Argos

  • Le Japon est-il entré dans une phase de déclin inévitable ? De manière cyclique, pour ne pas dire permanente, Tokyo s'interroge sur sa géopolitique. En panne de croissance, les Japonais observent avec inquiétude la montée en puissance d'une Chine ambitieuse, tandis que les Américains réinvestissent le Pacifique. Vu de Tokyo, les dilemmes d'aujourd'hui ressemblent à bien des égards à ceux d'hier. S'y ajoute cependant une dimension de crise interne très lourde de défis.
    Assommée par un tsunami dévastateur et une crise de son modèle énergétique, la société japonaise, qui pensait avoir trouvé un équilibre efficient entre traditions culturelles et dynamisme économique, voit se fendiller le consensus collectif qui faisait sa force. Pour saisir les mutations contemporaines du Japon, et mieux anticiper les positionnements internes et externes de ce pays aux trajectoires singulières, il est plus que jamais nécessaire de comprendre sa culture et son histoire.
    C'est le défi que relève ici Barthélémy Courmont. Claire et précise, son analyse informée permet de mieux appréhender les particularités de cet archipel énigmatique, aujourd'hui à un tournant de son parcours de puissance.

  • Quinzième puissance économique mondiale, membre du G20, la Corée du Sud est en pleine ascension. Souffrant d'un déficit de reconnaissance au niveau international, le pays s'est engagé dans une ambitieuse politique de recherche et de développement, de conquête de nouveaux marchés extérieurs, de développement de son industrie militaire et de diffusion de sa culture à l'étranger.Mais, coincée entre quatre géants (Chine, Japon, Russie et Etats-Unis) et prisonnière du face-à-face avec le frère ennemi nord-coréen, Séoul ne dispose pas encore d'une puissance politique en rapport avec son dynamisme économique. Pour y remédier, la Corée du Sud cherche à se présenter désormais comme un pilier de la sécurité en Asie du Nord-Est, et promeut son modèle de développement auprès des pays moins avancés d'Asie du Sud-Est, d'Asie Centrale et d'Afrique.Ce livre fait un point complet sur l'un des acteurs les plus dynamiques des nouvelles relations internationales.

  • L'Europe, première puissance économique mondiale, est en crise. Son manque d'unité et de coordination constitue aujourd'hui une faiblesse, qui menace sa capacité à agir et influer dans un monde de plus en plus concurrentiel. Sur ses frontières aussi, l'Europe hésite. Quels partenariats ? Quels élargissements ? Et ceux qui furent réalisés l'ont-ils été à bon escient ? Faut-il inclure la Turquie ? Que faire de la Russie ? Quels liens avec les émergents ? En explorant la question des frontières géopolitiques de l'Europe, Pierre Verluise fait le point sur cette question essentielle.
    Son parti pris d'étude de cas concrets, du Brésil au Maroc en passant par la Turquie ou la Russie, rend la lecture de ce livre à la fois agréable et érudite. Une synthèse qui ramasse enfin une série de relations bilatérales pour en donner une vision continentale cohérente.

  • Histoire de la dissuasion

    André Dumoulin

    • Argos
    • 19 Janvier 2013

    Il y a près de quarante-huit ans, en octobre 1964, le premier bombardier Mirage IV des forces aériennes stratégiques prenait l'alerte, se tenant prêt à déployer sur ordre sa bombe atomique. Il y a quarante ans, la Marine nationale engageait sa première patrouille océanique avec le sous-marin lanceur d'engins Le Redoutable. Depuis lors, les moyens de dissuasion nucléaire français, aériens et sous-marins - les systèmes terrestres ayant disparu avec la fi n de la guerre froide -, n'ont cessé de veiller pour préserver l'intégrité du territoire national contre toute agression.
    C'est à leur histoire et à celle de la dissuasion nucléaire française au sens large qu'est consacré ce livre rédigé par André Dumoulin. Il en retrace la genèse politique, scientifique et militaire, la replace dans le contexte parfois complexe des relations entre la France et son entourage stratégique, en détaille les moyens et l'évolution du contexte de la guerre froide à la situation présente. Le livre se veut une synthèse dans laquelle tous les sujets - doctrine, outils, capacités et diplomatie nucléaire - sont abordés.
    Au moment où la France réfléchit à l'avenir de sa dissuasion, ce livre aborde toutes les questions : débat ouvert par les abolitionnistes, partisans du "global zéro" ; nouveaux champs de la prolifération nucléaire (Iran), sans oublier la question de la place du nucléaire français si d'aventure les Américains retiraient un jour leurs dernières bombes B-61 d'Europe.

