routes maritimes sont pourtant les artères de la mondialisation, et c'est ce qui justifie l'intérêt constant que leur portent les grandes puissances.
    Loin d'être un luxe la puissance navale est une condition impérative de la liberté : liberté de commercer, d'agir pour protéger ses intérêts, de résister aux chantages sur l'accès aux ressources car, comme le disait Walter Raleigh : « Qui tient la mer tient le commerce du monde qui tient le commerce tient la richesse qui tient la richesse du monde tient le monde lui-même. »

  • Cet ouvrage fournit tous les éléments et outils nécessaires pour réussir une dissertation de géopolitique : une définition de la géopolitique, un lexique des concepts, les problématiques essentielles, une méthodologie de la dissertation et de la cartographie, quarante dissertations présentées et pour certaines rédigées.

  • L'ouvrage commence par analyser les orientations géopolitiques qui découlent du territoire et des héritages historiques de la France. Il s'intéresse ensuite à la géopolitique interne du pays (université et diversités, relations entre centre et périphéries) puis se consacre principalement à ses relations avec le monde : atouts et faiblesses, acteurs de la géopolitique françaises, principales stratégies suivies, typologie régionale en insistant sur l'Europe, l'Afrique et les États-Unis.
    Son originalité tient à la mobilisation de l'ensemble des fondements géographiques, historiques, économiques, diplomatiques, militaires et même sociologiques de la puissance française. Cette large vision autorise une conclusion équilibrée : de tous les pays européens, la France est celui qui dispose du plus beau potentiel encore faut-il qu'elle soit disposée à jouer toutes les cartes dont elle dispose.

  • Mieux connus qu'il y a 50 ans, les océans restent pourtant très ignorés du grand public qui n'en voit que la surface ou la frange littorale. La maîtrise des mers a pourtant joué un rôle essentiel dans l'histoire et elle est encore plus déterminante dans une économie mondialisée où tous les pays sont interdépendants, où les flux de toutes natures n'ont jamais été aussi intenses. Ce livre fait un point à la fois technique, historique et géopolitique sur les routes maritimes, les rapports de force, les ambitions montantes autour de la mer, ainsi que sur les problématiques du futur : surpêche, énergies renouvelables, hydrocarbures off shore, réchauffement climatique... Il intéressera le plus large public à l'heure où cette question entre au programme des classes de terminale.

  • Une présentation complète et structurée des grands enjeux géopolitiques et géoéconomiques du Proche-Orient et de l'Afrique du Nord, à l'heure de la mondialisation.

  • Présidentielle 2007.
    La politique est de retour clivage droite-gauche, mobilisation des électeurs, surenchère de symboles. il est temps de prendre du recul et de faire le point sur l'état des forces politiques : leur genèse, le cadre institutionnel dans lequel elles évoluent, leurs relations, leur recomposition dans un contexte mondial qui s'est métamorphosé, depuis une vingtaine d'années, de chute du rideau de fer en création de l'euro, d'islamisme en populisme, de médiatisation en mondialisation.
    C'est le bilan que fait cet ouvrage en mariant l'approche des historiens, des juristes et des politologues, trois disciplines trop souvent dissociées. étudiant en sciences politiques, en faculté de droit et en journalisme ou citoyen attentif, le lecteur trouvera exposés dans cet ouvrage les références, les enjeux et les analyses de la politique française : voter blanc est-il contre-productif ? notre système s'américanise-t-il ? la démocratie a-t-elle besoin des partis ? peut-il exister un centre ? le clivage droite-gauche a-t-il encore un sens ? voilà quelques-unes des questions que pose ce livre.

  • Si les études sur le syndicalisme sont assez nombreuses, elles portent
    généralement sur des organisations particulières ou sur des périodes
    restreintes. Il semblait nécessaire d'offrir, à nouveau, une vue d'ensemble,
    non seulement du point de vue historique, en remontant au XIXe siècle, mais
    aussi organisationnel en traitant tous les « syndicats historiques » et en
    abordant les principaux mouvements spécialisés (ceux des agents publics ou du
    patronat, par exemple) ou catégoriels (comme la défense des contribuables).
    C'est donc dans une démarche transdisciplinaire que cet ouvrage a été pensé,
    conçu et rédigé, en faisant appel à des auteurs de divers horizons en fonction
    de leurs spécialités : historiens (pour restituer la connaissance raisonnée du
    passé syndical), juristes (pour comprendre les conditions légales du
    fonctionnement et des actions des organisations), économistes et politologues
    (pour saisir les spécificités des différentes doctrines, pour analyser les
    crises du syndicalisme et essayer d'en esquisser l'avenir). Cet ouvrage a donc
    la double ambition d'être un manuel faisant le point sur les faits (en les
    présentant de manière pédagogique) et, en même temps, un ouvrage de
    présentation des pistes de recherches pour un certain nombre de sujets peu,
    voire pas travaillés (comme les effectifs réels des syndicats ou leur
    responsabilité dans la gestion des organismes paritaires). Ouvrage publié sous
    la direction de Guillaume Bernard, maître de conférences à Sciences Po Paris,
    et de Jean-Pierre Deschodt, directeur du département d'histoire de l'ICES.

