Sciences & Techniques

  • Les questions de la maladie et de la santé sont parmi les plus vives aujourd'hui. Elles se posent au croisement des préoccupations individuelles et d'un débat public qui, outre une remontée assez faible des points de vue exprimés par les « clients » du système de soin, ne tend que trop à s'enclore dans des cadres soit biologiques et techniques, soit politiques et gestionnaires. Alors même que le système de santé est appelé à évoluer, il est essentiel, à l'appui des décisions à venir, de clarifer les diverses dimensions et implications sociales de ces questions majeures.C'est ce à quoi s'emploie, avec une ampleur inédite, le présent ouvrage. S'appuyant sur une très vaste littérature, principalement anglo-saxonne et française, il propose une lecture sociologique particulièrement éclairante, structurée autour de trois grands thèmes (institutions, professions, maladies) et fournit tout l'outillage conceptuel prescrit pour penser le lourd et complexe processus de médicalisation à l'oeuvre dans nos sociétés.Cette synthèse critique remet aussi en perspective le rôle des divers acteurs médicaux et paramédicaux ainsi que celui des nouveaux protagonistes apparus dans l'arène sociale de la santé - qu'ils soient issus du monde politique, du journalisme ou de l'univers associatif.Cet ouvrage constituera une référence, un outil de travail et un support de réflexion pour les universitaires (enseignants, chercheurs et étudiants en sciences sociales et en médecine) comme pour l'ensemble du public soucieux d'affronter en connaissance de cause les mutations du monde de la médecine, de la maladie et de la santé.Danièle Carricaburu, Maître de Conférences en Sociologie à l'Université de Rouen, est chercheure au GRIS/Rouen et chercheure associée au CERMES/Paris.Marie Ménoret, Maître de Conférences en sociologie à l'Université de Caen, est chercheure en délégation au CNRS, et affiliée au CERMES (EHESS, INSERM, CNRS).
    L'institution hospitalière. Les fonctions sociales de l'institution hospitalière. L'hôpital comme organisation. L'activité médicale : des professionnels et des patients. Le médecin : contrôleur social ou entrepreneur moral. Au-delà des médecins : les autres groupes professionnels du monde médical. Sociologie de l'activité médicale : des médecins et des patients. Malades et maladie. Maladies chroniques et normalisation. Vivre avec une maladie chronique. Le sida dans l'espace public. La recomposition du monde de la santé. Déchiffrer la santé. Action collective et santé. À nouvelles techniques, nouvelles critiques ?

  • Les questions d'environnement sont parmi les préoccupations les plus cruciales de cette fin de millénaire, singulièrement celles qui touchent aux questions de l'eau, que cette eau soit trop présente - crues et inondations, mais aussi engorgement des sols de culture - ou trop peu abondante, lors des périodes d'étiage. Et si l'on se place dans l'optique d'un développement durable, les choix d'aménagement doivent intégrer les processus qui expliquent la transformation des précipitations en écoulement, à partir des divers modes de cheminement de l'eau dans l'espace du bassin versant.Par exemple, comment lutter efficacement contre les crues, si on ne sait où et comment elles se forment - ruissellement sur des surfaces dénudées ou gonflement de nappe, sans circulation d'eau en surface ? Comment estimer les effets d'un reboisement sur les ressources en eau, si l'on ne prend pas en compte la manière dont la végétation puise l'eau dans le sol, ou le rôle que joue un écran végétal sur de l'évaporation ? Comment, enfin, estimer les risques de pollution des nappes et des cours d'eau si l'on ne connaît les trajets suivis par l'eau entre son point de chute et son apparition dans la rivière ?Cet ouvrage, essentiellement axé sur les conditions climatiques tempérées, est destiné aux étudiants et aux praticiens de l'environnement. À partir d'une approche naturaliste, il a pour objectif de cerner la complexité des processus hydrologiques dans le fonctionnement du milieu " naturel ".Or seule cette prise en compte permet de comprendre et de prévoir quelles peuvent être les conséquences des activités humaines sur les ressources en eau : abondance des écoulements annuels, risques de crue, sévérité des étiages...

  • On trouve dans les bibliothèques d'excellents ouvrages de botanique,
    d'histoire, d'écologie ou de géographie, mais aucun - à notre connaissance -
    qui considère les problèmes de l'environnement naturel à la fois dans leur
    globalité et dans leurs particularités régionales concrètes. L'ambition de
    la 10e édition de ce manuel d'écogéographie est de combler partiellement
    cette lacune. La globalité écologique se manifeste, certes, dans
    l'écosystème qui combine les biocénoses (la vie) avec le biotope, support et
    aliment de cette vie, en un système complexe. Mais il y manque en général un
    important facteur : les sociétés humaines qui, au moins depuis le
    Néolithique, ont adapté la nature à leurs besoins et façonné les paysages.
    Croit-on vraiment que notre Terre ne soit pas influencée par les 6 milliards
    d'hommes qui l'habitent ? Il faut écrire le mot " naturel " entre
    guillemets... La régionalisation des milieux " naturels " est une nécessité
    si l'on veut pratiquer une écologie réaliste : la déforestation n'a pas les
    mêmes conséquences en Amazonie et en Sibérie, les littoraux n'évoluent pas
    de la même façon en Angleterre et en Polynésie. D'où l'intervention du
    géographe qui replace les écosystèmes dans leur spécificité régionale, dans
    leur contexte historique autant que physique. Le milieu "" naturel " est
    donc partie intégrante d'une géographie complète et globale. Enfin, il est
    impossible, de nos jours, lorsque l'on traite de l'action des hommes sur la
    nature, d'esquiver la grave question de l'éventuel changement de climat
    planétaire, le fameux global change : encore faut-il l'aborder avec toute
    l'objectivité nécessaire.

empty