  • Le Bréviaire stratégique d'Hervé Coutau-Bégarie, lecture célèbre dans les milieux militaires français et qui est édité ici pour la première fois, est l'initiation à la stratégie la plus synthétique et la plus suggestive qui soit. Le style très ciselé privilégie la clarté et, en dépit d'un niveau conceptuel élevé, l'ouvrage est d'un abord facile. Il offre une synthèse de la réflexion stratégique par l'apport de principes clairs, de définitions essentielles et de références fondamentales. Sous une forme identique aux pensées de Pascal ou à la Théorie du combat de Clausewitz, 555 courts paragraphes s'inscrivent dans l'enchaînement d'une démonstration, bien que chacun puisse être lu séparément. Vrai outil de travail pour tous les amateurs de stratégie, il part d'une réflexion sur la nature de la stratégie (essence, spécificité et évolution) pour conclure sur la personne du stratège, spécialiste de la dialectique des volontés utilisant la force pour régler leur conflit. Une lecture essentielle, un grand classique, par le plus éminent des stratégistes français, disparu au début de l'année 2012.

  • Avec plus de 280 cartes et graphiques couvrant les cinq continents, l'Atlas géopolitique mondial constitue un outil d'analyse et de compréhension sans équivalent dont le contenu est intégralement renouvelé à chaque nouvelle édition. Des discordes russo-européennes sur l'Ukraine aux tensions géopolitiques dans le Golan, du naufrage de l'Etat centrafricain à la menace grandissante de Boko Haram au Nigéria et au Cameroun, sans oublier le défi du troisième âge pour le continent africain, le miracle économique indonésien, le « Grand jeu » énergétique sur les côtes du Baloutchistan ou encore le lobbying et la culture de l'argent aux Etats-Unis, c'est près d'une centaine de thèmes originaux qui sont traités à travers des analyses détaillées et des cartes et graphiques précis, actualisés et didactiques. Désormais, rien de ce qui rend le monde complexe et passionnant ne vous sera totalement étranger.

  • Persuadés que le reste du monde adoptera leur modèle d'intégration pacifique, les Européens renoncent aux attributs de la puissance guerrière, héritage d'une longue histoire troublée. Animée par des forces profondes de nature politique, culturelle et sociale, la démilitarisation de l'Europe n'est pas un épiphénomène ou une dynamique passagère. Elle prend racine dans une tentation de " sortir de l'Histoire " et s'inscrit dans l'évolution des sociétés postmodernes.
    Depuis 2009, les Etats membres de l'Union Européenne réduisent leur budget de défense de manière constante et déterminée.
    Cette démilitarisation se traduit déjà par des déficits capacitaires et opérationnels.
    Le problème est que cette atrophie, que l'on justifie par la crise financière de 2008, est loin de s'appliquer aux autres parties du globe. Ce désarmement unilatéral ne comporterait-t-il pas une part de danger, dans un monde où les tensions se multiplient ?
    Dans cet ouvrage informé, Jean-Baptiste Vouilloux suggère que le mouvement n'est pas inéluctable, à condition que les Européens appréhendent avec lucidité la nouvelle donne stratégique et remettent en perspective l'outil militaire et leurs intérêts de long terme.

  • En près de 300 cartes en couleurs, l'Atlas géopolitique mondial offre un panorama complet de l'ensemble de l'actualité géopolitique, géoéconomique et géostratégique mondiale. La richesse de son support cartographique est inégalée en France. Il prend appui sur les magazines du groupe Areion (Carto, Diplomatie, Défense et sécurité internationale, Moyen-Orient.) qui garantissent au lecteur le plus large balayage international actuellement disponible dans la presse française.
    Outil indispensable à qui veut comprendre les bouleversements qui atteignent nos sociétés, l'Atlas géopolitique mondial traite de toutes les tendances de fond qui redessinent notre futur : origines et développement de la Crise économique mondiale ; relativisation du poids stratégique des puissances « occidentales » ; montée en puissance des radicalismes religieux ; extension de la prolifération nucléaire, biologique et chimique ; problèmes démographiques et migratoires ; rareté des ressources naturelles.
    En fournissant au lecteur des cartes prospectives, l'Atlas géopolitique mondial se démarque résolument des limites des autres ouvrages. L'ensemble des futurs est scruté : l'Union européenne est-elle condamnée à un inéluctable déclin ? Comment évoluera le flanc sud de la Méditerranée après le « printemps arabe » ? La Chine basculera-t-elle dans le chaos avant d'avoir réussi à stabiliser sa société et son modèle de développement ? Quels rapports de force dans le très opaque régime nord coréen ?