  • D'une certaine façon, la guerre froide avait gelé le jeu de la puissance, toute entière accaparée par les deux " Supergrands ". L'effondrement de l'URSS redistribue les cartes : de nouvelles ambitions se révèlent, des animosités anciennes se réveillent, des puissances émergentes s'affirment. Cet ouvrage se propose de faire découvrir de façon synthétique les grandes puissances qui dominent et domineront le XXIe siècle : Etats-Unis, Union européenne et, en son sein, France, Allemagne et Royaume-Uni, Russie, Japon, Chine, Inde, mais aussi Brésil, Mexique, Argentine, Nigeria, Afrique du Sud, Egypte, Arabie Saoudite, Iran, Israël, Turquie, Corée, Indonésie et Australie. Chacune fait l'objet d'un rappel historique, d'une analyse de ses forces et faiblesses, en particulier sous l'angle économique, et d'une étude de ses préoccupations géopolitiques. Une fiche sur les chiffres essentiels de la puissance étudiée accompagne le texte ainsi qu'une carte qui visualise sa place dans le monde. L'ouvrage est le fruit de la coopération entre l'ESC Grenoble, particulièrement tournée vers ces problèmes, et de l'Association Anteios qui rassemblent des enseignants de classes préparatoires. La première a apporté son expertise dans le domaine de l'analyse des situations et des risques géopolitiques, la seconde le sens de la synthèse de ses professeurs et leur capacité à recadrer les problèmes d'aujourd'hui dans l'étude du temps long. Aussi ce livre peut-il s'adresser à tous ceux qui étudient la géopolitique - étudiants des classes économiques et commerciales, des IEP, de l'IHEDN, des facultés d'histoire et de géographie... Il permettra aussi à tous ceux qui suivent de près les évolutions du monde contemporain d'actualiser leurs connaissances, des cadres d'entreprises aux diplomates.

  • La construction européenne a donné naissance, selon jacques delors, à un " objet politique non identifié " et sans cesse en transformation ; il n'est donc pas étonnant que sa façon d'exercer la puissance défie les schémas conventionnels justifiant qu'on la définisse comme une " puissance douce ".
    Mais cette douceur peut être le signe d'une léthargie présageant soit une issue fatale, soit un réveil douloureux. se détournant de l'usage brutal de la puissance qu'elle a exercé autrefois, l'europe n'a-t-elle pas fini par s'endormir en son château comme la princesse des contes ? et comment la réveiller, sinon en lui redonnant fierté et confiance en elle et en ses valeurs ? cet ouvrage présente toutes les facettes de la puissance européenne : son émergence, ses fondements économiques et moraux, ses horizons, les premiers pas d'une diplomatie et d'une défense européennes mais aussi les obstacles qui se dressent devant l'union, et peut-être plus encore au sein de l'union.
    Il est le fruit d'une réflexion commune engagée par l'association anteios qui rassemble des enseignants de classes préparatoires et par l'esc grenoble, sous la direction de pierre royer et jean-marc huissoud.

  • Titre premier. - Théorie du droit La contrainte en droit Le " dogme " de la complétude Le positivisme et les droits de l'homme Droit ou légitimité Titre II. - Théorie de l'État Théorie sociologique et théorie juridique de l'État La souveraineté, inaliénable et imprescriptible L'état d'exception n'a rien d'exceptionnel Titre III. - Théorie constitutionnelle I. Le contrôle de constitutionnalité La logique de la justification du contrôle de la constitutionnalité des lois Kelsen, le contrôle de constitutionnalité et la politique constitutionnelle Marshall, Kelsen, Barak et le sophisme constitutionnaliste L'interprétation constitutionnelle Les effets du contrôle de constitutionnalité des lois sur le droit matériel Le réalisme et le juge constitutionnel II. Le pouvoir judiciaire Le pouvoir judiciaire et la démocratie Les discours de la réforme Titre IV. - Histoire La notion de fonction exécutive dans les constitutions révolutionnaires Sieyès et la hiérarchie des normes Les concepts juridiques et l'histoire Histoire constitutionnelle et théorie constitutionnelle Michel Troper est professeur à l'Université de Paris X-Nanterre. Il est notamment l'auteur, aux PUF, du " Que sais-je ? " sur La philosophie du droit et de La théorie du droit, le droit, l'État paru en 2001 dans la collection " Léviathan ".

empty