  • Bien que présente dans le quotidien de chacun, l'Europe semble bien étrange, voire étrangère, à ses citoyens. Les Français la vivent bien souvent comme une construction lointaine, à peine une réalité, plutôt un symbole. Le symbole d'un continent qui après s'être défait, détruit et ruiné, a su faire le choix audacieux de l'Union. Au-delà, rien. La complexité de la construction européenne décourage. Au mieux, l'Union européenne ennuie.
    Le plus souvent mal connue, elle suscite tous les fantasmes. Parce qu'elle est une construction juridique, l'Union s'encombre il est vrai de termes qui n'ont que peu de sens pour le profane : « subsidiarité », « monopole de proposition », « procédure ordinaire », « coopération renforcée », etc. On l'accuse, on la décrie, mais elle est rarement la cible de critiques constructives. Il faudrait pour ce faire en maîtriser le fonctionnement et être capable d'identifier ses actions.
    L'Europe communique difficilement, et lorsqu'elle est mentionnée par les gouvernements nationaux, c'est bien souvent parce qu'elle leur offre l'occasion de se dédouaner. On ne célèbre pas ses réussites. Point de grandes manifestations lors des derniers élargissements, qui ont pourtant constitué l'aboutissement d'un rêve ancien, en faisant de l'Europe un espace intégré de 500 millions d'habitants, une véritable puissance à l'échelle mondiale. Si l'on veut juger des critiques dénonçant « l'Europe imparfaite » - car elle l'est - mieux vaut donc apprendre à la connaître.
    Cela évitera peut-être que les partisans du « pour » et ceux du « contre » s'affrontent en une opposition stérile, pauvre en arguments et en références. Comment prétendre débattre de son rôle et de sa place dans le monde sans connaître son histoire, son fonctionnement, son action ? L'ouvrage de synthèse de Camille Hubac ambitionne de donner à chacun les clefs techniques qui lui permettront d'appréhender l'Union dans son ensemble.

  • Qu'est-ce que la géopolitique ? Pourquoi et comment cette méthode d'approche s'est-elle imposée ? Qui sont ses fondateurs, quelles étaient leurs théories ? Quels outils d'analyse indispensables met-elle à notre disposition pour comprendre les permanences et les ruptures des relations internationales contemporaines ?Illustrée de nombreuses cartes en couleurs, et de cas contemporains, cette introduction simplifiée et pédagogique permet une première approche de l'histoire, des outils et des perspectives de cette discipline. Paix, guerre, équilibres, ruptures : l'objectif est ici de clarifier «les enjeux de pouvoir sur les territoires», dans toute leur diversité.L'auteur :
    Diplômé de Saint-Cyr et de Sciences-Po Paris, Olivier Zajec est agrégé d'histoire et doctorant en Histoire des relations internationales contemporaines (Paris-IV Sorbonne). Chargé de recherches à l'Institut de Stratégie et des Conflits (ISC), directeur adjoint de la revue Stratégique, il enseigne actuellement à l'École de Guerre.

  • Qui, aujourd'hui, se souvient qu'au début des années 1920, le char léger Renault FT connut une renommée internationale au point qu'il fut construit aux États-Unis sous la désignation de « Six tons Tank » et dont les derniers exemplaires servirent en 1942-1943 à l'instruction des équipages de chars canadiens ? C'est ceux-là même qui allaient débarquer sur les plages de Normandie le 6 juin 1944 avec des chars américains M4 Sherman, lesquels devaient beaucoup aux ingénieurs français réfugiés en Amérique du Nord lors du sombre mois de juin 1940.
    Qui se souvient que le char B1 bis, le plus puissant sur le front ouest en 1939, fut « l'inspirateur » du char britannique Churchill dont il reprenait le train de roulement et même l'organisation de l'armement dans ses premières versions ? Qui se souvient que dans les mois qui suivirent la Seconde Guerre mondiale, ingénieurs français et allemands travaillaient ensemble sur le projet de char lourd AMX 50 dont la puissance de feu et la mobilité surpassaient celles du célèbre Panzerkampfwagen VI Königstiger (surnommé « Tigre royal ») de 1944? Qui se souvient aussi que la France a toujours été en pointe dans le domaine des engins blindés de combat comme l'EBR de Panhard ou l'AMX 10 RC? Aujourd'hui, elle pérennise cette tradition à travers le VBCI dont le seul tort dans les compétitions internationales semble être celui d'être français.
    Que dire du char Leclerc, qui, près de vingt ans après sa mise en service, reste par ses possibilités de tir en mouvement et sa mobilité, certainement le meilleur de sa catégorie.

  • Pour la première fois en France, une biographie synthétique et accessible présente la figure mystérieuse et fascinante de Julian S Corbett (1854-1922). Maître de la stratégie, il est le premier, et encore aujourd'hui le seul, à avoir transposé à la stratégie maritime les enseignements de Clausewitz. Dépassant la simple analyse de la guerre navale, il appréhende la stratégie maritime comme une véritable discipline intellectuelle, sous-tendue par une épistémologie et posant de véritables enjeux philosophiques sur la nature et les fins de la guerre.
    Publiés en 1911, les principes de stratégie maritime constituent l'un des livres les plus achevés de stratégie théorique du XXe siècle. En présentant pour la première fois en France la formation, le parcours, les théories, les accomplissements et la postérité critique et théorique de Corbett, Joseph Henrotin inaugure brillamment la nouvelle collection "Biographies stratégiques" d'Argos. A l'heure où le monde connaît une fois de plus des bouleversements immenses, Corbett nous fournit les éléments qui pourraient servir à l'élaboration d'une véritable stratégie maritime théorique.

  • Le general lanrezac

    Aubry Pierre-Henri

    • Argos
    • 20 Novembre 2015

    Aout 1914, les armées françaises subissent d'inquiétantes déroutes des Vosges aux Ardennes. La «bataille des frontières» tourne à l'avantage des allemands.
    Le 25 aout 1914, le général commandant la Ve armée française en difficulté dans l'Ardenne belge décide de se replier sans ordre. Au cours de sa retraite, il mène la seule offensive victorieuse des armées françaises de ce premier mois de guerre à Guise.
    Par ce repli qui lui vaudra sanction et limogeage dés le 5 septembre suivant, le général Lanrezac a sauvé son armée, contraint les allemands à interrompre leur mouvement d'enveloppement des armées françaises et permis le rétablissement sur la Marne.
    Qui est ce général Lanrezac aujourd'hui presque totalement oublié ? Un siècle plus tard, que nous dit-il de la conduite des unités au combat ? En quoi est-il un maître de la stratégie ?
    C'est à ces questions que tente de répondre cet opuscule qui intéressera particulièrement les jeunes officiers, les amateurs d'histoire militaire et plus généralement d'histoire de France.
    L'auteur Pierre-Henri Aubry, officier de la Légion étrangère, breveté de l'École de guerre, est officier coopérant à Beyrouth, au sein de la direction de l'instruction des Forces armées libanaises et conseiller du directeur de l'École Fouad Chehab de commandement et d'état-major. Il anime un module sécurité et défense nationale à l'Université Saint Joseph de Beyrouth.

  • L'Iran, volontiers caricaturé, reste mal connu en Occident. Est-il dirigé par une clique illuminée ou bien a-t-on affaire à un État rationnel et froidement calculateur ? Sa politique étrangère est-elle dictée par des considérations idéologiques autour de la révolution islamique ou bien est-elle avant tout pragmatique ? Le régime souhaite-t-il « rayer Israël de la carte », ou la réalité des relations entre Tel Aviv et Téhéran est-elle plus complexe? En 2014, le retrait des troupes occidentales d'Irak et d'Afghanistan est à la fois une opportunité et un danger pour Téhéran. Sur le flanc ouest, la guerre civile syrienne provoque l'inquiétude des mollahs. Le pays reste menacé de frappes militaires israéliennes, voire occidentales. Jusqu'où ira Téhéran pour se protéger ? L'Iran veut-il réellement l'arme nucléaire? À toutes ces questions, cet ouvrage synthétique apporte des réponses claires et nuancées, appuyées sur l'histoire et la culture iranienne.L'auteur : Diplômé de l'Institut d'Études Politiques de Paris, Matthieu Anquez est l'auteur de nombreuses études sur l'Iran. Analyste au cabinet de conseil CEIS, il est plus particulièrement spécialisé dans le domaine de la prolifération nucléaire, des processus de décision et de l'évolution des rapports de puissance au Moyen-Orient. Il est co-auteur de L'enjeu afghan, la défaite interdite (2010, Editions André Versaille).

empty